30 ans de l’École japonaise du Nord : au cœur de la culture nippone

Ce 6 avril 2019 à Villeneuve d’Ascq, l’École japonaise du Nord Pas-de-Calais a organisé une fête à l’occasion de son 30e anniversaire. Reconnue et subventionnée par le ministère de l’Éducation nationale du Japon, Journal du Japon vous fait donc découvrir ce que propose cette association loi 1901 et revient sur cette journée et son large éventail d’activités qu’elle a proposé.

À l’entrée, le visiteur est déjà dépaysé, entre les bonsaïs et le koinobori (bannière en forme de carpe hissée à l’occasion de la fête des enfants au Japon). Certaines personnes avancent en kimono, socques traditionnelles aux pieds (les fameuses geta). C’est une fois arrivé dans la grande salle que le spectacle commence. Après une danse accompagnée de taiko (tambours japonais), c’est toute la foule qui est invitée à essayer le bon o-dori, une danse issue du obon, la fête qui honore les esprits. En cercle, petits et grands s’amusent à reproduire la chorégraphie, en rythme avec le taiko.

Parents ou enfants, visiteurs et organisateurs, tout le monde danse le bon o-dori

Les enfants comme les adultes y trouvent leur compte

Les différents stands proposent des activités diverses et variées qui savent occuper autant les enfants que les adultes. Alors que les adultes s’approchent du jeu de go (« échecs » japonais d’origine chinoise), du karuta (jeu de cartes populaire) ou des hanafuda (jeu des « cartes à fleurs »), les enfants préfèrent les origamis ou bien voir pour se faire calligraphié un message japonais sur le bras. Les plus téméraires essayeront eux-mêmes le shodô, l’art de la calligraphie traditionnelle : attention à ne pas se tacher !

Parties de go, calligraphie, karuta, hanafuda, origami et bien d’autres activités sont à découvrir

Plus insolite, un atelier d’architecture génère une coopération entre tous les âges : morceaux de bois et petits marteaux, bambins comme adultes, kimono ou non, tous mettent la main à la pâte ! M. Yuji KANESADA, chef charpentier et architecte, explique que c’est avec cette technique ancestrale qu’il a construit lui-même sa maison, dans la préfecture de Gifu. Ni clous, ni colle, ni vis et résistante face aux séismes, l’on retrouve cette technique architecturale au célèbre temple Kiyomizu-dera à Kyoto. Parmi toutes les activités, l’essayage de yukata (kimono pour les fêtes, les bains et l’été) rencontre un succès particulier, aussi bien chez les adultes qu’auprès des enfants qui prennent la pose devant l’objectif de leurs parents. Les motifs fleuris et les ombrelles traditionnelles japonaises ravissent les regards.

M. Yuji KANESADA, architecte aux méthodes ancestrales

Les yukata sont aussi très populaires dans les matsuri, les festivals japonais qui ont lieu la plupart du temps en été

 

 

 

 

 

 

 

 

La culture populaire côtoie le Japon traditionnel

Si certains visiteurs se divertissent largement avec les nombreuses activités ayant trait à la culture traditionnelle japonaise, les fans de mangas et d’anime ont aussi de quoi s’occuper. Au détour de quelques tomes de Dragon Ball ou de Tokyo Ghoul, de DVD ou peluches Ghibli, des dessinateurs proposent de croquer le portrait des visiteurs dans un style manga ! D’autres repartent avec des cartes Pokémon. D’ailleurs, c’est dans le brouhaha de la foule que certains croisent avec nostalgie les mascottes de leur enfance, Pikachu et Hello Kitty déambulent entre les stands. Et le soir venu, tout le monde se presse devant la scène sur laquelle Pikachu refait son apparition. Pas de pokéball à lancer, c’est un concert de génériques d’anime qui commence : en chœur se chantent les thèmes de Naruto, Sailor Moon, Pokémon ou encore Saint Seiya. Et pendant le concert, pourquoi ne pas déguster des recettes japonaises ? Curry japonais, takoyaki (boulette farcies de poulpe), douceurs à base de thé matcha et même nihonshu (le « saké » japonais), il y en a pour tous les goûts !

Entre les stands ou sur scène, Hello Kitty et Pikachu ravissent petits et grands

« C’est un lieu de partage où tout se complète »

Pour Damien Adant, président de l’association, celle-ci est « plus qu’une école, c’est un lieu de partage, où tout se complète ». En effet, c’est tout au long de l’année que les cours de langue japonaise s’associent à de nombreux ateliers thématiques pour découvrir la culture nipponne dans son ensemble. Le samedi après-midi, certains s’initient à l’art du sushi ou à l’ikebana (art floral), d’autres découvrent le cinéma japonais ou l’architecture par exemple. Une richesse d’activités et d’événements qui existe grâce au dévouement de bénévoles et professeurs dynamiques prêts à mettre en lumière toutes les facettes de la culture japonaise. «C’est ce qui fait le succès de l’école. L’an dernier, on s’attendait à 600 ou 700 visiteurs à la fête, on en a eu 1300. Aujourd’hui, nous avons dépassé les 2000, […] c’est la force du soft power japonais. Diffuser la culture japonaise, c’est l’ADN de l’école», rappelle Damien Adant.

M. Damien Adant, président de l’association de l’Ecole japonaise du Nord Pas-de-Calais

Cette année, l’école ne compte pas moins de trois classes de niveau 1, les élèves restant généralement jusqu’à la cinquième année pour qu’ils aient un niveau proche du JLPT 3. A la majorité de jeunes français, Damien Adant explique que s’ajoutent les enfants d’expatriés japonais qui « viennent suivre un cursus qui est proche de celui du Japon pour qu’ils puissent y retourner avec le même niveau».

L’École japonaise du Nord Pas-de-Calais et ses activités évoquent beaucoup plus que la seule pratique de la langue japonaise. C’est un véritable rendez-vous permanent où chacun trouve quelque chose à partager sur la culture du Pays au Soleil Levant. Grâce à ses bénévoles et professeurs dynamiques et enthousiastes ainsi que d’ateliers très divers, l’association est une véritable opportunité pour s’initier à la culture japonaise ou bien pour en parfaire sa connaissance. Et pour celles et ceux qui hésiteraient encore, le premier cours est gratuit !

École japonaise du Nord Pas-de-Calais
4 rue des ormes,
59 650 Villeneuve d’Ascq

Nils MARIE

Etudiant à l'ESJ de Lille, j'apprends la langue japonaise et suis passionné de la culture nippone.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *