Les romans qui ont inspiré les Miyazaki chez Ynnis Éditions

Toute grande œuvre puise son inspiration quelque part. Dans l’environnement de son ou ses créateurs, dans son entourage, dans ses expériences, dans ses sentiments… Les œuvres des uns et des autres se font échos et puis nous, spectateurs, lecteurs, admirateurs, on aime découvrir les inspirations de chacun pour mieux comprendre d’où provient tous ces talents. Miyazaki, d’abord le père puis le fils, créateur d’univers magique, est sans doute l’un des artistes dont on aimerait percer le secret : où puise-t-il son imagination ? Dans cette sélection d’ouvrages publiés aux Éditions Ynnis, nous avons choisi 4 romans qui ont inspiré Hayao Mizayaki et son fils Goro : la trilogie de Hurle, la Cité des brumes oubliées, Kiki la petite sorcière et Aya et la sorcière. En route pour des univers grandioses, à l’origine des grand films du studio Ghibli !

Couverture du livre Le chateau de Hurle chez Ynnis

©Ynnis Editions

La trilogie de Hurle, Diana Wynne Jones

Synopsis : « Au cœur de la contrée magique d’Ingarie, dans le charmant village de Marché-aux-Copeaux, Sophie s’ennuie. Seule dans sa chapellerie, elle a accepté son destin d’aînée de la famille, et de vivre dans l’ombre de ses sœurs, résignée ainsi à un avenir routinier. Après tout, tel est l’usage…

Lorsqu’un beau jour, la jeune fille a le malheur d’offusquer la sorcière des Steppes, celle-ci lui dérobe 60 ans de sa vie, la laissant vieille et démunie. Cherchant désespérément un moyen de briser le sortilège, la jeune chapelière sera amenée à pactiser avec le démon du feu, Calcifer. Vivant dès lors dans un étrange château ambulant dont les secrets restent entiers, Sophie entame une extraordinaire aventure à la recherche de sa jeunesse volée, prête à reprendre en main son destin. Un périple jalonné de dangers et de rencontres hautes en couleur… »

Extrait du site de l’éditeur

L’avis de Charlène : On ne pouvait pas abordé cette sélection d’ouvrages Ynnis ayant inspiré Miyazaki sans aborder cette trilogie de Diana Wynne Jones. Le château de Hurle, est le départ d’un long travail pour le réalisateur. Sorti une première fois en France chez l’éditeur labellisé Le pré aux clercs en 2002 puis chez Pocket en 2003, seul le second titre avait suivi, laissant les lecteurs un peu orphelins de la trilogie complète. Il a fallu attendre une nouvelle édition plus moderne, avec une nouvelle traduction en 2020, pour retrouver l’une des œuvres iconiques de l’auteure en France, et mettre à disposition du grand public l’ouvrage à l’origine du film Le château ambulant sorti en 2004 au Japon et début 2005 en France.

Ne vous attendez néanmoins pas à une copie conforme du premier livre ! Hayao Miyazaki a pris plusieurs liberté dans son film : il a changé notamment l’âge de certains personnages, leur donnant un aspect différent et une histoire différente, l’histoire même de Sophie est un peu différente, notamment par rapport à sa famille. L’intrigue en elle-même est respectée mais n’est pas totalement suivie non plus. Le réalisateur a bien gardé l’âme du livre mais y a ajouté sa patte personnelle, l’ouvrage de Diana Wynne Jones est donc au final bien différent du film. Si vous avez commencé par le film peut-être que cela ne vous dérangera pas, mais si l’inverse se passe, oubliez la lecture. Pour le reste, l’écriture de l’auteure est belle, dynamique, drôle, et parsemée de magie ça et là qui attirent. Elle sait créer des personnages attachants, des personnalités mémorables aussi et on salue son talent pour cela. Un beau complément s’il en est au film ! Et qui sait, notre petit doigt nous dit que peut-être un article plus poussé vous attend sous peu ! Mystère…

La Cité des brumes oubliées, Sachiko Kashiwaba

©Ynnis Editions

Synopsis : « Partie seule dans un lieu reculé pour les vacances, Lina se perd dans un épais brouillard. Lorsque la brume se dissipe enfin, la jeune fille découvre au cœur de celle-ci un village incongru… peuplé de personnages mystérieux et hauts en couleur.

Coincée dans la pension d’une vieille mégère à la tête bien trop grosse, Lina va alors devoir travailler dans des boutiques plus extravagantes les unes que les autres pour regagner sa liberté au cours d’un voyage d’apprentissage rythmé par des rencontres inoubliables. »

Extrait du site de l’éditeur

L’avis de Roxane : Je pense que le synopsis vous a suffi pour rapidement deviner le titre du film dont s’est inspiré ici Hayao Miyazaki : on parle bien du Voyage de Chihiro ! Ayant découvert l’univers du réalisateur avec ce film qui a marqué un tournant dans mon enfance (comme nombreux d’entre nous, je n’en doute pas), La Cité des Brumes oubliées m’a tout de suite fait de l’œil. Pour autant, bien que les inspirations du Château ambulant sont maintenant connus, que celles de Kiki la petite sorcière et Aya et la sorcière coulent aussi de sens, je n’avais jamais entendu parler de ce roman et son influence sur mon film Ghibli favori. Alors, forcément, je me suis demandée : réelle inspiration ou coup marketing de l’éditeur ?

Ce qu’il faut d’abord savoir, c’est que si le nom de Sachiko KASHIWABA ne nous dit rien en France, l’auteure est en revanche une vraie célébrité au Japon. Avec plus de 70 titres, tous inédits en France, elle est reconnue pour ses ouvrages de la littérature fantasy jeunesse. Et dans La Cité des Brumes oubliées, on reconnait rapidement les influences du Voyage de Chihiro : d’abord par Lina, le personnage principal, puis par Grand-mère Picotto, la tenancière de la pension, et bien entendu par tout ce qu’implique cette aventure pour notre héroïne. Les ressemblances avec ces personnages avec Chihiro et Yubaba sont assez marquantes, tant par les physiques que par les caractères. Quant à l’expérience initiatique que vit ici Lina, elle vient marquer sa sortie de l’enfance et son entrée dans le monde des adultes. Le reste de l’histoire, nous sommes très loin de Chihiro. Il ne faut pas chercher à retrouver cet univers si particulier insufflé par Miyazaki dans La Cité des Brumes oubliées, car même si le monde dans lequel atterri Lina est rempli de fantaisies, les deux n’ont pas les mêmes ambitions. Nous pouvons dire que, comparé à l’œuvre de Sachiko Kashiwaba, Miyazaki a vu les choses en grand. Il s’agit donc ici d’une réelle inspiration et non d’une adaptation.

La Cité des Brumes oubliées rappellera donc sans difficulté Le voyage de Chihiro le temps d’une lecture plutôt rapide puisque le roman de 141 pages est très fluide et agréable. On embarque rapidement dans l’univers de Grand-mère Picotto aux côtés de Lina, une jeune fille au caractère bien trempé. Étant donné le type de lecture que propose l’ouvrage, je pense qu’il serait un excellent livre à proposer à un enfant qui serait sans doute émerveillé par toutes les aventures que vit notre héroïne.

©Ynnis Editions

Kiki la petite sorcière, Eiko Kadono

Synopsis : Kiki rêve parfois d’une vie normale, seulement voilà, la jeune fille est loin d’être une adolescente comme les autres !

Elle a maintenant 13 ans et, comme l’ont fait toutes les sorcières, elle doit partir à l’aventure ! À la fois excitée et nerveuse, Kiki enfourche son balai et met le cap loin vers la mer. Mais débarquée dans la ville de Koriko, elle se rend compte que les sorcières ne sont pas les bienvenues partout… Avec pour alliés son meilleur ami, Jiji, un chat impertinent, et Osono, une boulangère au cœur d’or, Kiki devra redoubler d’efforts pour s’intégrer et lancer son commerce : un service de livraison unique en son genre…

Extrait du site de l’éditeur

L’avis de Charlène : Vous adorez le film Kiki la petite sorcière réalisé par Hayao Miyazaki sorti au Japon l’été 1989, mais en 2004 en France ? Eh bien, la saga écrite par Eiko KADONO devrait largement vous plaire ! Une série d’ouvrages à destination des jeunes de 9-10ans (et plus ! Qui a dit que les adultes ne pouvaient pas lire de la littérature jeunesse après tout ?) qui saura les faire grandir au fil des pages.

Cette série, qui comptera 5 volumes en tout, raconte l’histoire de Kiki, une jeune sorcière qui prend son envol à ses 13 ans, pour se lancer dans la vie active. Le premier tome, dont on vous parle ici montre ses débuts dans la ville qu’elle a choisi au bord de la mer : Koriko. C’est bel et bien ce premier tome qui a inspiré le film iconique ! Le réalisateur respecte certains passages à la lettre quand, dans d’autres, il prend des libertés tout en restant dans l’ambiance du titre. Ne vous attendez donc pas à un suivi chapitre après chapitre dans le film, car c’est un peu décousu la manière dont ont été attrapés les morceaux d’histoire. Kiki est une petite sorcière finalement bien plus débrouillarde qu’elle ne pouvait le penser, et qui, en mettant en place un service de livraisons par les airs réussira à se faire petit à petit une place dans cette grande ville, le tout ponctué de jolies rencontres qui la poussent à grandir : Tombo l’étrange garçon à lunette qui étudie le vol, la boulangère Osono, Mimi la copine de son âge et toutes les autres personnes qu’elle aide au fil des saisons. Cette série est réellement une saga d’apprentissage de la vie car Kiki prendra de l’âge au fil des tomes pour arriver à l’âge de 19 ans dans le 5e ! Un très bon complément au film, qui détaille davantage de situations cocasses et magiques que le film et qui tient en haleine.

Couverture de Aya et la sorcière chez Ynnis

©Ynnis Editions

Aya et la sorcière, Diana Wynne Jones

Synopsis : « Ayant grandi dans un orphelinat, Aya ignore tout de ses parents. Sa vie va prendre un nouveau tournant lorsqu’elle est adoptée par une étrange famille, et va devoir partager la vie d’une sorcière mystérieuse et autoritaire… Personne ne se doute qu’Aya a elle aussi quelques talents cachés ! »

Extrait du site de l’éditeur

L’avis de Charlène : Si vous cherchez un album jeunesse, oui vous lisez très bien ces mots, un album jeunesse et non un roman jeunesse, alors Aya et la sorcière est fait pour vous ! Ici, l’ouvrage est totalement à destination des plus jeunes. C’est un grand format, façon album, avec de grandes illustrations qui égaient le livre de bout en bout, des illustrations réalisées notamment par Miho SATAKE, l’illustratrice derrière Kiki la petite sorcière (dont on parle aussi dans cet article), mettant à merveille le texte de Diana Wynne Jones (auteure de la Trilogie de Hurle, voir plus haut) en avant.

Une œuvre réalisée en 2011, initialement par l’auteure, qui nous dépeint ici, une héroïne haut en couleur qui sait parfaitement ce qu’elle veut et où elle souhaite aller ! Une petite orpheline, a priori possédant du sang de sorcière, qui va bel et bien devoir composer avec une véritable sorcière et un démon qui l’ont pris sous leur aile. Passé d’un quotidien bien rangé et où elle contrôlait absolument tout à un quotidien incertain où cette fois c’est elle qui doit obéir et assistée une sorcière dans ses sorts ? Pas si simple pour Aya qui décide néanmoins de se retrousser les manches et d’affronter cette nouvelle vie. Un titre où l’on reconnait totalement l’écriture de Diana Wynne Jones : c’est frais, c’est lumineux et c’est surtout bien dynamique sans temps mort. Même si Aya a un sale caractère, elle reste néanmoins attachante et on suit donc ses péripéties avec humour. Et notez que le film, réalisé par Gorô Miyazaki, sortira le 18 novembre, dont on vous a déjà parlé par ici si vous souhaitez découvrir l’histoire à l’écran cette fois ! Ce dernier est plutôt très fidèle au livre, en ajoutant quelques petits passages supplémentaires, film oblige, mais que vous regardiez le film, ou lisiez le livre, aucun souci de se retrouver perdu, bien au contraire !

Concours : gagnez 3 exemplaires d’Aya et la sorcière !

©Ynnis Editions

Pour l’occasion de la sortie du film Aya et la sorcière sur Netflix le 18 novembre 2021, 3 exemplaires du livre Aya et la sorcière de Diana Wynne Jones sont à gagner !

Pour participer au concours, direction nos réseaux sociaux toute la semaine du 8 au 15 novembre 2021 ! Vous trouverez une question sur Facebook, Twitter et Instagram à laquelle vous devrez répondre en commentaire.

Nous tirerons au sort un gagnant parmi les bonnes réponses le 18 novembre 2021, le jour de la sortie du film sur Netflix !

Les gagnants seront tirés au sort sur les 3 différents réseaux sociaux, pour un total de 3 exemplaires du livre Aya et la sorcière à gagner. Vous pouvez tenter votre chance sur les 3 réseaux sociaux pour maximiser vos chances de gagner un exemplaire.

Nous annoncerons ensuite les gagnants sur les réseaux où ils ont été tirés au sort. Pensez à y jeter un œil, pour ne pas rater votre lot.

N’hésitez pas aussi à suivre les comptes Instagram et Facebook des Éditions Ynnis.

Concours réservé à la France métropolitaine, dans la limite d’un lot par personne ou adresse postale.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.