Une opération de crowdfunding pour sauver le patrimoine japonais

Le pèlerinage du Kumano Kodo est au Japon ce que le chemin de Compostelle est à la France : un chemin de légende, de croyance où les marcheurs des anciens temps comme ceux des temps nouveaux prennent leur temps pour se retrouver soi-même.

Avec la crise du COVID 2019 et la baisse du nombre de touristes, ce patrimoine est menacé par le manque d’argent et donc, par le manque d’entretien nécessaire à son bon fonctionnement. Une dégradation importante est à prévoir sur le court ou moyen terme.
Au-delà de l’aspect matériel, c’est un aspect humain qui ressort. Derrière ce patrimoine, vivent des habitants qui dépendent des touristes à part entière. Des personnes qui ont choisi de rester vivre en campagne et faire vivre leur village, leur hameau, leur bourgade. Sans cela, ces lieux viendraient s’ajouter à la longue liste des endroits laissés à l’abandon au Japon, par manque de travail.
Pour tenter de sauver ce chemin de pèlerinage, le bureau du tourisme de la ville de Tanabe a lancé une campagne de crowdfunding (levée de fond) auprès du public japonais, mais également des internationaux. Brad Towle, en charge de cette initiative a accepté de répondre à nos questions afin de nous aider à comprendre la situation.

 





Journal du Japon :Tout d’abord, pouvez-vous nous présenter le Bureau du Tourisme de Tanabe City Kumano ?

Brad Towle : Le Bureau du tourisme de Tanabe City Kumano est une petite association touristique communautaire avec un grand rêve : créer une destination durable et de haute qualité ouverte sur le monde. Nous sommes une entité à moitié publique et à moitié privée fondée en 2006 avec 30 collaborateurs. Nous supervisons le développement touristique, la promotion et la gestion de la région.
Notre mission est de contribuer à la préservation du patrimoine culturel, naturel et spirituel de la région de Kumano pour les 1000 prochaines années en coordonnant les initiatives de développement et de promotion du tourisme avec la contribution d’une diversité d’intervenants comprenant tous les niveaux des gouvernements, des fournisseurs de services locaux et des associations, des citoyens généraux, des partenaires internationaux et des invités.
Nous sommes un chef de file mondial dans le développement de destinations touristiques durables et avons été choisis par l’Agence japonaise du tourisme comme l’une des meilleures organisations de gestion des destinations (DMO) dans le pays. Parmi les autres prix, mentionnons le Prix du Premier ministre 2020 pour le Grand Prix du développement de la ville natale et le World Travel and Tourism Council 2012, Tourism for Tomorrow Awards (Finaliste de destination Stewardship).
Après avoir créé un nouveau modèle pour le tourisme rural au Japon, des autorités régionales, qui proviennent de tout le pays, visitent la ville de Tanabe chaque année pour en apprendre davantage sur notre méthode, nouveau modèle de base de l’intendance des destinations communautaires.

Pouvez-vous nous présenter le pèlerinage Kumano Kodo ?

Le Kumano Kodo est un ancien réseau de routes de pèlerinage qui sillonnent la péninsule montagneuse de Kii avec plus de 1000 ans d’histoire. Ils relient des sites sacrés isolés et des communautés qui sont inscrites au patrimoine mondial de l’UNESCO sous la rubrique :  » Les sites sacrés et les routes de pèlerinage dans la chaîne de montagnes kii » .
Le pèlerinage de Kumano est un ensemble de trois grands sanctuaires: Kumano Hongu Taisha, Kumano Hayatama Taisha et Kumano Nachi Taisha. Comme une trinité divine, ils sont appelés le « Kumano Sanzan ».

Le temple Hayatama Taisha sur le chemin du pèlerinage. ©Tanabe City

Ces sites sacrés sont basés sur le culte de la nature ancienne et influencés par le bouddhisme créant un système de croyance syncrétique unique. Le pèlerinage de Kumano Kodo est l’essence de la culture spirituelle japonaise.

Quels touristes viennent habituellement ? Avez-vous beaucoup de touristes étrangers ?

Le plus grand nombre de pèlerins sont japonais. Pour les visiteurs internationaux il y a un mélange de l’Australie, les États-Unis et l’Europe, y compris l’Espagne, la France et le Royaume-Uni. Historiquement, il n’y avait que très peu de pèlerins internationaux, mais cela a augmenté de façon spectaculaire. L’année dernière il y a eu plus de 50.000 nuitées dans la ville de Tanabe, la région centrale de la Kodo Kumano Kodo.

Comment ces touristes aident-ils à maintenir l’endroit en bon état ?

Les pèlerins arpentent le sentier et passent leur nuit en dehors des circuits touristiques connus, où normalement la majeure partie des touristes ne reste pas. Cela soutient directement et de façon spectaculaire l’économie locale dans les endroits où les emplois traditionnels ne sont pas disponibles. Cela offre de l’emploi permettant aux gens de vivre et de travailler dans ces collectivités éloignées qui ont considérablement disparu en raison de la baisse de la population. Sans ces habitants, les vieilles maisons et le paysage agricole sont perdus, ils constituent une partie essentielle de l’infrastructure de pèlerinage kumano Kodo, de la culture et de l’atmosphère.

Certains tronçons, notamment ceux qui traversent les forêts, présentent des pavés d’époque. ©Tanabe City

Quand il y a plus de gens sur les routes de pèlerinage, les gouvernements locaux passent plus de temps et d’énergie à les entretenir. S’il y a une perte de touristes, les petites municipalités, avec des ressources limitées, ont réduit leurs recettes fiscales et sont incapables de financer l’entretien des sentiers au meilleur niveau possible.
Il existe de nombreux autres services directs et indirects qui risquent d’être négligés ou perdus, par exemple les lignes d’autobus ruraux. Sans l’utilisation du service par des utilisateurs extérieurs aux communes, les compagnies d’autobus locales ne peuvent pas se permettre de maintenir ces lignes rurales en marche.

Avec l’argent que les touristes dépensent, qu’est-ce qui est généralement financé ?

Les recettes fiscales des pèlerins et des touristes soutiennent le gouvernement local et vont généralement directement à l’infrastructure, y compris des choses telles que les toilettes publiques, la signalisation, l’entretien des sources chaudes, et les centres d’information touristique.

Des équipes remettent en état le chemin.©Tanabe City

Fin 2019, le virus est apparu, quelles sont les conséquences pour le Kumano Kodo ?

Comme avec d’autres destinations touristiques à travers le monde, les conséquences ont été rapides et négativement dramatiques avec une chute soudaine de pèlerins et de visiteurs à presque zéro. Le tourisme est l’un des principaux moteurs économiques de la région, ce qui a touché une grande partie de la population, en particulier ceux qui se trouvent dans des positions faibles comme les communautés rurales.

Si rien n’est fait dans un court laps de temps, quelles seraient les conséquences ?

À court terme, les entreprises ont des répercussions immédiates, comme les fermetures et les pertes d’emplois. De plus, le financement essentiel de l’entretien des sentiers serait perturbé.

Rice terraces at sunset in Maruyama-senmaida, Kumano, Japan.©Tanabe City

Et à long terme ?

À long terme, il existe de nombreux risques, y compris la perte de services précieux tels que les lignes d’autobus locales, l’hébergement, les centres d’information, etc. Il y aura moins de fonds pour l’entretien, comme la signalisation et l’entretien des sentiers.
Sans services essentiels ni emplois, les minuscules villages de montagne risquent de disparaître complètement, une terrible perte pour le patrimoine culturel et spirituel de la région.

Vous lancez une campagne de sensibilisation afin de recueillir des fonds, pouvez-vous nous parler de cette campagne ?

Cette campagne consiste à préserver le chemin de pèlerinage du Kumono Kodo au Japon.
Les avantages tangibles et intangibles de cette expérience de pèlerinage pour l’humanité, sont plus importants aujourd’hui qu’à n’importe quel autre moment de l’histoire et doivent être préservés pour les générations futures.
Avec les fermetures de frontières et la possibilité limitée de visiter notre région en personne, on voulait offrir un moyen pour les gens du monde entier, d’être acteurs et de soutenir directement nos traditions. Et de devenir un « Ami du Kumano Kodo » .

D’origine religieux, le parcours est aujourd’hui devenu une façon de découvrir le Japon, au plus prés de ses habitants.©Tanabe City

En cette période de désespoir, nous aimerions apporter un peu d’espoir au monde en partageant notre patrimoine culturel en ligne, tout en rendant notre communauté plus forte et plus résiliente sur le terrain, prête à accueillir les pèlerins et les visiteurs, pour leur permettre de vivre plus richement et en toute sécurité ces anciens sentiers de pèlerinage dans l’avenir.
Cette campagne est hébergée sur une nouvelle plate-forme de financement participatif appelée « Japan Tomorrow » gérée par MATCH, une plate-forme d’information sur les voyages dédiée à aider à connecter ceux qui veulent voyager et découvrir le Japon, aux personnes sur place qui sont contents de les accueillir.

Quel type d’infrastructure sera financée en premier lieu ?

Les fonds de cette campagne seront utilisés pour soutenir et renouveler les infrastructures essentielles du pèlerinage.
• Un sondage sur la signalisation permettra d’évaluer ceux qui ont besoin d’être réparés ou de définir de nouveaux emplacements nécessaires.
• Avec l’appui du Wakayama World Heritage Center, une campagne d’entretien des sentiers, « Michibushin », sera organisée pour réparer les sections qui ont été endommagées.

L’argent généré habituellement par le tourisme permet de financer entre autre des panneaux traduits pour les touristes internationaux.©Tanabe City

• Des concertations pour la mise à jour de nouvelles cartes des sentiers seront effectuées.
• La diffusion de l’information de qualité pour les pèlerins sur place et en ligne sera soutenue.
• Maintenir un solide réseau communautaire, avec l’organisation de tables rondes, pour prendre en compte les idées, les questions, les notification …
• D’autres questions cruciales qui pourraient découler de la pandémie mondiale de COVIDE-19 feront également l’objet d’un suivi et seront traitées en conséquence.

Quel est le montant final à attendre et jusqu’à quand la campagne a-t-elle lieu ?

Nous visons à recueillir 2.000.000 yens. La campagne se déroule du1er octobre à la fin décembre 2020.

Comment pouvons-nous participer ?

Les gens peuvent participer en faisant un don et/ou en faisant connaître le patrimoine du Kumano Kodo en partageant un moment d’espoir ensemble en tant que communauté mondiale.

Les endroits traversés sont d’une beauté éblouissante, comme ici aux chutes de Nachi.©Tanabe City

Comment encourageriez-vous les français à se mobiliser pour sauver le patrimoine japonais ?

De nombreuses personnes impliquées dans le patrimoine japonais connaissent un stress extrême au cours de cette pandémie mondiale. La morale et la motivation de continuer pendant les périodes troublantes sont souvent difficiles à trouver.
De petits gestes, tel que montrer votre considération à ces gens est une merveilleuse façon de remonter le moral et sauver le patrimoine japonais de l’autre côté de la planète.
Se rapprocher est la clé pour surmonter ces temps sans précédent.

Pour participer vous pouvez faire un don sur la plateforme Matcha, mais aussi partager à vos proches et amis le projet.
Amoureux du Japon, on compte aussi sur vous pour nous envoyer vos témoignages et vos expériences sur le Kumano Kodo !

Madeline Chollet

@mad_ctravel

2 réponses

  1. Roland Bonnet dit :

    Dommage, la campagne vient de se terminer le 30/12. Cet article est un peu tardif.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *