Sélection de mars : le soleil est là, les mangas aussi !

Comme chaque mois, voici les titres les plus attendus par l’équipe de Journal du Japon. Le nombre de sorties mensuelles est presque calme en ce mois de mars avec 150 nouveautés. Mais elles sont de qualité et le choix reste difficile !
Au milieu de ces piles, JDJ vous présente une dizaine de titres qui a retenu son attention. Sous un beau soleil, nous vous souhaitons de bonnes lectures !

Sidooh

Allan : Je ne l’attends plus depuis longtemps. Je lis au jour le jour. Je suis un samouraï des temps modernes qui suit la voie du bushido : l’acceptation. Sidooh peut disparaître demain dans les mains de Panini Manga, les fleurs de cerisier recommenceront de fleurir. Horripilant self control japonais… Qu’on m’apporte un bidon de thé au matcha ! Je connais un éditeur qui mériterait qu’on lui fasse ravaler par cure à l’eau tout ce qu’il nous fait endurer d’attente, à raison de 2 tomes par an censés nous faire profiter de la suite de ce chambara génialissime. La pression monte d’un cran depuis le duel entre Shotaro et Shinsaku. Dans un pays en pleine mutation, les japonais se divisent entre ouverture et protectionnisme. Une seule chose est sûre : le sang n’a pas fini de couler !

Montage 4

Mackie : J’ai toujours aimé les polars. Et je regrette que les mangas n’en proposent pas plus souvent. Alors, avec Montage, de Jun Watanabe (Kana), je suis comblé. Sur un fait divers authentique (le célèbre braquage des 300 millions de yen à Tokyo en 1968, jamais élucidé), voici une intrigue bien ficelée, tendue, mêlant action et psychologie, humour et noirceur. Et un vrai suspense. Le dessin est réaliste, les décors fouillés (et n’ont pas l’air d’être scannés), le design des personnages juste assez typé pour ne pas être passe-partout. Signe qui ne trompe pas : j’ai absolument envie de savoir ce qui arrive à nos héros, et surtout QUI est le coupable ? Une partie de la réponse dans ce tome 4 qui paraît le 21 mars…

Ascension 17

Paul : ce mois-ci j’attends une fin, celle d’Ascension de Shinichi Sakamoto, avec le 17e volume à paraître aux éditions Delcourt. Je l’attends depuis plus longtemps que je ne le devrais d’ailleurs, depuis le tome 11, pour rattraper toute la série d’un coup et m’offrir une lecture de ce titre extraordinaire jusqu’à plus soif. Intense, majestueux, torturé, surprenant, la liste des qualificatifs qui convient pour dévoiler tous les atouts d’Ascension sera toujours trop courte. Mise en scène imprévisible, héros violentés par leurs désirs ou consumés par leurs rêves, des paysages – mon dieu, ces paysages – à couper le souffle, tout comme les couvertures de la série. Avec un tiers de la série à lire d’une traite, impossible de savoir ce qui m’attend, mais vivement que ce suspens se termine !

Jeux d'enfants 2

Romain : Ce second tome de Jeux d’enfants reprend à l’hôpital, où Shun se repose après le survival game qu’il vient de gagner. Les médias y vont de leurs pronostics quant à l’origine de ces jeux, tandis que notre héros fait la connaissance de ses nouveaux camarades de chambre et de… jeu. Une nouvelle partie vient de commencer ! Jeux d’enfants, c’est une version fantastique des films Saw. Les jeux sont toujours aussi inventifs dans ce volume qui est tout autant immersif. On constate une amélioration notable du dessin et un rythme qui sait rester soutenu. Cette série en 5 tomes est résolument l’une des bonnes pioches de Pika Edition cette année. Vivement la suite !

Chocolatier 7

Marion : Mars annonce le retour de Setona Mizushiro avec le septième volume de Heartbroken Chocolatier, chez Kaze. On continue de suivre Sohta, un brillant chocolatier, dans sa relation très ambiguë avec Saeko, tout en s’intéressant également aux autres employés de la chocolaterie. Le sixième volume nous avait laissé sur notre faim en accélérant subitement les choses, ce tome devrait donc nous éclairer sur la suite des événements de manière un peu plus concrète, on l’espère ! Saeko va-t-elle enfin revenir vers lui après toutes ces années ? Ou Sohta va-t-il enfin tourner la page et regarder vers l’avenir ? Quoi qu’il en soit, on reste entouré de chocolats du début à la fin. Avec un brin d’humour et beaucoup de sentiments, ce doux shôjo devrait continuer sur sa lancée et tenir ses promesses.

Geonbae 4

Jean-Baptiste : Une fois n’est pas coutume, la série que j’ai choisi pour ce beau mois de mars n’est pas japonaise. Geonbae est un véritable parcours initiatique autour des alcools coréens. Cette série de quatre tomes aborde en détails la production de spiritueux traditionnels de façon très accessible. Le récit est très bien documenté et mêle l’humour au sérieux, avec son personnage principal obligé de faire un reportage sur la boisson. Le rythme de parution très lent des éditions Clair de Lune apporte un sentiment mitigé à la publication de cet ultime volume : je suis heureux de le voir enfin publié, mais triste de voir la série se terminer… Peut-être qu’un verre de Makgeolli saura adoucir ma peine ?

Blind Spot

Benjamin : Et maintenant, pour quelque chose de complètement différent, je ne vais pas attirer votre attention sur un manga mais sur Blind Spot, un light novel – j’utilise ce terme confirmé par l’auteur, mais la frontière avec le roman est mince. Ce texte sous-titré « Une malvoyante à Tokyo » est rédigé par un ex-acteur du milieu otake français. Connaissant un minimum ce dernier, je suis curieux de voir comment il a su aborder le thème du handicap dans une fiction et tout aussi intéressé de découvrir sa plume dans ce domaine. C’est une initiative portée par une intention d’auteur forte et un coup d’essai qui mérite, selon moi, que l’on se penche dessus.

La tour Fantome

Nicolas : Ce mois-ci mon choix se tourne vers le tome 1 de La Tour Fantôme de Tarô Nogizaka (Team Medical Dragon), qui débarque sur notre territoire chez Glénat, après avoir débuté en 2010 au Japon. Le background prend place dans un Japon retro des années 1950 : le corps d’une femme est retrouvé au sommet d’une tour. Nous suivons Amano Taïchi, un jeune garçon sans situation qui, deux ans après la découverte du corps, est lui aussi attaqué par quelque chose ou quelqu’un dans cette même tour. Mais il est sauvé par Tetsuo, un mystérieux jeune homme qui l’entraîne dans une chasse au trésor au sein du lieu que l’on surnomme désormais… la « tour fantôme » !
S’inspirant du roman Une Femme dans le gris écrit par Alice Muriel Williamson en 1898 puis retranscrit en japonais par Ruiko Kuroiwa en 1899, La Tour Fantôme devrait rassasier les amateurs, comme moi, de seinen fantomatique et de thriller psychologique.

J-Boy

Aymeric : En ce mois de mars sera publié J.Boy, un manga fini en six volumes de Junichi Noujou (Tokyo, fin d’un monde), traitant de matchs de billard dans le milieu carcéral. Nous suivrons l’histoire d’un personnage à l’identité inconnue, mais qui serait un robot créé par la plus puissante triade d’Asie dans le seul but de jouer au billard. J’attends de cette œuvre des parties d’un niveau stratégique égal à Liar Game ou Kaiji, dans une ambiance sombre et stressante. J’ai aussi hâte de découvrir le parcours du héros, auquel on ne s’identifie pas pour une fois, et de mieux le comprendre au fil de l’intrigue. Enfin, en fan de manga qui fait la part belle aux combats psychologiques, j’espère que je ne serai pas déçu !

Tokyo Ghoul 4

Julien B. : Entre le second Gangsta ou le tout nouveau La Tour Fantôme, Glénat multiplie – pour notre bonheur – les titres sortant des sentiers battus, à l’image de Tokyo Ghoul dont le quatrième volume sort également ce mois-ci. Un titre qui n’a cessé de confirmer sa bonne surprise, se bonifiant tome après tome. D’abord en se révélant être tout sauf l’énième manga de zombie qu’on aurait pu craindre. Puis en nous prouvant avec son troisième tome que le manichéisme n’avait définitivement pas sa place dans son intrigue. Sans oublier son graphisme, au départ irrégulier, mais qui s’est déjà affirmé de façon spectaculaire en seulement trois volumes. De quoi en faire d’ores et déjà un titre à attendre avec impatience.

Ad Astra 1

Fabien : Après Cesare en 2013, les éditions Ki-oon nous proposent un nouveau titre historique en ce mois de mars, Ad Astra, un manga scénarisé et dessiné par un jeune auteur nommé Mihachi Kagano.
Nous allons cette fois découvrir le duel que se sont livrés deux grands tacticiens – Hannibal Barca et Scipion l’Africain – lors du IIIe siècle avant Jésus-Christ. Ce pitch nous promet de bien belles batailles, surtout si le dessin les accompagnant est aussi réussi que celui des couvertures de la série. Il ne reste désormais plus qu’à attendre le 20 mars pour connaître le début de cette nouvelle épopée historique !

Paul OZOUF

Rédacteur en chef de Journal du Japon depuis fin 2012 et fondateur de Paoru.fr, je m'intéresse au Japon depuis toujours et en plus de deux décennies je suis très loin d'en avoir fait le tour, bien au contraire. Avec la passion pour ce pays, sa culture mais aussi pour l'exercice journalistique en bandoulière, je continue mon chemin... Qui est aussi une aventure humaine avec la plus chouette des équipes !

CONCOURS : Amateurs de visual novel et de 2nd degré : le jeu Punch Line tu dois gagner !

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *