Webtoons et interviews : le regard des diffuseurs et éditeurs #2

Les webtoons ont le vent en poupe dernièrement, il est donc normal de faire un point après notre dossier l’an dernier, au cœur de cette vague montante. Ainsi, après un premier article exposant le regard des diffuseurs et éditeurs, Journal du Japon revient une avec de nouveaux avis. Après Delitoon et Webtoon Factory, c’est aux tour aux employés d’Ototo et Delcourt / Kbooks de répondre à quelques questions. Voici le compte-rendu de ces interviews.

 

Les webtoons papiers de chez OTOTO et Taifu

webtoon ototo

Couverture de Tower of God ©2010 by SIU All rights reserved

Comme vous pouvez le constater, de plus en plus d’éditeurs se mettent à publier du webtoon au format papier. Véritable révolution dans la manière de consommer la BD sud-coréenne, cela permet de la faire découvrir au plus grand nombre. Nous avions déjà vu ça avec Webtoon Factory qui passe par le financement participatif pour lancer l’impression de licences. Mais aujourd’hui, nous allons nous intéresser à d’autres éditeurs.

Pour commencer, nous allons voir ensemble comment OTOTO et Taifu voient le webtoon, ce qui les a intéressé et comment ils voient l’avenir de ce genre. Car oui, pour ceux qui ne le savaient pas, ces deux maisons d’éditions proposent aujourd’hui deux titres majeurs, à savoir Tower of God et Killing Stalking

Mais laissons les concernés s’exprimer sur le sujet.

Les webtoons vus par le directeur éditorial et son assistant

Journal du Japon : Pour nous présenter aujourd’hui les parutions papier de Ototo et Taifu, nous avons l’honneur d’avoir Louis-Baptiste Huchez, le directeur éditorial de OTOTO et Taifu Comics, ainsi que son assistant Grégoire Labasse. Commençons donc cet entretien avec des questions sur votre premier contact avec les webtoons. Comment les avez-vous découvert ? Et qu’est-ce qui vous a plu dedans ?

OTOTO : Les webtoons sont dans le paysage de la bande dessinée depuis le début des années 2010. Tower of God est l’un des piliers du genre et c’est par ce titre que nous avons découvert les webtoons. Ce format nouveau permet à des auteurs et autrices de s’exprimer et expérimenter une nouvelle manière de raconter des histoires au contact direct des lecteurs et lectrices, exploitant pleinement leur médium pour amener une nouvelle fraîcheur dans le monde de la bande dessinée.

De nouvelles expériences graphiques en effet. Mais, on ne va pas se mentir, le webtoon se lit principalement sur support numérique. On se demande alors comment faire pour que le format papier ne le dénature pas ?

webtoon ototo 2

Exemple de mise en case; Tower of God ©2010 by SIU All rights reserved

Autre extrait de Tower of God ©2010 by SIU All rights reserved

L’un des enjeux principaux dans l’adaptation d’un webtoon au format papier est la conservation du rythme et du flux du récit. Certaines techniques de mise en page numérique sont propres au médium et ne peuvent donc pas être transcrites directement au papier : le scroll, les longues images verticales, l’utilisation des blancs…

Mais de même, il est des techniques propres au papier pour la mise en page, qui nous permettent de recréer une expérience de lecture émulant les sensations que l’on a pu ressentir au format numérique : créer l’attente en plaçant un cliffhanger au bout d’une page, jouer sur la taille des cases pour créer de l’emphase, les doubles pages…

Une adaptation au format livre n’est donc pas qu’une simple transposition de la version numérique sur papier, mais bien une nouvelle manière de lire l’œuvre sans pour autant trahir l’original.

C’est donc énormément de travail que vous nous proposez. Nous vous remercions encore pour toutes ces subtilités qui permettent également à nos lecteurs de voir ce que chaque titre implique. En parlant de série, combien de webtoons sont disponibles dans votre catalogue ?

Actuellement (NDLR : fin 2021, quand les propos ont été recueillis pour cet éditeur), un seul titre webtoon est publié chez OTOTO : Tower of God. Nous avons également un webtoon publié chez Taifu Comics : Killing Stalking.

Deux titres qui ne s’adressent pas vraiment aux mêmes personnes. On en a un qui se rapproche beaucoup des shônen comme Naruto tandis que l’autre est assez noir. Quelle est donc votre cible de lecteur sur le webtoon ?

