Carnet de voyages au Japon : Rencontre avec Ponchounette

Année après année, le Japon continue d’attirer les voyageurs. Le pays réouvre d’ailleurs ses frontières au compte-gouttes. Certains en viennent même à construire des projets autour de leur voyage. C’est le cas de Ponchounette (ou Poncho), une artiste qui s’est lancée dans la création d’un carnet de voyages atypique. Avec son amie Petite Pomme, elle revient sur leurs trois semaines de voyage au Japon. Son projet « 3 Semaines Challenge au Japon », est riche en anecdotes, illustrations et points culturels. Il est disponible sur Ulule depuis le 21 juin 2022. Retrouvez le lien de la campagne en fin d’article ! Nous vous proposons de découvrir l’envers du décor à travers une interview de Ponchounette, qui sera présente à la Japan Expo.

De l’artiste au carnet de voyages

Présentation illustrée de Ponchounette

Journal du Japon : Hello Ponchounette ! Tout d’abord, un grand merci de prendre le temps de répondre à nos questions pour mieux découvrir et comprendre ton projet. “3 Semaines Challenge au Japon”, c’est ton projet le plus récent. Nous serions ravis de savoir comment t’es venue cette idée, ton parcours, et ce qui nous attend dans ce livre.

Ponchounette : Merci beaucoup pour cette invitation ! Je ne sais pas si on peut qualifier mon projet de « récent » mais en tous cas, c’est bien l’aboutissement d’un long parcours qui se profile ! よろしくお願いします。[NDLR : yoroshiku onegai shimasu signifie « je m’en remets à vous »).

Peux-tu te présenter brièvement ? Parle-nous de ton parcours, tes activités, tes différents projets… Carte blanche !

Salut, moi c’est Katia alias Poncho, une artiste Franc-Comtoise et couteau suisse. J’ai étudié les arts et le graphisme et je suis à mon compte depuis bientôt une dizaine d’années. J’ai commencé à publier de petits fanzines (recueils d’histoires, surtout des BD) avec des amis pendant mes études, puis ai développé une passion pour l’autoédition. En 2020, après avoir surconsommé des vidéos YouTube pendant les confinements, j’ai découvert un système d’impression sur demande qui a permis de révolutionner mon travail et de développer des tas de projets que j’avais en tête sans avoir les moyens de les concrétiser… Mais faire la liste de toutes mes idées serait bien trop long 😉 Je vous cite quand même 3 publications des plus récentes et appréciées : des répertoires à mots de passe, des carnets d’entraînement pour le dessin et des cahiers pour réviser le japonais !

D’où vient ce pseudo de Poncho(unette) ?

Poncho est un pseudo assez neutre (en genre) qui fait penser au soleil et surtout je l’ai depuis le collège : à ce moment j’étais la seule dans tout le bahut à porter un énorme poncho en laine. Ponchounette est apparu car le pseudo « Poncho », c’est toujours pris sur la plupart des sites. Mais du coup cela a donné le nom de mon premier site : ponchou.net !

Comment as-tu rencontré Petite Pomme ?

Petite Pomme est une amie de longue date… on a dû se rencontrer à une soirée via une connaissance commune (rien de fou). Mais on s’est découvert plein de passions en commun par la suite ! Et j’ai voulu l’aider à concrétiser son envie de publier un premier livre 🙂

Est-ce que c’était difficile de voyager à deux ? (difficultés pour concilier les envies de chacune, rythme de voyage, etc.)

Oui, car je me suis très vite rendue compte que « prendre le temps et dessiner » n’allait pas être possible avec Pomme. Et Non, car je me suis adaptée à son rythme, j’ai pris plein de photos au lieu de dessiner (ce qui est devenu presque une nouvelle passion) et je ne regrette pas d’avoir fait et vu plein (trop) de trucs 🙂 Par contre j’ai craqué au bout de deux semaines, heureusement la 3e semaine était prévue plus « chill ». On a eu quelques tensions mais rien de grave, nous sommes toutes deux plutôt patientes donc au final c’était une super partenaire de voyage ! On avait bien d’autres choses à faire que se disputer franchement 😉

Illustration de Poncho et Petite Pomme

Comment t’es venue l’idée de réaliser un carnet de voyages illustré ? L’idée était là avant le voyage ou est-elle arrivée après ?

L’idée était là depuis le départ ! Petite Pomme et moi avons demandé en amont à nos lecteurs de nous envoyer des questions et des défis qu’on essayerait de résoudre/faire pendant notre voyage via un premier crowdfunding (financement participatif). Puis, l’idée était de les retranscrire sur papier. Comme je n’ai pas pu beaucoup dessiner sur place, le carnet s’est peu à peu transformé pour devenir un album de photos, dessins et anecdotes. Le début de l’aventure est disponible ici ! C’était un projet double car chacune de nous devait travailler ensuite sur un livre.
Le projet porte le nom de ce qui deviendra le premier roman de Petite Pomme à savoir « Rendez-vous au soleil couchant », une fiction et aussi un récit initiatique où l’héroïne traverse différents quartiers de Tôkyô (que nous avons nous même traversés).

Dans la description du projet, tu expliques que le carnet de voyage répond entre autres à des défis lancés par des lecteurs. Comment vous êtes-vous organisées pour les réaliser ?

Tous les jours, on baladait notre feuille avec tous les défis notés dessus, et on les barrait dès qu’on trouvait comment les réaliser, tout simplement ! Évidemment parfois on se disait qu’on avait peut-être plus de chance de faire tel ou tel défi dans tel ou tel endroit, mais à part ça, c’était au petit bonheur la chance, et certains défis ont été réalisés à notre manière. Vous pourrez constater par vous-même l’étendue des dégâts en allant voir les photos des défis dans les news du projet initial 🙂 Évidemment, tout est repris et commenté dans le carnet de voyage qui arrive !

L’itinéraire était-il déterminé uniquement par ces défis, ou avez-vous également visité des lieux au gré de vos envies, à Petite Pomme et toi ?

Nous avions un défi qui était de se rendre au pied du célèbre torii qui baigne dans la baie d’Hiroshima, ce qui a imposé dès le départ une virée dans le Kansai. Je voulais visiter (entre autres) le Comic Market à Odaiba et le Kiyomizu-dera de Kyôto. Pomme, quant à elle… n’avait pas eu (de mémoire) de demande particulière à part peut-être aller voir des pandas ? Donc à part quelques endroits très spécifiques notés en amont, nous avons simplement fait le tour de la ligne de train Yamanote Line de Tôkyô en s’arrêtant quasiment dans chaque quartier. Je regardais un peu la veille ce qu’il y avait dans le coin et décidais d’un plan d’action (c’est aussi une des raisons qui m’a beaucoup fatiguée et pour laquelle j’ai craqué).

Tease-nous ! Que contiendra ce carnet de voyages ?

Vous pourrez retrouver (dans le désordre) une aventure en pousse-pousse dans une rue orange, la découverte d’un marimo, la quête pour le Gundam introuvé, l’exploration d’un sanctuaire malade, d’une île jumelée avec le Mont St Michel ou encore comment utiliser des baguettes ou demander où est la douche (façon Petite Pomme) quand on n’a aucune notion de japonais… et bien sûr : toutes les visites ont été réalisées seulement grâce à des cartes papiers 🙂

La logistique de conception d’un carnet de voyages

Créer un livre, ce n’est pas de tout repos ! Il y a certainement de nombreuses étapes et autres processus à respecter. Nous sommes curieux !  Peux-tu nous expliquer dans les grandes lignes le processus de création de ton carnet de voyages ?

Alors… dans les grandes lignes… tu vas au Japon, tu vis plein d’expériences, tu prends plein de photos et souvenirs du Japon, tu reviens chez toi puis tu les scannes, tries, retouches, dessines, expliques, narres… Tu essaies de rendre le tout cohérent (moi j’ai choisi l’ordre chronologique à 95%). Tu fais des recherches aussi un peu, pour ne pas raconter trop de bêtises. Tu mélanges le tout dans un logiciel de mise en page et paf ! Ça fait des ch… un livre !

Ton carnet sera édité chez Sombr’Héros Editions. Est-ce ta propre maison d’éditions (Sombrero, Poncho, tout ça …) ? Est-il considéré comme auto-édité ?

Exactement, les éditions du Sombrero c’est ma maison (d’auto)édition, parfois j’écris Sombrero et parfois Sombr’héros, en fonction du projet.

Quelles sont les raisons derrière le choix du format du carnet ? (format A5 en paysage)

Le format A5 paysage, ça rappelle les carnets de voyage d’artistes remplis d’aquarelles, qu’ils transportent dans leurs sacoches avec leurs crayons, et comme son nom l’indique, c’est super pour y figurer des paysages !

Tu as choisi le mode du financement participatif. Pourquoi ce choix ?

Déjà, j’adore le concept du crowdfunding. Dans mon cas : c’est principalement pour donner de la visibilité au projet. Le financement participatif a aussi le pouvoir étrange de rendre les projets plus “sérieux” quand on est dans l’autoédition. J’ai essayé de faire des lancements de projets toute seule, mais cela n’a clairement pas le même impact pour l’instant.

Il existe plusieurs plateformes de Crowdfunding. Pourquoi avoir choisi Ulule ?

Je suis sur cette plateforme depuis des années, je suis presque même une pionnière (enfin pas loin) et elle me convient très bien. Elle a l’avantage d’être (de base) francophone, tout est bien expliqué, encadré et j’en suis même ambassadrice. Je la conseille aux gens qui veulent se lancer. C’est d’ailleurs très sympa de suivre l’évolution du site au fil du temps, en tant que contributrice mais aussi en tant que créatrice.

Au-delà du carnet de voyages, les projets autour du Japon

 

Logo de Ponchounette

 

En consultant ton site internet Bujoli.fr, nous constatons qu’une grande partie de tes projets et activités sont en lien étroit avec le Japon. Nous aimerions en savoir plus !

Tu es à l’origine de la création de nombreux carnets autour de l’apprentissage du Japonais. Pourquoi ces carnets, à qui se destinent-ils ?

J’ai commencé en 2020 l’apprentissage du japonais auprès d’un vrai professeur (mes précédentes tentatives en autodidacte s’étant soldées par des échecs). Et la même année, j’ai donc découvert l’impression sur demande sur KDP. Cherchant de petits cahiers pour mon propre apprentissage, j’ai réalisé qu’il n’y avait pas grand-chose pour les apprenants à part des cahiers de calligraphie avec des cases repères. J’ai donc créé ce dont j’avais besoin et qui n’existait pas ! D’ailleurs je n’ai encore pas fini la gamme que j’ai imaginée, stay tuned 😉

As-tu déjà réalisé d’autres projets en crowdfunding avec Ulule ou une autre plateforme ?

Sur Ulule oui, une dizaine. Parfois j’interviens aussi en tant qu’illustratrice de couverture pour des romans ou auteure de BD dans des collectifs qui passent également par le crowdfunding. Vous pouvez retrouver quelques-uns de ces projets ici : https://fr.ulule.com/ponchounette/#/projects/online/ 

As-tu déjà d’autres projets à venir en lien avec le Japon pour faire suite à ton carnet de voyages ?

Pour le moment je me consacre à l’évolution de la gamme de cahiers pour les apprenants en japonais. Il y aura donc beaucoup d’autres illustrations sur cette thématique. Et j’ai aussi à honorer des collaborations avec de super professeurs de japonais partenaires 😉
Mais en lien direct avec le carnet de voyage, il existe donc le roman de Petite Pomme, dans lequel on a aussi retranscrit notre expérience, de manière édulcorée.

Un petit mot de Ponchounette

Nous arrivons à la fin de cette sympathique interview. Un petit mot pour les lecteurs de Journal du Japon qui seraient intéressés par ton carnet ?

Déjà, merci pour votre considération et de m’avoir lue jusqu’ici ! 🙏 Si vous avez aimé ce petit échange, je vous embarque volontiers à travers un récit de 3 semaines de voyage au Japon avec le même humour ! 😉 Et merci à toute l’équipe de Journal du Japon pour votre intérêt !!

Merci d’avoir pris le temps de répondre à nos questions ! Bon courage pour cette campagne pour laquelle il reste encore 18 jours ! À bientôt pour de nouvelles aventures !


Créer un livre est loin d’être une mince affaire. Cependant, Ponchounette a relevé le défi et semble avoir plutôt bien réussi le pari ! Si cette petite mise en contexte vous a plu, il est encore temps de participer à la campagne Ulule de « 3 semaines challenge au Japon », qui se terminera le 21 juillet prochain. Nous sommes persuadés qu’à travers ce joli carnet de voyages illustré, vous apprendrez des tas d’anecdotes croustillantes sur le Japon. Et qui sait, peut-être que vous craquerez aussi pour un carnet d’apprentissage du japonais ?

 

Pour participer à la campagne, il suffit de cliquer sur l’image ci-dessous !

Couverture du carnet de voyages

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.