Auteur : Pierre Lauret

Gezan "Danse Danse Révolution" 0

GEZAN : Human rebellion of a wasted youth

In nearly ten years of career, five albums, a documentary about them and the holding every year of a do it yourself music festival with the best of the country’s independent music, the alternative rock band GEZAN became one of the major players in this music scene. The release of their album KLUE, on January 29 2020 on their own label Jusangatsu Records, has confirmed that GEZAN is one of the bands in the Japanese underground that you must keep up with.

Gezan "Danse Danse Révolution" 5

GEZAN : Rébellion humaine d’une jeunesse gâchée

En près de 10 ans de carrière, cinq albums, un documentaire leur étant dédié et l’organisation chaque année d’un festival do it yourself réunissant le fleuron de la musique indépendante du pays, le groupe de rock alternatif GEZAN s’est imposé comme l’un des acteurs majeurs de cette scène musicale. La sortie de leur album KLUE, le 29 janvier 2020 sur leur propre label Jusangatsu Records, est venue confirmer que le quatuor est l’un des groupes les plus à suivre dans l’underground japonais.

0

Festival du Film de Fesses : Paris et les postérieurs japonais

« Montre tes nippons » – Tel sera le mot d’ordre dans les cinémas du Quartier Latin de Paris – Reflet Médicis et Les 3 Luxembourg à partir du 28 juin et jusqu’au 1er juillet. Alors que Facebook censure de manière absurde la page du festival et témoigne à nouveau de sa pudibonderie, Journal du Japon a souhaité jeter un petit coup d’oeil – discret – à cette rétrospective du cinéma érotique japonais des années 1960 à nos jours.

0

Raise Your Arms and Twist! Documentary of NMB48 : Le Crépuscule des idols

Présenté dans la section « Kanata, au-delà du miroir » à l’occasion de la douzième édition du Kinotayo, Raise Your Arms and Twist! Documentary of NMB48 de FUNAHASHI Atsushi était l’un des deux seuls documentaires projetés composant la sélection du festival.

Bien que le sujet soit souvent absent de la ligne éditorial, FUNAHASHI Atsushi permet à Journal du Japon de revenir sur un sujet aussi passionnant que dérangeant dès lors qu’il est abordé d’un point de vue sociologique et exempt de toutes notions d’adulation.

10

Kinotayo 2017, partie 2 : MATSUI, dernier rempart avant la débâcle

Voilà maintenant trois années consécutives que Journal du Japon se rend au Kinotayo à Paris pour faire le point sur le cinéma contemporain japonais. Force est de constater lors de cette douzième édition que le festival perd de sa superbe d’année en année. Lors de notre premier retour sur la sélection 2017 et de notre critique de Perfect Revolution – film en compétition cette année – nous émettions d’ores et déjà certaines réserves au sujet du palmarès et de la capacité du festival à se placer comme représentant honnête de l’état du cinéma contemporain japonais.