La rentrée littéraire 2018 : pour les enfants et les ados

Si la rentrée de septembre est toujours très riche en nouveaux romans, les enfants et les adolescents ont aussi droit à de très belles nouveautés. Journal du Japon vous fait découvrir ses coups de cœur.

Ueno Park d’Antoine Dole : Huit adolescents, huit voix dissonantes sous les cerisiers en fleurs

Ueno Park d'Antoine Dole : couvertureHuit adolescents prennent successivement la parole dans ce roman choral. Leur point commun est le lieu dans lequel ils se rendent, Ueno Park et ses cerisiers en fleurs. Ils viennent vivre Hanami, ce phénomène national qui consiste à venir admirer les cerisiers en fleurs et à s’asseoir dessous (souvent en famille, entre amis, sur une grande bâche bleue).

Huit parcours atypiques dans une société japonaise très calibrée. Huit solitudes, huit méditations, huit passés et huit avenirs. Huit prénoms pour huit chapitres.

Il y a d’abord Ayumi, hikikomori qui a passé plus de deux ans enfermée dans sa chambre. Elle s’installe seule sous un arbre avec son bento. Les fleurs lui rappellent son grand-père qu’elle aimait tant. Elle redécouvre Tokyo, la vie, les gens. Elle qui a vécu dans le silence, qui était « tombée du monde », renoue avec la vie.

Sora, lui, a des parents au chômage, un père qui boit … Mais peu importe, il se transforme, se maquille et devient une femme aux paupières turquoises en tenue fluo. Il se sent beau sous le regard de Shigeru, le photographe. Et même s’il est bousculé ou moqué, il a le courage d’exister « à l’envers des autres ». Le bonheur est immense quand une vieille femme le félicite et lui dit qu’il est très beau. Ses couleurs resplendissent sur le rose des cerisiers.

Fûko est en fauteuil roulant, poussée par sa grande sœur. Sa leucémie l’a beaucoup affaiblie, mais elle court par procuration et prend un grand bol d’air et de bonheur dans ce parc … Créer des souvenirs, c’est aussi ça la vie !

Natsuki, elle, se rend au parc avec ses deux amies. Les trois lycéennes ont bien compris qu’il est difficile d’être une femme dans un monde d’homme. La jeune femme aimerait que sa mère parfaite se rebelle. Même si elle est jeune, elle a compris que les hommes qu’elle accompagne au karaoke en échange de beaucoup d’argent sont faibles, mais qu’ils dirigent le pays. Comment sera sa vie dans un tel monde ?

Haruto est un garçon parfait, qui vient fêter Hanami sous les cerisiers avec sa mère. Il travaille bien, va probablement devenir médecin comme son père mort dans le tsunami en 2011. Avec sa mère, il a échappé à la mort, mais il est comme pris dans « la cage des drames ». Pourtant, son bonheur, c’est la musique, jouer de la guitare … Réussira-t-il à vivre son rêve de musicien ?

Daïsuké fait des pancakes, pas des dorayaki, juste des pancakes natures, dans une minuscule échoppe près du parc. Il a un petit salaire et vit toujours chez ses parents. C’est un freeter (travailleur précaire). Il a accepté cette vie, il est humble et reconnaissant. Permettre au gens de manger sur la route du travail c’est être utile aux autres.

Aïri arrive au parc pleine d’amour, elle a préparé de bons petits plats pour Makoto. Elle veut lui déclarer son amour en face. Mais qui est cet homme qu’elle nomme « une moitié de moi » ? L’attente est interminable dans ce grand parc … 

Nozomu enfin est un garçon de seize ans qui vit avec d’autres SDF dans le parc, gagnant de quoi manger en récupérant des canettes pour le recyclage. Il est devenu ami avec deux autres hommes plus vieux que lui. S’ils lui racontent leur passé, Nozomu n’arrive pas à se livrer … Mais arrivera-t-il à renouer avec les siens ?

Autant d’adolescents qui viennent dans ce parc avec leur solitude. Chaque solitude est différente, elle s’est forgée dans un passé parfois douloureux, parfois à cause d’une absence, d’un manque, d’une différence, d’une maladie, d’une fêlure.

Si les parcours sont chaotiques, si les êtres sont cabossés, ils ont tous une lumière intérieure très vivace, une force qui les pousse à avancer, à éclore de nouveau, comme une fleur de cerisier …

 

La Team Sherlock : des ados mènent l’enquête au Japon

La Team Sherlock, l'énigme du Mâra Khol Ma de Stéphane Tamaillon : couvertureCelandine la rouquine, Haruko la punkette et Alejandro (qui l’aime sans oser le dire) sont trois ados internes au prestigieux collège international Comte-de-Phénix. Après avoir résolu l’affaire Moriarty au péril de leur vie dans un précédent volume, ils s’apprêtent à partir en vacances, l’année scolaire bien remplie touchant à sa fin. Mais leur ami Watson (bibliothécaire du collège et également descendant de l’illustre compagnon de Sherlock Holmes) a disparu. Heureusement, il leur a laissé des indices que l’équipe arrive à déchiffrer grâce aux talents de geek d’Ikumi, le frère d’Haruko, qui vit toujours au Japon. Et ils découvrent que c’est justement au Japon que se trouve Watson. L’occasion pour le trio de se rendre dans ce pays où de multiples dangers les attendent.

Tout tourne autour d’un mystérieux rouleau confié par le Dalaï-lama à Sherlock Holmes. Il contiendrait une carte permettant de mettre la main sur le Testament de Mâra (dieu du Mal et de la Mort, ennemi du Bouddha Shakyamuni). Apparemment, de nombreuses personnes veulent mettre la main sur cette carte et sur le testament qui a probablement une valeur inestimable !

La petite troupe, aidée par le frère d’Harukuo, mais également par une mystérieuse femme qui a connu Watson lorsqu’il était plus jeune, devra surmonter bien des épreuves avant la fin du livre.

Un tatoueur louche, des yakuzas, des petits caïds … le Japon des quartiers glauques et dangereux leur fait courir mille dangers.

Mais il y a aussi le Japon de la cérémonie du thé, des temples dans la montagne, et même des combats de robots.

Un livre qui mêle intrigue haletante (à la fin de chaque chapitre, un rebondissement donne envie au lecteur de poursuivre la lecture, et le livre se dévore sans pause !) et des éléments de la culture japonaise intéressants, sans oublier une dose d’humour et bien sûr de l’amour … toujours compliqué à l’adolescence entre les non-dits, la distance, la timidité, la jalousie …

Bref tous les ingrédients sont là pour que les lecteurs ne lâchent pas le livre … et en redemandent, car le livre se finit sur une nouvelle enquête à lancer !

Plus d’informations sur le