Yomawari Lost in the Dark, 3e nuit avec les yôkai

Sorti comme ses prédécesseurs pour Halloween, Yomawari : Lost in the Dark est le troisième opus de la série horrifique développée par Nippon Ichi Software. Il fait suite à Yomawari : Night Alone (2016) et Yomawari : Midnight Shadows (2017). Une version Switch sortie en 2018 compile également les deux premiers jeux sous le nom de Yomawari : The Long Night Collection. Cinq ans après le précédent jeu de la série, Lost in the Dark (PC, PS4, Switch) répond t-il aux attentes ?

Ce Yomawari cru 2022 reprend les bases des opus précédents. On y retrouve une jeune fille arpentant les rues de sa bourgade, hantées par de nombreux esprits malfaisants. La série horrifique s’est faite une spécialité de proposer des introductions particulièrement choquantes. Une façon sans doute d’indiquer au joueur de ne surtout pas se fier à l’esthétique kawaii du titre. Yomawari : Lost in the Dark poursuit cette tradition en choisissant d’évoquer le thème difficile du harcèlement scolaire.

Passée cette lugubre introduction scénaristique servant aussi de tutoriel et évoquant une curieuse malédiction à briser avant le lever du jour ainsi que des souvenirs oubliés, notre personnage répondant au nom de Yuzu commence à parcourir la ville avec comme première mission de retourner à sa maison. A noter qu’il est possible pour la première fois dans un jeu Yomawari de modifier l’apparence de votre personnage. On notera aussi la possibilité de changer son prénom (proposé Yuzu par défaut). Autre fait appréciable, trois sauvegardes différentes peuvent être utilisées. Les jeux précédents de la série avaient en effet le défaut de ne proposer qu’une sauvegarde unique. Toujours pas malheureusement de traduction française, même si le jeu ne nécessite pas un niveau d’anglais très important pour être compris.

Le (léger) changement dans la continuité ?

Lost in the Dark introduit également une nouvelle mécanique. En fermant les yeux, Yuzu ne se fera pas remarquer par certains esprits. Elle sera en revanche plus lente, avec un champ de vision réduit. On pourra cependant observer que cette mécanique ne fait que remplacer celle consistant à se cacher dans les opus précédents. La majeure différence reste que si fermer les yeux lui permet de se déplacer, cela ne sauvera pas Yuzu en cas de contact avec un esprit.

yomawari-lost-in-the-dark-yeux-fermes

En fermant les yeux, les esprits se matérialisent par une lueur rouge ©Nippon Ichi Software, NIS America

Sur le reste, peu de choses ont changé. Contrairement au frère de Mario, notre protagoniste n’est toujours pas armée d’aspirateurs à fantômes. Elle devra donc se débrouiller avec des pierres et avions à papier à ramasser permettant de distraire certains yôkai afin de filer derrière leur dos, ou les contourner. Plusieurs monstres sont issus des opus précédents, bien que d’autres fassent une première apparition bienvenue. Chaque type d’esprit a un fonctionnement spécifique. Il est donc nécessaire de comprendre les particularités de chacun pour survivre. La lumière de la lampe-torche constitue toujours un élément important du gameplay. Celle-ci permet en effet de révéler certains esprits invisibles dans le noir, ou d’en éloigner d’autres. La barre d’endurance, s’effritant plus vite si Yuzu est proche d’un monstre, est aussi toujours présente.

yomawari-lost-in-the-dark-bebes

Des bébés à l’apparence monstrueuse révélés par la lampe-torche ©Nippon Ichi Software, NIS America

Yomawari Lost in the Dark se distingue cependant de ses prédécesseurs de par son monde plus ouvert. Il n’est pas obligatoire de faire les sept niveaux du jeu dans un ordre précis. La grande majorité de la carte est aussi rapidement accessible. Contrairement à ce que semble maladroitement indiquer l’introduction du jeu, vous n’êtes pas pressé par le temps pour terminer l’aventure. La montre avancera simplement d’une heure dès que vous aurez terminé un niveau supplémentaire.

Des boss réussis mais parfois frustrants

Les boss concluant chaque niveau sont aussi toujours de la partie. Certains d’entre eux pourront générer une certaine frustration. Le gameplay assez simpliste des jeux Yomawari n’est pas leur qualité première. On ne prend ainsi pas forcément un grand plaisir à recommencer une séquence de boss dès le début à chaque échec, contrairement à ce que des jeux comme Celeste ou Cuphead (dans des registres certes bien différents) sont parvenus à faire. On pense notamment à l’un des boss se déroulant sur quatre phases bien distinctes mais dont la première s’avère particulièrement simple. Devoir encore et encore refaire une séquence simple et d’un intérêt ludique limité après plusieurs échecs consécutifs pourrait devenir lassant.

Yomawari Lost in the Dark n’est heureusement pas d’une difficulté particulièrement élevée. En apprenant le fonctionnement de chaque boss, vous devriez finir par trouver les bons automatismes pour en venir à bout. Ces séquences génèrent par ailleurs de beaux moments de tension, celle-ci étant renforcée par le fait qu’un simple contact signifie votre mort. La mise en scène des boss, souvent teintée de surréalisme, est également variée et réussie.

Un système de sauvegarde faussement contraignant ?

Enfin, la sauvegarde s’effectue toujours par l’intermédiaire de statues Jizô servant aussi de points de téléportation. Afin d’utiliser une statue, Yuzu doit utiliser une pièce de monnaie, objet à ramasser dans différents recoins de la ville. Un système à priori contraignant, mais sur lequel les développeurs ont été assez généreux. Les pièces sont ainsi monnaie courante, et finissent même par réapparaître au bout d’un certain temps. De quoi voir arriver l’inflation…

yomawari-lost-in-the-dark-statue-sauvegarde

Yuzu devant une statue de sauvegarde ©Nippon Ichi Software, NIS America

Il est ainsi difficile d’être à court de pièces, sauf peut-être au début du jeu ou si vous ne prenez pas le temps d’explorer les environs. Au point que l’on peut se poser la question de la légitimité de cette mécanique de sauvegarde. En effet, à quoi bon demander des pièces si celles-ci se trouvent en abondance un peu partout ? On pourrait cependant voir ce système comme une incitation à fouiller chaque recoin pour ne jamais se retrouver à court, l’exploration étant au cœur de l’expérience du jeu. La vraie difficulté concernant la sauvegarde réside ainsi plus dans le fait de trouver chacune des statues de la ville. Celles-ci sont suffisamment éloignées pour offrir un sentiment de satisfaction une fois l’une d’entre elles repérées.

Monde ouvert, peur, et collectionnite aiguë

Chaque niveau présente un nombre important d’objets optionnels à ramasser s’affichant dans un inventaire. Si ils n’apportent pas de récompenses autre que la satisfaction de les ramasser, on prend un vrai plaisir à parcourir les différents niveaux (ainsi que la ville servant de hub central) à la recherche de lettres, livres, coquilles, ou objets farfelus. Certains collectables particulièrement bien cachés demanderont de la curiosité et un certain sens de l’observation. Il faudra même un peu de connaissance en folklore japonais pour un événement impliquant un kappa.

yomawari-lost-in-the-dark-inventaire

Chaque objet, dessiné dans l’inventaire de façon enfantine, est également accompagné d’une courte description ©Nippon Ichi Software, NIS America

L’univers de Yomawari Lost in the Dark, bénéficiant d’une réelle magie horrifique, n’est pas étranger à la collectionnite aiguë que le jeu provoque. Malgré le danger et la peur de faire des mauvaises rencontres, on souhaite toujours en savoir plus sur les différents esprits peuplant ce monde. Lost in the Dark parvient à attiser notre curiosité, poussant à découvrir chaque secret de la ville et de ses alentours. En cela, le choix du monde ouvert s’avère particulièrement pertinent. On évite ainsi d’empiéter sur la volonté d’explorer chaque zone à son rythme. La carte est suffisamment vaste pour proposer des environnements et thèmes variés. Mais le jeu évite de proposer un monde inutilement grand et vide sous couvert de liberté, tare que l’on pourra reprocher à certains mondes ouverts contemporains.

yomawari-lost-in-the-dark-carte-bateau

La carte, également dessinée dans un style enfantin, possède un charme certain ©Nippon Ichi Software, NIS America

Une fois certaines péripéties terminées et à la fin de l’aventure principale, les sept niveaux feront aussi apparaître de nouveaux événements, ennemis, et objets à ramasser. On retourne ainsi avec un certain plaisir dans ces zones à la recherche d’un second frisson et d’autres secrets pour prolonger l’aventure. On pourra toutefois ressentir une frustration lorsqu’il ne restera que quelques objets à collecter, l’inventaire ne donnant pas vraiment d’indice sur leur localisation (sauf si l’on remarque que l’objet manquant fait partie d’une liste d’objets similaires numérotés provenant d’un niveau précis).

Une direction artistique toujours pleine de charme

L’univers du jeu ne pourrait évidemment pas se matérialiser sans une direction artistique réussie. Yomawari Lost in the Dark répond parfaitement présent à ce niveau. On retrouve en effet des environnements variés et pleins de charme. Certains thèmes ont cependant déjà été utilisés dans les jeux précédents, comme celui de l’école ou du champ de riz. L’apparence des monstres, de par leur inspiration nippone, dépayse par rapport aux ennemis classiques de survival horror. Le recours régulier aux couleurs chaudes vient également joliment contraster avec l’ambiance horrifique du titre.

Au niveau de la bande-son, on reste aussi sur la même philosophie que les jeux précédents. Deux très beaux thèmes (dont l’un est utilisé dans le trailer publié plus haut) ont été composés pour le menu et la fin du jeu. Lors des phases de gameplay, Yomawari compte uniquement sur les bruits d’ambiance pour mettre en place une atmosphère pesante. Le bruit d’une voiture qui se fait entendre au loin, le bourdonnement d’un distributeur de boissons, ou encore les animaux se faisant entendre dans le silence de la nuit, vous accompagneront tout au long de l’aventure. Sans oublier le battement de votre cœur, qui s’emballera à proximité d’un yôkai.

yomawari-lost-in-the-dark-mer

Une jolie vue sur la mer. ©Nippon Ichi Software, NIS America

Un 3e volet plus complet mais peu novateur

Ce « Yomawari 3 », d’une durée de vie d’environ 10h pour l’histoire principale, n’apporte pas de grande innovation en comparaison des deux premiers jeux Yomawari. Cela rend son prix actuel (39,99€, 10€ de plus avec la version Deluxe) légèrement excessif, à moins d’être vraiment séduit par le genre « kawaii-horrifique ». Cependant, force est de constater que la magie opère toujours. Lost in the Dark apporte par ailleurs plusieurs petites modifications bienvenues, et un monde plus ouvert qui fonctionne particulièrement bien. Cela fait sans doute de ce 3e volet le plus complet de la série. Un hypothétique 4e jeu Yomawari devra tout de même proposer une mise à jour plus avancée de la formule pour éviter de se lasser de cette série pourtant envoûtante.

Captures d’écran réalisées par Martin KARPINSKI pour Journal du Japon ©Nippon Ichi Software, NIS America.
Jeu testé sur une version PS4 fournie par Koch Media.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.