Seiko : L’innovation de l’horloger japonais à l’heure française

Le mois prochain, au 7 place Vendôme, la première boutique européenne de Grand Seiko ouvrira ses portes. Il s’agira du plus grand magasin dans le monde de l’entreprise nippone. C’est l’heure (et c’est le cas de le dire) pour Journal du Japon de revenir sur cette entreprise représentant le Japon sur le marché de l’horlogerie… et qui est l’une des rares à concurrencer les marques suisses !

 

Seiko, maître de l’innovation

Kintaro HATTORI

Tout commence en 1891. A l’origine, Kintaro HATTORI, fondateur de Seiko, a juste ouvert un atelier de réparation dans le centre de Tokyo, dans le quartier de Kyôbashi à l’âge de 22 ans seulement. Il avait pour ambition de faire de Seiko une marque en avance sur les autres, une société innovante sur le marché de l’horlogerie. Ce désir a toujours poussé Seiko à faire ce que ces concurrents n’ont jamais pu ou voulu faire.

Un nombre symbolise bien cette volonté : 27. C’est le nombre de premières mondiales réalisés par l’entreprise Seiko. Certaines ont été plus marquante que d’autres, comme en 1969 où Seiko dévoile la première montre à quartz au monde à pouvoir être commercialisée. Rappelons que le Quartz a la propriété d’osciller à une fréquence stable lorsqu’on le stimule électriquement. Cette précision est donc très utile dans l’horlogerie et deviendra par la suite un standard. Seiko a été la première entreprise capable de miniaturiser ce système afin de l’implanter dans les montres à but commercial. Il faut dire que, contrairement à un bon nombre de ses concurrents, Seiko fabrique ses propres composants pour l’ensemble de ses montres et se permet donc de suivre le circuit de production dans son intégralité.

Ainsi depuis sa création Seiko n’a jamais perdu sa place de leader au niveau de l’innovation dans l’horlogerie.

Seiko Astron, première montre à Quartz

Au delà de l’horlogerie, la vrai force de Seiko est qu’elle a su se servir de différentes technologies de divers horizons afin de les implanter dans ses différentes montres. On retrouve donc parmi ses innovations : la première montre numérique multifonction, la première montre à pouvoir recevoir la télévision, la première montre pouvant enregistrer des sons, la première montre informatisée, etc.

Autre défi de Seiko : que leurs propriétaires puissent utiliser leurs montres partout et à tout moment. Ils ont donc lancé, en 1990 la première montre de plongée informatisée au monde (équipé d’un profondimètre) ce qui a leur a permis ces dernières années de nouer un partenariat avec l’Association Professionnelle des Instructeurs de Plongée mais aussi le lancement d’une marque dédiée au sport : Prospex… et notamment aux sports aquatique puisque Fabien Cousteau, cinéaste et explorateur océanique, est devenu partenaire avec cette marque. En 2008, Seiko repousse les frontières de l’horlogerie en dévoilant la première montre conçue spécifiquement pour les voyages dans l’espace. Ainsi que ce soit sur terre, sous l’océan ou dans l’espace, nous pouvons toujours être à l’heure. Ils furent les premiers a pouvoir proposer ce champ de possibilité.

Scubamaster

« Scubamaster », première montre de plongée

Première montre conçue pour l’espace

Seiko a aussi exploré l’utilisation d’autres énergies afin de faire fonctionner leurs montres. En 1998, « Seiko Thermic » fut la première montre à pouvoir utiliser la chaleur du corps. Quatorze ans plus tard, en 2012, ils proposent la première montre GPS Solaire analogique. Et ce ne sont que quelques innovations d’une très longue liste. Fort de leur capacité technique, Seiko est, par exemple et depuis 1964, chronométreur officiel des Championnats d’Europe et du Monde d’athlétisme.

L’aboutissement

Leur savoir-faire et leurs innovations depuis sa création ont grandement participé à faire de Seiko une entreprise avec une renommée internationale. Il s’agit d’un des plus grand acteurs du marché des montres. Plus de la moitié du chiffres d’affaires de l’entreprise (268 milliards de yens en 2018 soit un peu plus de 2.4 milliards d’euros) sont générés par les ventes de montres. L’entreprise dispose à l’heure actuelle de plus de 12 000 employés dans le monde. Son aura est aussi véhiculé dans la culture populaire depuis plusieurs décennies. Quelques exemples : diverses montres Seiko ont été portées dans quatre films James Bond avec Roger Moore de 1977 à 1985. Une montre de plongée Seiko a été portée par Martin Sheen dans le film Apocalypse Now en 1979 ou par Arnold Schwarzenegger dans divers films comme Commando et Predator. Plus récemment un chronographe Seiko est porté par Jason Bourne dans le film La Mémoire dans la peau de Robert Ludlum. Japon oblige, les jeux vidéos aussi ont le droit à un clin d’oeil : Aki Ross porte une montre ordinateur Seiko (ci-dessous) dans le film d’animation Final Fantasy : Les Créatures de l’esprit. Enfin, Big Boss peut être vu portant une Seiko G757 5020 dans Metal Gear Solid V : Ground Zeroes et Metal Gear Solid V : The Phantom Pain.

final watch Seiko

Au delà des innovations permettant de multiples utilisations de leurs montres. Seiko a toujours voulu proposer LA meilleure montre. C’est ainsi qu’en 1960, ils présentent leur meilleure montre qu’ils nomment Grand Seiko et fondent en même temps leur nouvelle marque de prestige du même nom qui s’adresse à une clientèle au pouvoir d’achat conséquent. Dernièrement, cette marque permet à Seiko de concurrencer directement des acteurs historiques du très haut de gamme : Rolex, Omega ou Cartier. La progression significative de Grand Seiko ces dernières années est également importante au sein du groupe Seiko afin d’être moins dépendant des ventes de montres d’entrée de gamme du groupe. Les parts de marché de ce segment sont en effet en régression ces dernières années, en raison de la concurrence des montres connectées ou tout simplement des téléphones portables. Aujourd’hui Grand Seiko s’est imposé sur les marchés internationaux et l’entreprise mise désormais dessus.

Mais le défi reste de taille car les leaders actuels, avec la Suisse en tête, ne semble pas prêt à laisser de place dans les classements des ventes. Si le chiffre d’affaires du groupe Seiko est environ la moitié de celui du leader, Rolex à 4.5 milliards d’euros en moyenne ces dernières années, c’est pour le moment au Japon que Seiko est à la hauteur de ses concurrents. Le marché international est donc un terrain de jeu qui reste à conquérir. L’ouverture de la boutique place Vendôme a donc tout son sens.

De plus, cette année, cela fait donc 60 ans que cette marque existe. Nombre fondamental dans le secteur de l’horlogerie, il a une signification de plus au Japon puisqu’il représente la renaissance ainsi qu’un moment d’énergie nouvelle. A cette occasion, 4 nouvelles créations sont lancées et Seiko a donc choisi la France comme vitrine principale de ce renouveau pour fêter les 60 ans de sa marque principale. De nombreux passionnés d’horlogerie vont donc faire le déplacement afin de découvrir des créations conçues spécifiquement pour cet anniversaire.

Seiko est un acteur incontournable et historique du secteur de l’horlogerie qui a su rester à la pointe grâce à son envie d’innover (qualité que l’on retrouve dans beaucoup d’entreprises japonaises). Ses valeurs sont encore défendues par la famille Hattori qui font  partie des actionnaires. Maintenant on vous pose la question, Seiko est-elle une entreprise en avance sur son temps ou est-ce ses concurrents qui sont en retard ?

En attendant, si vous êtes fan d’horlogerie rendez-vous en mars place Vendôme pour admirer les nouvelles créations qui seront sans doute hors de prix. Toutefois, c’est l’occasion de découvrir et admirer ces modèles de précisions de l’horloger de luxe nippon.

 

ZenMarket : le service d’achat qui vous livre directement du Japon !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *