[Comics] Godzilla traverse les âges et même l’Enfer !

Des comics à Journal du Japon ? Non, vous ne rêvez pas. Habituellement, on n’en parle pas mais… A l’occasion de la sortie de Godzilla : The Half-Century War en juin par Vestron, c’est le parfait moment pour voir que notre kaijū préféré inspire les auteurs et illustrateurs dans de nouvelles aventures tout en rendant hommage aux différents films. Aujourd’hui, ce ne sera pas une bande-dessinée mais trois, à savoir : Godzilla : Rage Across Time, Godzilla in Hell et Godzilla : The Half-Century War.

© Toho Co., Ltd. All Rights Reserved.

L’éditeur VESTRON spécialisé dans les comics et paperbacks de franchises cultes de la pop culture (Transformers, Aliens, Terminator, RoboCop…) a sorti pour l’instant 3 albums Godzilla.

Godzilla à travers les âges !

 Godzilla : Rage Across Time regroupe 5 histoires dont nous détaillerons chacune d’elles.

© Toho Co., Ltd. All Rights Reserved.

Invasion mongole arrêtée : et si Godzilla était le fameux Kamikaze ?

Le premier récit se déroule au Japon, en 1274 lors de la première tentative d’invasion mongole. Kubilai Khan, le conquérant de la Chine a envoyé sa puissante armée sur le Japon. 900 navires mongols avec 40 000 soldats à bord arrivent sur les côtes japonaises. A la tête de la flotte des envahisseurs se trouve l’impitoyable Zhenjin Khan, le maître des dragons qui contrôle deux monstres anciens, Gigan et Megalon. Akio, une femme guerrière et le samouraï du clan Suda devront coopérer pour le salut du Japon. Le scénariste, Jeremy Robinson, réussit habilement en 20 pages à réécrire l’histoire japonaise en montrant comment Godzilla aurait pu arrêter l’invasion mongole. Sur le chemin des deux héros, l’auteur n’hésite pas à puiser dans la mythologie japonaise avec le dragon Yamata no Orochi et les fameux crabes heikegani, réincarnation de l’esprit des guerriers Taira tombés dans la bataille de Dan-no-Ura de l’épopée Le Dit des Heike. Sorti de son sommeil, Gojira est véritablement le dieu de la destruction. Son souffle radioactif vient à bout de Orochi qui devait sauver le monde. En désespoir de cause, Akio décoche une flèche de feu pour mettre en colère Godzilla et l’attirer dans la baie d’Hakata. Et le choc de titans peut ainsi avoir lieu… La sublime illustration de Matt Frank est d’ailleurs celle qui a été choisie pour la couverture et on comprend pourquoi !

Godzilla face aux dieux grecs et l’aide miraculeuse de Mothra dans l’Angleterre médiévale

La deuxième histoire de Chris Mowry et Kahlil Schweitzer nous fait quitter le Japon pour la Grèce antique. Du haut du mont Olympe, Zeus ignore les mortels et leurs problèmes. Godzilla a anéanti deux factions en guerre en mer. Poséidon enquête et découvre cette créature déchaînée. Le dieu des mers échoue et la ville est submergée par les eaux. Le maître de l’Olympe invoque l’Hydre et les dieux de l’Olympe se battent. Arès, Aphrodite, Héphaïstos, Hera… Zeus utilise ses dernières forces pour arrêter le démon destructeur… Godzilla est-il unique ou s’agit-il d’une espèce ?

Ryan Ferrier (histoire et scénario) avec les dessins de Hugo Petrus et les couleurs de Jay Fotos nous transporte après dans l’Angleterre d’Edouard III en 1348 où la peste noire sévit dans le royaume. Le Roi envoie ses chevaliers à la chasse au dragon, « une force monstrueuse qui infecte et infeste tout ce qui foule ces terres ». Des monstres attaquent les croisés et « l’ange » Mothra fait son apparition et pourrait bien être le remède à la vague de « Mort noire » qui déferle sur l’Angleterre et l’Europe. Godzilla ne sera pas de la partie cette fois-ci mais le combat du papillon géant reste sympa même si moins spectaculaire.

Hannibal à la conquête de Rome et les monstres à la préhistoire

Les deux dernières histoires sont moins convaincantes que les trois premières. Pour la quatrième histoire qui nous ramène en 218 avant Jésus Christ, les scénaristes Ulises Farinas et Erik Freitas explorent le temps et montrent comment Godzilla a pu jouer un rôle dans la guerre opposant Hannibal à Rome. Les dessins de Pablo Tunica sont clairement réussis mais l’histoire reste en demi-teinte en comparaison avec les précédents récits. La note finale est encore plus décevante malheureusement. La préhistoire avec les dinosaures cohabitant avec les humains est presque une succession de cases où des dinosaures et des monstres s’affrontent dans un chaos (le lecteur aussi est un peu perdu)…

Godzilla en Enfer !?

© Toho Co., Ltd. All Rights Reserved.

Comme pour Godzilla : Rage Across Time, il s’agit de 5 histoires qui montrent ce qu’il se passe lorsque Godzilla meurt et se retrouve en Enfer… James Stokoe ouvre la marche avec un roi des monstres qui chute dans les Enfers et casse tout, même les lettres annonçant qu’il faut « abandonn[|er] toute espérance, [à ceux] qui entr[ent] » dans le monde souterrain. Les dessins de Bob Eggleton pour la deuxième histoire dans un style qui se détache des comics est assez particulier et gâche les combats avec les ennemis emblématiques de Godzilla, Rodan, Anguirus, Varan et même King Ghidorah ! Gros cœur pour la troisième partie signée Ulises Farinas et Erick Freitas au scénario, Buster Moody aux dessins et Ludwig Laguna Olimba comme assistant couleurs. En plus du génial affrontement de Godzilla avec SpaceGodzilla, on a droit à un combat du bien et du mal où finalement, Godzilla ne choisit aucun camp et apparaît comme étant ni bon ni mauvais, juste une émanation de la nature… La 4e histoire est plus classique avec un roi de la destruction à l’œuvre en pleine « ville » contre King Ghidorah (encore lui) et un nouvel ennemi, Destoroyah du film de 1995. On retrouve aussi le fils de Godzilla, Minya. La 5e et dernière partie n’est pas à couper le souffle mais l’illustration de Dave Wachter est sublime et est d’ailleurs utilisée en couverture de Godzilla in Hell !

Godzilla : 50 ans de guerre

© Toho Co., Ltd. All Rights Reserved.

Contrairement aux deux précédents comics, Godzilla : Rage Across Time et Godzilla in Hell, Godzilla : The Half-Century War est écrit et dessiné par une seule personne, James Stokoe. Il s’agit d’une histoire plutôt longue permettant ainsi de développer un scénario plus consistant. Dans cet album de 128 pages couleurs, on suit les aventures d’un soldat japonais, le lieutenant Ota Murakami, à la chasse au roi des monstres depuis son apparition au Japon en 1954. En rejoignant l’A.M.F (l’anti-mégalosaure force), l’officier ne savait pas jusqu’où cela le mènera : une odyssée de 50 ans ! Godzilla ne fera pas que des ravages en ville. Il affronte des têtes que l’on connaît bien comme : Anguirus, Rodan, Megalon, Kumonga, Mothra, Ebirah, Hedorah, Battra, King Gidorah… Mechagodzilla est aussi de la partie et aidera Godzilla contre SpaceGodzilla ! C’est clairement un hommage à la série des films Godzilla et même sans avoir vu tous les films, les lecteurs peuvent comprendre l’histoire. Cela pourrait même donner envie de voir les origines cinématographiques de tous les kaijū rencontrés.

 

Avec ces 3 albums d’histoires autour de Godzilla et des monstres géants, VESTRON permet aux Français de découvrir de nouvelles aventures qui sauront être appréciées par les fans de kaijū eiga mais aussi les personnes qui ne sont pas forcément incollables sur Godzilla et ses « amis ».

Plus d’informations sur la collection Godzilla chez VESTRON sur leur site officiel.

David Maingot

Responsable Culture à JDJ et passionné de la culture et d l'histoire du Japon, je rédige des articles en lien avec ces thèmes principalement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.