[Interview] LOKA brise tous les loquets et dit bye bye au visual kei !

Au chapitre des découvertes musicales de novembre, nous avons eu l’occasion de rencontrer LOKA, groupe de rock alternatif japonais qui vient d’achever sa tournée dans l’hexagone avec « Ramen Events »:http://www.ramen-events.com/.

 

Loka
 
 

Journal du Japon a pu en apprendre davantage sur ces jeunes rockeurs japonais en s’entretenant avec Kihiro (ex. SUPE, UNDIVIDE – au chant), KEN’ICHI (ex. Sex Machineguns – à la batterie), Katsumi (ex. Clayfish – à la basse), et SIN (ex WIZARD – à la guitare). Le quatuor est encore tout jeune puisqu’il a fait ses débuts officiels en juin 2012 et possède un album au compteur, EnFLAME, sorti en novembre dernier.
Mais cela ne les empêchait pas d’avoir des choses à dire, la preuve !

Bonjour tout le monde !

Journal du Japon : Avant toutes choses, d’où vient le nom de Loka, comment est-il né ?

Kihiro : LOKA signifie « le monde », « l’univers dans le langage Sanskrit »:http://fr.wikipedia.org/wiki/Loka.

Comment vous êtes-vous mis à la musique et êtes devenus pro ?

KEN’ICHI : Quand j’avais 21 j’ai rejoint le groupe Sex Machineguns.
Katsumi : Quand j’avais 20 ans, j’ai commencé ma carrière professionnelle.
Kihiro : Je suis devenu pro au fur et à mesure.
Sin : Je ne sais pas vraiment ce que ça veut dire « professionnel ». Donc je ne me considère pas comme tel, en tout cas pas encore.

Pour que nos lecteurs vous connaissent mieux, est-ce que chacun pourrait nous donner son idole musicale ? Quelqu’un que vous appréciez beaucoup ?

Sin : « Yngwie Malmsteen ! »:http://fr.wikipedia.org/wiki/Yngwie_Malmsteen
Katsumi : « hide »:http://fr.wikipedia.org/wiki/Hide
KEN’ICHI : « Seiko Matsuda ! »:http://fr.wikipedia.org/wiki/Seiko_Matsuda
Kihiro : (rires) Seiko Matsuda ?! Vraiment ?
KEN’ICHI : Oui ! Bien sûr !
Kihiro : Hum… « Tommy Lee ? »:http://fr.wikipedia.org/wiki/Tommy_Lee
Sin : Chopin ?
Kihiro : Indianna Jones ? Hm…Indianna Jones ! (Rires)

Loka / Photos Chung-Hee Jee ©journaldujapon.com - Tous droits réservés

 Un groupe qui tente de se démarquer ?

Vous êtes tous des ex-membres de groupes plus ou moins connus. Pourquoi avoir ressenti le besoin de former LOKA ? Pensez-vous qu’il manquait quelque chose à l’industrie musicale que vous vous deviez d’apporter ?

Kihiro : hum…je sais pas si on peut apporter quelque chose à l’industrie musicale ! (Rires)
On joue parce que ça nous plaît, c’est tout. J’ai commencé LOKA parce que créer des groupes est la seule chose que je sais faire, et je les fais de mon mieux. Puis tout le monde nous a rejoint, un par un. On ne veut pas être des pionniers, on est juste un groupe qui veut aller autour du monde et partager sa musique.

Si vous deviez comparer l’industrie musicale japonaise aux autres, que diriez-vous ?

Kihiro : Comme tous pays, la musique pop est la plus « mainstream », la plus en vogue. Mais beaucoup de monde aime aussi le visual kei au Japon. Nous, nous sommes plus dans la « japanese loud rock scene », qui inclus le métal, hard rock, etc. C’est un peu général, mais c’est là que nous nous situons.
Et pour continuer sur votre question précédente, nous voulions sortir du lot et de nos frontières, venir en France et dire « la musique rock japonaise n’est pas que du visual kei ! ». Il y a beaucoup d’autres bons groupes, un peu comme nous, des groupes de « loud rock » que nous avions envie de représenter !

Loka / Photos Chung-Hee Jee ©journaldujapon.com - Tous droits réservés

Comment définir votre style : plutôt américain ou japonais ?

Je ne sais pas si nous avons un style américain ou japonais. Je pense que nous sonnons plus américain parce que je chante en anglais, mais la mélodie et la musique tendent peut-être plus vers le style japonais.Donc je ne sais pas vraiment si nous pouvons dire que nous avons un style américain, finalement. Nous sommes le style LOKA ! (Rires)

Pourquoi ce choix de l’anglais dans ce cas ? Est-ce lié à votre enfance passée aux Etats-Unis ?

Kihiro : Oui, c’est lié à mon enfance ! Mais j’essaierai d’écrire en Japonais la prochaine fois…peut-être…l’année prochaine ! (Rires)

S’imprégner du monde

Qui écrit et qui compose ?

Kihiro : J’écris toutes les paroles. Et la musique, hum… (réfléchit) Pour les premiers albums, KEN’ICHI et moi étions les seuls membres du groupe. Mais au début, nous étions aidés par des amis qui composaient avec nous, nous travaillions tous ensemble. Après l’arrivée de Katsumi, nous avons créé nos morceaux par nous-mêmes. Puis Sin est arrivé. Actuellement, nous composons en studio, avec des séances d’improvisation et des échanges d’idées. En tous cas, le prochain album sera vraiment celui de LOKA en tant que groupe formé par nous tous, avec notre style.

Loka / Photos Chung-Hee Jee ©journaldujapon.com - Tous droits réservés

Avez-vous des inspirations spécifiques ?

Kihiro : Je pense que tout le monde est différent ! (Rires)
Pour moi, c’est juste l’atmosphère, tout ce qui est là sur le moment, l’odeur, l’air, les gens, les structures urbaines cool, tout ça. L’une des raisons de cette tournée est aussi que nous voulions être créatifs, or la musique vient toujours de ce que vous sentez, de l’atmosphère autour de vous. Quand nous retournerons au Japon, nous allons mettre tout cela à plat, et faire de nouvelles chansons.

Votre concept est « Sexy, Bad and Heavy ».

Tous : Oui… (rires)

Est-ce un message que vous voulez porter ? Pourquoi avoir choisi celui-ci ?

Kihiro : Je pense que l’image vient de la musique. « Sexy, Bad and Heavy » est plutôt le thème du groupe. C’est la façon dont nous nous présentons, mais ce n’est pas nécessairement un message que nous souhaitons porter. Je pense qu’il est important que les gens hors du Japon comprennent la différence entre le hard rock Japonais et le Visual Kei (Rires) c’est plutôt ça.

Vous utilisez souvent une image sexy et provocatrice, par exemple dans le clip de SLICK. Est-ce une critique de la société ? Pour transgresser des règles ? Parler de choses qui ne sont jamais évoquées ?

Kihiro : J’ai fait ça parce qu’au Japon on n’a pas ce genre de choses, sexy j’entends, avec de la peau montrée etc., c’est scandaleux. Dans la pop tout particulièrement, ils n’osent pas faire ce genre de choses, un peu « sale et sexy », parce qu’ils ont peur de perdre leur public féminin. Mais je me suis dit « on s’en fiche », je veux que l’on puisse être un groupe de rock mauvais, vulgaire, voire sale, c’est pour cela qu’on l’a fait !

Donc c’est un choix, pour être différent. C’est de l’art en quelque sorte. Je veux dire, l’art japonais est souvent trop gentil, poli, timide, tout ça. Je voulais montrer qu’il y avait plus que ça au Japon.

Vous avez décrété que vous ne choisissiez vos membres que par alchimie. Pensez-vous que vos fans puissent ressentir ce « feeling » entre vous ? Est-ce un moyen de communier avec le public ?

Kihiro : Je pense oui. Nos concerts restent bien sûr le moment clé pour partager cette osmose, c’est sans doute là qu’il faut venir pour mieux le ressentir. Mais nous aimons aussi nous amuser hors scène, prendre des photos, faire des choses stupides, nous taquiner avec des blagues, et ça en permanence, puis ensuite mettre sur « Facebook »:https://www.facebook.com/LokaOfficial?fref=ts, pour partager tout ça avec eux !

Une venue au monde récente

Vous êtes un groupe jeune, mais avez vous des anecdotes à raconter à propos de vous ? De vos tours ?

Kihiro : La première fois qu’on a rencontré Katsumi(rires de tout le groupe)

Loka / Photos Chung-Hee Jee ©journaldujapon.com - Tous droits réservés

Nous nous sommes retrouvés dans un bar et nous avons présentés nos amis mutuels. Il parlait du fait qu’il souhaitait intégrer un groupe, nous avons parlé de pas mal de choses sauf que… Deux heures plus tard, nous étions en pleine bagarre ! (Rires)

Nous étions des passionnés de musique avec pas mal de points communs mais cependant complètement bourrés et en train de nous battre !
Hum… et ce gars-là (désigne Sin) est le plus jeune, donc nous lui faisons subir toutes les blagues dérangeantes !

Vous avez dit que LOKA n’en était qu’à ses débuts, toujours en train de se développer. Dans quel sens pensez-vous aller ?

Kihiro : Je ne sais pas, car LOKA a seulement un an et quatre mois. Pire, si on se considère en tant que groupe composé de quatre personnes, nous n’avons que quatre mois…et là nous sommes en Europe et nous avons été à travers toute l’Indonésie. Je pense que tout ce qui arrive au groupe nous lie et nous rend plus soudé.

Loka / Photos Chung-Hee Jee ©journaldujapon.com - Tous droits réservés

L’année prochaine nous sortirons le prochain album, donc il est probable que notre développement commence à partir de là. Actuellement, nous avons des offres pour le Maroc et le Mexique, il y a tellement de choses !
Nous avons plusieurs buts, nous devons faire des choses au Japon… revenir en Europe est aussi un but. Mais honnêtement, je ne sais pas où l’on va, beaucoup de pistes s’ouvrent. Mais nous prendrons les choses une à une.

Et parmi vos buts, il y en a-t-il que vous souhaitez atteindre par dessus tout ?

Kihiro : Je veux un grammy award ! (Rires)
Katsumi : Je veux jouer à Woodstock, même si cela n’arrivera jamais !

« Nous sommes des gars totalement fous »

Un jour typique avec LOKA ?

Kihiro : Dormir. Boire. Dormir, boire, dormir…Et du sexe. (KEN’ICHI lui tape sur la tête avant de nier les propos de son confrère).
Kihiro : Non ?! Pourquoi pas ?

La chanson dans votre répertoire qui vous représente le mieux ?

Kihiro (approuvé des autres par des signes de tête) : Actuellement, ce serait FROM YESTERDAY. Car c’est la première chanson que l’on a fait en tant que groupe.

A la fin de votre tournée, quelle est la chose que vous voulez que les gens se souviennent de LOKA ?

Kihiro : Comme je l’ai dit au début : Il y a plus de groupes qu’on imagine au Japon, pas seulement du visual kei ! On veut que les fans savent que nous sommes des gars totalement fous. Et les promoteurs doivent aussi savoir qu’ils n’ont pas à venir à midi et attendre après leur groupe pour faire tout ce maquillage stupide, nous, nous avons seulement besoin de 30 minutes ! (Rires)

Merci Loka, et à bientôt sur scène !

Loka / Photos Chung-Hee Jee ©journaldujapon.com - Tous droits réservés

 

Pour en savoir plus sur le groupe :

N’hésitez pas à vous informer davantage sur leur « site officiel »:http://loka-official.com/.
Mais aussi à les suivre sur « Facebook »:https://www.facebook.com/LokaOfficial?fref=ts et « Twitter »:https://twitter.com/LOKAofficial !
Merci au groupe pour sa disponibilité et sa gentillesse, à Râmen Events d’avoir permis cette entrevue, et à la salle du Covent Garden Studio pour leur excellent accueil.

Photos Chung-Hee Jee ©journaldujapon.com – Tous droits réservés

CONCOURS : Amateurs de visual novel et de 2nd degré : le jeu Punch Line tu dois gagner !

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *