Animaux et mangas : le pouvoir aux chats ?

Les différents éditeurs de manga se lancent dans l’aventure animalière avec plus ou moins de succès. Si le thème est porteur encore faut-il que le manga soit à la hauteur. Dans un précédent article nous vous avions parlé de Chi, Yanaka, Oh my cats et Plum, mais de nouveaux représentants félins sont apparus et de nouveaux animaux sont venus leur tenir compagnie. Présentation et  analyse de cette nouvelle ménagerie…

Les chats, ces maîtres du monde !

Tout du moins ils tiennent la dragée haute aux autres animaux qui voudraient ravir la place de numéro un des ventes. Malheureusement, cette année, nous devrons dire adieu à l’un des fondateurs de cette tendance, Chi : le manga s’arrêtera avec la publication du 12e et dernier tome. La sortie japonaise n’étant pas encore datée, la française l’est d’autant moins, donc il reste un petit répit avant l’au-revoir. Pour vous consoler il existe des produits dérivés fabriqués en France (papeterie, peluche, figurine et porte-clef) ainsi que les rééditions poche des aventures de votre chaton favori.

CHI UNE VIE DE CHAT T11

Néanmoins les chats sont devenus, grâce à Chi, un animal incontournable dans l’univers du manga. Si elle n’a pas été la première, elle a été celle qui a eu du succès et qui a permis à d’autres bêtes à poils de se faire une place au soleil. Soleil Editions, par exemple, a eu le nez creux en misant sur Plum, une histoire de chat. Dès le premier volume ce titre de Hoshino Natsumi s’est hissé dans les meilleures ventes de l’éditeur, et icone de leur nouvelle collection Pets

D’autres greffiers ont aussi débarqué sur le marché, mais dans des registres parfois assez différents.

Nyanpire de Glad chez Kurokawa

Nyanpire © 2011 Yukiusa / SHUFU

Nyanpire © 2011 Yukiusa / SHUFU

Complètement décalé Nyanpire n’est pas un chat de compagnie comme les autres. C’est d’œuvre de Yukiusa GLAD, une blogueuse japonaise qui a rencontré un gros succès en publiant dans un fanzine les aventures d’un chat tout mignon devenu vampire. Car, oui, l’histoire commence plutôt mal : un chaton en train de mourir se fait vampiriser et n’aura dès lors de cesse de quémander du sang, comme un chat normal aurait quémandé ses croquettes ou lorgné sur un morceau de poisson. Débutée en 2009 et adapté au format TV en 2011, cette série ne comporte pour le moment que 4 volumes. 

Le graphisme est très simple, Nyanpire ne pourrait pas renier sa cousine Hello Kitty avec ses traits ronds et simplifiés. Mais la série ne s’adresse pas pour autant aux enfants, ou du moins pas que. Si on jette un coup d’œil rapide, les dessins sont tellement mignons qu’on peut s’y laisser prendre mais le récit aborde en réalité des thèmes comme la mort, la déchéance ou l’homosexualité. Ce décalage fait que l’on s’amuse beaucoup à lire les aventures très second degré – et entièrement en couleur ! – de Nyanpire et de ses amis tous un peu loufoques. Le 3e tome sortira début avril 2015.

Nekojima de Horokura Sato chez Nobi Nobi

Nekojima  © 2010 Sato Horokura / Shonengahosha

Nekojima © 2010 Sato Horokura / Shonengahosha

Nekojima est un one shot qui s’adresse aux jeunes lecteurs. Les chapitres sont courts (2 à 3 pages), l’album est tout en couleur et dans le sens de lecture français. L’auteur nous conte la vie de Cathy sur l’île des chats. A travers les saisons et les fêtes on découvre la vie de la petite fille, qui se fait passer pour un chat, et de ses amis. C’est tout mignon, ça se lit très vite. Pour les plus jeunes c’est une façon ludique d’aborder les us et coutumes japonaises.

Roji ! et Kamisama de Keisuke Kotobuki chez Ki-oon

Roji ! © Keisuke Kotobuki / Ki-oon

Roji ! © Keisuke Kotobuki / Ki-oon

Si les chats ne sont pas les héros mais laisse la place aux enfants, l’animal est mis en avant de telle façon qu’on ne pouvait pas ne pas l’occulter pour cet article. Mangaka indépendant Keisuke Kotobuki créé à chaque fois de jolis contes tout en couleur qui se veulent universels, même s’ils sont classés dans le collection Kids des éditions Ki-oon. Créé pour le marché français, les mangas de Kotobuki sont entièrement en couleur et dans le sens de lecture français pour plaire à un public plus large. Dans Rôji, on suit Yuzu et Karin, deux sœurs au caractère très différent, l’une fofolle, l’autre sérieuse. Entre deux bagarres pour rire avec les garçons, elles enjolivent le quotidien à coup d’idées toutes plus farfelues les unes que les autres.Comment la petite Lucie s’est-elle retrouvée dans le ventre d’un chat ? Depuis quand les animaux parlent-ils comme vous et moi ? Pourquoi faut-il toujours se méfier d’un chien facétieux ? Entre manga et conte, Kamisama est plus un Alice au pays des merveilles nippon qui regroupe plusieurs récits féeriques, entre humour et émotion. Un ensemble assez poétique et délicat donc, pour ensorceler petits et grands.

Kuro, cœur de chat de Sugisaku chez Kana

Kuro, cœur de chat © 2001 Sugisaku / KODANSHA

Kuro, cœur de chat © 2001 Sugisaku / KODANSHA

Petit dernier a débarquer en France : Kuro. C’est l’histoire d’un chaton et de sa sœur tous les deux orphelins et adoptés par un dessinateur de manga Hige. Publié comme Chi dans le magazine pour adulte Morning, Kuro, un coeur de chat (Kurogo en VO) dépeint la vie quotidienne du félin d’une façon sans doute plus cru que d’habitude. L’auteur n’édulcore rien, les chats marquent leur territoire à grand jet de pipi et de caca. Quand Kuro découvre la neige c’est une aventure épique, ou bien quand il est perturbé par les femelles en chaleur il n’hésite pas à donner de sa personne. Le charme de ces aventures provient aussi du le style de dessin, qui semble exécuté au pinceau et à l’encre de Chine telle une estampe moderne. Réussi et original. Sorti dans la collection Made in, Kuro se lit dans le sens de lecture français comporte quelques pages en couleur et même une planche d’autocollants. 

 

L’Arche de Noé

Après les félins, nous avons vu débarquer d’autres animaux, des chiens aux pandas en passant par les lapins ! La plupart de ces éditions sont pour les plus jeunes, même si bien souvent elles sont publiées dans des magazines pour adultes ou jeunes adultes au Japon. En France on cherche d’abord à séduire les enfants en espérant atteindre, par ricochet leurs parents. En ce qui concerne les chiens, il est important de noter que ces tentatives ne sont pas les premières : il y a déjà eu plusieurs essais plus où moins fructueux, comme Blanco de Jiro Taniguchi paru chez Casterman, mais l’histoire n’avait rien de kawaii, et on peut aussi citer le tout public et très beau Le Chien Gardien d’Etoiles de Takashi Murakami chez Sarbacane. Passons aux petits nouveaux…

Le paradis des chiens de Sayuri Tatsuyama chez Glénat

Paradis des chiens © 2012 Sayuri Tatsuyama / SHOGAKUKAN

Paradis des chiens © 2012 Sayuri Tatsuyama / SHOGAKUKAN

Edité dans le catalogue kids de Glénat, le thème de ce manga a de quoi surprendre lorsqu’on le regarde avec un œil français. Il s’agit d’histoires courtes racontant le mort d’un chien et la façon dont son entourage humain surmonte la douleur du départ. Dixit l’éditeur : « Vous sortirez étonnamment apaisés de cette lecture, éducative sans être ennuyeuse. » C’est plutôt l’effet inverse qui se produit, malheureusement ! Assez glauque, ces histoires très tristes renverront certains à leur propre vécu, et on peine parfois à finir ces douloureux récits, même si elles sont toutes très touchantes et très belles. On conseillera, à la limite, d’espacer la lecture de chaque récit plutôt que d’avaler le volume d’une traite, sous peine de faire une dépression !

Globule, une vie de lapin de Mamemoyashi chez Soleil Editions

 Globule, une vie de lapin © 2010 Mamemoyashi / SHOGAKUKAN


Globule, une vie de lapin © 2010 Mamemoyashi / SHOGAKUKAN

En voilà un animal qu’on n’attendait pas forcément en manga : le lapin ! Dans la mythologie japonaise le lapin (usagi) lunaire bat avec un pilon la pâte de riz gluant pour préparer le mochi. Vous connaissez sans doute les vidéos qui circulent sur le net où l’on peut voir des centaines de lapins en liberté à Ōkunoshima, l’île aux lapins. Au Japon voilà un animal qui ne se mange pas, et qui fait parfois office de gentil compagnon. La preuve dans ce manga signé Mamemoyashi et qui évoque son propre lapin, Globule. L’auteur raconte ses anecdotes avec sa lapine noire et blanche qui a son petit caractère et ses petites habitudes. On s’amuse a découvrir la vie de Globule, en apprenant beaucoup de choses sur les lapins domestiques. Plusieurs lecteurs qui sont aussi propriétaires de lapins témoignent qu’ils ont retrouvé leur petit animal dans les descriptions de Mamemoyashi.  Globule a connu un bon démarrage en se classant dans les trois meilleures ventes de Soleil Manga le mois de sa sortie, au coude à coude avec le 5e tome de Plum.  

Pan’pan Panda  de Horokura Sato chez Nobi Nobi

Pan'Pan Panda, une vie en douceur © 2008 Sato Horokura / FOX COMICS

Pan’Pan Panda, une vie en douceur © 2008 Sato Horokura / FOX COMICS

Ce manga, le premier de nobi nobi !, est du même auteur que Nekojima. Le concept est assez similaire : découvrir la vie quotidienne de Pan’pan et de Praline une petite fille humaine. Chaque chapitre présente un moment de la vie de tous les jours. Ici aussi les plus jeunes apprendront beaucoup sur les us et coutumes japonais. Le cinquième volume sortira en France au mois d’avril 2015, alors qu’au Japon la série s’est terminée au 8e tome. On notera, pour finir et chez le même éditeur, une large palette de livres illustrés avec une animalerie anthropomorphe digne d’une arche de Noé. On peut y rencontrer plusieurs loups, une grenouille, des renards et même un hippopotame. Les enfants ne pourront qu’aimer !

Enfin l’arche de Noé ne serait pas complète sans citer les mangas d’Arakawa Hiromu : Silver Spoon, la cuillère d’argent et Nobles paysans. Succès inattendu tant en France qu’au Japon, la vie à la ferme devient aventure grâce à l’auteur qui a réellement vécu et travaillé dans une ferme avant de devenir mangaka. Deux excellentes séries, pour un public plus adolescent ou adulte, qui mérite un article à lui seul tant il y a à dire.

Silver Spoon GIN NO SAJI © 2011 Hiromu ARAKAWA / SHOGAKUKAN Inc.

Silver Spoon GIN NO SAJI © 2011 Hiromu ARAKAWA / SHOGAKUKAN Inc.

Nos amis les bêtes n’ont pas fini d’envahir nos librairies et nos étagères. Tant que la qualité est au rendez-vous peu importe l’animal et cette diversification est l’occasion de découvrir de nouvelles têtes pleine de poils. Néanmoins, dans les mangas, le pouvoir reste pour le moment entre les pattes des chats… Est-ce qu’un animal réussira un jour à détrôner sa majesté ? Pas sûr, mais le défi est lancé !

Tatiana Chedebois

Je suis tombée dans les animes et les mangas depuis toute petite. Mais depuis 1997 je me suis spécialisée dans la Jmusic sur divers média. Avant toute chose j'aime le rock sous toutes ses formes et je m'éclate en concert. Depuis peu j'ai acquis un doctorat en manga avec des chats.

CONCOURS : Amateurs de visual novel et de 2nd degré : le jeu Punch Line tu dois gagner !

Vous aimerez aussi...

21 réponses

  1. 27 mars 2015

    […]   […]

  2. 4 juin 2015

    […] Le 11 juin riez et remportez le premier tome de Nyanpire, un chat qui saura vous conquérir ! […]

  3. 17 novembre 2015

    […] vous avoir présenté le phénomène manga & chats en 2014 puis avoir confronté ces félins aux autres animaux en début d’année, Journal du Japon profite de la sortie du dernier tome de Chi pour faire […]

  4. 25 février 2016

    […] mangas, nous avions d’ailleurs consacré deux papiers sur la question l’an passé, sur les animaux et les mangas d’une manière générale puis sur les chats en particulier. Voyez également tout ce qui est sorti en 2015 : Kuro, un coeur […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *