Auteur : Pierre Lauret

0

Festival du Film de Fesses : Paris et les postérieurs japonais

« Montre tes nippons » – Tel sera le mot d’ordre dans les cinémas du Quartier Latin de Paris – Reflet Médicis et Les 3 Luxembourg à partir du 28 juin et jusqu’au 1er juillet. Alors que Facebook censure de manière absurde la page du festival et témoigne à nouveau de sa pudibonderie, Journal du Japon a souhaité jeter un petit coup d’oeil – discret – à cette rétrospective du cinéma érotique japonais des années 1960 à nos jours.

0

Raise Your Arms and Twist! Documentary of NMB48 : Le Crépuscule des idols

Présenté dans la section « Kanata, au-delà du miroir » à l’occasion de la douzième édition du Kinotayo, Raise Your Arms and Twist! Documentary of NMB48 de FUNAHASHI Atsushi était l’un des deux seuls documentaires projetés composant la sélection du festival.

Bien que le sujet soit souvent absent de la ligne éditorial, FUNAHASHI Atsushi permet à Journal du Japon de revenir sur un sujet aussi passionnant que dérangeant dès lors qu’il est abordé d’un point de vue sociologique et exempt de toutes notions d’adulation.

10

Kinotayo 2017, partie 2 : MATSUI, dernier rempart avant la débâcle

Voilà maintenant trois années consécutives que Journal du Japon se rend au Kinotayo à Paris pour faire le point sur le cinéma contemporain japonais. Force est de constater lors de cette douzième édition que le festival perd de sa superbe d’année en année. Lors de notre premier retour sur la sélection 2017 et de notre critique de Perfect Revolution – film en compétition cette année – nous émettions d’ores et déjà certaines réserves au sujet du palmarès et de la capacité du festival à se placer comme représentant honnête de l’état du cinéma contemporain japonais.

1

Hideaki ANNO : L’ingénu qui souhaitait (s’)aider – Partie 2

Comme nous le présentions dans la première partie de notre dossier consacrée à Hideaki ANNO, le cinéma en prise de vue réelle du réalisateur reste largement méconnue alors qu’il constitue la caractérisation la plus marquée de son leitmotiv. Après les premiers motifs apparus avec Neon Genesis Evangelion en 1995 et Love & Pop en 1998, c’est avec Ritual en 2000 que Hideaki ANNO a signé son film le plus personnel de sa carrière et qu’en 2004 il réalisa Cutie Honey, une adaptation de Go NAGAI imprégnée des relents de ce qui avait été le ciment de son cinéma depuis 1995.

3

Hideaki ANNO : L’ingénu qui souhaitait (s’)aider – Partie 1

Si aujourd’hui il est difficile de n’avoir jamais entendu le nom de Hideaki ANNO lorsque l’on s’intéressant au monde de l’animation japonaise, c’est grâce aux succès qu’ont été les séries Nadia, le secret de l’eau bleue ou encore Neon Genesis Evangelion. Cependant, les longs métrages en prise de vue réelle restent aujourd’hui largement méconnus.

2

Paint Your Teeth In Paris : Le Retour

L’an dernier nous vous parlions déjà de Paint Your Teeth in Paris lorsque la scène underground japonaise, qui est bien éloignée de la pop labellisée Cool Japan dont on a l’habitude, était venue secouer les salles de la capitale. Du 19 au 26 avril 2017, l’association Art Levant a renouvelé les festivités lors d’une seconde édition en invitant la crème de la crème des artistes underground japonais sur le sol parisien pour une série d’événements uniques et plus aventureux les uns que les autres.

0

Hiroshima et l’apprentissage du passé : rencontre avec le réalisateur Jean-Gabriel PÉRIOT

A l’occasion du festival Travelling à Rennes qui diffusait Lumières d’été, un film sur le bombardement de Hiroshima en 1945 que nous évoquions il y a peu, Journal du Japon a rencontré Jean-Gabriel PÉRIOT, le réalisateur français, pour revenir sur son premier long métrage de fiction et questionner le rapport que le cinéma et la société entretiennent avec le passé.