[Interview] ROA, la fusion du rock et du shamisen

RoA signifie Relic of Ancestors : c’est le nom qu’a choisi ce jeune groupe pour illustrer leur volonté de mélanger la musique occidentale et les instruments traditionnels japonais. Adeptes des jeux de mots, ils mélangent autant les langues que le style musical en faisant un groupe qui se veut très original. Nous les avons rencontrés lors de leur seconde venue en France pour Japan Expo Sud, afin qu’ils nous parlent de leur musique et des deux albums qu’ils ont d’ores et déjà sortis.

De gauche à droite : Miyo-C, Shu, Tono, Masatomo, Akaba, Sakamoto Mani Shinjirô et Moroboshimann.

De gauche à droite : Miyo-C, Shu, Tono, Masatomo, Akaba, Sakamoto Mani Shinjirô et Moroboshimann.

Journal du Japon : Bonjour à tous… Comment est né votre groupe ?

Akaba : À l’origine nous étions des musiciens chacun de notre côté et j’ai eu l’idée de créer un groupe mélangeant des inspirations occidentales et japonaises, nous nous sommes alors rassemblés autour du concept de Wa-Yô Secchû, c’est à dire le mélange entre le Japon et l’occident.

ROA, signifie Relic of Ancestor, pourquoi avoir choisi ce nom ?

Akaba : Notre nom, Relic of Ancestor, vient du fait que nous avons voulu exprimer tout ce que nos ancêtres nous ont laissés derrière eux.

En quoi cela influence votre musique ?

Akaba : Nous n’y avons pas vraiment réfléchi.

Roa à Japan Expo Sud

Roa en concert à Japan Expo Sud © RCG Photographie

Shu : C’était une sorte d’expérience, on écoute beaucoup de musique rock et metal américaine et nous avons voulu essayer d’y ajouter le Shamisen pour voir ce que ça donnait. En ce moment au Japon il y a beaucoup de groupes qui utilisent des instruments japonais comme le shamisen ou le taiko, mais nous ne voulions pas exprimer que ce côté japonais et voulions vraiment faire le mélange de notre culture avec la musique américaine que nous écoutons et voir quel serait le résultat. Mais nous n’avions pas vraiment de concept de base, ça nous est venu avec le temps. Je trouve que les groupes de musique traditionnels japonais sont merveilleux mais ce n’était pas ce que nous voulions faire. Plutôt que d’exprimer le Japon nous voulions utiliser la musique que nous avons l’habitude d’écouter pour exprimer le monde entier.

Si on devait essayer de vous différencier des très nombreux groupes de rock japonais quelle serait votre singularité ?

Je pense que nous sommes un groupe qui possède un véritable concept. Nous écrivons nos paroles de gauche à droite mais le véritable sens de la chanson se manifeste véritablement lorsqu’on les lit de haut en bas. Dans notre premier album, Kalacreation, nous avons plus mis l’accent sur les jeux de mots dans les paroles. Pour notre second album, Ooparts, nous avons voulu composer quelque chose qui soit étrange pour notre époque, ce n’est pas que nous voulions faire quelque chose de bizarre mais quelque chose qu’on ne penserait pas à faire de nos jours. A chaque fois nous essayons de partir d’un concept pour créer nos musiques. Nous essayons de faire quelque chose d’original et je pense que nous somme un des rares groupes à le faire. Le but n’est pas de juste d’introduire le Shamisen dans de la musique rock.

Vous vous inspirez de différents styles musicaux mais comment vos morceaux sont-ils créés ? Qui compose le morceau dans le groupe, qui s’occupe des paroles, etc ?

Akaba : Je suis le compositeur.

Sakamoto : Et je suis le parolier.

Akaba : pour ce qui est de la composition, je compose librement selon mes envies mais la plupart des Japonais ne s’y connaissent pas beaucoup en matière d’instruments traditionnels et moi-même je n’ai jamais eu l’occasion d’en jouer. Du coup pour ce qui est du Shamisen je laisse à nos deux joueurs de Shamisen s’occuper de la composition. Des fois je leur demande de faire certaines choses avec mais ils me disent parfois que ce n’est pas possible et ils essayent d’intégrer des choses originales pour un groupe de rock, ce qui est une partie intéressante de la création.Roa

Quels sont les références musicales de chacun, vos idoles ?

Akaba : Foo Fighters.

Shu : Si je devais en choisir un seul… Yuzu je pense. C’est un groupe japonais et j’aime beaucoup leurs mélodies. Même quand ils font des musiques brutes comme du metal, leurs mélodies sont toujours magnifiques.

Masatomo : Dragon ash, chacun de leurs albums est différent et je trouve qu’ils sont très bons pour faire des jeux de mots.

Miyo-C : Tomoyasu Hotei, particulièrement parce qu’il essaye toujours de faire de nouvelles choses.

Tono : NOFX, parce que leur musique est très rapide et facile à comprendre.

Moroboshimann : Metallica

Sakamoto Mani Shinjirô : Un bassiste anglais qui s’appelle Square Pusher.

Quel est le titre de ROA que chacun préfère et pourquoi ?

Akaba : Je les aime toutes mais je dirais la première que j’ai écrite, Jairo M.

Masatomo : Unarciste

Shu : Lequel…. Vu que notre groupe essaye de faire quelque chose d’original, je dirais Ooparts.

Miyo-C : Kakeraotoshi

Tono : La nouvelle chanson que nous allons jouer tout à l’heure Hitsugenius

Sakamoto : J’ai été le dernier à rejoindre le groupe, et à cette époque la première musique qui m’avait frappé était Abracadabra.

Moroboshimann : 16 Tenshô

Interprète : Hein ? Personne n’a choisit Morpho ?

(Tout le monde rit)

Moroboshimann : Alors je choisi Morpho Chô à la place.

Vous voilà déjà de retour chez nous, comment ça se fait ?

Akaba : Nous avions vraiment envie de revenir, grâce à la Japan Expo nous avons pu nous produire pour la première fois à l’étranger.

Shu : C’est pour ça que la France est un endroit particulier pour nous.

Depuis votre dernière visite en France votre groupe a pas mal évolué… Est-ce que le fait de venir en France a changé quelque chose pour vous la dernière fois, à titre personnel ou pour votre carrière ?

Akaba : Ça nous a beaucoup influencé. Le fait de venir à l’étranger a vraiment changer notre façon de penser.

Puisque l’on parle d’international, y a t-il un artiste/groupe français ou international avec lequel vous aimeriez faire un duo ?

Shu : Gorillaz. On adore Gorillaz.

Vous bien progressé et vous avez même sorti votre premier album. Quel est l’esprit de ce premier album, quels sont les messages qu’il contient ? Même question pour le second, Ooparts.

Comme nous vous l’avons dit plus tôt, notre premier album, Kalacreation, est très porté sur les jeux de mots comme son nom l’indique. (NdT : Le nom de l’album est la fusion de Karakuri, mécanisme, et de Kuriéshon pour création). Le second, Ooparts partait de l’idée de créer un album qui ne devrait pas exister à notre époque.

Aussi nous avons récolté des fonds grâce au financement participatif et nous allons sortir un nouvel album composé de douze chansons. Pour celui-ci nous nous somme basés sur les douze animaux du zodiaque chinois et nous avons mélanger ce thème avec des jeux de mots. A la Japan Expo Sud nous allons jouer Hitsugenius qui est l’un des morceaux de ce nouvel album ( NdT : Jeu de mot avec Hitsuji, le mouton et genius ). Achetez-le dès qu’il sortira !

Illustration du titre Hitsugenius

Illustration du titre Hitsugenius

Quels sont vos objectifs désormais ?

Cette année, en plus de la France, nous avons décidé de nous concentrer sur l’étranger. Nous avons prévu de sortir un nouvel album l’année prochaine et à cette occasion nous espérons faire une tournée au Japon et dans le monde entier. Une tournée en Europe de l’est est prévue mais nous ne savons si nous aurons l’occasion de revenir en France à ce moment. Nous comptons nous focaliser de plus en plus vers l’étranger, Japan Expo Sud est notre premier concert à l’étranger en 2018 et nous comptons continuer sur notre lancée pour se développer en Europe.

On vous souhaite d’y parvenir alors, bon courage !

En complément, voici une vidéo de Toco Toco sur le groupe ROA :

Vous pouvez retrouver ROA et leur musique sur leur chaine Youtube ou leur compte Twitter

Remerciements au groupe pour son temps ainsi qu’à Japan Expo Sud pour la mise en place de l’interview.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *