Setona Mizushiro, des émotions en pagaille

A l’occasion de la sortie de sa nouvelle série Brainstorm Seduction en France,  Journal du Japon vous propose aujourd’hui un retour sur le parcours d’une auteure emblématique des éditions Kazé : Setona Mizushiro. 

Setona-Mizushiro

Une carrière qui commence à être longue 

Comme la plupart des mangaka japonais, Setona Mizushiro a commencé sa carrière par la publication de doujin dans les années 80. Mais c’est au début des années 90 qu’elle débute véritablement avec un oneshot qui sera publié dans le Puchi Comic, édité par Shogakukan. Elle gagnera d’ailleurs une récompense pour son travail, en tant que nouvel auteur. Au fil de sa carrière, elle sera éditée par Shogakukan principalement mais aussi, ponctuellement, par Akita Shôten et Shueisha

coverAvec les années, Setona Mizushiro évolue tant au niveau graphique que scénaristique. Si à ses débuts son style manque de finesse et qu’elle se cherche encore, elle appose dès lors sa marque par des traits reconnaissables qui évolueront grandement, en même temps que son talent pour raconter des histoires. Aujourd’hui son dessin est abouti, sinon à son apogée, mais les éditeurs français restent cela dit frileux quant à publier ses tout premiers travaux, le design manquant de punch si l’on considère les critères actuels. Peu de chance donc de voir 1999 Shanghai ou encore Dousei Ai, une de ses longues séries, apparaître en France. 

© Setona Mizushiro 2008 (AKITASHOTEN JAPAN)C’est ainsi par ses travaux les plus récents que nous la découvrions au début des années 2000, avec X-Day. Depuis 2005 d’ailleurs, les éditeurs français Asuka puis Kazé ont enchaîné la publication de ses travaux les plus connus : après Diamond Head et S viennent les excellents L’infirmerie après les cours, sa plus longue série disponible en France, ainsi que Le Jeu du Chat et de la Souris, son unique boy’s love français. Aujourd’hui, les fans ont de quoi lire : Heartbroken Chocolatier vient de se terminer avec son neuvième tome tandis que Brainstorm Seduction commence tout juste. Au Japon, la publication de cette dernière série, sous son titre original Nônai Poison Berry vient d’ailleurs de se conclure avec son cinquième volume. Blackrose Alice est en revanche en pause depuis plusieurs années. La mangaka qui allait jusqu’à travailler sur ses trois dernières séries en même temps n’a donc pour le moment plus aucun projet en cours.

A noter qu’elle fut invitée par les éditions Asuka lors de Japan Expo en 2008, preuve qu’une communauté de fans français est déjà bien présente. 

La narration et les sentiments : sa marque de fabrique 

SHITSUREN CHOCOLATIER © 2009 Setona MIZUSHIRO / Shogakukan Inc.S’il est bien une qualité que l’on accorde à la mangaka, c’est l’originalité de ses histoires, la diversité de ses thèmes et la qualité de sa narration. Outre les sujets parfois hétéroclites qu’elle aborde, le schéma de ses récits est souvent bien construit, piochant autant dans le fantastique que dans le réaliste et rendant la lecture des plus appréciables. Heartbroken Chocolatier se passe dans le milieu du chocolat, S suit des joueurs de badminton et Blackrose Alice raconte la vie de plusieurs vampires dans le Tokyo moderne.

Spécialiste du shôjo et du jôsei (même si on la connait aussi dans l’univers du boy’s love), il ne faut pas croire que Setona n’utilise pas les schémas classiques du genre, comme l’environnement lycéen par exemple, que l’on retrouve dans Diamond Head, X-Day ou bien encore L’Infirmerie Après les Cours. Mais elle n’oublie pas de le retravailler à sa sauce pour y ajouter un élément qui marquera l’unicité de l’histoire : un club judiciaire, la création d’une bombe, la recherche d’une clé au beau milieu d’un rêve… Autant de situations qui lui permettent d’aborder de nombreux sujets : ainsi L’Infirmerie Après les Cours touche de près le problème de l’identité sexuelle quand X-Day s’intéresse à la psychologie d’individus sous une certaine pression sociale. Ces travaux avaient à l’époque les jeunes adolescentes pour cible, chose qui a tendance à évoluer. Aujourd’hui, les œuvres de Setona visent un public plus adulte, même si essentiellement féminin. 

© Setona Mizushiro 2005-2007 (AKITASHOTEN JAPAN)

Un thème reste cela dit un point central dans ses récits : les sentiments. Pas seulement l’amour comme on le perçoit dans la plupart des shôjo romantiques, mais un panel d’émotions beaucoup plus large, qui viennent embellir la personnalité des personnages qu’elle créé. A cela, elle ajoute souvent une touche de noirceur, un côté sérieux qui s’éloigne définitivement du shôjo classique que l’on ne connait que trop bien, et c’est là que l’on perçoit le mieux l’ampleur de son travail. 

Brainstorm Seduction : méli-mélo dans ton cerveau 

NONAI POISON BERRY © 2009 by Setona Mizushiro / SHUEISHA Inc.Ce sont tous ces ingrédients que l’on va retrouver dans ce nouveau titre, que l’on attendait en France depuis un moment. Prépublié en 2009 dans le magazine Chorus édité par la Shueisha, les cinq volumes qui composent la série sont désormais tous sortis au Japon tandis que le premier tome est disponible depuis le mois d’août chez nous. 

On y retrouve avec plaisir le graphisme abouti de la mangaka, qui nous détaille cette fois les aléas sentimentaux d’une jeune trentenaire en mal d’amour. Ichiko Sakurai vient de franchir la dizaine supérieure, la dizaine maudite, celle dont on ne sait pas si elle est encore considérée en tant que jeunesse insouciante ou adulte responsable. Deux entités cosmiques qui ont du mal à cohabiter dans sa tête, tant et si bien que les cinq personnages résidant dans son système nerveux peinent à trouver la bonne conduite à adopter dans la vie de tous les jours. 

NONAI POISON BERRY © 2009 by Setona Mizushiro / SHUEISHA Inc.C’est surtout lorsqu’elle rencontre Ichinose, un homme de quelques années son cadet qu’elle va se perdre : comment réagir ? Que dire ? Que faire ? Les personnifications de ses émotions sont aussi perdues qu’elle et discutent, votent, émettent des hypothèses quant à l’attitude à adopter. Ce synopsis n’est d’ailleurs pas sans rappeler le film des studios Pixar Vice-Versa, sorti récemment au cinéma. Au Japon, le manga a fait l’objet d’une adaptation en drama.

Une fois encore, Setona Mizushiro nous offre une réflexion sur la vie sociale, l’affection, l’attachement… Toujours formulée avec un brin d’humour et d’autodérision, on attend avec plaisir la suite des aventures rocambolesques et cérébrales d’Ichiko, qui sortira au mois d’octobre.

La mangaka nous promet encore bien des surprises, et une question se pose alors : quelle sera sa prochaine histoire ?

Japan in Motion : le charme du Japon ne se réduit pas à Tokyo !

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *