élDLIVE, la série inter-galactique de Akira AMANO (Reborn!)

Pour ceux qui voudraient (re)découvrir la série élDLIVE diffusée l’hiver dernier, KAZE a sorti le 22 août dernier un coffret DVD ou Blu-Ray regroupant les 12 épisodes. Retour sur cette adaptation du manga du même nom créé par Akira AMANO, plus connue pour son manga Reborn!, qui est malheureusement presque passée inaperçue. Journal du Japon vous explique pourquoi il ne faut pas, justement, la rater.

L’histoire du jeune Chūta dans la police intergalactique

Chūta Kokonose est un jeune collégien qui se replie sur lui-même. En effet, depuis sa naissance, lui seul entend une voix qui le suit au quotidien et qui a la fâcheuse habitude de le mettre dans des situations embarrassantes. Tous les enfants de son âge le prennent pour un « original ». Orphelin et vivant chez sa tante, il n’en a jamais parlé autour de lui. Se sentant fautif d’un accident s’étant produit pendant son enfance, Chūta peine à retrouver des amis. Mais sa vie bascule le jour où il est contacté par élDLIVE, la police spatiale, constitué d’aliens dont la mission est de protéger la Terre de phénomènes surnaturels. Chūta trouve alors l’explication sur l’origine de la voix qu’il entend. Il apprend également qu’il devra faire équipe avec Misuzu Sonokata, une fille de sa classe qui le déteste vraiment et qui ne souhaite que son échec ou sa mort parce que c’est un pervers.

Niveau réalisation de l’animé, on la doit au studio Pierrot (Naruto, Tokyo Ghoul) et le résultat est bien au rendez-vous : 12 épisodes d’une qualité constante et appréciable. Côté staff, on a droit à Furuta TAKESHI à la réalisation (Saint Seiya: Soul of Gold ; la saison 2 de Seven Deadly Sins) et au design des personnages Ah Han SEUNG, second animateur clé sur les deux premières saisons de Tokyo Ghoul. Avec tout ce travail, il est dommage de voir que le manga et l’animé n’ont pas eu droit à une communication importante et n’ont donc pas pu connaître un succès commercial. D’ailleurs si KAZE a les droits sur l’animé en France, on peut remarquer et regretter que le manga n’est pas édité sur le marché national.

élDLIVE Viz Media

élDLIVE ©Viz Media

 

Un bon shōnen à qui il faut laisser sa chance

élDLIVE, policiers assurant la protection du système solaire

élDLIVE, policiers assurant la protection du système solaire ©天野明/集英社・エルドライブ製作委員会 2017

On regrette que la série comme le manga n’a pas fait beaucoup parler : peu de traces sur le net alors que le manga tout comme l’anime mérite d’être lu/regardé. Dans élDLIVE, on retrouve tous les ingrédients que les adolescents aiment dans les shōnen et nekketsu : la quête initiatique du héros orphelin Chūta qui au final sauve le monde grâce à son talent caché, les phases d’action et les combats, une dose d’humour et des scènes dénudées. Plutôt classique dans sa construction, on apprécie l’originalité thématique de l’œuvre : les manga avec des aliens ne sont pas très nombreux -ceux qui ont regardé la série Vandread devraient aimer, d’ailleurs. L’idée des SPH ou phéromones de l’espace est elle aussi amusante mais elle demeure inexploitée et n’apporte finalement pas grand-chose, ce pouvoir s’illustrant finalement comme des attaques classiques du manga d’action…

Enfin la police de l’espace et le héros Chūta pourront rappeler Ichigo Kurosaki dans Bleach qui, contrairement au commun des mortels, peut entendre et voir l’âme des morts. Les personnages secondaires restent finalement assez peu exploités, l’essentiel étant centré autour du héros et de sa coéquipière.

Cet anime se déroule sur 12 épisodes où l’on a pas le temps de s’ennuyer. Certes, des « surprises » dans le scénario n’en sont pas vraiment mais ne pourrait-on pas faire la même remarque à un peu tous les shōnen (One Piece, Naruto, DBZ pour ne citer qu’eux).

On apprécie aussi la touche Men in Black avec la police intergalactique  qui œuvre dans le secret et qui arrête les méchants aliens : élDLIVE est aussi doté de la fameuse technologie pour faire tout oublier aux témoins des phénomènes extra-terrestres.

Le seul reproche que l’on pourrait faire à la série, c’est que l’action se passe uniquement sur Terre et son orbite alors que le vaisseau, le Jean Reno-R – dédicace au film franco-japonais Wasabi avec l’acteur des Visiteurs ?- aurait pu être plus utilisé, notamment pour voyager dans le système solaire ou plus loin dans la galaxie. La première saison laisse pas mal de questions en suspens, en espérant qu’il y ait une seconde saison… Mais cela semble compromis au vu de l’accueil très discret que nous évoquions plus haut. Pour ceux qui voudront connaître le fin mot de l’histoire, il faudra se rabattre sur le manga terminé aujourd’hui et qui compte 7 tomes.

Enfin, pour vous faire votre propre avis, vous pouvez d’ailleurs regarder gratuitement sur la plateforme ADN le premier épisode en VOSTFR. Une belle occasion pour se faire une idée de l’animé avant d’acheter le coffret DVD ou Blu-Ray !

David Maingot

Je m'appelle David et j'ai 27 ans. J'habite à Angers (49) et je suis comptable de formation et e-commerçant dans le bento et les accessoires de cuisine. Passionné de culture et d'histoire du Japon, je rédige des articles en lien avec ces thèmes :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *