Fête des mères et des pères : sélection de cadeaux littéraires !

Journal du Japon aime les mamans et les papas ! A quelques semaines de leurs fêtes, on vous propose de l’aide pour que vous trouviez le cadeau idéal !

Voici donc notre petite sélection.

Un beau livre pour découvrir le Japon avec les cinq sens : Japon, un voyage silencieux de Sandrine Bailly

Japon, un voyage silencieux de Sandrine Bailly, éditions de La Martinière : couvertureVoici un livre éblouissant qui permet de véritablement sentir le Japon aussi bien par le regard que par les autres sens. Contempler, errer, tracer, apparaître, hanter… C’est ainsi que le livre est découpé pour permettre un voyage au plus profond de l’âme japonaise.

Voici comment Sandrine Bailly le présente :

« J’ai imaginé ce livre comme un rêve éveillé. Un rêve habité par les couleurs d’un Japon que le lecteur traverse en silence :verts des paysages et des plantes observées au bord des chemins, lorsque nos pas nous portent à l’errance, reflets argentés de la lune que l’on se plaît à contempler, blancheur nacrée d’une jeune beauté surprise à sa toilettes, noirs intenses des encres qui envahissent la page.

Noir encore des fantômes intranquilles qui parfois viennent visiter les vivants. J’ai souhaité que le lecteur chemine lentement vers une beauté qui ne se laisse deviner qu’au travers des ombres. Une beauté serrée entre les pages, comme un cœur qui palpite. »

Japon, un voyage silencieux : pages intérieuresC’est une boîte à souvenirs japonais dans laquelle elle a glissé tout ce qu’elle aime : estampes des grands maîtres, fleurs délicatement peintes, calligraphies envoûtantes, photographies contemporaines, haïkus, notes de chevet de Sei Shônagon.

Un concentré de l’essence du Japon : les mousses qui donnent cette atmosphère si particulière aux jardins japonais, le mont Fuji qui trône dans les paysages, les fleurs délicates qui s’épanouissent puis qui fanent… Mais également des ombres qui flottent, des femmes en mouvement qui apparaissent puis disparaissent comme des manteaux de brumes.

Voiler, dévoiler. Hanter, errer. Montrer, masquer.

Japon, un voyage silencieux de Sandrine Bailly : pages intérieuresLe livre est un objet superbe : les textes qui expliquent le cheminement sont légers tout en étant très instructifs. Ils accompagnent, guident, sans alourdir ou écraser les beautés présentées.

On traverse les époques, croisant à quelques pages d’écart Ryoko Sekiguchi et Sei Shônagon, Rinko Kawauchi et Hokusai.

On croise des artistes japonais aussi bien que des artistes occidentaux, portant un même regard amoureux sur le Japon, ayant une même fascination pour l’ombre, le trait, l’impermanence et la beauté de l’éphémère.

On voyage entre montagnes et rivières aux côtés de Bashô, Sôseki ou Taniguchi.

Un merveilleux voyage immobile au pays du silence éloquent !

Plus d’informations sur le site de l’éditeur.

De superbes animaux à admirer dans Animaux dans la peinture japonaise de Brigitte Koyama-Richard aux Nouvelles éditions Scala

Animaux dans la peinture japonaise de Brigitte Koyama-Richard aux Nouvelles éditions Scala : couvertureUn autre très beau livre pour les amoureux du Japon, de la peinture japonaise… Et des animaux à poils, plumes ou écailles, réels ou fantastiques !

Les peintures sont nombreuses, de toutes les époques, de tous les styles, et les animaux défilent seuls ou en groupe dans de superbes paysages colorés. C’est un émerveillement dès qu’une page se tourne, on s’extasie, on s’exclame « kawaii » ou « quelle finesse dans les détails » !

Mais ce n’est pas juste une succession d’œuvres magnifiques, c’est également un texte d’une très grande qualité qui accompagne le lecteur dans ses découvertes. Chaque animal fait l’objet d’un portrait : qui est-il, quelle place tient-il dans la société et la culture japonaise (au fil du temps), quelles légendes, quels contes lui rendent honneur…

C’est une mine d’informations pour mieux appréhender la culture du pays à travers ses animaux réels ou fantastiques. Les pages sur les animaux dans le shintô ou le bouddhisme sont particulièrement intéressantes, remontant à la fondation du Japon et aux premiers échanges avec la Chine. C’est remarquable de justesse et de clarté, de précision tout en étant concis. Un travail impressionnant !

Plongez dans un univers merveilleux, du tanuki facétieux au dragon merveilleux, de la libellule à l’éléphant, de la grue au kirin !

Des animaux attachants ou effrayants, des défilés de créatures dans des attitudes humaines, des boules de poils attachantes aux yeux doux, des insectes minuscules peints de façon si réaliste qu’on a l’impression de les voir bouger sur les pages… On ne se lasse pas et on prend et reprend le livre pour en découvrir toutes les merveilles !

Le grand format du livre permet d’apprécier les différentes peintures de la meilleure façon : les rouleaux emaki s’étalent sur plusieurs pages, les portraits tout en longueur s’admirent en pleine page, et les détails peuvent être observés sans avoir besoin d’une loupe. Le rendu des couleurs est très beau et le papier de grande qualité.

Un très très beau cadeau que vous aurez peut-être envie de garder pour vous quand vous l’aurez feuilleté !

Et n’hésitez pas à aller découvrir tous les beaux livres de cette maison d’édition qui fait un travail formidable pour faire découvrir les arts japonais (peinture, jardin, architecture, etc).

Plus d’informations sur le site de l’éditeur.

Cuisiner japonais ET vegan avec le livre de Tim Anderson, Cuisine japonaise vegan ultra-facile

Cuisine japonaise vegan ultra-facile de Tim Anderson : couvertureTim Anderson nous avait déjà proposé la cuisine japonaise ultra-facile. Il revient, toujours aux éditions Synchronique, avec une version vegan toujours simple et très savoureuse.

Il explique dès l’introduction que « dans les faits, la cuisine japonaise est en général assez propice au véganisme : ses recettes sont en grande partie vegan par essence et beaucoup d’autres peuvent le devenir en remplaçant un ou deux éléments. Et je ne parle pas simplement de la cuisine austère et traditionnelle des temples bouddhistes (bien qu’elle soit tout à fait délicieuse). Salé, sucré, acide, amer ou umami … On peut profiter des mêmes saveurs puissantes et audacieuses de la soul food japonaise moderne sans jeter un seul coup d’œil aux rayons des viandes et des produits laitiers.
Pour commencer, les plats japonais sont souvent constitués d’une base végétale, la viande et le lait ayant été utilisés avec parcimonie durant une longue période de l’histoire du pays. La plupart des assaisonnements – ô combien délicieux – ont pour ingrédients principaux des fermes de haricot fermentés et du riz, naturellement vegan. Oui, le poisson pose problème ! Surtout l’omniprésent dashi (bouillon de konbu et de bonite séchée), qui est la base de tant de plats japonais mais qui peut facilement être remplacé par des champignons et des algues, pour un résultat tout aussi satisfaisant.
Mais soyons clairs : ce livre ne vous apprendra pas comment réaliser une « version vegan » des plats communément à base de viande et de poisson. Cela ne sera pas bon, et encore moins nécessaire ! À la place, on peut piocher dans la riche culture culinaire de l’archipel – déjà vegan ou presque – pour éviter les substituts tristounets et le manque de saveur. »

C’est avec beaucoup d’humour et d’anecdotes que cet enfant du Wisconsin (le pays laitier de l’Amérique) livre ses recettes dans la bonne humeur et en toute simplicité.

Il commence d’abord avec une explication sur l’umami qui permet d’avoir des plats savoureux sans viande. Puis il détaille le contenu du placard japonais vegan en sept ingrédients essentiels : sauce soja, saké, mirin, vinaigre de riz, miso, dashi (version sans bonite) et riz. Il cite également onze autres « délicieux produits japonais vegan qui pourraient vous intéresser » : le tofu, les champignons, les algues, les pickles, les nouilles, les graines de sésame grillées, l’huile de sésame, le panko (chapelure japonaise), la sauce tonkatsu, le shichimi togarashi (« piment aux sept parfums ») et le jus de yuzu.

Cuisine japonaise vegan ultra-facile de Tim Anderson : pages intérieuresLe lecteur plonge ensuite dans les recettes simples et riches en goût. Plusieurs parties permettent de piocher en fonction des envies, du temps disponible, des ingrédients qu’on a sous la main :
– assaisonnements et sauces de base : sauce sucrée au miso, mayonnaise japonaise vegan, roux de curry japonais, sauce wafu (sauce sucrée à l’oignon et au gingembre) entre autres
– petits plats, accompagnements et en-cas : de délicieuses carottes rôties façon teriyaki, différents pickles, des onigiri (en version grillée également), des croquettes (poireaux petits pois pommes de terre, ou maïs doux au curry), deux recettes de gyoza vegan (au kimchi et tofu, ou aux champignons aillés et pousses de bambou)…
– grands plats : tous les légumes en tempoura, un ragoût au kimchi et miso, un très beau curry katsu de chou-fleur…
– grands plats de riz et de nouilles : ramen au curry, aux oignons, ou en salade, plusieurs riz sautés… et même un bento vegan
– desserts et boissons : yôkan à la châtaigne, gelée d’amandes à la mangue et au sirop de sucre roux, un mojito au saké et à la pastèque et bien d’autres surprises délicieuses !

Les photos sont superbes, les recettes gaies et colorées… De quoi se faire plaisir en toute saison !

Plus d’informations sur le site de l’éditeur.

Pour les petits budgets, un recueil de haïkus de printemps et d’été chez Folio Sagesses (3,50 €) !

Haïkus de printemps et d'été, folio sagesses : couvertureVoici un petit livre simple et élégant qui ravira les amoureux du court poème japonais. Après une très belle « petite histoire du haïku », le lecteur découvre des poèmes printaniers et estivaux d’auteurs connus (Buson, Shiki, Ryôkan ou Bashô) et moins connus, en parcourant des siècles de poésie (d’ARAKIDA Moritake 1473-1549 à KAWABATA Bôsha 1900-1941). C’est un bonheur de lire un petit poème au réveil, au coucher, ou lorsqu’on a besoin de prendre du recul dans la journée. Une parenthèse bienfaisante, une bulle d’air frais … le cadeau idéal pour faire des pauses dans le quotidien parfois oppressant !

Matin de printemps –
mon ombre aussi
déborde de vie !

Kobayashi Issa

Foulant la verdure
je foule
un banc de nuages

Kawabata Bôsha

Le monde
est devenu
un cerisier en fleurs

Ryôkan

Sur cent lieues à la ronde
les pivoines
repoussent les nuages de pluie

Yosa Buson

Plus de deux cents haïkus à savourer au fil des jours et des saisons.

Plus d’informations sur le site de l’éditeur.

Il y en a pour tous les goûts et tous les prix, vous n’avez plus qu’à faire votre choix !

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *