Sélec Japanime de la saison : Automne 2021

La saison japanime de cet automne 2021 approche de sa conclusion, c’est la dernière ligne droite, plus que quelques épisodes pour profiter de vos séries préférées et savourer leur climax ! Mais c’est peut être aussi le meilleur moment pour rattraper un oubli, ou donner une seconde chance à un anime qui ne vous avait pas convaincu dès le départ ?

Comme il n’est jamais trop tard pour changer d’avis, l’équipe de Journal du Japon vous propose son bilan anticipé de la saison. Au programme : coups de cœur, suites à ne pas manquer, outsiders qui valent le détour… ou pas. Et même un petit bonus pour ceux qui regardent leurs séries en vo sans sous-titres !

2021-12 - Selection Japanime Automne

 

Coups de cœur de l’équipe

Ranking of Kings - Wakanim

© SousukeTOKA,KADOKAWA/Ranking of Kings animation film partners

Ranking of Kings – Wakanim Icon Wakanim

Impressions de l’équipe :

  • Pascal : 😍
  • Charlène : 😍
  • Elliot : 😍
  • Tanja : 😍
  • Amine : 😍

Verdict de Pascal : Avec une première image mignonne mais pas forcément flamboyante, et un titre qui laissait craindre un énième anime s’inspirant des canons de l’héroic fantasy vidéo-ludique, je me suis approché de Ranking of Kings avec circonspection, pour être totalement conquis par l’improbable numéro d’équilibriste que réussit brillamment cette série surprenante à chaque épisode.

On rit, on pleure et on se passionne pour ce Ranking of Kings dont la porte d’entrée est un personnage principal des plus attachants. Boji, minuscule petit prince muet, est l’héritier du royaume de Bosse dont le Roi est mourant. Moqué par tous et spolié de son trône, il conserve malgré tout un cœur et un courage de géant. Il va s’embarquer dans une quête de découverte et de reconnaissance au-delà des canons habituels de la force. Mais plus qu’un simple héros attachant, c’est l’écriture globale de l’histoire et de l’ensemble des personnages qui surprend et constitue le point fort de la série. Chacun se révèle complexe et bien écrit, déjouant très souvent les à priori qu’il provoque à la première rencontre. Ranking of Kings prouve de manière éclatante qu’il faut se jouer des apparences et que la première impression est souvent loin d’être la bonne.

Techniquement aussi la série surprend par son excellence et sa fluidité couplée à un design naïf et mignon qui l’installe dans le domaine des contes. Pour moi, c’est LE shōnen de l’année – puisque Ranking of Kings en reprend les codes d’amitié, de dépassement de soi et de victoire – et plus globalement LA série de la saison, pourvoyeuse de joie, d’émotion et de suspense.

 

The Heike Story - Wakanim

© The Heike Story Project

The Heike Story – Wakanim Icon Wakanim

Impressions de l’équipe :

  • Elliot : 😍
  • Pascal : 🤩
  • Charlène : 🙂
  • Amine : 🙂
  • Tanja : 🙂

Verdict de Elliot : Heike Monogatari, traduit en Dit des Heike en France et publié chez les éditions Verdier, est à l’origine un cycle médiéval épique compilé au 14e siècle au Japon à partir des chants oraux des biwa hôshi, joueurs de biwa itinérants contant à travers tout l’archipel le sort tragique du clan des Taira. Considéré comme un classique de la littérature médiévale au Japon et ayant connu moult adaptations au fil du temps, il n’est donc pas étonnant de le voir transcrit en animation des siècles plus tard. Sorti légèrement en amont de la saison d’automne sous son titre international, The Heike Story, le projet du studio Science SARU est porté par de grands noms de la scène contemporaine de l’animation japonaise avec à leur tête Naoko YAMADA, illustre réalisatrice du studio Kyôto Animation derrière K-on ! ou A Silent Voice pour ne citer qu’eux.

L’histoire narre la vie de Biwa qui est, comme son nom l’indique plutôt clairement, fille d’un de ces biwa hôshi. Suite à la mort de son père, elle se retrouve recueillie chez les Taira, clan guerrier dominant de la fin de l’époque Heian. Mais cette période faste pour les Taira (aussi nommés Heike) ne durera pas, et nous suivrons dans l’anime leur chute face au clan des Minamoto (aussi appelé Genji).

Les noms derrière la série nous le laissaient espérer, The Heike Story est réellement sublime de son début à sa fin, l’anime s’étant terminé en 11 épisodes fin novembre. Que cela soit au niveau des textures au rendu « parchemin », de l’utilisation des couleurs, du chara-design atypique (collaboration entre la mangaka Fumiko TAKANO, autrice du Livre jaune, son seul manga publié en France, et l’animateur Takashi KOJIMA derrière les personnages de Ride Your Wave), de la magnifique bande son et des nombreuses envolés lyriques, la série est à voir absolument pour tous ceux qui aiment l’animation (très) bien faite. Le seul bémol est alors l’histoire : le récit du Dit des Heike étant généralement connu des japonais, l’anime s’appuie sur cette connaissance à priori et ne fait pas de grands efforts pour introduire son scénario ou ses personnages. Reste que, même si parfois difficilement déchiffrable, The Heike Story reste très intense dans les émotions qu’il souhaite communiquer et compte assurément parmi les plus grands anime de 2021.

 

Taisho Otome Fairy Tale - Wakanim

© Sana Kirioka/Shueisha,Taisho Otome FairyTale Production Consortium

Taisho Otome Fairy Tale – Wakanim Icon Wakanim

Impressions de l’équipe :

  • Charlène : 😍
  • Tanja : 😍
  • Amine : 😍
  • Julien : 😊🙂

Verdict de Charlène : À l’origine, Taisho Otome Fairy Tale m’a attiré par son chara-design, l’affiche de la série m’a plutôt séduite par ses couleurs et l’aspect général des personnages qui s’y trouvent. Ensuite je dois dire que l’histoire en elle-même était plutôt intéressante.

Comme le titre l’indique, celle-ci se passe en effet à l’ère Taisho (1912-1926), quand le Japon évolue industriellement, au sein d’une famille où vit le héros, Tamahiko, membre d’une fratrie aisée. Tout semble lui sourire jusqu’au jour où, lors d’un accident, il perd l’usage de sa main droite mais également sa mère. À ce moment-là, l’histoire aurait pu s’arrêter si ce n’est que le jeune homme a un père au caractère glacial qui décide de l’exiler dans la campagne lointaine, le faisant même passer pour mort, ne souhaitant pas s’occuper d’un fardeau. Alors que Tamahiko broie du noir, une jeune fille, Yuzuki, envoyée par son père pour devenir sa femme, entre dans son quotidien et semble vouloir lui montrer que tout n’est pas terminé. Réalisé par le studio Synergy SP, l’animation est propre et agréable à regarder. Quant aux personnages, on s’attache à eux et à leur quotidien, un anime plutôt slice of life qui fait mouche.

 

My Senpai is Annoying - Wakanim

© Shiromanta,ICHIJINSHA/My Senpai is Annoying Production Committee

My Senpai is Annoying – Wakanim Icon Wakanim

Impressions de l’équipe :

  • Pascal : 😃😊
  • Tanja : 😍
  • Amine : 😍
  • Julien : 😊🙂
  • Mick : 🙂

Verdict de Pascal : Futaba aime bien son travail et ses collègues. Dernière arrivée dans l’entreprise et un peu complexée par son petit gabarit, elle met du cœur à l’ouvrage pour faire ses preuves. Elle peut compter sur Takeda, son aîné, avec qui elle travaille en binôme et qui s’avère des plus serviables malgré sa carrure impressionnante. Si seulement Takeda n’était pas si horripilant à la traiter comme une enfant !

My Sempai is Annoying, c’est un peu la vie de bureau comme on rêverait qu’elle se passe : ses petits défis, ses tracas et ses célébrations entre collègues parfois un peu taquins mais toujours bienveillants. C’est aussi ces petites romances qu’on aimerait voir naître mais surtout garder discrètes, pour ne pas attirer l’attention.

Avec sa galerie de personnages tous attachants et sa bonne humeur, My Sempai is Annoying est la série feel good de la saison. On suit avec jubilation les tribulations de Futaba et de ses collègues, et on espère bien que Takeda, grand ours souriant, finira par la voir non pas juste comme une collègue, mais simplement comme une femme. Pas un chef d’œuvre mais une sympathique série tranche-de-vie qui égaie notre dimanche matin !

 

Komi can't Communicate - Netflix

© オダトモヒト・小学館/私立伊旦高校

Komi cherche ses mots – Netflix Icon Netflix

Impressions de l’équipe :

  • Amine : 😍
  • Tanja : 😍
  • Mick : 😃
  • Julien : 🤨🙁
  • Pascal : 😐

Verdict de Amine : Shôko Komi est la plus jolie fille du lycée. Dans la cour ou dans les couloirs, les gens ne peuvent s’empêcher de la fixer du regard, en admiration devant sa beauté et sa prestance. Elle ne semble s’intéresser à rien ni personne, et son côté froid et mystérieux ne fait qu’augmenter les fantasmes de ses camarades. Cependant, Hitohito Tadano découvre son secret : Shôko souffre d’une d’anxiété sociale extrême qui l’empêche de communiquer avec les autres, prononcer le moindre mot étant pour elle une épreuve quasi insurmontable. Malgré ses difficultés, la jeune fille tient absolument à corriger cette facette de sa personnalité, et va demander à Hitohito de l’aider à apprendre à communiquer avec ses camarades et réaliser son rêve : se faire 100 amis. Le hic, c’est que le lycée Itan étant l’établissement le plus sélectif de la région, il est rempli d’étudiants excentriques voire complètement tordus !

Malgré ce pitch des plus classiques, le studio OLM, nous offre avec Komi cherche ses mots l’une des pépites de la saison d’automne. Outre une animation somptueuse, capable de faire pleurer de joie tout fan de japanime, cette romcom met en lumière certains problèmes de l’adolescence : à travers Shôko on apprend toute l’importance de la communication, et de l’amitié. Cette romance si poétique arrive à faire chavirer nos cœurs, et nous pousse à ne vouloir qu’une chose, plus de Shôko Komi !

 

 

Les suites à ne pas manquer

86 c2 - Crunchyroll

© 2020 Asato Asato/KADOKAWA CORPORATION/Project-86

86 Eighty-Six (cour 2) – Crunchyroll Icon Crunchyroll

Impressions de l’équipe :

  • Mick : 😃
  • Tanja : 😍
  • Amine : 😄

Verdict de Mick : L’unité fantôme 86 de la République de San Magnolia commandée par le major Vladilena “Lena” Milizée est enfin de retour dans une deuxième saison, très attendue après le cliffhanger final de la précédente. Après avoir surmonté ces terribles épreuves, l’unité dirigée par Shin s’en est allée chercher un endroit où vivre paisiblement. Le début de la saison 2 commence ainsi avec leur arrivée à la République Fédérale de Giad, où les rescapés obtiennent la citoyenneté et débutent une nouvelle vie loin du champ de bataille. Ils se rendent cependant rapidement compte que celle-ci n’est pas adaptée pour eux et s’engagent dans l’armée, avec laquelle ils devront de nouveau faire face à la Légion.

Cette seconde saison de 86 Eighty-Six continue donc sur les pas de la précédente, qui plaçait les thèmes de la discrimination et de la guerre au cœur du récit. Que se soit au niveau des combats, de l’animation, de la musique… on reste également sur les mêmes très bonnes bases que la saison 1. C’est toutefois aussi le cas pour les retards de production, puisqu’on a déjà eu droit à plusieurs reports d’épisodes tristement camouflés par un épisode spécial et un épisode récapitulatif. Heureusement, la série vaut le coup de prendre son mal en patience.

 

Mushoku Tensei c2 - Wakanim

© Rifujinnamagonote/MFBOOKS/ Mushoku Tensei Production Committee

Mushoku Tensei (cour 2) – Wakanim Icon Wakanim

Impressions de l’équipe :

  • Amine : 😍
  • Julien : 😃
  • Tanja : 🙂

Verdict de Amine : « Ici, je vais me transcender ! » Un anonyme de 34 ans, reclus et au chômage se fait écraser par un camion peu après avoir été chassé de la maison familiale. Quelle ne fut pas sa surprise lorsqu’il se réveilla bébé dans un monde d’épées et de magie ! Rudeus, comme il s’appelait désormais, jura alors de réussir sa deuxième vie et de tirer un trait sur l’immonde déchet qu’il avait été 34 ans durant. Dès son plus jeune âge, il nouera de nombreux liens dans ce nouveau monde, notamment une solide amitié avec trois jeunes filles, avant de partir pour une aventure aussi palpitante que périlleuse. Une seconde chance lui a été accordée… et elle ne sera pas de tout repos !

Dans ce deuxième cour de Mushoku Tensei, à l’animation toujours aussi somptueuse de la part du studio Bind qui ne cesse de nous émerveiller, nous continuons de suivre Rudeus, Eris, et Ruijerd dans leur périple à travers le territoire démoniaque, mais également Roxy qui est bien décidée à retrouver son précieux élève. Certes certaines personnes pouront à nouveau être gênées par quelques scènes toujours franchement borderline, qui constituent l’indéniable défaut de la série. Mais l’histoire arrive une nouvelle fois à atténuer leur impact, et à nous faire voyager au côté de Rudeus et sa bande !

 

 

Les outsiders qui valent le détour

Mieruko-chan - Wakanim

© Tomoki Izumi,MIERUKOCHAN Partners

Mieruko-chan – Wakanim Icon Wakanim

Impressions de l’équipe :

  • Mick : 🤩
  • Amine : 😍
  • Tanja : 😕

Verdict de Mick : Comment réagiriez-vous si vous pouviez voir des fantômes à l’apparence horrible, que personne d’autre ne perçoit ? C’est la question qu’a décidé de poser la série Mieruko-chan, qui suit le quotidien de Miko Yotsuya, une jeune lycéenne capable de voir les esprits. Plutôt que de céder à la panique face à ces visions d’horreur, qui vont même jusqu’à lui parler, Miko s’efforce de contrôler sa peur en faisant mine de ne pas les voir, afin de continuer à mener une vie tout à fait normale.

Voilà un anime qui est prenant car il arrive à instiller beaucoup de suspense à travers les situations, toutes plus improbables que les précédentes, auxquelles Miko se retrouve confrontée. Le personnage en devient rapidement très attachant et on peut très facilement s’identifier à elle. Bref, un anime qui sort des sentiers battus et qui vaut vraiment la peine d’être visionné.

 

Takt Op Destiny - Crunchyroll

© DeNA/takt op.Phil

Takt Op.Destiny – Crunchyroll Icon Crunchyroll

Impressions de l’équipe :

  • Julien : 😮🙂
  • Mick : 😃
  • Amine : 😐
  • Tanja : 😕

Verdict de Julien : Takt Op Destiny est le versant anime d’un projet cross media (comme on en aura eu plusieurs cette saison), qui précède le jeu mobile auquel il sert vraisemblablement de préambule ou d’introduction. Dans ce genre de projets, soyons honnêtes, la série animée sert surtout de vitrine promotionnelle aux produits plus rémunérateurs (jeux, mangas, produits dérivés…), ce qui se traduit généralement par une série de piètre qualité. Sachant cela, Takt Op Destiny s’en tire pourtant bien mieux que ce qu’on pouvait craindre.

Alors évidemment, comme souvent dans ce genre de productions, ce n’est pas du côté de l’histoire ou des personnages qu’il faudra chercher de l’originalité. Au programme : météore ayant apporté son lot de monstres venus d’on ne sait où, humanité décimée, monde post apocalyptique en reconstruction et organisation combattant les dits monstres au moyen d’armes humaines… Classique, même si la thématique musicale du projet ajoute une pointe de subtilité. Idem du côté des personnages, entre le héros taciturne asocial et les antagonistes aux tendances névrotiques et objectifs des moins surprenants. On notera malgré tout que « l’arme humaine », Cosette/Unmei, sans vraiment surprendre, s’avère assez attachante, tout comme la « grande sœur », Anna, qui fait preuve d’un belle énergie pour remuer ce beau monde.

Mais alors, à quel niveau ce Takt Op Destiny parvient-il a tirer son épingle du jeu ? Tout simplement sur le plan visuel. Car à la baguette, c’est rien moins que les studios Mappa et Madhouse qui sont à l’œuvre. Le résultat est donc à la hauteur des trailers, et sans égaler les masterpieces de ces cadors, l’ensemble se révèle des plus agréable à l’œil, que ce soit au niveau du chara design, des environnements, des combats ou de l’animation générale. Enfin, si l’originalité n’est guère de mise dans le fond, la forme de road movie à travers une Amérique en reconstruction, ainsi que la thématique musicale que la série adopte, apportent tout de même une petite touche de fraîcheur bienvenue.

 

Irina - Wakanim

© Keisuke MAKINO, Shogakukan / TSUKI TO LAIKA TO NOSFERATU Project

Irina : The Vampire Cosmonaut – Wakanim Icon Wakanim

Impressions de l’équipe :

  • Tanja : 😍
  • Amine : 🙂🙁

Verdict de Tanja : Irina, The Vampire Cosmonaut, en japonais Tsuki to Laika to Nosferatu, est tiré du light novel écrit par Keisuke MAKINO avec les illustrations de Karei, et adapté par le studio Arvo Animation.

L’histoire se déroule dans un monde qui ressemble beaucoup au nôtre sans vraiment l’être. À la fin de la Seconde Guerre mondiale, le monde est divisé en deux superpuissances : l’Union des républiques de Zirnitra à l’est, et le Royaume d’Arnack à l’ouest. Ces deux nations décident de tourner leur soif de conquête vers l’espace et se lancent dans une course féroce au développement. 1960, Gergiev, chef suprême de l’Union, annonce le « Projet Miechita », qui vise à réaliser un vol spatial habité dont la réussite serait une première dans l’histoire de l’humanité. C’est ainsi que Lev Leps, candidat astronaute remplaçant, reçoit l’ordre d’effectuer une mission secrète : le « Projet Nosferatu ». Celui-ci a pour but d’envoyer une vampire dans l’espace avant d’effectuer le vol spatial habité. La mission consiste à surveiller et former le sujet d’expérience appelé Irina Ruminescu. Lev et Irina, humain et vampire, superviseur et sujet d’expérience…

Le point fort de la série c’est de réexplorer la conquête spatiale avec de vraies références, mélangées à du fantastique, dans un monde alternatif au nôtre. Une jeune vampire est alors utilisée comme cobaye pour ensuite pouvoir envoyer un homme dans l’espace. La relation que vont construire Lev et Irina est touchante. Il ne la considère jamais comme un monstre, mais comme un être humain à part entière.

Le générique d’ALI Project met dans l’ambiance un peu gothique. Les musiques de Yasunori MITSUDA (Xenogears, Chrono Trigger) contribuent à cette très belle adaptation. Notons aussi qu’Irina est doublée par la très célèbre Megumi HAYASHIBARA (Evangelion, Ranma, Slayers). Bref, Irina, The Vampire Cosmonaut est l’une des belles surprises de cette saison.

 

Digimon Ghost Game - Crunchyroll-ADN

© Akiyoshi Hongo, Toei Animation

Digimon Ghost Game – Crunchyroll Icon Crunchyroll / ADN Icon ADN

Impressions de l’équipe :

  • Mick : 🙂
  • Elliot : 😃

Verdict de Mick : Après le remake de la série originale en 2020, la Toei Animation remet le couvert cette année avec Digimon Ghost Game. Cette nouvelle série se déroule dans un monde où la technologie des hologrammes a émergé et d’étranges rumeurs concernant des “fantômes holographiques” circulent sur les réseaux sociaux. Hiro Amanokawa est un jeune collégien et sa vie bascule le jour où son père disparaît mystérieusement en laissant derrière lui des montres au fonctionnement particulier. Il s’agit en réalité de “Digivices” qui permettront au jeune garçon de découvrir l’existence des Digimon et de faire la connaissance de Gammamon, un petit Digimon espiègle.

Il s’agit de la première fois où l’horreur est le thème central d’un anime Digimon, ce qui apporte un vent nouveau à la franchise. L’histoire se déroule majoritairement dans le monde des humains, qui perçoivent les Digimon comme des fantômes. Si cette série propose un thème innovant et une nouvelle façon de redécouvrir les Digimon, le public visé est essentiellement les enfants. Là où les versions précédentes de la franchise proposaient une histoire offrant un but précis aux protagonistes et s’étalant sur toute la saison, chaque épisode de Digimon Ghost Game constitue presque une histoire à part entière. La résolution des conflits a également changé, les protagonistes évitant de tuer les Digimons ennemis si l’occasion se présente. Une série sympathique à regarder en somme mais dont les combats manquent d’une certaine dimension épique.

 

Blue Period - Netflix

©︎ 山口つばさ・講談社/ブルーピリオド製作委員会

Blue Period – Netflix Icon Netflix

Impressions de l’équipe :

  • Pascal : 🤩
  • Tanja : 🙂
  • Amine : 🙂

Verdict de Pascal : Yatora est un lycéen sociable et bûcheur mais qui, n’ayant aucune passion, souffre d’un certain vide existentiel et n’aspire à rien de particulier pour son avenir. Sa vie change lorsque, ayant été subjugué par l’œuvre d’une de ses camarades, il décide de rejoindre le club d’art et de se consacrer corps et âme à l’apprentissage de la peinture. Avec son protagoniste avenant mais aussi sujet à l’introspection, auquel on peut vite s’identifier, et sa dissection pointue du processus créatif et des techniques artistiques, Blue Period est vite passionnant.

Si la série n’est pas un bijou d’animation, elle a donc cependant pour elle ce sujet des plus exaltants et donne envie de se jeter sur le manga qu’elle adapte. Et même plus : de croquer la vie à pleine dent et de se chercher soi-même, voire de se lancer dans une activité artistique ! Ajoutons que l’ambiance de l’anime et ses génériques de début – avec une irrésistible vibe « Tetsuro Yamashita/City Pop », reprenant haut la flamme de l’ending de Jujutsu Kaisen de l’année précédente – comme de fin , achèvent d’en faire le rendez-vous très attendu pour égayer nos samedi matin !

 

The Vampire Dies in no Time - Wakanim

© Itaru Bonnoki (AKITASHOTEN)/ The Vampire dies in no time

The Vampire Dies in No time – Wakanim Icon Wakanim

Impressions de l’équipe :

  • Tanja : 😍
  • Amine : 🙁

Verdict de Tanja : Quand Ronald, chasseur de vampires, apprend qu’un enfant a été kidnappé, il se rend sur-le-champ au château de l’invincible Draluc. Mais loin du seigneur maléfique tel qu’il se l’était imaginé, le jeune homme découvre une mauviette qui tombe en poussière au moindre choc. Au grand dam de Ronald, il se retrouve à former une équipe malheureuse avec Draluc, la lie des vampires, et son fidèle John, tatou de compagnie.

The vampire dies in no time est un manga de Itaru BONNOKI toujours en cours de publication dans le Weekly Shonen Champion (BEASTARS, Baki, SHY), et son adaptation par le studio Madhouse est sans doute l’anime le plus absurde de cette saison. Mais aussi le plus amusant. Les personnages, les situations, tout est improbable, mais toujours très drôle. Les épisodes sont composés de plusieurs histoires, le manga d’origine étant un enchaînement de gags. Une galerie de personnages toujours plus dingue vont commencer à se former autour du trio, car oui John, leur mascotte, va vite prendre de l’importance. C’est barré, totalement, mais c’est ça qui est bon.

The vampire dies in no time est un anime qu’on regarde en vidant son cerveau pour mieux affronter le reste de la semaine. Il n’a aucune prétention à part vous faire rire des situations totalement absurdes de Draluc et Ronald.

Selection Project - Wakanim

© SELECTION PROJECT PARTNERS

Selection Project – Wakanim Icon Wakanim

Impressions de l’équipe :

  • Amine : 😊

Verdict de Amine : L’émission de téléréalité « Selection Project », produite chaque été, est réputée comme le plus grand tremplin pour toute jeune fille rêvant de devenir une idol. Toutes les gagnantes précédentes ont été récompensées par un succès explosif et une popularité spectaculaire dans le monde entier. Les neuf jeunes filles ayant passé les auditions préliminaires pourront accéder aux auditions principales, où elles devront tourner des documentaires et réaliser des performances en direct. Enfin, leur sort sera décidé par les votes des spectateurs. Lors de cette 7e édition, qui sera celle qui recevra le plus de votes et remportera la couronne de lauriers, ainsi qu’une carrière garantie en tant qu’idol ? L’histoire de ces jeunes filles à la fois camarades et rivales, s’affrontant lors d’auditions pleines de passion, va maintenant commencer !

Je vous entend venir : encore un anime d’idol. Oui, mais Selection Project parvient à tirer son épingle du jeu. En plus d’une animation très belle du studio Doga Kobo (hormis les chorégraphie, animées dans une 3D mal maîtrisée), la série introduit le concept de téléréalité en mettant en avant l’impact des candidates sur les téléspectateurs. Surtout, contrairement à des séries d’idol classiques comme notamment Love Live, Selection Project aborde des thèmes très atypiques pour une série musicale, en particulier le thème de la lutte contre la maladie, ses conséquences, et le regard que les gens peuvent porter sur ces personnes.

Si vous êtes curieux de découvrir un anime d’idol qui sort des sentiers battus, alors n’hésitez pas à donner sa chance à Selection Project.

 

L’accident industriel

Muv Luv Alternative - Crunchyroll

© aNCHOR / CX / ALTERNATIVE 3rd Project

Muv Luv Alternative – Crunchyroll Icon Crunchyroll

Impressions de l’équipe :

  • Elliot : 😑
  • Julien : 😬🤔
  • Tanja : 😕

Verdict de Elliot : Comme on pouvait s’y attendre, Muv Luv Alternative est bien la catastrophe redoutée, ceci aussi bien pour les fans de la première heure que pour les nouveaux arrivants. Mais que pouvait-on espérer d’un projet en 12 épisodes adaptant (même si partiellement) un visual novel de plus de 50h, qui plus est troisième opus d’une série s’appuyant fortement sur les précédents ? Car avant d’être un anime, Muv Luv Alternative est d’abord une série réputée culte dans le monde des VN, ayant notamment servi – entres autres inspirations – à Hajime ISAYAMA pour son encore plus culte L’Attaque des Titans.

Dans Muv Luv Alternative, ce ne sont cependant pas des géants difformes qui terrorisent l’humanité mais une race d’alien, les BETA, tout aussi effroyables, voire plus, qui ont conquis la planète bleue. Takeru Shirogane, à l’origine lycéen d’un monde similaire au notre, se retrouve propulsé dans cette réalité alternative et tente d’y affronter la menace alien au côté de ses anciens camarades de classes devenus  compagnons d’armes. Il échoue malheureusement mais se réveille mystérieusement, une nouvelle fois, dans ce monde périlleux comme si son combat n’avait pas eu lieu…

Si le jeu vaut largement la peine de se pencher dessus pour les aficionados du genre, il est plus difficile d’en dire autant pour l’anime. Personnages non développés qui se résument donc à leur stéréotype, intrigue au rythme étrange, manque d’enjeu et d’implication… Difficile de voir à qui peut plaire Muv Luv Alternative tant les fans seront déçus de l’adaptation (si tant est qu’ils en attendaient quelque chose) et les nouveaux venus perdus dans cet univers si vaste à peine effleuré. En espérant donc que l’anime n’agira pas en repoussoir et attisera leur curiosité envers une œuvre de niche qui mérite son statut culte.

 

Bonus Track

Megaton Musashi

© 2021 LEVEL-5 Inc.

Megaton Musashi – YouTube Icon Youtube

Impressions de l’équipe :

  • Elliot : 😍

Verdict de Elliot : Qui n’a jamais rêvé d’une fusion entre Getter Robo, Inazuma Eleven et L’Attaque des titans ? Personne ? Eh bien tant pis, parce que ce rêve existe bel et bien et se nomme Megation-kyû Musashi, projet transmédia de Level 5 (studio de jeu vidéo connu pour Inazuma Eleven) porté par l’anime diffusé cette saison, ainsi que le jeu vidéo du même nom commercialisé en novembre.

Seul malheur qu’il convient de citer dès maintenant : l’un comme l’autre s’adressent (pour le moment on l’espère) uniquement au public japonais. Megaton-kyû Musashi n’est donc pas sous-titré officiellement et diffusé sur les plateformes de streaming internationalles mais seulement disponible légalement en version originale sur Youtube et ceci sans limite de temps. Les plus curieux pourront donc aller le voir sur la chaîne de Level 5.

Megaton-kyû Musashi se déroule sur terre suite à une invasion extra-terrestre. Le seul abris qu’il reste pour les terriens est un énorme dôme où est recréée artificiellement une vie ordinaire. Ses habitants n’ont pour la plupart pas conscience de leur situation périlleuse, hormis quelques soldats qui combattent toujours l’envahisseur en dehors de la ville à l’aide de robots géants. Notre héros, le collégien Yamato Ichidaiji, se retrouve lui aussi à devoir piloter un de ces robots géants, le robot de classe Musashi, accompagné de 2 de ses camarades de classe. Bientôt rejoints par d’autres camarades et d’autres classes de robots, ils apprendront au fil de leur combat la vérité sur l’invasion de la terre…

Bien que souvent très laid sur ses séquences d’animation 2D, c’est cette fois l’animation en CGI utilisée pour les combats de robots géants qui sauve la série. Accompagnées d’une bande son entraînante, sans compter l’opening épique rappé avec ferveur par le groupe Nijiiro Zamurai, on ne peut que se retrouver embarqué dans cette histoire qui, mine de rien, développe des enjeux bien plus matures qu’à l’accoutumée des jeux de Level 5. En bref, une curiosité à ne pas manquer pour les fans de robots géants, qui se dotera en plus d’une deuxième saison en 2022.

 

 

Pour retrouver la liste complète des séries diffusées cet automne par chaque plateforme :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Recrutement : en 2022, rejoignez-nous!