Du soleil dans la playlist pour un été en J-Music !

Au cœur de la culture japonaise, où les saisons jouent un rôle primordial, l’été est synonyme d’abord de saison des pluies mais surtout de nombreuses festivités, les matsuri, accompagnés de leurs traditionnels hanabi (« feux d’artifice »). Dans la chanson japonaise, l’été est une thématique que les artistes adorent aborder, très souvent mise en relation avec la jeunesse et l’amour. En ce jour du 21 juin 2022, nous célébrons non seulement le début de l’été mais aussi la fête de la musique ! Ainsi, à l’occasion de ce double événement, Journal du Japon vous offre ses plus chaudes recommandations pour passer le meilleur des étés en compagnie de la J-Music, avec à la clé une playlist élaborée par nos soins en fin d’article. 

Plages et balades estivales, un été tout en tranquillité…

Kaneko Ayano

été 2022 - ayano kaneko

Kaneko Ayano

Née le 30 janvier 1993 à Yokohama, Kaneko Ayano grandit dans une famille qui n’écoute pas vraiment de musique. C’est au collège qu’elle découvre des artistes comme Happy End ou Jun Togawa, et commence ensuite à jouer de la guitare. En 2014, alors à l’université, elle signe son premier contrat avec un label et sort son premier projet Raise wa Aidoru (« Idole dans la prochaine vie »). Cet album pose les bases de la musique de Kaneko, une sorte de pop-folk fragile et mignonne. Les trois années suivantes, l’artiste progresse lentement mais sûrement : elle sort quelques EPs et un album en indépendant. Puis en 2018, elle sort l’aboutissement du premier chapitre de sa carrière : Shukusai (« Festival »), son premier véritable album. Ce dernier signe le passage de la chanteuse à un statut d’artiste confirmée et populaire.

Kaneko considère cet album comme un journal intime. Sur le plan musical, les bases qu’elle avait autrefois posées se consolident, substituant alors la fragilité et le « kawaii » par un charisme frappant. Suite au succès de Shukusai, la chanteuse s’affilie à un nouveau label et publie en 2019 son album Sansan (« Brillant »). Ce dernier s’apparente comme l’accomplissement prématuré de sa carrière tant il est excellent sur de nombreux points. Emotionnellement comme musicalement, Sansan est une démonstration de tout son talent. Ce projet peut être vu comme une réelle évolution dans la mesure où chaque morceau est élaboré et teinté d’une atmosphère lui étant propre.

Le disque réussit donc haut la main le challenge de surpasser l’impact du précédent et gagne même le grand prix aux CD Shop Awards 2020. Suite à cette mise en avant, l’artiste rencontre un franc succès et performe de plus en plus sur scène en compagnie de son groupe de soutien. En avril 2021 l’artiste dévoile son quatrième album studio Yosuga (« Quelque chose sur quoi compter »), nouvelle réussite qui se munit cette fois d’un ton beaucoup plus mélancolique, à l’instar de son morceau d’ouverture Hōyō (« Câlin »). Enfin, en novembre de la même année elle se produit pour la première fois sur la scène mythique du Nippon Budōkan.

Pionnière de la folk au Japon, Kaneko Ayano est certainement l’une des valeurs sûres de l’été. Pour être plus précis, sa musique consiste en un assemblage d’indie rock, de country et de folk, et peut sonner très différemment en fonction de l’émotion et du message qu’elle souhaite transmettre. Elle retentit parfois comme une lueur d’espoir au milieu de la douleur, comme c’est majoritairement le cas dans son dernier album Yosuga, mais parvient surtout à nous donner le sourire et nous faire passer de bons moments. Sansan est un authentique recueil de chansons dans le genre : en guise d’exemples, Nuno to Hifu (« Tissu et peau ») et Kamitsukitai (« Je veux me casser ») ont toutes deux ce don propre à la musique de Kaneko de pouvoir guérir le cœur.

Dans ce même album, les morceaux Gomenne (« Désolée ») et Sansan sauront apaiser votre esprit, tandis que l’audacieux Ai no Mama Wo (« En tant qu’amour ») vous surprendra par ces changements de rythme et sa sincère puissance. Toujours au sein du même projet, le titre Hikarinohoue (« Vers la lumière ») est sans conteste un incontournable du catalogue de l’artiste. Diablement entraînant, ce morceau illustre à lui seul les grandes qualités de chant et de composition de la chanteuse. Une chose est sûre, Kaneko Ayano et sa voix à la fois douce et tranchante vont assurément nous occuper cet été.

Yuta Orisaka

été 2022 - orisaka yuta

Yuta Orisaka

Originaire de la préfecture de Tottori, Yuta Orisaka est un personnage unique dans le paysage musical japonais, de par ses influences et son style musical. Ayant passé quelques années en Russie et en Iran dans son enfance, il est non seulement doté d’une sensibilité à la musique du monde mais il cite également l’art en général comme source de création. Inspiré par le blues, la folk, le jazz et la musique traditionnelle japonaise, le musicien de 32 ans a plus d’une corde à son arc. Armé de sa guitare et de son chant singulier, grandement influencé par le rōkyoku, l’artiste débute sa carrière en 2013 et gagne rapidement le respect de nombre de ses seniors dans l’industrie. L’iconique Hikaru Utada, entre autres, avoue avoir été « choqué.e » par la chanson Asama issue de son premier album Tamuke, paru en 2016.

Né en 1989, première année de l’ère Heisei, le chanteur dresse un bilan de cette période ayant façonné le Japon d’aujourd’hui dans son deuxième album intitulé … Heisei. Sorti en octobre 2018, il remporte le grand prix aux CD Shop Awards 2019, propulsant ainsi Orisaka sur le devant de la scène. La raison du succès critique de cet album réside dans ses émotions crues et ses sonorités oscillant entre confort et déprime. Un dualisme bien à l’image de la période Heisei, qui sur 30 ans aura connu à la fois un boom culturel sans précédent et des traumatismes inoubliables à l’image du séisme de la région du Tōhoku en 2011. Le magnifique morceau Sabishisa (« Solitude ») émet ce sentiment d’ambivalence à la perfection, textuellement comme musicalement.

Faisant suite au succès de son second album, il sort en 2019 le single Asagao (« Gloire du matin »), thème principal du drama japonais Kansatsui Asagao, et prend encore un peu plus en popularité grâce à la visibilité que lui donne ce dernier. En 2021, il sort son troisième album studio Shinri (« Etat d’esprit »), un excellent projet à l’allure plus mystérieuse qui surprend dès les premières notes. Enfin, tout récemment, l’artiste a été sélectionné comme compositeur de l’une des chansons à paraître dans le film très attendu One Piece : Red, titre qui sera interprété par la célèbre chanteuse Ado.

Si vous avez tendance à privilégier le calme et la nature par-dessus tout, alors Yuta Orisaka est sûrement votre âme sœur musicale pour cet été. Ses compositions varient beaucoup, certes, mais elles sont toutes reliées par un sentiment de légèreté et d’apaisement. Parfois débordantes d’énergie, d’autres fois reposantes, on sent notre cœur guérir par la voix si unique du chanteur. En effet, s’il y a bien un artiste pour lequel on peut affirmer haut et fort que sa voix est un instrument à part, c’est bel et bien lui. Le titre Aibiki (« Rendez-vous »), à la limite de la représentation théâtrale, est une démonstration de force de l’unicité de la voix d’Orisaka, ainsi que de sa capacité à l’articuler dans tous les sens. Dans un style très similaire, Shakuyaku (« Pivoine ») vaut aussi le détour.

Si le grain d’euphorie de l’artiste ne vous a pas convaincu, alors pas de panique, il reste encore beaucoup de matière à traiter : en effet, l’un des avantages de sa musique est la diversité des sonorités qu’il propose. Aux antipodes de la folie des deux morceaux précédents, Yureru (« Osciller ») et Kai (« Rame ») émettent une aura de paix inégalable. Accompagnées du son des vagues ou du ciel étoilé des nuits d’été, ces chansons apporteront une plus-value inestimable à vos moments les plus paisibles. On a déjà hâte de se retrouver sur la route des vacances pour écouter les excellents Hōyō et Sakamichi (« Route de la colline »), qui risquent aussi de ne pas quitter nos oreilles.

Autres recommandations

Dans le même style que Kaneko Ayano mais avec un son plus orienté pop, on retrouve la superstar Aimyon. Grande amoureuse de la guitare acoustique depuis son enfance, elle compose l’ensemble de ses chansons à l’aide de cet instrument. Talent inné ou habitude d’artiste, la chanteuse de 27 ans crée des mélodies simples qui, superposées à sa voix, fonctionnent à merveille. Les mélodies de ses tubes Marigold et Harunohi (« Jour de printemps ») paraissent si évidentes qu’on se demande seulement comment personne n’y a pensé avant. Les clés du caractère super accessible de sa musique sont donc la sobriété de ses compositions et son ingéniosité quant à la création des mélodies.

Prévu pour le 17 août, son prochain album s’annonce comme une ode à l’été et à l’amour, deux thèmes que « l’une des artistes les plus importantes de la dernière décennie » a en vérité déjà l’habitude de traiter. En résultent par exemple ses titres Seishun to Seishun to Seishun (« Jeunesse, jeunesse, jeunesse ») ou Manatsu no Yoru no Nioi ga Suru (« L’odeur d’une nuit d’été »), le deuxième étant issu de son précédent opus Heard That There’s Good Pasta. Dans le même album, la chanson Morning Sun saura vous mettre de bonne humeur lors des matins d’été ensoleillés, tandis que Chika et Marshmallow vous feront bouger la tête à coup sûr si votre mood s’y prête.

Groupe légendaire au Japon mais très peu connu en Occident, Spitz est un incontournable de la musique pop-rock du pays. Menés par le chanteur à la voix angélique Masamune Kusano, ils ont influencé de nombreux artistes sur plusieurs générations dont Aimyon qui est une grande fan. A sa formation en 1987, Spitz est un groupe de punk rock qui n’attire l’attention de personne, jugé même « sans avenir » par certains gérants de live houses. Après de très longues années de persévérance sans résultats, alors même qu’ils perdent confiance en eux, leur single Robinson paru en 1995 connaît un succès monstre. S’écoulant à 1,6 millions d’exemplaires, ce dernier est devenu depuis un classique de la J-Pop. En 2013, le triomphe commercial du groupe se chiffre à plus de 20 millions d’unités vendues, figurant encore aujourd’hui dans le top 30 des artistes ayant le plus vendu de l’histoire du Japon.

Bien qu’ayant commencé par produire un son punk rock très similaire à celui de The Clash, le style de prédilection de Spitz s’est avéré être de la pop plus traditionnelle. Si l’on trouve dans la discographie du groupe quelques morceaux révélant des vestiges de leur passé comme Namida ga Kirari (« Les larmes sont étincelantes ») ou Tongari ’95 (« Pointu ’95 »), la majorité de leurs best-sellers sont en effet des chansons de pop-rock. Les titres Cherry et Sora mo Toberuhazu (« Je peux sûrement voler dans le ciel ») en sont les témoignages les plus célèbres, les deux mélodies étant particulièrement agréables à écouter sous un beau ciel bleu. En parlant justement de ciel bleu, Nagisa (« Plage ») et Aoi Kuruma (« Voiture bleue ») sont deux chansons aux thématiques ensoleillées que nous vous recommandons fortement, la première étant disponible ci-dessous.

Contrairement aux deux derniers artistes présentés, Lucky Old Sun est un duo de musiciens peu connu marchant en indépendant. Les deux membres se rencontrent sur la scène d’une live house à Tokyo, alors qu’ils performent en compagnie de leurs groupes respectifs. Ils commencent ainsi à travailler ensemble en 2014 et vivent un quotidien paisible entre université, concerts et home studio. Mais au-delà d’être un simple duo, Lucky Old Sun est surtout un couple marié depuis 2019. Faisant suite à leur heureuse union, le couple part de Tokyo et s’installe dans la ville de naissance de Shinohara, le mari. Enfin, en mai 2021, ils sortent leur premier album entièrement auto-produit Usurai et entreprennent une tournée des 47 préfectures du Japon, qui à ce jour n’est toujours pas finie.

La paisibilité et le bonheur à l’état pur qui se dégagent de leurs chansons sont sans doute les éléments qui définissent le mieux leur musique. Les chansons Tabisuru Guitar (« Guitare ambulante »), qui porte le nom de leur unique album trouvable sur Spotify, et Sayonara Skyline (« Au revoir horizon »), dont le clip se trouve ci-dessous, sont une introduction plus que louable de ce que le duo sait faire. Dans un registre plus dynamique, le titre I wanna be your boyfriend met en avant l’alchimie du couple et leur amour pour la guitare électrique, le tout saupoudré d’ondes positives qui mettent le sourire aux lèvres. En bref, si vous comptez passer vos vacances en amoureux, alors vous devriez sans doute inclure Lucky Old Sun dans votre playlist commune.

… mais parce qu’été rime aussi avec mouvementé !

Gen Hoshino

été 2022 - hoshino gen

Gen Hoshino

Homme aux multiples casquettes de chanteur, acteur, écrivain ou encore animateur de radio, Gen Hoshino est sans doute l’un des artistes les plus pro-actifs et populaires de sa génération. Il commence la musique en 2000 aux côtés du groupe instrumental Sakerock, qu’il forme avec des amis du lycée. Après 10 ans à jouer de la guitare et du marimba avec ces derniers, il entreprend une carrière solo de chanteur et sort son premier album Baka no Uta (« Chansons bêtes »), sélectionné comme l’un des 20 finalistes des CD Shop Awards 2011. Suite à cette première réussite, le chanteur se fait de plus en plus un nom en plaçant quatre singles consécutifs dans le top 10 Oricon. Son album Stranger publié en 2013, quant à lui, offre à l’artiste son tout premier disque d’or.

L’année 2015 signe le tournant de sa carrière : 15 ans après la fondation du groupe Sakerock, celui-ci se sépare. Désormais à plein temps en solo, Hoshino sort son quatrième album studio Yellow Dancer en décembre. Débutant au top des charts et rapidement certifié disque de platine, ce dernier vient établir le chanteur comme un grand acteur de la scène musicale. En tant qu’acteur, justement, il obtient l’année suivante le rôle principal dans le drama The Full-time Wife Escapist (Nigehaji en japonais). Le drama devient un véritable phénomène, avec une moyenne de 14.5% des foyers japonais qui le regardent chaque semaine. Participant très fortement au succès de celui-ci, le thème principal de la série, Koi (« Amour »), est interprété par Hoshino.  Avec 11 semaines en tant que n°1 du classement Billboard, le single est encore aujourd’hui celui avec le plus de temps passé au sommet du classement, qui existe depuis 2008.

A partir de là, difficile de passer à côté du nom de l’artiste. Ses quatre singles suivants se classent numéro 1 des charts et son album Pop Virus, sorti l’avant-dernière semaine de 2018, connaît logiquement le même sort. Tout comme son précédent projet Yellow Dancer, cet incontestable catalogue de tubes remporte le grand prix aux CD Shop Awards. Pour ne citer que les plus connus, les titres dansants Idea et Pop Virus témoignent du tour de force musical qu’est cet album. Du haut de ses 41 ans, l’heureux mari de l’actrice et mannequin Yui Aragaki (sa partenaire dans la série Nigehaji) est actuellement en préparation d’un nouvel album, dans lequel on pourra certainement retrouver ses derniers hits Fushigi (« Merveille ») et Kigeki (« Comédie »), le second servant de thème de fin à la série d’animation Spy x Family.

Si l’on devait décrire la musique de Gen Hoshino en un seul mot, alors « magique » est sans doute ce qui nous viendrait à l’esprit. Inspiré par énormément de genres musicaux dont principalement la pop, le R&B et le jazz, le chanteur a plus d’un tour dans son sac. Ses compositions varient souvent : pour en avoir un aperçu, il suffit simplement d’écouter l’album Pop Virus, véritable roller coaster musical. Dans ce dernier, on passe sans transition du radieux Get a Feel au sentimental Hada (« Peau »), du bon enfant Family Song au nocturne Nothing … tout cela sans perdre la moindre cohérence. C’est spécifiquement ce point-là qui fait que la musique de l’artiste est qualifiable de magique.

Une remarque qui s’applique également à son disque Yellow Dancer, un recueil de bonnes ondes qui se prête à toutes les saisons. Dans le genre estival, son tube SUN est un incontournable, et le morceau Week End est également à ne pas louper. L’aspect enfantin de la musique du chanteur, porté par sa voix douce ainsi que ses mélodies et rythmiques entêtantes, fait que celle-ci reste longtemps dans la tête. Créée pour une œuvre destinée majoritairement aux enfants, sa chanson Doraemon, réalisée pour le film d’animation du même nom, en est une belle démonstration. Cet été, comptez sur la magie addictive des chansons de Gen Hoshino !

 

sakanaction

été 2022 - Sakanaction

sakanaction

Révolutionnaire de par leur vision avant-gardiste de la musique nippone, sakanaction est aujourd’hui l’un des groupes majeurs de la scène. Formé en 2005, il est composé de cinq membres et est mené par le chanteur/guitariste/parolier Ichirō Yamaguchi. Leur musique, de nature expérimentale, consiste en une fusion de rock, de musique électronique et de pop : en clair, sakanaction est un groupe de musique qui ne manque pas de créativité. Après deux albums sans grand retentissement, la bande connaît un premier succès en décembre 2008 avec leur single Sen to Rei (« Mille et zéro »).

Suite à cela, les originaires de Hokkaido gravissent les échelons et prennent massivement en popularité avec leur cinquième album studio Documentaly. Multipliant tournées, apparitions télévisuelles, succès commerciaux et récompenses, le groupe atteint son premier climax en 2013. Cette année-là, leur album éponyme Sakanaction se place n°1 des charts, performance qui leur vaut une apparition au prestigieux programme du réveillon de fin d’année Kōhaku Uta Gassen. Quelques temps après, en 2015, le single Shintakarajima (« Nouvelle île au trésor ») et son clip extravagant engendrent un fulgurant nouveau pic de popularité pour le groupe. Cependant, ce dernier attendra le mois de juin 2019 avant de sortir un nouveau projet, intitulé 834.194.

Mais malgré l’attente, celle-ci vaut le coup : ce septième opus, sous la forme d’un double album concept, est une synthèse assez impressionnante de tout le savoir-faire du groupe. L’essence de la musique de sakanaction réside dans l’innovation et dans la capacité à fusionner les styles pour créer leur propre son. Le nom du groupe est par ailleurs lui-même une fusion des mots sakana (« poisson ») et action : selon leurs dires, ce nom reflète une volonté de s’adapter aux changements dans l’industrie rapidement et fluidement, à la manière d’un poisson dans l’eau. Ainsi, on s’étonne peu du choix du titre de leur dernier album, Adapt, paru en avril 2022.

De par leur style musical proche de l’électronique et de la « new wave », sakanaction est un allié de taille en vue de cet été. L’un des points les plus impressionnants à propos de leur musique est qu’elle sonne presque comme intemporelle. Identity, single sorti en 2010, est encore aujourd’hui un morceau qui s’écoute sans arrière-pensée du genre « ça a mal vieilli ». On peut en dire de même du titre Music, paru lui il y a 9 ans. En tant que groupe d’électronique, on ressent évidemment l’inspiration des pionniers du genre Kraftwerk comme dans le très dynamique Tabun, Kaze (« Probablement le vent »), et de manière plus évidente dans le clip du tube Shintakarajima qui est une référence directe au quatuor allemand.

Une autre caractéristique primordiale de la musique de sakanaction est l’esprit communautaire précisément similaire à celui de morceaux comme Live is Life d’Opus qui s’en dégage. En guise de références, les chansons Match to Peanuts (« Allumettes et cacahuètes ») et Moth (« Papillon de nuit ») illustrent assurément bien ce sentiment. Avec le don de nous faire danser dès le premier mot prononcé, le groupe du nord du Japon a la capacité d’embellir même les plus petits moments d’allégresse. Les euphoriques Shock!, Wasurerarenaino (« Inoubliable ») et Kagerō (« Brouillard de chaleur ») en sont les trois plus fidèles représentants, et filent tout droit dans notre playlist estivale.

Autres recommandations

Au sein de la scène J-Music actuelle, on trouve difficilement un son plus estival que celui d’Awesome City Club. Trio assez original car composé de deux vocalistes et un guitariste, ils sont réputés pour leur musique rassemblant dance, pop et R&B. Créé en 2013 à Tokyo, aire urbaine la plus peuplée du monde, le groupe est profondément ancré au cœur de la culture citadine. Le fondateur du projet, qui l’a quitté en 2019, considère la ville comme un rassemblement de personnes qui ont des rêves, et a conçu le groupe avec cet état d’esprit. Musicalement, leur son « estival » évoqué plus tôt se traduit par des rythmes funk et des percussions dynamiques, éléments que l’on peut retrouver sur le morceau Natsu no Gogo wa Cobalt (« Cobalt sur un après-midi d’été »).

La plus grande force d’Awesome City Club réside évidemment en l’alchimie des voix des deux vocalistes, atagi et PORIN. Cependant, il serait injuste de les résumer simplement à cela, car leurs capacités de composition sont également assez impressionnantes. L’efficacité des refrains, les progressions d’accords parfois délirants, les solos de guitare inattendus … ils ne sont pas en manque d’inventivité. Au cas où ces mots ne vous convaincraient pas, leur chanson phare Wasurena le fera sûrement mieux que nous. Cependant, bien que capable de produire une musique aussi sophistiquée, le savoir-faire du groupe réside dans leurs morceaux dansants et sans prise de tête. Pour n’en citer que deux, les titres Don’t Think, Feel et Konya Dake Machigaijanai Koto ni Shite Ageru (« Je vais faire comme si je ne m’étais pas trompé, juste pour ce soir ») trouveront sans doute leur place lors de vos soirées d’été.

Si vous souhaitez du groove dans votre playlist, alors TENDRE saura vous satisfaire. Avec trois albums à son actif et un quatrième prévu pour septembre de cette année, Taro Kawahara n’est certes encore qu’au début de sa carrière, mais il a d’ores et déjà beaucoup prouvé. Musicien hors pair, il excelle à la basse, au saxophone et au clavier, et n’hésite pas à jouer sur scène pour d’autres artistes. Son premier disque, Not in Almighty, s’impose comme une démonstration précoce de son talent. Le morceau introducteur Ride à lui seul est une pépite au groove follement entraînant, et les titres suivants ne sont pas en reste non plus.

La présence récurrente de saxophones, la mise en avant de la basse et les arrière-plans ambiants sont trois éléments essentiels de la musique de TENDRE. La douce voix du chanteur rend également plus facile d’accès les instrumentalisations parfois assez chargées de ses morceaux. Au sein de son second album Life Less Lonely et dans un registre plus reposant, l’excellent titre Windy illustre bien le propos. Dans ce même album, le premier morceau Life mérite lui aussi une attention particulière tant il est réussi. Son plus récent effort, Imagine, paru en septembre 2021, est une fois de plus une mine d’or de compositions agréables à l’oreille. En vue de cet été, le titre Paradise issu de ce projet est assurément un atout solide à ajouter à votre playlist dans les plus brefs délais.

Etoile montante devenue tête d’affiche de la J-Pop après son deuxième album LASA (Love All Serve All), décortiqué par nos soins juste ici, Kaze Fujii est bien entendu un artiste que l’on a hâte d’écouter sur le chemin des vacances. Celui qui a fêté ses 25 ans le 14 juin dernier n’avait pas attendu l’été pour nous faire danser à ses débuts : son premier single Nan-nan (« C’est quoi ce bordel »), sorti en novembre 2019, montrait déjà la facilité déconcertante avec laquelle il produit des refrains entêtants et des mélodies dansantes qu’il fait vivre avec sa voix. Cependant, le ton de son premier album étant calme et réservé, il aura fallu attendre le single Seishun Sick (« Maladie de la jeunesse ») pour retrouver cet aspect dansant et ensoleillé dans sa musique.

Ses deux morceaux suivants Tabiji (« Voyage ») et Kirari (« Brillant »), bien que diamétralement opposés au premier abord, ont confirmé la tendance festive qu’allait avoir ce second album. En effet, Kirari est un véritable hit de l’été qui fait bouger la tête dès les premières notes et dont le refrain quitte difficilement le cerveau. Quant à Tabiji, le confort et la sérénité qu’apportent celui-ci sonnent comme un hymne de retour des vacances, de fin du voyage, ce qui colle parfaitement puisqu’il s’agit du morceau concluant LASA. Toujours dans cette même œuvre, il est difficile de passer à côté du littéralement flamboyant Mo-eh-yo (« Enflamme ») et du très festif Matsuri (« Festival »), deux titres terriblement efficaces qui ont chacun des allusions au soleil et à l’été et qui passeront crème pendant la saison chaude.

Nouvel arrivant sur les radars, tonun est un jeune artiste de R&B qui écrit, compose et mixe l’entièreté de ses morceaux. Personnage assez mystérieux, le chanteur surclasse 600 candidats et remporte une audition web lancée par le label Lastrum, alors qu’il n’avait encore jamais sorti de musique (pour information, il s’agit du label qui a lancé Aimyon et Official Hige Dandism). C’est ainsi qu’en octobre 2020 il publie son premier morceau sur Youtube et attire dès lors l’attention d’un petit public, qui ne fait que grandir depuis. Moins de deux ans après ses débuts, il cumule aujourd’hui plus de 250 000 auditeurs mensuels sur Spotify et a tenu son premier concert le 19 juin passé.

En plus d’être facilement écoutable, la musique de tonun est dotée d’un véritable groove, et sa voix mielleuse accompagne avec perfection les mélodies simples mais addictives qu’il propose. Ainsi, on bouge naturellement la tête sur les titres d.s.m et Kohakuiro no Suhada (« Peau nue couleur ambre »), dont les sonorités renvoient fortement une image d’été, et on se laisse envoûter par la magie de morceaux à l’égal de Luv key ou Sweet my Lady. C’est donc sans aucune hésitation que pour cet été, Journal du Japon vous recommande de jeter un œil à cet artiste prometteur.

 

Prêts à profiter un maximum de l’été ? Comme promis, vous trouverez ci-dessous la playlist récapitulant nos meilleures recommandations et comprenant également des artistes que nous avons décidé de ne pas présenter dans l’article mais qui valent également de l’attention. Que vous l’écoutiez après une longue journée de travail, au bord de la plage, ou sur le chemin des vacances, on espère qu’elle vous plaira !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.