Catégorie : Festivals Cinéma

5

Le match des critiques : Wonderland, le royaume sans pluie

Wonderland, le royaume sans pluie est annoncé partout comme le film à voir absolument cet été, comme une véritable réussite visuelle et une fable écologique. L’équipe de Journal du Japon l’a vu et en ressort divisé. Retrouver les avis pour et contre de nos rédacteurs ainsi qu’une interview du réalisateur du film.

festival d'annecy 2

Festival d’Annecy : La lente transition de la japanime

Cette année au Festival international du film d’animation d’Annecy, le Japon était à l’honneur avec quatre films en compétition ainsi que des événements spéciaux et des avant-premières. L’occasion pour nous de faire un petit tour d’horizon de ce que la japanimation nous réserve pour les mois à venir !

Les-saisons-Hanabi 1

Les saisons Hanabi, un nouveau festival de cinéma japonais

Du 5 au 18 juin, allez découvrir ou revoir des films japonais dans les salles obscures à Paris comme en province grâce au nouveau festival de cinéma Les saisons Hanabi. Entre animation, drame et documentaire, la programmation offre un panel d’oeuvres de qualité. De quoi assurer dépaysement et réflexion pour ce début d’été.

0

Festival du Film de Fesses : Paris et les postérieurs japonais

« Montre tes nippons » – Tel sera le mot d’ordre dans les cinémas du Quartier Latin de Paris – Reflet Médicis et Les 3 Luxembourg à partir du 28 juin et jusqu’au 1er juillet. Alors que Facebook censure de manière absurde la page du festival et témoigne à nouveau de sa pudibonderie, Journal du Japon a souhaité jeter un petit coup d’oeil – discret – à cette rétrospective du cinéma érotique japonais des années 1960 à nos jours.

0

Raise Your Arms and Twist! Documentary of NMB48 : Le Crépuscule des idols

Présenté dans la section « Kanata, au-delà du miroir » à l’occasion de la douzième édition du Kinotayo, Raise Your Arms and Twist! Documentary of NMB48 de FUNAHASHI Atsushi était l’un des deux seuls documentaires projetés composant la sélection du festival.

Bien que le sujet soit souvent absent de la ligne éditorial, FUNAHASHI Atsushi permet à Journal du Japon de revenir sur un sujet aussi passionnant que dérangeant dès lors qu’il est abordé d’un point de vue sociologique et exempt de toutes notions d’adulation.