Erreur de la base de données WordPress : [INSERT, UPDATE command denied to user 'paorujdj'@'10.10.40.4' for table 'jdj_wfConfig']
INSERT INTO jdj_wfConfig (name, val, autoload) values ('lastPermissionsTemplateCheck', '1632291482', 'yes') ON DUPLICATE KEY UPDATE val = '1632291482', autoload = 'yes'

Erreur de la base de données WordPress : [INSERT, UPDATE command denied to user 'paorujdj'@'10.10.40.4' for table 'jdj_wfConfig']
INSERT INTO jdj_wfConfig (name, val, autoload) values ('previousWflogsFileList', '[\"config-synced.php\",\"rules.php\",\"attack-data.php\",\"GeoLite2-Country.mmdb\",\"config.php\",\"config-livewaf.php\",\"template.php\",\"ips.php\",\".htaccess\",\"config-transient.php\"]', 'yes') ON DUPLICATE KEY UPDATE val = '[\"config-synced.php\",\"rules.php\",\"attack-data.php\",\"GeoLite2-Country.mmdb\",\"config.php\",\"config-livewaf.php\",\"template.php\",\"ips.php\",\".htaccess\",\"config-transient.php\"]', autoload = 'yes'

Erreur de la base de données WordPress : [INSERT, UPDATE command denied to user 'paorujdj'@'10.10.40.4' for table 'jdj_options']
INSERT INTO `jdj_options` (`option_name`, `option_value`, `autoload`) VALUES ('_transient_doing_cron', '1632291482.8196239471435546875000', 'yes') ON DUPLICATE KEY UPDATE `option_name` = VALUES(`option_name`), `option_value` = VALUES(`option_value`), `autoload` = VALUES(`autoload`)

OGATA Paris, le temple du Sahô - Artisanat et Lifestyle

Erreur de la base de données WordPress : [INSERT command denied to user 'paorujdj'@'10.10.40.4' for table 'jdj_wfHits']

OGATA Paris, le temple du Sahô

À l’occasion de la réouverture des bars et restaurants, Journal Du Japon vous fait redécouvrir cet havre de paix en plein Paris: OGATA Paris. Ouvert début 2020 et situé dans les anciens magasins Weber Métaux, cet espace mystérieux et mystique niché au cœur du haut Marais, rue Debelleyme dans un hôtel particulier du 17e siècle invite le visiteur curieux à la quiétude dans un dépaysement total. Dans cet antre de 800 m², nous sommes guidés à travers nos 5 sens vers le Japon sans avoir quitté la capitale. Nous vous présentons ce lieu avec un focus sur la cérémonie du thé, un moment de calme qui appelle à méditer. Préparez-vous au voyage…

Une pause dans le temps et l’espace.

Les premiers pas sont hésitants dans ce paisible contraste avec la rue. Dès l’entrée, l’invitation au voyage se fait sentir. Un bruit d’eau qui s’écoule glisse paisiblement le long du monolithe placé au centre de la pièce.

Ogata Paris

©OGATA

Nous ne sommes pas encore à l’intérieur que déjà l’envie de venir se purifier nous prend tant cet espace rappelle les temizuya à l’entrée des temples shintô mis à disposition pour se laver les mains avant de laver son âme. Le ton est donné. Une invitation à l’introspection et au silence se manifestent.

Les baies vitrées laissent entrevoir la vaste salle de réception et la boutique. Il est possible se s’y glisser via les deux portes vitrées à l’entrée.

Ogata Paris

©OGATA

Le fondateur de ce lieu n’en est pas à son premier coup de maître. Shinichiro Ogata est né à Nagasaki. Ses espaces au Japon reflètent une soif perpétuelle de pousser la culture millénaire de son pays dans chaque geste et objet du quotidien. Il exalte les 5 sens en tissant un lien invisible entre les piliers de l’Art de Vivre japonais: le thé, la gastronomie, l’artisanat, l’hospitalité et la culture. Ainsi se définit la voie du Sahô: chaque attitude du quotidien se fait avec simplicité et raffinement, depuis les échanges de salutations jusqu’à la cérémonie du thé. Intéressé très jeune par les arts culinaires, Shinichiro Ogata grandit à Nagasaki, entre mer et montagne. La région riche en produit locaux frais offre une cuisine variée et adaptée à chaque saison. C’est donc tout naturellement que la culture du thé entre dans sa vie entre plats saisonniers et manju locaux (gâteaux japonais cuits à la vapeur et fourrés à la pâte de haricots rouges). Attiré très jeune par les arts culinaires, c’est à sa majorité à peine qu’il décide de se diriger vers la restauration et la décoration d’intérieur. Projet qui restera en suspens encore quelques années. Son père ne considérant pas ces domaines comme de véritables métiers, Shinichiro Ogata poursuit ses études et rejoint une agence d’architecture d’intérieur. Telle une éponge, il absorbe l’environnement qui l’entoure, les objets, les ambiances. Les voyages le nourrissent, l’inspirent. Il noue une attache particulière pour New York, avant de décider des années plus tard de poser ses quartiers à Paris où il vit depuis 2017.

Il s’imprègne de son histoire, de son architecture, de ses musées. Il choisit la rue Debelleyme à l’abri de la frénésie du Marais, mais proche des galeries d’art. C’est ici que s’ouvre les portes d’OGATA Paris, au n°16. Il ne touche pas à l’architecture originale du lieu. Il l’imprègne de traditions ancestrales japonaises: des murs recouverts de plâtre shikkui (technique japonaise obtenue à l’aide de chaux et poussière de coquille d’œuf) au monolithe en pierre kanmuri-ishi (non polie, propre à la préfecture de Miyagi sur l’île de Honshu), en passant par les plafonds de terre cuite aux couleurs rouge et brune appelées kakishibu (procédé ancestral de teinture d’origine japonaise qui consiste à faire fermenter les extraits d’un kaki pour produire un jus rouge-brun foncé). Le lieu a l’âme du maître. 

Sauce Pourer OGATA

©OGATA

OGATA Paris s’articule sur 4 étages composés de l’atelier qui abrite les ustensiles de la marque S[es], où Monsieur Ogata exprime toute sa créativité dans des objets du quotidien de tradition wabi-sabi. Rendre l’utile au beau et le quotidien exceptionnel, tel est le sentiment qui s’exprime à la visite de la galerie. La boutique reliée à cet espace se divise en deux : le comptoir des thés où sont exposées les feuilles dont les fragrances envoûtent le visiteur et les wagashi qui régalent chaque saison d’une édition limitée. En plus de ces subtils petits gâteaux, l’année dernière nous avions pu nous régaler de délicieux kare pan (petits pain frits fourrés au curry japonais) en hiver, et de monaka glacée (gaufrettes fourrées aux haricots azuki sucrés et glace vanille) en été. Actuellement, c’est le Kashiwa-mochi (pâtisserie servie à l’occasion de la fête nationale de Kodomo no Hi, le 5 mai) qui est à l’honneur. Mais attention aux gourmands, il faut y aller tôt pour pouvoir le déguster !

À l’étage se situent le bar intimiste avec 15 places seulement dans un décor minimaliste moderne autour d’un comptoir en wengé (bois sombre des régions tropicales et équatoriales d’Afrique, très foncé et dense), et le restaurant qui accueille 50 personnes ainsi qu’un salon privé pour 10, où le maître de cérémonie et chef Watanabe Kazuki fait le lien entre terroir français et japonais pour proposer l’excellence des deux mondes dans une cuisine simple et raffinée mêlant salade de canard à nikujaga (pot-au-feu maison nippon).

Ogata Paris

©OGATA

Ogata Paris

©OGATA

Le Sabô, ou la voie du thé

Une initiation à l’art du thé chez OGATA Paris c’est un aller direct pour le pays du soleil levant. La réputation de Shinichiro Ogata dans le milieu n’est plus à faire au Japon, où il possède Yakumo Saryo et Sakurai Japanese Tea Experience à Tokyo, deux hauts lieux de dégustation, très prisés des locaux au cœur de la capitale. Ces univers ont été retransposés à Paris et causent un véritable engouement notamment parmi les expatriés Japonais qui viennent chercher une touche de Tokyo saupoudrée de gourmandises locales douces à leur cœur.

Pour accéder à la salle de Sabô, il faut traverser la somptueuse réception-atrium et se rendre en sous-sol via la lourde porte en bois à droite de la salle. Dès la descente d’escalier, la pénombre, le béton et le bruit du ruissèlement d’eau le long du mur vous coupent instantanément du reste du monde, pour un apaisement des sens le temps d’une méditation gustative. Pour OGATA, tout commence, se développe, et finit avec le thé. La salle de sabô s’ouvre sur la table centrale massive en bois brûlé et poli où le maître thé vêtu d’une blouse blanche qui rappelle un laboratoire d’expérimentation, exécute avec une précision millimétrée les gestes millénaires qui exaltent les notes les plus subtiles des feuilles de thé Gôcha (thés assortis), Kagecha (thés ombrés), Ichôcha (thés flétris) parmi lesquels on retrouve le Gyokuro, le Sencha, l’Hôjicha, le Kukicha au gré des assortiments et des séquences choisies. Il en existe 4: la Samajiki, un afternoon tea où les wagashi s’accordent avec les thés, la Sajiki, 4 séquences de thé: Gyokuro, une infusion de saison, Hôjicha et Matcha accompagnés d’amuse-bouches et de wagashi, ou encore la Hiruzen et la Asazen, plats végétariens en accord avec les thés accompagnés de wagashi.

OGATA

©Cristina Thaïs

Enfin, pour les grands amateurs de thé, OGATA Paris propose une expérience unique en son genre: un atelier centré sur un type de thé spécifique en petit comité durant lequel le maître thé s’exécute tout en préparant les séquences, et vous fait partager son savoir et ses techniques. Il explique les méthodes d’infusion au travers des procédés de séchage et roulage des feuilles, la cuisson, la température optimale de l’eau et jusqu’aux spécificités par région de chacun des thés qu’il prépare. Le tout accompagné d’un plateau de wagashi de saison. L’an dernier nous avons eu la chance d’assister à l’atelier dédié au Sencha. Nous attendons donc avec impatience le prochain rendez-vous autour du Matcha. À surveiller de très près car les places sont limitées…

 

Informations pratiques:

OGATA Paris, 16 Rue Debelleyme, 75003 Paris –  01 80 97 76 80 – Ouvert du Mercredi au Dimanche 

site internet: https://ogata.com/paris/

Instagram: https://www.instagram.com/ogata.official/

 

Que pensez-vous d’OGATA Paris? Connaissiez-vous cette adresse nichée au cœur du Marais ? Si ce n’est pas le cas, la réouverture est une parfaite occasion de s’engouffrer dans cet espace unique, devenu désormais incontournable pour les fins connaisseurs et les expatriés japonais à Paris

Donner nous votre avis en commentaire et vos sensations suite à une éventuelle prochaine visite !

Cristina Thaïs

Je suis passionnée de culture japonaise. J'aime étudier, comprendre les différences et les complexités de ce magnifique pays, non sans mille contradictions. Je voyage une fois par an au Japon pour le parcourir de long en large. J'ai un point faible pour les expositions, la mode, les cosmétiques japonais, le J-rap et la bonne cuisine locale. J'adore échanger sur ces sujets, alors n'hésitez à me laisser un commentaire! @tinakrys

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Erreur de la base de données WordPress : [INSERT command denied to user 'paorujdj'@'10.10.40.4' for table 'jdj_wfHits']