Les lecteurs et lectrices de webtoons sont avant tout des amateurs et amatrices de bandes dessinées et d’histoires, que ce soit du manga, de la BD franco-belge ou bien même du comics. Aussi, comme pour ces médiums-là, le public cible dépendra avant tout du type de récit. Pour Tower of God il s’agit d’une histoire fantastique d’action aventure qui s’adresse à un large public adolescent jusqu’aux jeunes adultes. Pour Killing Stalking, il s’agit d’un thriller sanglant et psychologique qui cible un public adulte principalement.

Cette diversité permet donc de toucher un public très différent. Passons maintenant à la partie données. Vos webtoons papier se vendent-ils bien ? Pouvez-vous nous communiquer quelques chiffres ?

webtoon taifu

Couverture du tome 3 de Killing Stalking © 2016 Koogi. All Rights Reserved

Actuellement (NDLR : idem, fin 2021) Tower of God et Killing Stalking ont tous deux dépassé les 10 000 ventes GFK, et les tomes vivent une belle vie en librairies.

Des chiffres très important effectivement. En tout cas ces deux licences sont très importantes pour le marché du webtoon. Mais entre les deux, quelle est la série emblématique de votre catalogue ?

En termes de renommé, Tower of God est sans doute l’un des webtoons les plus populaire et reconnus dans le monde, et nous sommes extrêmement fiers de le compter dans notre catalogue.

C’est totalement compréhensible. Tower of God est un véritable best-seller. Killing Stalking est excellent mais vise un public plus spécifique. Bien. Passons à l’avant-dernière question. Quel est, selon vous, l’avenir du média ?

L’avenir du webtoon passe à notre avis avant tout par un mouvement international. L’un des facteurs qui ont contribué à la popularité actuelle du médium est le fait que celui-ci s’est assez rapidement ouvert au monde en proposant des version anglaises de leurs services.

En plus de faire aujourd’hui passer leur stratégie de communication par des commandes de séries animées au Japon, des plates-formes comme WEBTOON sont très largement ouvertes à des autrices et des auteurs de toutes nationalités. En développant ainsi des IP non pas seulement de Corée du Sud mais partout à travers le monde, les grands acteurs du webtoon contribueront à faire encore grandir la légitimité de leur support, et semblent d’ores et déjà très bien partis pour.

Le webtoon a donc selon vous de beaux jours devant lui. Mais pensez-vous que le webtoon peut s’imposer de manière durable et se faire sa place dans l’univers BD ?

page de webtoon taifu

Page provenant de Killing Stalking © 2016 Koogi. All Rights Reserved

webtoon taifu 2

Autre extrait provenant de Killing Stalking © 2016 Koogi. All Rights Reserved

Le webtoon est aujourd’hui déjà installé dans le monde de la bande dessinée, premièrement comme un mode de lecture à part entière sur internet, mais également dans nos librairies. Sa particularité par rapport au manga, qui est entre autres d’être entièrement en couleur, le rend de fait complémentaire avec le susdit médium tout en explorant des thèmes et des univers pertinents pour son lectorat. Aujourd’hui, il ne tient qu’aux auteurs de faire perdurer ce format en le renouvelant avec des histoires de qualité et leur capacité à exploiter les forces du webtoon.

Une manière très sage de voir les choses. Avez-vous un dernier mot pour attirer les amateurs de mangas ou de culture japonaise vers la BD coréenne ?

Les webtoons comme Tower of God sont entre autres le résultat de l’assimilation des codes du manga par des auteurs coréens ayant leur propre sensibilité et leurs propres expériences. C’est un terrain encore jeune qui permet de nombreuses expériences narratives et d’exploiter des idées encore nouvelles. Pour les lecteurs et lectrices de manga, c’est donc un univers qui vous semblera à la fois familier et frais, plein de surprises, qu’il ne faut donc surtout pas hésiter à essayer de découvrir.

C’est parfait. Encore merci à vous deux pour nous avoir fait part de toutes ces informations fort enrichissantes.

 

Les succès du moment : Kbooks

Solo Leveling, le best-seller actuel de Kbooks. ©DUBU (REDICE STUDIO), CHUGONG 2018 D&C WEBTOON Biz Co., Ltd.

Lorsque l’on s’intéresse au marché du webtoon sous forme de livre, un mot arrive en tête : Kbooks. Label créé par Delcourt lors du lancement de la plateforme Verytoon début 2021, Kbooks s’illustre aujourd’hui par de nombreux best-sellers. Solo LevelingNoblesse ou encore True Beauty nous sont proposés dans un format et une qualité incroyable. Mais laissons plutôt Pascal Lafine, l’éditeur en chef de Delcourt / Tonkam et Verytoon, nous en parler.

La vision d’un professionnel

Journal du Japon: Bonjour Pascal et merci d’avoir accepté cette interview. Commençons donc par les origines du webtoon chez Delcourt. Comment l’avez-vous découvert et qu’est-ce qui vous a plu dedans ?

Pascal Lafine : En 2016, ma compagne et moi avons commencé à nous passionner pour les séries coréennes (dramas coréens). Dans la foulée, en 2017, nous sommes partis en vacances en Corée et l’aventure a réellement débuté. Cela m’a permis de rencontrer des gens liés à la Kpop et au webtoon dans un cadre personnel. Solo Leveling notamment, et d’autres titres, ont été des révélations.

Ma théorie personnelle est que la France est un pays de BD qui ne cesse de changer en dévorant des genres venus d’ailleurs. Les fumetti, les comics, les mangas, font partie de ces développements. Le webtoon et cette façon de raconter des histoires à travers l’évolution d’un personnage constituent pour moi cette nouvelle étape dans la bande dessinée en France.

En effet, on ressent vraiment un amour de la bande dessinée en France, quelle que soit son origine. Et nous avons bien compris que vous aviez une appétence toute particulière pour la culture coréenne. Mais depuis quand diffusez-vous des webtoons ? Pourquoi ? Et comment vous est venu l’idée de produire une version papier ?

Version française de True Beauty © 2018 Yaongyi

J’avais pris contact avec des éditeurs coréens dès 2017 afin d’envisager la publication en livres de certains webtoons, mais la mise en place de ce projet a été assez longue. Aussi, quand j’ai été mis en relation avec l’éditeur coréen de Solo Leveling pour la première fois, je n’étais intéressé que par la version papier : je suis éditeur de livres avant tout. C’est le scenario de Solo Leveling, qui à mes yeux était génial, et qu’il fallait faire connaître en France, peu importe le média. De surcroît, à l’époque, ouvrir une plateforme numérique me paraissait totalement démesuré, vu les investissements que cela nécessite. Le projet initial était donc de publier uniquement des versions papier des webtoons.

Néanmoins, en 2019, il a pris une autre ampleur quand Guy Delcourt a souhaité approfondir cette nouvelle piste, et que je lui ai présenté mes contacts coréens. Trois semaines plus tard nous étions à Séoul pour rendre visite à des éditeurs locaux. La sortie papier de Solo Leveling a été repoussée le temps de créer la plateforme Verytoon, puis le Covid est survenu, et c’est finalement en 2021 que le label KBooks et la plateforme Verytoon ont vu le jour…

Derrière ces mots, on ressent une véritable passion pour les livres et on comprend parfaitement pourquoi Solo Leveling vous a autant attiré. Toutefois, il y a une différence assez importante entre la lecture sur papier et la lecture sur une plateforme numérique. Le scroll et le papier ce n’est pas la même chose, alors comment faire pour que le format papier ne dénature pas le webtoon, dont l’essence est numérique ?

Couverture coréenne pour la version reliée de The God of Highschool © 2011 Park Yong Je

Les auteurs coréens travaillent essentiellement par ordinateur et utilisent beaucoup de calques. Les fonds et personnages sont sur un calque, les bulles sur un autre, le texte encore un autre… Les contraintes techniques du webtoon nécessitent souvent un recadrage des illustrations pour la lecture sur téléphone ou tablette. Avoir à disposition ces illustrations non recadrées facilite la mise en page des éditions papier.

Se contenter de jeter des cases sur du papier à l’identique du Webtoon est une solution de facilité, bien qu’il s’agisse d’une pratique courante en France et en Corée. Cependant, à mon sens, cette méthode fait de l’édition papier un simple produit dérivé du webtoon, et non une bande dessinée à part entière. En outre, je crois que le minimum de respect pour un lecteur qui achète un livre est de lui fournir un produit fini. Par exemple, dans de Qu’est-ce qui cloche avec la Secrétaire Kim ? les dessins et les couleurs sont différents de la version Webtoon car l’auteur les a retravaillés pour l’édition papier. Dans True Beauty, le cadrage de certaines illustrations dans le webtoon ne permettait pas au lecteur de les voir en entier, alors que c’est le cas dans l’édition papier.

Nous collaborons très étroitement avec les éditeurs et les auteurs coréens, qui valident la maquette que nous réalisons pour la version KBooks. Ils en sont tellement satisfaits que nous avons même eu des demandes pour utiliser la mise en page que nous avons créée pour l’édition française dans le cadre d’édition papier en Corée et dans d’autres pays. Nous travaillons également parfois avec les auteurs de webtoon pour créer des couvertures inédites pour l’édition KBooks : c’est le cas pour les séries Crush of a Lifetime (paru en Novembre), et God of Highschool (à paraître en 2022). Sans dénaturer le webtoon, nous voulons proposer un projet à part entière.

En parcourant vos ouvrages on voit effectivement que vous prenez grand soin de vos titres. Et vous nous avez listé quelques titres très intéressant qui plairont certainement à nos lecteurs. Mais en parlant de série, combien de webtoons sont disponibles dans vos catalogues ?

Le tout récent Hellbound de chez Kbooks © 2019 Choi Gyu Seok / Yeon Sang Ho

Dans le catalogue numérique, sur Verytoon, nous comptions environ 80 séries disponibles à l’automne 2021 et nous visions d’atteindre la centaine d’ici début 2022. La collection de livres papier Kbooks abritait alors 5 séries, Crush of a Lifetime et Hellbound venant rejoindre les 3 autres séries lancées en 2021, et nous prévoyions de publier au moins une trentaine de séries dans ce format. Depuis, si je me cale au 25 aout 2022, il 102 séries sur Verytoon et KBook en compte 11 avec The abandoned empress qui vient juste de sortir et Dungeon reset qui est sortie début septembre 2022.

Cela fait effectivement beaucoup de séries qui ne sont pas destinées à un seul public. On se demande donc quelle est votre cible de lecteur pour le webtoon ?

En premier lieu, nous nous adressons aux oubliés du manga et de la BD, qui ne trouvaient pas leur compte dans les publications actuelles, c’est à dire les fans de Kpop, de dramas, de la Corée en général, mais aussi la génération Pokémon de 2000 à 2010 (qui n’a pas connu d’autres anime que cette série s’entend), les fans de jeux vidéo, ceux de jeux de rôles et de fantasy, ou encore les fans de de comedie sentimental qui ne se reconnaissent pas dans la BD et qui ne sont pas la cible du shôjo manga… Forcer les lecteurs et fans de manga à lire du webtoon risquent d’avoir le même résultat sur le long terme que l’arrivée du manhwa en 2000 .Les webtoons couvrent un nombre de genres très variés si bien que chacun peut y trouver son compte.

C’est pour moi la BD de la prochaine génération comme le comic a été elle des années 80-90 et le manga cette de 2000 et 2010.

Une grande diversité de titre permet effectivement d’attirer un public différent. Merci pour ces réponses. Passons donc à la partie données si vous le voulez bien avec deux questions : vos webtoons (papier et numérique) se vendent-ils bien ? Et pouvez-vous nous communiquer quelques chiffres ?

En ce qui concerne la plateforme Verytoon, nous avons 1,5 millions de visiteurs depuis la création et plus de 1 million d’épisodes lus. Pour la seconde année nous avons doublé notre nombre de compte crée. Les ventes papier sont excellentes et dépassent nos espérances jusqu’à présent. Le 1er volume de True Beauty est à plus de 30 000 exemplaires en un an. Solo Leveling tome 1 s’est écoulé à 180 000 exemplaires.

C’est vraiment des chiffres impressionnants. Cela montre bien que vos titres intéressent beaucoup vos lecteurs. Mais un si grand nombre de série amène forcément à une best-sellerisation en masse. Aussi, nous aimerions vous demander quelles sont les deux séries emblématiques de vos catalogues ?

Volume relié sorti chez Kbooks © 2016 Kim Myeong Mi

Solo Leveling était un titre très attendu (NDLR : propos recueillis avant l’annonce du décès de l’auteur), tant en version numérique que papier, et constitue le fer de lance du projet global Kbooks et Verytoon. Mais c’est une question difficile car nous travaillons sur plusieurs genres en même temps : Qu’est-ce qui cloche avec la secrétaire Kim ? est une véritable romance moderne et propose une héroïne de caractère. True Beauty parle de harcèlement, d’acceptation de soi, d’évolution personnelle. Quant à Hellbound c’est de la fiction coréenne moderne à l’état pur, créée par Yeon Sang-Ho, le scénariste-réalisateur de Seoul Station, Dernier train pour Busan et Peninsula, qui ont permis aux français de découvrir le cinéma coréen, avant même la reconnaissance de Parasite de Bong Joon Ho.

Enfin je peux aussi citer, prévu en octobre, Navillera qui existe aussi en série télé sur Netflix et qui met en scène un retraité atteint de la maladie d’Alzheimer qui souhaite réaliser son rêve d’enfant avant de tout oublier.

On a effectivement une grande variété aux messages différents, ce qui rend votre catalogue d’autant plus intéressant. Passons donc aux dernières questions pour conclure cet entretien. Quel est, selon vous, l’avenir du média, qu’il soit en format papier ou numérique ?

La situation évolue très rapidement et il est difficile de faire des prévisions. Plusieurs éditeurs coréens de webtoon ont décidé de s’installer en France au second semestre 2021 en ouvrant leur propre plateforme, au risque de créer une saturation du marché avec une offre pléthorique. Quant au papier, les ventes de Solo Leveling ont poussé bon nombre d’éditeurs français à acheter les droits de traduction pour publier également des versions papier de webtoons populaires.

Au 30 août 2022 si je fais un bilan des éditeurs déclarés pour la partie papier il y à : KBooks (Solo leveling), Ki-oon (Batard), Matin Calme/Koyohan (Mirror Game), Nazca (Dice), Taifu comics (Killing Stalking), Michel Lafon (White Blood), Hugo/Glénat (Lore Olympus), Editis/Kotoon (Let’s Play).

On est donc face à un phénomène qui semble bien fonctionner pour le moment. Mais pensez-vous que le webtoon peut s’imposer de manière durable et se faire sa place dans l’univers BD ?

Cette question est liée à la précédente : cela dépendra de ce que le marché pourra absorber, et de l’appétence des lecteurs dans la durée. Le manga a eu cette chance d’évoluer progressivement : Tonkam, Glénat et Casterman ont publié du manga en France dès 1994 ; puis en 2000, trois nouveaux arrivants de poids, dont Kana, ont porté à six le nombre d’acteurs sur le marché français ; à partir de 2004 ce sont une quinzaine d’éditeurs qui publiaient du manga en France, et aujourd’hui on peut compter presque une cinquantaine d’éditeurs proposant du manga dans leur catalogue. Pour le webtoon, les choses vont beaucoup plus vite. En janvier 2022, soit un an seulement après le lancement de Verytoon, il y avait en France pas moins de 9 plateformes proposant du webtoon coréen. Quant aux éditions papier, cela sera la grande surprise mais il est certain que l’offre va exploser.

Merci pour ces précisions, Pascal Lafine. Avez-vous un dernier mot pour attirer les amateurs de mangas ou de culture japonaise vers la BD coréenne ?

Il n’est pas antinomique d’apprécier le manga et le webtoon. Le webtoon n’est pas un concurrent direct du manga, mais propose une technique narrative différente, c’est une autre façon de raconter des histoires. C’est également un genre qui aborde d’autres thèmes, et qui apporte aussi une nouvelle forme de plaisir de lecture. C’est en quelque sorte une mise à jour de la bande dessinée et de ses codes : le webtoon est très actuel et répond aux codes de notre époque, comme le manga l’a fait il y a 20 ans, et le comics il y a 40 ans.

Voilà une parfaite conclusion. Encore merci pour votre temps et pour toutes ces informations sur vos webtoons.

 

Comme nous l’avions déjà remarqué précédemment, les éditeurs cherchent énormément à développer le webtoon, cela passant par sa diffusion ou bien par son édition papier. Cet intérêt pour un média sud-coréen permet ainsi un développement et une transformation progressive du paysage de la BD en France. Continuez de lire ces bandes dessinées à faire défiler car l’expérience de lecture est indéniable… C’est d’ailleurs pour cela que, dès demain, nous nous pencherons sur le cas d’un autre éditeur, celui d’une plate-forme 100% numérique et nouvelle venue sur le marché français, pour clore ce dossier. Affaire à suivre !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Vous aimerez aussi...