L’Incident d’Isshi : quand Reshiki et Kyuso Nekokami en font un clip

Récemment le chanteur et acteur Reshiki s’est associé au groupe de dance rock Kyuso Nekokami pour le titre KMTR645. KMTR comme Kamatari et 645 comme l’année où s’est produit l’Incident d’Isshi. C’est de cet « incident » majeur pour l’histoire du Japon dont nous vous parlerons dans cet article… et nous vous expliquerons pour le dauphin, aussi…

Et d’ailleurs, avant toute chose, le visionnage de ce clip est obligatoire… Musique !

[arve url=”https://www.youtube.com/embed/I2eYzfyDdHs” maxwidth=”800″/]

Il avait perdu le contrôle, il a saisi la balle au bond…

Japon, l’an 644. Tout commença par une partie de kemari…

Nakatomi no Kamatari (joué par Rekishi dans le clip) jouait à une partie de kemari (une sorte d’ancêtre du football) avec Naka no Ôe, le fils de l’impératrice. En frappant la balle, ce dernier perdit sa chaussure. Kamatari la ramassa et lui rendit respectueusement. Le début d’une longue amitié faite de balles, de rencontres secrètes dans les montagnes.

Mais avant d’aller plus loin, revenons à la situation du Japon à cette époque.

Partie de Kemari

Partie de Kemari (“Tanabata Kemari”, Récit illustré sur les jardins renommés de la capitale d’Akisato Rito, 1799).

Depuis 642, le Pays du Soleil Levant était dirigé par l’impératrice Kôgyoku. Ne vous y trompez pas, elle n’était pas le modèle de la femme de pouvoir, seulement une marionnette aux mains du clan Soga. D’ailleurs son époux, feu l’empereur Jomei, devait son trône à ce même clan pro-bouddhiste.

L'Impératrice Kogyôku

L’Impératrice Kogyôku.

En effet, quelques années auparavant, l’impératrice Suiko était morte sans nommer clairement son successeur alors que deux prétendants au trône s’étaient fait connaître : Tamura (qui deviendra Jomei) et Yamashiro. Soga no Emishi, alors ministre, joua donc de son influence (et d’assassinat) pour faire de Tamura le nouvel empereur.

Puis, après la mort de l’empereur Jomei (alias Tamura), Soga no Iruka, fils d’Emishi, attaqua la demeure de Yamashiro poussant ce dernier à s’y suicider avec sa famille. Tout obstacle ayant disparu, le pouvoir revint à Kôgyoku, donc à Emishi et à son fils Iruka.

À l’époque, le fils de Jomei et de Kôgyoku, Naka no Ôe, avait 16 ans, trop jeune pour régner. Mais en 645, fort de ses 19 ans, voir le pouvoir lui échapper pour rester dans les mains des Shoga ne lui plaisait guère, d’autant plus que les Soga étaient de loin trop autoritaires, utilisant le pouvoir pour leur propre bien en lieu et place du bien commun. Ils allèrent même jusqu’à défier les convenances en se construisant palais et tombes plus belles que celles de la famille impériale. Le pompon : Emishi accorda la Murasaki no Kanmuri (紫の冠) à son fils, une coiffe qui ne devait être porté que par l’Empereur.

De son côté, Nakatomi no Kamatari avait aussi de quoi en vouloir au clan Soga.
Le clan Nakatomi était un clan de prêtres shinto. En tant que tel, il était le principal adversaire du clan Shoga pro-bouddhiste. Les Nakatomi perdirent d’ailleurs une première bataille lorsque la famille impériale devint bouddhiste. Avec cette conversion, l’Empereur donna plus de pouvoir et d’influence au clan Shoga aux dépens du clan Nakatomi.
Les shintoïstes avaient aussi la crainte de froisser les dieux locaux en important une religion étrangère.

Elle lui a tendu la main, il s’est fait battre…

Alors, après cette fameuse prise de contact lors de cette partie de kemari, Nakatomi no Kamatari et Naka no Ôe discutèrent avec Soga Kurayamada no Ishikawa no Maro (cousin d’Iruka) et Amanoinukai no Katsumaro. Ils vinrent à la conclusion que leur seule option était de tuer Soga no Iruka. Pour réussir et ne pas voir leur plan se retourner contre eux, ils durent soigneusement choisir la date et le lieu. Le 12e jour du 6e mois 645 (c’est-à-dire notre 10 juin), une cérémonie se tint à la cour de l’impératrice au Taikyokuden. Les trois Royaumes coréens devaient présenter leur tribu et une lecture de leurs requêtes devait être faite. Parfait pour un assassinat.

Mais un premier obstacle devait être franchi : désarmer un Iruka prudent au point de frôler la paranoïa. Nakatomi no Kamatari prit le partie d’embaucher des comédiens pour le convaincre de déposer les armes. Amusé, Iruka accepta pour la première fois de se désarmer… Mal lui en avait pris…

L'Incident d'Isshi

L’Incident d’Isshi ( estampe de Sumiyoshi Jyokei et Gukei, XVIIe siècle).

Une fois dans la salle de la cérémonie, Naka no Ôe demanda discrètement aux Gardes des Portes de fermer toutes les portes du palais. S’étant assurés de leur tranquillité, Naka no Ôe et Kamatari n’avaient qu’à plus qu’à attendre que Saeki no Komaro no Muraji et Katsuragi no Wakainukai no Amida no Muraji (deux de leurs complices) tuassent Iruka pendant la lecture des requêtes par Soga no Kurayamada. Mais les hommes furent trop effrayés pour prendre les armes, dissimulées au préalable, et attaquer Iruka. Nakatomi essaya de les booster mais rien n’y fit. Voyant cela, Naka no Ôe perdit patience, prit l’arme et trancha Iruka.

Malheureusement, il manqua son coup. Iruka put protester de son innocence et demander une enquête à l’impératrice. Naka no Ôe se défendit en indiquant qu’Iruka était entrain de tuer l’Empire. L’impératrice Kôgyoku se retira alors pour juger de la question. Mais les conspirationnistes n’attendirent pas son jugement. Komaro et Amida finirent le travail. Quand Emishi, le père d’Iruka apprit la nouvelle, il se tua en mettant le feu à sa demeure, brûlant par la même plusieurs trésors de l’Empire.

Finalement, tout est bien qui finit bien… ?

Cet assassinat ayant eu lieu devant l’Impératrice, elle fut considérée comme souillée et donc devant abdiquer. Elle choisit son fils, Naka no Ôe, pour lui succéder, mais Kamatari lui fit remarquer que le trône devrait plutôt être remis à Furuhito no Ôe (le frère de Naka no Ôe) ou à Karu (l’oncle de Naka no Ôe et frère de Kôgyoku). Furuhito renonça d’office au trône en devenant moine bouddhiste. Ce fut donc Karu qui devint empereur sous le nom de Kôtoku. Sa sœur, Kôgyoku, remontera sur le trône à sa mort sous le nom de Saimei.

Fujiwara Kamatari

Fujiwara Kamatari, Kikuchi Yosai, XIXe siècle).

Naka no Ôe endossa le titre de Prince impérial et régna dans l’ombre sur le Japon. Puis en 661, il monta enfin sur le trône sous le nom de Tenji. Mais il refusera toute sa vie d’être reconnu comme l’empereur dans toute sa splendeur : il se considérait indigne d’une telle fonction après avoir frappé Iruka (toujours cette histoire de souillure).

Mais, l’Incident d’Isshi ne se résuma pas à un changement d’empereur. Ce fut aussi une étape importante pour le Japon. Une fois au pouvoir, nos ex-conspirationnistes mirent en place les Réformes Taïka (série de réformes gouvernementales et sociétales basées sur le modèle chinois). Ce projet a été mené par Kamatari alors devenu Ministre de l’Intérieur. D’ailleurs sous le règne de Tenji, Kamatari atteignit la position la plus élevée du royaume : Daishokukan, et l’empereur lui accorda un nouveau clan : Fujiwara, un clan qui donnera de nombreuses épouses aux empereurs et époux aux princesses impériales.

Bonus Tracks 

Dans le clip, Reshiki joue donc le rôle de Kamatari et le chanteur de Kyuso Nekokami celui de Iruka, mais qui sont donc les autres membres de Kyuso Nekokami ?

Oh ! Là ! Regardez, en début de vidéo, il y a le nom de leur personnage… ou pas !

[arve url=”https://www.youtube.com/embed/I2eYzfyDdHs” maxwidth=”560″/]

En effet, ces artistes assez joueurs se sont amusés à faire quelques jeux de mots. Alors, petit bonus, nous vous expliquons tout ça.

Okazawa Zawa (guitariste) : Kazumax Edo o shissôru (カズマックス江戸を疾走る).

  • Kazumax est un youtubeur spécialisé dans le café.
  • Nezumi, Edo o hajiru est un drama historique sur un voleur ayant existé au XIXe siècle et surnommé Nezumi (la Souris). Mais la Souris de Kyuso Nekokami ne court pas, elle sprinte.

Affiche du drama Nezumi, Edo o hajiru

Kawakubo Takurô (bassiste) : 1 Fuji 2 Taka Santa Claus(一富士二鷹サンタクロース).

  • 1 Fuji 2 Taka 3 Nazubi (一富士二鷹三茄子), 1 Fuji 2 faucon 3 aubergine, si votre premier rêve de l’année contient ces éléments, la chance sera avec vous.
  • Santa Claus = Père Noël.

Yokota Shinnosuke (clavier) : Ora, Takasugi Shinnosuke (おら、たかすぎしんのすけ).

  • Tachibana Shinnosuke (doubleur) faisant la voix de Takasugi Shinsaku (samouraï au XIXe siècle, mort un an avant de voir son rêve réaliser avec l’avènement de l’ère Meiji) dans un drama CD.
Drama CD de Yoizuki no Shizuku -Bakumatsu Koi Tsuzuri - chapitre Takasugi Shinnosuke

Drama CD de Yoizuki no Shizuku -Bakumatsu Koi Tsuzuri – chapitre Takasugi Shinnosuke

Sogô Taisuke (batteur) : Suke wa Jiyû da ! (助は自由だ!).

  • Itagaki Taisuke, le monsieur des billets de 100 yen, chef du Mouvement pour la liberté et les droits du peuple. C’est lui qui gérera le Japon pendant qu’Iwakura se fera une balade en Occident.
    ITAGAKI Taisuke

    ITAGAKI Taisuke

Tiens, même le chanteur s’est retrouvé avec un pseudonyme.

Yamasaki Seiya (chanteur) : Yamasaki Haru no Han Matsuri (ヤマサキ春の藩まつり).

  • Magnifique série de vaisselle française blanche nommée Haru no Pan Matsuri de la marque Yamazaki.
  • Han (藩) : domaine, système administratif aboli lors de l’ère Meiji.

D’ailleurs, notez que, même si Seiya est habillé en dauphin, cet Iruka-ci n’a que peu à voir avec ce mammifère marin. Le Iruka de Soga no Iruka s’écrit 入鹿, là où dauphin s’écrit 海豚. 鹿 désigne le cerf Sika.

Si tout ceci a attisé votre curiosité, finissons avec un peu de lecture sur l’Incident d’Isshi et sur les musiciens.

Prince Toneri, Ô no Yasumaro, Nihon Shoki, 720.
Le récit en image de l‘Incident d’Isshi.

Reshiki (en japonais)
Kyuso Nekokami (en japonais sauf le menu)
Les crédits de l’album V-Kiji de Reshiki (en japonais)

Enregistrer

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *