Space Brothers : décollage dans 3… 2… 1…

 Qui n’a jamais rêvé d’aller dans l’espace, de marcher sur la Lune, de se retrouver en apesanteur à ne plus savoir où est l’envers de l’endroit et d’observer les étoiles de plus près ? Certains ont sans doute vu AlienMission to Mars ou le récent Gravity, et ont alors changé d’avis, préférant le confort et la sécurité de la terre ferme… mais dans un coin de notre tête, il y a toujours une curieuse envie d’évasion qui persiste. Alors que nous n’avons pas encore foulé la totalité de la planète Terre de nos pieds, on souhaite déjà partir plus loin, et plus haut, vers l’immensité du cosmos.

Space Brothers

C’est là que Space Brothers de Chuya Koyama, le nouveau-né de chez « Pika Edition »:http://www.pika.fr/new/, fait son apparition. Pré-publié dans le Morning (où on a pu croiser Planètes, dans la même veine) et édité par la sacro-sainte « Kodansha »:http://fr.wikipedia.org/wiki/K%C5%8Ddansha, ce titre aux traits agréables et dynamiques nous offre une virée dans l’espace intersidéral… tout en restant bien au chaud – et en sécurité ! – sous notre couverture pure laine.

 

Papa, maman, je veux être astronaute

Space Brothers

Après une petite rétrospective de leurs vies lors des premières pages, nous rencontrons Mutta et Hibito, deux adorables frangins, toujours dehors à gambader et à observer la nature. Au cours d’une nuit comme les autres à chasser les grenouilles, ils sont témoins d’une chose incroyable : un véritable OVNI descend du ciel, puis disparait, tout droit en direction de la Lune. A l’instar d’une révélation divine – ils en sont certains maintenant – leur destin est de devenir astronautes. Mutta, l’aîné et Hibito, le cadet, unis jusqu’au bout de leur rêve.

Oui, mais voilà, 20 ans plus tard, les choses ne se sont pas exactement passées comme prévues. Hibito est en train de toucher son rêve du doigt mais Mutta, l’aîné qui refuse d’être dans l’ombre de son frère, vient de se faire virer de son boulot après moult années de bons et loyaux services. Il est aussi proche d’être un astronaute que le shinkansen d’être en retard. Outre la profonde impression d’avoir raté sa vie, Mutta ne sait plus quel chemin prendre. Hibito ne désespère pas pour autant, et entre deux entrainements pour son premier décollage vers la Lune, il n’oublie pas de rappeler à son frère que s’il veut atteindre son objectif, il faut qu’il se bouge le derrière.

 

Retour sur les bancs de l’école…

Space Brothers

C’est décidé, Mutta passera le test national afin de devenir astronaute. Première mission : s’inscrire à la JAXA (« Agence d’exploration Aérospatiale Japonaise »:http://www.jaxa.jp/index_e.html, qui existe vraiment et ce depuis 2003) et tenir face au cours des différentes épreuves physiques et mentales, visant à faire perdre pied aux principaux concurrents … et Mutta tient bon! Il n’est pas plus bête qu’un autre, il lui suffit juste de se donner à fond et surtout d’éviter le stress, sous peine de faire friser ses cheveux !

On s’attache rapidement à ce personnage à l’humour décalé, au caractère bien trempé et à la tignasse rebelle. On aime voir Hibito soutenir son frère de tout son cœur, croyant en lui comme s’il était son héros. Reste à savoir si le grand frère va donner assez de lui-même pour réussir à franchir le cap des différentes épreuves !

Si le voyage dans l’espace n’est pas prévu pour tout-de-suite, le lecteur reste passionné par le programme de sélection des différents participants : examens physique, cardiaque, respiratoire, épreuves écrites, entretiens divers et variés … une chose est sûre, on ne devient pas astronaute comme l’on va acheter sa baguette le matin! La route est longue, semée d’embûches, et la concurrence est rude. On rencontre plusieurs fois un Mutta en pleine réflexion sur lui-même, qui perd confiance en lui, se remet en question. Mais l’idée d’atteindre la Lune, et pourquoi pas, Mars, est bien plus forte!

 

Le Japon et l’espace : tout un univers !

On retrouve très souvent le thème de l’espace et du voyage interplanétaire dans les animés et les mangas et chaque œuvre à sa propre manière d’aborder le sujet. Mais quid de la réalité nippone ?

Hideo Itokawa

En fait, c’est surtout après la Seconde Guerre Mondiale que les choses ont commencé à bouger. En effet, les ingénieurs en charge de fabriquer des vaisseaux et armes de guerre se sont soudain retrouvés sans occupation … qu’à cela ne tienne ! Bien que les États Unis et la Russie se soient lancés plus rapidement dans la course spatiale, le Japon s’est assez bien recyclé, grâce à Hideo Itokawa notamment , alias « Docteur Fusée », à qui l’on doit la plupart des conceptions de différents engins spatiaux. Aujourd’hui, le Japon n’est pas moins que la quatrième puissance spatiale du monde.

Dans Space Brothers, on découvre l’espace étape par étape : la base puis l’examen d’entrée, pour avoir la chance d’explorer un jour l’infini. Dans d’autres histoires, comme Planètes, l’espace est déjà un territoire conquis partiellement, il est à portée de main, mais il est tellement vaste que l’Homme souhaite encore repousser les limites de sa connaissance, en cherchant à atteindre Jupiter. Néanmoins, dans ces deux œuvres, on s’accroche à un certain réalisme, qui ressemble de près ou de loin au futur vers lequel nous nous dirigeons. On nous fait alors réfléchir sur le genre humain et son destin à travers le temps qui passe. De l’espace, on peut voir la Terre, le berceau de l’Homme, et se poser toutes les questions existentielles possibles.
Space Brothers s’éloigne nettement des autres titres nippons qui se servent du cosmos comme base d’une science-fiction beaucoup plus imaginative. Ici vous ne serez pas les témoins de guerre de méchas, de transit de vaisseaux cargos intergalactiques ou d’autres types de voyages supraluminiques. L’espace devient un terrain de jeu infiniment riche. L’infini donc, mais pas au-delà, comme dirait Buzz l’Éclair.

Space Brothers

En Bref

On ne saurait trop vous conseiller de vous procurer le plus vite possible les tomes de Space Brothers, conseillés par le CNES en personne (« le Centre National d’Etude Spatiale »:http://www.cnes.fr/web/CNES-fr/6919-cnes-tout-sur-l-espace.php). Les débuts de l’histoire sont plus qu’honorables et promettent une suite tout aussi passionnante, on en redemande dès la dernière page tournée et on se jette sur le volume 2, déjà disponible en France.  A essayer !

Pour les plus impatients, sachez que le manga a été porté à l’écran via une série d’animation qui compte actuellement 78 épisodes diffusés au Japon. Elle est licenciée par « Anime Digital Network »:http://animedigitalnetwork.fr/ pour le streaming légal, mais diffusée sur la toute nouvelle chaine « J-One »:http://www.j-one.com/, en France. Pour les fans de live, un film est sorti dans les salles nippones en 2012.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *