Good Morning Musume。

L'année dernière, nous avions eu les AKB48. Aussi mignonnes et fraîches étaient-elles, les Morning Musume。, qui se sont produites cette année à leur tour sur la scène musicale de Japan Expo, ont voulu nous rappeler qui, dans ce monde impitoyable de la JPop, dominait.

C'est dans ces yukata bleus que les Mōmusu nous ont interprété un medley des titres à succès du groupe.
© UP-FRONT AGENCY Co., Ltd.

« Les treize ans de Morning Musume。ne sont pas comparables à un petit groupe d'idoles tout neuf ! » Voilà ce que les huit jeunes femmes nous répondent lorsqu'on les compare aux charmantes gamines d'AKB48, venues se produire sur scène à Japan Expo en 2009. Elles ne font pas partie de la même écurie, et les « Mōmusu » ont un titre à défendre, celui des plus grandes (et des premières) idoles JPop de tous les temps.

Les plus grandes vraiment ? Morning Musume。, c'est cette formation créée par le producteur Tsunku en 1997 dans le cadre de son Hello!Project qui avait, et a toujours, pour but de produire les nouvelles artistes féminines et de les élever au rang de JPop idols, avant, si possible, de les laisser faire leur chemin toutes seules. Depuis maintenant plus de 10 ans, environ 25 jeunes femmes âgées d'une vingtaine d'années qui voulaient se lancer dans les métiers de la chanson, de la télévision, du cinéma, de la mode (ou même du porno), se sont succédées au sein de ce groupe. Les membres du début des années 2000 ont connu un succès phénoménal au Japon. La pression est quelque peu retombée depuis, mais grimpe, grimpe, grimpe en France (certaines mauvaises langues diront que les Japonais tentent de profiter du succès de la culture populaire nippone en France pour nous revendre ce qui a fait leur gloire il y a 10 ans) et les icônes qui font aujourd'hui partie des Morning Musume。(5, 6 et 8e générations), doivent faire leurs preuves. Les jeunettes de la formation doivent aussi en assurer la relève, voire égaler leurs prédécesseurs.

Magic Mōmusu

Comme huit jolies petites fées, nos Mōmusu scintillent de milles feux dans leur petites robes argentées à paillettes. Remplaçons le micro par une baguette magique et les voilà prêtes à s'envoler. Elles sont là ce soir pour donner de l'amour et cela tombe bien parce que le public français à un cœur gros comme ça, disposé à tout recevoir. Ai Takahashi, Risa Niigaki, Eri Kamei, Reina Tanaka, Sayumi Michishige, Aika Mitsui, et les deux chinoises Junjun et Linlin, soit les fameuses huit membres actuelles du groupe, étaient en concert sur la scène musicale de Japan Expo le vendredi 2 juillet 2010 après la fermeture des portes du festival. Un concert, attendu au tournant. D'une part pour les fans inconditionnels des Morning Musume。ou simplement de JPop, car, sans compter les AKB48, les Jelly Beans ou encore les C-Zone, ce type d'évènement n'est pas courant chez nous. D'autre part, parce que concert payant oblige, il fallait en vouloir pour y assister ! Après avoir surmonté le prix du billet, 27 euros (130 euros pour les acquéreur du précieux pack « Mōmusu »), raisonnable pour un concert, nous voilà donc au pied de la scène, enfin presque. Même pas mal donc pour les spectateurs qui étaient nombreux au rendez-vous (environ 4 000 d'après SEFA Event), les fanboys japonais les premiers, et le spectacle n'attend pas, d'autant plus que d'après le ressenti général le jeu en valait la chandelle.

Les Morning Musume。entrent en scène sur le titre dynamique Moonlight Night ~Tsukiyo no Ban da yo~, éclairées par les sticks multicolores lumineux et sous un tonnerre de hurlements, comme si la foule lâchait tout après avoir retenu sa respiration pendant plusieurs heures. Et surtout cette poignée de dernières minutes pendant lesquelles on pouvait bien sentir le grondement d'impatience dans la salle alors qu'une vidéo de présentation des idoles était diffusée sur les écrans.

Seishun Collection, dernier single
des Mōmusu.

Recrutées pour leurs charmes kawaï et leurs nombreux talents (chant, danse...), leur mission consiste à divertir, plaire au public, lui donner (vendre) du rêve. Mission réussie ce soir, si bien qu'on se serait presque cru dans une de leurs représentations japonaises. (Il faut dire que la troupe de Japonais qui les suivent partout comme leurs ombres menait bien la danse.) Il y aura eu des cris de joie (les fans), des larmes (Sayumi Michishige après que le public lui ait souhaité en chœur son anniversaire), beaucoup d'émotion donc, d'« agitation de la petite main », de « Je vous aime ! » et de « Merci beaucoup ! » (en français), etc. Mais elles ne sont pas simplement venues pour faire coucou.

Nos idoles, à l'image de toutes les grandes stars, se sont données à fond sur ce spectacle avec des chorégraphies travaillées et exécutées à la perfection, quelques fausses notes (relativisant donc l'utilisation du play-back) poussées dans les moments d'activité extrême, mais le cœur y était. Les costumes aussi. Et heureusement, car existe-t-il meilleur prétexte pour respirer quelques secondes et se rafraîchir le gosier que le changement de jupette ?! (que vous ne verrez pas ici faute d'autorisation photo...)

Retour aux sources

Juste le temps pour Suzuka, l'animatrice de Nolife, d'introduire la fameuse invitée surprise : Yūko Nakazawa. Une Mōmusu de la 1ère génération (une des plus jolies par ailleurs) qui s'est montrée très touchée par l'engouement des Français. Venue au passage réaliser un reportage vidéo sur Japan Expo pour la télévision japonaise (très réussi en outre, bien mieux que nos habituels reportages franco-français), elle est revenue sur sa carrière dans la troupe tout en expliquant la nature de son rôle, avec les clips de Summer Night Town, Memory Seishun no Hikari et Furusato (les tous premiers titres des idoles) à l'appui.

Puis nos demoiselles reviennent sur scène dans ces magnifiques yukata bleus que l'on a pu voir sur les affiches promotionnelles de leur venue en France pour interpréter un (long) medley (cf. vidéo officielle ci-dessous) des titres qui ont fait le succès des Mōmusu avec du Love Machine bien sûr (morning musume, woh ou woh, woh ou woh), ou encore du Koi no Dance Site avant d'enchaîner sur des titres plus récents comme Onna ga Medatte Naze Ikenai (février 2010) et Tomo (sur le single Seishun Collection sorti en juin 2010). Le tout en continuant de jouer avec les effets de costumes.


MORNING MUSUME。Live at Japan Expo July 2nd 2010

モーニング娘。 | Clips vidéo MySpace

C'est d'ailleurs l'un des privilèges de faire partie des Mōmusu. « Avant, je regardais les Morning Musume。à la télévision et j'avais envie de porter les mêmes costumes qu'elles, tous très mignons, maintenant je peux et je suis ravie, témoigne Sayumi. J'ai plus confiance en moi, je me trouve plus mignonne qu'avant ! »

SETLIST Morning Musume。à Japan Expo 2010 :

  • Moonlight Night ~Tsukiyo no Ban da yo~
  • Kimagure Princess
  • Renai Revolution 21
  • Seishun Collection
  • Nanchatte Renai
  • Resonant Blue

(échange avec Yūko Nakazawa + diffusion des clips :
Summer Night Town, Memory Seishun no Hikari et Furusato)

  • Medley (Love Machine, The Peace, Kanashimi Twilight,
    Koi no Dance Site, Roman ~MY DEAR BOY~, Koko ni Iruzee!)
  • Ame no Furanai Hoshi de wa Aisenai Darou ?
    (version chinoise sous titrée en français)
  • Onna ga Medatte Naze Ikenai
  • Souda ~We're Alive!~
  • Mikan
  • Genki Pika Pikka
  • Tomo

(encore)

  • How Do You Like Japan ?

Pour aller plus loin :
Live report du concert sur Univers Partagés
www.helloproject.com/morningmusume
myspace.com/morningmusumeofficial

Céline Maxant