[Interview] Bento&Co : quand un Français monte sa boite japonaise…

Créer une entreprise au Japon ? C’est tout à fait possible. Thomas Bertrand l’a fait. Entrepreneur au Japon, il a créé en 2005 Bento&Co, une boutique en ligne – et à succès – de boîte bento, les fameuses boîtes-repas japonaises, mais propose aussi divers articles provenant de l’archipel nippon.

Disponible en français, anglais et japonais, il délivre des colis à travers toute la France, mais aussi dans le Monde entier. Bento&Co possède également un magasin dans le centre ville de Kyoto. Le français, passionné du Japon, a accepté de répondre à quelques questions sur son parcours, étonnamment simple, et nous livre également ses impressions sur sa vie nippone, à Kyoto, son entreprise et le business au Japon…

thomas-bertrand

 

De la passion à l’entreprise… 

Journal du Japon : Bonjour Thomas… Pour commencer, quel a été votre parcours avant de venir au Japon ?
Thomas Bertrand : J’étais étudiant à l’IEP de Grenoble. Je suis venu la première fois lors d’un voyage en septembre 2002, puis en août 2003, pour une année universitaire.  

Et pourquoi le Japon ?
Comme beaucoup de Français de mon âge, je regardais les dessins animés japonais au  Club Dorothée et j’ai joué à des jeux de la firme Nintendo. Les photos du Japon dans des magazines de jeux vidéo me fascinaient.  Ensuite, lors de ma deuxième année à l’IEP, c’est un cours d’histoire sur le Japon qui a ravivé un peu la flamme et m’a donné envie de prendre un avion pour la première fois, et de voyager un peu ici… 

Comment vous est venue l’idée de créer Bento &Co ?
Depuis 2005, j’écrivais un blog, « La rivière aux canards ». C’était une grande passion et  j’avais envie de ne faire que ça. Mes lecteurs étaient assez nombreux et j’ai pensé que vendre quelque chose de japonais sur le net, en en parlant sur mon blog, pourrait fonctionner. Mais je n’avais pas encore d’idée sur quoi vendre… 

L’idée des boîtes à bento est venue suite à une discussion totalement banale avec ma  mère qui me dit qu’elle avait lu un article sur les bento dans un magazine chez le coiffeur. Ce fut comme un éclair dans ma tête. J’ai fait quelques recherches et j’ai trouvé que, bien que quelques blogs en français et en anglais sur les bento connaissaient un certain succès, il n’y avait pas de site de vente spécialisé. Trois  semaines après, Bento&co était ouvert. 

logo bento&co

Est-ce-que cela fût difficile de monter une entreprise au Japon ?
Absolument pas. J’ai débuté simplement, à la maison, en achetant un peu de stock auprès de 2 fabricants, du scotch et quelques cartons. Deux amis Français d’Osaka m’ont aidé à faire le premier site et ma femme s’occupait des achats et de la logistique. Ce fut assez rapide et le site a ouvert en novembre 2008. 

La société est passé en KK (SA en France) à partir de février 2010. Un bon expert  comptable est bien entendu nécessaire à ce stade.

Comment les Japonais ont accueilli votre projet de vendre des bentos, un article typique de chez eux ?
Au départ, nos fournisseurs étaient un peu amusés. Mais les ventes suivants, nous  sommes vite devenus de bons clients et nous avons eu des partenariats privilégies. À Kyoto, la boutique (ouverte en avril 2012) a eu un superbe accueil. Bien que les  boîtes à bento soient un objet très commun pour les Japonais, il n’y avait pas vraiment de boutiques spécialisées au Japon ! Et le fait que je ne sois pas Japonais, mais Français et  à Kyoto, fut un des facteurs importants qui ont attiré l’attention de nombreux medias nationaux. 

La boutique à Kyoto attire principalement des touristes du monde entier.

La boutique à Kyoto attire principalement des touristes du monde entier.

Et, justement, quels sont vos rapports professionnels avec la France ? 
La majorité des clients de Bento&co sont français, particuliers et professionnels. Bento&co expose souvent au Salon Maison & Objet à Paris, avec certains de nos  fabricants japonais. Cela me permet de rentrer en France fréquemment. 

Vous parliez de partenaires privilégiés… Comment choisissez-vous vos fournisseurs ? Quels sont les critères ?
Nous choisissons surtout des produits que nous aimons. Le Made in Japan est bien entendu très important et la grande majorité des boîtes à bento que nous vendons sont fabriquées ici. En plus de l’esthétique, nous aimons présenter l’histoire d’un produit. Qui sont les personnes derrière, les artisans qui ont participé à sa fabrication. Il est important de présenter ces détails et faire ainsi passer le message qu’il ne s’agit pas que d’une boîte en plastique ou en bois. 

produit bento&co

Depuis le lancement de votre site, la concurrence a évolué, comment vous démarquez-vous aujourd’hui ?
Premièrement, nous sommes basés au Japon et cela nous permet d’être réactif pour proposer des nouveautés rapidement et très régulièrement. Nous avons des relations proches avec plusieurs fabricants et pouvons proposer des produits originaux et exclusifs à nos clients particuliers et professionnels.

Enfin, nous avons développé notre gamme hors du bento avec de la nourriture (les furikake ont un grand succès !) ou des accessoires différents comme de la papeterie. 

Justement, en parlant de développement… Quels sont vos autres projets, actuellement et dans l’avenir ?
Nous avons développé pour Bento&co un outil logistique, Ship&co, qui est devenu une  nouvelle activité puisque nous le vendons en tant que service aux E-commerçants au  Japon.

Ship&co permet de gérer facilement les envois d’une boutique en ligne en raccordant  les solutions de vente en ligne aux systèmes des transporteurs comme la Poste Japonais, ou FedEx et DHL… Je passe désormais la majorité de mon temps sur Ship&co.

Pour finir revenons-en à vous…Que pensez-vous de la ville de Kyoto ?
Je ne m’en lasse toujours pas après 13 ans. On y vit bien, la nature est très proche et le choix de bons restaurants conséquent. Je vois que mes amis à Tokyo passent souvent leurs week-end en dehors de la ville alors qu’à Kyoto, on n’éprouve pas vraiment le  besoin d’aller ailleurs ! 

Quelle activité aimez-vous pratiquer dans cette ville ? 
Faire du vélo au bord de la rivière Kamo et chercher de nouveaux restaurants. 

kyoto-riviere-aux-canards

Kyoto, la rivière aux canards ou Kamo river

Depuis le temps que vous êtes ici, y-a-t-il quelque chose que vous appréciez particulièrement dans la culture japonaise  ?
L’importance donnée aux détails est très appréciable. Mais cela peut-être parfois surprenant lorsque l’on ne voit pas l’intérêt derrière.

Le retour en France est-il envisageable un jour ? 
Certainement… Ou bien ailleurs, pourquoi pas ?! 

Qui sait en effet ? Merci en tout cas et bonne route à Bento&Co et Ship&Co !

Retrouvez la boutique en ligne Bento&Co ou suivez les sur Facebook, Twitter, Instagram ou Pinterest !

Remerciements à Thomas Bertrand pour son temps…

 

Madeline Chollet

@mad_ctravel

Japan in Motion : le charme du Japon ne se réduit pas à Tokyo !

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. 18 novembre 2016

    […] Pour en savoir plus sur cette aventure de Bento&co, leur histoire, leur philosophie et leur façon de travailler, nous vous invitons à lire notre interview de Thomas Bertrand, que nous avons rencontré il y a peu …. […]

  2. 23 janvier 2018

    […] le bento, tout le monde connaît la boutique n°1 Bento&Co gérée par un Français à Kyoto. Face à ce mastodonte, mes atouts sont la proximité avec le […]

  3. 17 juin 2018

    […] Retrouvez l’interview du créateur de ce site.  […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *