X-JAPAN : We are X, du film à l’album

C’est au Club de l’étoile qu’a eu lieu la seule diffusion du documentaire d’X-JAPAN en France, le lendemain de leur grand concert à Londres au SSE arena de Wembley. YOSHIKI en avait profité pour venir répondre aux questions des fans mais il manquait LA question : et donc, non, nous ne savons toujours pas quand le nouvel album sortira. Vingt ans se sont écoulés depuis la sortie de Dahlia et les fans sont impatients – blasés diront certains – d’écouter un nouvel opus du groupe. Ce dernier est repoussé depuis un moment, mais il faut garder espoir, Chinese Democracy a bien fini par sortir…

En attendant la sortie du film en France le 6 décembre 2017, Journal du Japon vous propose de regarder de plus près We Are X, le documentaire mais aussi un album best-of qui sort demain, pour savoir si le CD, le DVD voir le blu-ray ont leur place dans les étagères des fans de X-Japan.

P1100020

We Are X : Le documentaire

Le réalisateur de ce dernier est Stephen Kijak un américain a qui l’on doit des documentaire sur les Rolling Stones ou encore Scott Walker. L’histoire du groupe est entrecoupée de témoignages de proches et d’artistes divers. Des Américains comme Stan Lee (avec Yoshiki a fait un comics sur… lui-même), Gene Simmons (KISS), Marilyn Manson, mais aussi des Japonais comme Hideo Canno (photographe), Komatsu Narumi sa biographe ou encore Takuro (Glay). Si on ne voit pas sa mère devant la caméra, on l’entend tout de même parler, véhiculant son petit lot d’émotions chez le spectateur. A ce chapitre d’ailleurs, le film parle beaucoup des traumatismes de YOSHIKI, qui débutent avec la mort de son père. Mais on vit aussi les bons moments quand il demande à sa mère de l’emmener au concert de KISS.

Une partie du film revient sur ce qu’a vécu Toshi. Quand il rencontre sa futur femme il ne sait pas encore qu’il va endurer des années de calvaire. Il recevra des coups après le Last live, il sera amené à renier le visual kei et ses amis… enfin il sera forcé par la secte de réunir le groupe pour de l’argent. Heureusement, il s’en sort peu après, mais on imagine les ravages que ça été pour lui. Il raconte tout ceci avec pudeur et lucidité. 

Bien entendu le segment le plus touchant est celui sur hide. Le monde s’est écroulé de 2 mai 1998. Parce qu’il avait trop bu, qu’il a voulu se détendre les cervicales et qu’il s’est endormi le monde de la musique a perdu l’un de ses musiciens les plus charismatiques. Les fans sont effondrées, certaines iront jusqu’à commettre l’irréparable. YOSHIKI revient en catastrophe des Etats-Unis et demande le calme. C’est en larme qu’il fait une déclaration devant un parterre de journalistes. 19 ans après, cela reste difficile pour lui d’en parler. La mort de son ami reste une plaie à jamais ouverte.P1100024

Enfin, il parle de Taiji leur premier bassiste parti au milieu de l’aventure. Sa mort à ce jour toujours inexpliqué à elle aussi bouleversée YOSHIKI. On regrette juste un petit segment pour parler de l’arrivée de Heath et Sugizo qui sont quand même important pour l’histoire du groupe, mais dont on ne parle pas vraiment.

Au delà des drames et des personnes, le documentaire parle aussi de musique, bien entendu ! Vidéos et photos d’archives s’entrecroisent avec leur prestation au Madison Square Garden du 11 octobre 2014. Le tout est admirablement filmé et le résultat en jette ! On les voit aussi avant le concert puis en soirée avec des vieux amis à eux : les membres de Luna Sea, Glay, Ladies room, Mucc ou encore Dir en grey.

Néanmoins, We are X reste un documentaire intéressant une sorte d’exutoire pour un Yoshiki qui traîne ses démons et ses fantômes comme il traîne une maladie chronique. Ces peines et ses douleurs font de lui l’artiste qu’il est, il en tire toute l’inspiration qui fascine les fans depuis plus de 20 ans.

imagesWe Are X : L’album

Soyons clair : si vous avez tous les albums vous n’aurez que peu d’intérêt à posséder We are X. Pour ce qui est du contenu nous le connaissons. Il n’y a que deux titres inédits : La Venus et Without You en version acoustique. Ce sont deux balades dans le plus pur style de YOSHIKI. Ces titres seront à n’en pas douter sur le prochain album du groupe, mais peut-être pas dans ces versions là, l’avenir nous le dira.

Pour le reste l’album est constitué de leurs anciens titres phares. Des ballades comme Forever love, Endless rain, Longing ou l’inoubliable Tears. On retrouve aussi leurs titres plus rock comme Dahlia et Standing Sex ou les emblématiques X et Kurenai mais, hélas, ils sont en minorité. Notons la présence – pas si surprenante vu le contenu du documentaire – d’Xclamation un titre écrit par les deux membres décédés du groupe : hide et Taiji. Un très beau face à face basse/guitare aux inspirations orientales. 

Quels intérêts pourriez-vous avoir à posséder cet objet, donc ? Tout d’abord pour parfaire votre collection qui, soyons honnêtes, stagne depuis 20 ans. C’est donc toujours un peu fébrile qu’on rajoute un CD sur l’étagère appropriée.

Ensuite, c’est un album qui sort en « FRANCE » sur un des labels de Sony. Et ça c’est plutôt cool. On est toujours content de payer l’édition d’un CD 17€ au lieu de 45€. Rien que pour la beauté du geste tous les fans d’X-JAPAN ont donc de bonnes raisons de l’acheter.

La BO du documentaire We are X est disponible en mp3 sur Amazon et Itunes, et en écoute sur Spotify. La version physique sortira le 7 avril en France sur un label de Legacy, une filiale de Sony. Le DVD et le blu-ray seront disponibles le 1er mai sur Amazon UK chez Manga Entertainment. Le film sortira le 6 décembre sur grand écran en France pour le plus grand plaisir de tous.

Tatiana Chedebois

Je suis tombée dans les animes et les mangas depuis toute petite. Mais depuis 1997 je me suis spécialisée dans la Jmusic sur divers média. Avant toute chose j'aime le rock sous toutes ses formes et je m'éclate en concert. Depuis peu j'ai acquis un doctorat en manga avec des chats.

CONCOURS : Amateurs de visual novel et de 2nd degré : le jeu Punch Line tu dois gagner !

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *