The Neko Light Orchestra : Le jeu du chat et du public

Une convention, c’est aussi une réunion de passionnés. Des amateurs de l’univers japonais fait de films, de japanimation et de jeux vidéo qui rythment leurs vies de tous les jours. Et ça Neko Live Orchestra l’a bien compris.
Ce groupe originaire de Toulouse, composé de Nico (piano/claviers), Thomas (violoncelle) Sally (Violon), Norieh (chant lead), John (batterie), Jean (percussions), Alex (guitare) et Flo (basse) nous a fait l’honneur de leur présence sur la scène de la JE Live House, pour cette 14e édition de Japan Expo, afin de jouer les morceaux qui marquent depuis des années le quotidien des visiteurs.

Toute la troupe de The Neko Light Orchestra - Photo Paul Ozouf
 

La salle qui venait de se vider, s’est rapidement remplie pour leur prestation. C’est un public mixte et de tous âges qui accueille nos huit artistes. En plus de s’être fait connaître à travers des apparitions dans plusieurs festivals, ce qui leur confère une aisance avec le public de convention, l’autre avantage qu’ont les Neko Light Orchestra, est le fait qu’ils soient Français, un événement assez rare au Live House finalement. Grâce à cela, ils peuvent donc communiquer à leur guise avec le public, et ils ne se priveront pas.

Toute la troupe de The Neko Light Orchestra - Photo Paul Ozouf
 

En effet, dès le départ, tout le public assis a été prié de se lever, afin de profiter du show et les inciter à plus de dynamisme. Mais l’orchestre n’en est pas resté là : Un petit quizz a été organisé, où il s’agissait de crier le nom de la chanson reprise. Rien de tel qu’un moment ludique lorsqu’on reprend des musique de jeux !

L’audience se pris tellement au jeu que le temps passa sans que personne ne s’en rende compte, atteignant déjà le moment de quitter la scène … et même plus !
Au-delà de l’amusement, c’est un show magnifique qui nous a été proposé. Un véritable moment de plaisir pour toutes les oreilles. Des musiques universelles, qui auront su toucher même les moins initiés : soit de par la notoriété de la musique comme de thème de Mario, par exemple, soit de par sa beauté : One-winged Angel ou Aerith’s Theme, de l’OST _Final Fantasy VII_ pour ne citer qu’elles.

Le travail fourni par le groupe n’est pas des moindres, et cela s’entend : pas une fausse note, et une harmonie bien présente. Tout cela dans une esthétique scénique soignée et ambiancée par des lumières aux couleurs du groupe et un incontournable visuel : perruques bleues, tenues noires et maquillage noir et blanc. Sans oublier Johanna, danseuse orientale, qui viendra illustrer la grâce de cette parenthèse auditive.

Un beau moment de partage donc, avec un groupe proche de leurs fans et des curieux présents. En les écoutant, nous pouvions deviner qu’ils aiment ce qu’ils font, et imaginer qu’ils pourraient être eux-mêmes présents dans leur propre public. Une complicité et proximité évidente. En cela, nous ne serons même pas étonnés de voir des membres de l’orchestre circuler dans la salle de concert, une fois leur showcase terminé, comme si de rien n’était. 

The Neko Light Orchestra - Photo Paul Ozouf

Setlist :
Remerciement spécial à Nicolas Chaccour pour la setlist

Metal gear Solid 2
Soul Edge intro / tetris
Portal « Still Alive »
Zelda
Soul calibur 2 + danse orientale
Lodoss War « kiseki no umi »
Chrono Cross
Silent Hill 2
Silent Hill 1
Mario
Final Fantasy Medley VI,VII;VIII,IX,X

 

Photo Paul Ozouf © journaldujapon.com – Tous droits réservés.

CONCOURS : Amateurs de visual novel et de 2nd degré : le jeu Punch Line tu dois gagner !

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *