Conférence PES NEXT GENERATION LIVE ! : quand la musique fait de l’animation !

Sans doute l’un des événements les plus attendus de la scène JE Live House de ce 14e Impact, le concert PES NEXT GENERATION LIVE! TOYOTA x STUDIO 4°C meets ANA de l’animation éponyme PES (Peace Eco Smile), née de la collaboration entre Toyota, les studios 4°C, et ANA, qui nous raconte l’histoire d’amour d’un extra-terrestre avec une jeune terrienne, le tout sur fond de voitures et d’écologie. 


PES (Peace Eco Smile) #1 Drive your Love

Ces deux heures ont réuni devant le public français trois chanteuses solo et autant de groupes, ayant fait vivre le projet par leur musique : May’n, Natsuko Asô, UNA, Urbangarde, AOP, ainsi que le très attendu groupe de visual kei Nightmare. A la fin de leur performance, tous ces artistes se sont prêtés au jeu de la conférence, à défaut de celui de la presse photo lors du showcase. Avec eux nous avons pu parler un d’eux, de leur concert français et de leur expérience au sein de ce projet d’animation.

 

May’n

May'n lors de la conférence PES - Photo Alexandre L.-

 Présente pour la deuxième fois à Japan Expo, May’n ouvre la conférence en confiant son ressenti quant aux retrouvailles avec le public français, deux ans après sa première venue. Cela a été un moment fort, et excitant. De plus en plus de monde est chaque fois présent sur le festival, et ce constat ne peut qu’être une joie pour la jeune femme, qui a déjà trouvé ses fans.

May’n aime beaucoup les anime et a chanté pour beaucoup d’entre eux, ce qui a largement contribué à sa popularité. D’ailleurs, jetant un œil sur sa carrière, May’n remarque une interdépendance entre musique et animation dans son propre travail : l’animation lui a permis d’évoluer et d’avoir un nouveau rôle dans sa carrière musicale. Le projet PES, par exemple, lui a fait découvrir un univers qu’elle ne connaissait pas encore, et prendre part à cette expérience originale a été pour elle un réel plaisir.
Et de fait, PES (Peace Eco Smile) est axé sur l’écologie, un sujet primordial que la chanteuse est heureuse de soutenir. Elle espère que cet anime permettra d’en faire autant ne serait-ce qu’à une petite échelle !

 

Natsuko Asô, dite « Na-chan »

Na-chan lors de la conférence PES --Photo Alexandre L.--

L’entrevue avec Natsuko Asô débute avec une présentation de son nouveau single Never Ending Voyage, sorti le 24 juillet 2013. Cela fait 5 ans qu’elle a entamé sa carrière mais Na-chan admet que ce n’est que maintenant qu’elle sort un single qui lui appartient vraiment, le qualifiant même de « définition d’elle-même ».

La jeune femme décrypte ensuite son costume, porté lors du concert et de la conférence : des couleurs pastel et pures, lesquelles dévoilent son inspiration issue de la nature, du ciel et des nuages tout particulièrement. Ce qui n’est pas sans nous rappeler l’implication de PES (Peace Eco Smile) à ce niveau.
Au sujet de cet intérêt pour la nature et le monde, Natsuko se considère d’ailleurs chanceuse d’avoir pu voyager autant durant ces dernières années grâce à son travail et d’avoir notamment travailler avec des français !
Sur la différence entre les Français et les Japonais, elle décrit les français comme très ouverts… et l’ambiance est vite conviviale avec eux ! Elle cite comme exemple les remerciements du public ou des français qui lui ont fait des clins d’œil pendant le show, alors que ce genre de choses ne serait pas fait au Japon (ce qui ne veut pas dire pour autant que les Japonais ne sont pas ouverts, mais ils le sont différemment).

 

Urbangarde

Urbangarde lors de la conférence PES --Photo Alexandre L.--

Après une première venue en France l’année dernière lors du Toulouse Game Show, le groupe Urbangarde est de retour pour Japan Expo. Bien que n’ayant pas donné de concert lors de l’événement PES NEXT GENERATION LIVE!, les deux chanteurs du groupe (Yoko Hamasaki et Tenma Matsunaga) sont montés sur scène le temps d’un petit quizz durant lequel ils ont pu rencontrer le public pour la première fois et un peu dévoiler leur personnalité : l’excentricité de Tenma, qui a débuté sa carrière par le théâtre, face au calme de Yoko.

Lors de la conférence, il commence par l’origine de leur nom. Celui-ci est dérivé du mot « avant-garde », puisque le concept de leur groupe est nouveau et moderne, à l’image de Tokyo, d’où ils viennent. En effet, ils possèdent un concept très original qui repose sur des paroles et des textes forts. Le son a beau être joyeux et pop, les écrits sont durs avec des thèmes tels que le suicide et autres fléaux de la société.

Leur est donc demandé comment, prenant cela en compte, ils envisagent de faire passer leurs messages alors qu’il y a une barrière évidente, celle de la langue. Ils nous expliquent que les paroles sont écrites en premier par le chanteur, et tout l’aspect visuel (costumes, clips, etc) vient ensuite dans le prolongement, et qu’il permet de faire passer une partie de ce message, pour interpeller l’audience.
Un lien avec l’image qui nous a permis de revenir sur le projet PES (Peace Eco Smile). Lorsqu’ils ont été sollicités pour le faire, ils ont en effet aimé la complémentarité animation-musique, l’une des recettes du groupe !

 

UNA

UNA lors de la conférence PES --Photo Alexandre L.--

La ville de Paris fut le premier sujet abordé avec la jeune model. Una est une icône de mode, sa première vocation d’ailleurs, et à cet univers est rattaché un certain fantasme de la Parisienne, ce qui a rendu cet endroit particulier pour elle. Elle a été très sensible à la beauté de la ville en elle-même, qui lui a vraiment plu.

Mais après avoir part au défilé HARAJUKU KAWAii aux côtés de Kyary Pamyu Pamyu l’an dernier, Una était présente sur la scène PES NEXT GENERATION LIVE ! TOYOTA x STUDIO 4℃ meets ANA en tant que chanteuse. C’est à Japan Expo qu’elle a donné son tout premier live, très émouvant pour elle… un moment de partage vécu intensément.
Mais est-elle davantage chanteuse ou mannequin ? Sans pouvoir réellement choisir, la jeune artiste met en avant la liberté d’expression à laquelle la carrière de musicienne lui donne accès, sans pour autant privilégier la discipline.
Enfin, quant à la question de l’écologie, Una raconte que les catastrophes récentes lui ont ouvert les yeux sur ce problème, d’autant plus qu’elle vient de l’île d’Okinawa, très proche de la nature. 

 

AOP

AOP lors de la conférence PES --Photo Aurélie Renault--

Ornées des mascottes NA, SU et BI de la série, les cinq otakus du groupe AOP (Anime O-en Project) n’ont pas donné de représentation lors de l’événement, mais sont apparues pour annoncer les surprises finales, un peu comme pour cette conférence, puisque c’est en avant-dernière position, juste avant Nightmare, que les filles passeront.

La question introductive concerne l’impression que le groupe a eu de Japan Expo. C’est la première fois qu’elles venaient en France, et la taille du festival les a impressionnées. Le groupe a confié avoir été touché de voir l’ampleur du phénomène, et ce grand espace qu’est le Parc des Expositions, si comble ; de voir un tel engouement pour la culture Japonaise, et pas seulement pour ce qu’il y a de plus populaire, mais un travail de diversité allant jusqu’à proposer des mangas peu connus. Elles ont confié s’être senties au Japon en traversant les stands, à ceci près qu’au Japon, ils ne vendent pas de katanas.
L’autre différence réside dans l’attitude du public : en France, les gens ne connaissent pas forcément les chansons, mais prennent soin de toujours rebondir dessus comme si c’était le cas. Un détail sans doute, mais visiblement fort apprécié.

Nul doute que l’appréciation de l’animation japonaise est un sujet cher au groupe AOP dont le but est de supporter les animes, ces derniers étant leur passion. L’une des membre confie que la découverte de la japanimation date de son enfance, puisque son père était un grand fan d’animes.
Au fait de passions, Saki Shimizukawa entretien une étrange fascination pour les masques à gaz. Fan d’anime et de science fiction, elle s’est mise peu à peu à les collectionner, et glisse avec un rire qu’elle en possède un de l’armée française.

 

Nightmare

Nightmare lors de la conférence PES --Photo Aurélie Renault--

Après avoir foulé la scène JE Live House devant un public qui les attendait avec impatience, le groupe Nightmare vient clore cette conférence de presse PES.

Yomi, est le premier à se lancer pour répondre aux questions concernant essentiellement le concert qui vient de s’achever. Pour cette première performance française, le chanteur exprime l’inquiétude du groupe avant de monter sur scène et durant le début de l’événement. Laquelle est retombée peu à peu, jusqu’à permettre au groupe de se sentir dans son élément, et d’avoir envie de revenir. Une première expérience plutôt concluante pour les cinq garçons, qui ont mis tant de temps avant d’oser s’aventurer sur notre continent.

Dans un rire, le batteur avoue qu’il déteste prendre l’avion, et que cette raison constitue un bon argument pour ne pas être venu plus tôt.
Le groupe se dit très agréablement surpris de l’attente des fans ici, ils ne s’y attendaient pas. De la même manière, le fait que les fans soient capables de reprendre en cœur les chansons sans se tromper, alors que – comme le fait remarquer un journaliste – beaucoup ne parlent pas un mot de japonais habituellement, a été une attention qui a surpris et ému ces artistes. Plus particulièrement Yomi, qui ne se cache pas d’oublier parfois lui-même les paroles…
Mais leur enthousiasme au sujet de ce qu’ils viennent de vivre ne s’arrête pas là. Lorsqu’on leur demande de choisir le meilleur moment de leurs dix ans d’exercice en major, le guitariste Sakito n’hésite pas une seconde avant de choisir cette venue exclusive en Europe, lors de Japan Expo.

Durant toutes ces années, le groupe est passé par divers visuels, lesquels peuvent être source de discorde au sein d’un groupe. Cependant, Yomi explique que ce n’est pas du tout le cas de Nightmare. Tous s’entendent très bien, et la répartition entre l’écriture, la composition et le choix des costumes se fait naturellement entre eux, sans être sujette à conflit.

Un conseil leur est demandé pour encourager les personnes souhaitant suivre la même voie qu’eux. Après une hésitation, Sakito fini par prendre le micro et exhorte à la persévérance, à faire de son mieux.

 

Compléments d’informations :

Besoin de plus d’infos ou de vous informer sur le projet de façon ludique avec une animation interactive ? Rendez-vous sur « le site officiel de Toyota »:http://www.toytoyota.com/pes/
Retrouvez toutes les vidéos du projet PES (Peace Eco Smile) sur le « Youtube officiel »:http://www.youtube.com/user/toytoyotaPES?feature=watch
Tenez vous au courant des nouveautés sur « Twitter »:https://twitter.com/pes_nasubi, « Facebook »:https://www.facebook.com/PES.ken.minai, mais aussi sur « Google+ « :https://plus.google.com/101278343057871579865/posts grâce aux mascottes NA SU BI !

Retrouvez toutes nos photos du concert

Photo Alexandre L. &  Aurélie Renault ©journaldujapon.com – Tous droits réservés »

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *