Printemps 2016 : En route pour de nouvelles séries très animées !

La saison hivernale étant désormais terminée, il est temps de s’intéresser à la nouvelle fournée de séries qui débarquent sur nos écrans ce printemps. Si l’hiver précédent comptait une grosse trentaine de nouveautés, il faut compter sur une cinquantaine de série pour les trois mois à venir. Après leur présentation, nous vous proposons de faire le point sur les tendances de la saison et de finir avec les favoris de la rédaction. Comme toujours, vous pouvez cliquer sur le titre des séries afin d’en découvrir une bande-annonce.

Voilà donc de quoi, espérons-le, vous divertir pour les semaines à venir. Bonne lecture !

 

Une floraison de nouvelles séries animées

JoJo’s Bizarre Adventure - Diamond is UnbreakableLe printemps ne change pas nos habitudes puisque nous retrouvons une grande majorité de nouveautés adaptées de mangas. Certaines sont déjà connues dans la langue de Molière puisque nous aurons l’occasion de voir s’animer Big Order (Casterman) et Twin Star Exorcists (Kazé), deux titres d’action fantastique par les studios Asread et Pierrot. Les amateurs d’humour et de romance auront le droit à Sakamoto, pour vous servir (Komikku) et Super Lovers (Taifu Comics), tous deux produits chez le studio Deen. En ce qui concerne la romance, notons également l’arrivée de 12 ans (Glénat) de Oriental Light and Magic et celle de My Hero Academia (Ki-oon), l’une des séries les plus attendues de la saison mêlant action et supers-pouvoirs chez Bones. N’oublions pas les suites avec JoJo’s Bizarre Adventure: Diamond is Unbreakable (Tonkam) de David Production, Rinne 2 (Kazé) par Brains Base, Sailor Moon Crystal : Saison 3 (Pika) chez Tôei Animation, Terraformars Revenge (Kazé) des studios Liden Films et Tyo Animation ainsi que Ushio & Tora 2 de Mappa et Studio Voln. Notons enfin la diffusion d’une préquelle de Magi nommée Magi: Sinbad no Bôken par Lay-Duce.

Parmi les franchises inconnues sur notre territoire, il y Bungô Stray Dogs de Bones, un titre d’action qui suscite quelques attentes. Pour le reste, il faudra compter sur des œuvres alliant la comédie à la tranche de vie comme Bakuon!! (TMS Entertainment), Flying Witch (J.C. Staff), Kuma Miko (EMT Squared et Kinema Citrus), Shônen Maid (Eight Bits) ou encore Tanaka-kun wa Itsumo Kedaruge (Silver Link) pour ne pas tous les citer.

MayoigaCette saison, beaucoup de productions originales sont présentes. Certaines sont des suites à l’image du surnaturel Concrete Revolutio : The Last Song de Bones. Après huit années d’absence, la franchise Macross est de retour sur les écrans avec Macross Delta, toujours animé par Satelight. Chez Sunrise, c’est Gundam qui confirme sa forte présence de ces dernières années avec Mobile Suit Gundam Unicorn RE:0096 qui n’est autre qu’une version télévisée des 7 OAV Mobile Suit Gundam Unicorn diffusés entre 2010 et 2014. Pour les véritables nouveautés, nous aurons le droit à des titres d’action se situant dans des univers fantastiques à l’image de Endride (Brains Base) et de l’attendu Kôtetsujô no Kabaneri de Wit Studio réalisé par ARAKI Tetsuro à qui l’on doit notamment Death Note, Guilty Crown ou L’Attaque des Titans. L’action est également présente avec de la science-fiction comme dans Kiznaiver de Trigger et Kuromukuro qui y ajoute une touche de mecha et qui marque les 15 ans d’existence du studio P.A. Works. Notons enfin le mystérieux Mayoiga de Diomedea ainsi que la tranche de vie maritime Hai-Furi chez Production IMS.

Du côté des jeux vidéo, notons l’adaptation animée de la populaire franchise Ace Attorney de Capcom par le studio A-1 Pictures ainsi que celle du jeu de cartes en ligne japonais Seisen Cerberus: Ryūkoku no Fatalite chez Bridge. Trois autres œuvres tirées de ce format sont présentes, mais pour une durée ne dépassant pas les cinq minutes. Hakuôki : Otogisôshi (DLE), Onigiri (Pierrot Plus) et Wagamama High Spec (AXsiZ) en sont les représentants.

Pour ne pas changer, les nouvelles adaptations de light novels sont principalement des œuvres d’action dans une ambiance surnaturelle ou de science-fiction, à commencer par la suite de Asterisk War (A-1 Pictures) qui est accompagné par Hundred (Production IMS) et Re:Zero Kara Hajimeru Isekai Seikatsu (White Fox). Dans le registre de la comédie, nous retrouvons Netoge no Yome wa Onna no Ko Janai to Omotta? de Project No.9. Finissons ce tour des séries printanières en signalant l’arrivée sur les écrans grâce à Production I.G du roman à suspense Joker Game dont les événements se situent à l’aube de la Seconde Guerre Mondiale.

 

L’analyse des tendances printanières

Ce printemps, c’est une nouvelle fois le manga qui reste le support le plus adapté. Parmi les éditeurs concernés, citons Akita Shoten (1), Earth Star (1), Enterbrain (2), Hōbunsha (2), Kadokawa (2), Kôdansha (2), Media Factory (2) Shôgakukan (7), Shûeisha (5) et Square Enix (1) pour un total de 25 séries. Pour le reste, nous avons le droit à des œuvres originales (15) et des versions animées de jeux vidéo (8), light novels (4) et de roman (1). Le chiffre des œuvres originales est quelque peu trompeur puisqu’il y a beaucoup de franchises destinées au jeune public qui reviennent chaque printemps pour une vague d’environ 50 épisodes. Celles-ci gonflent en plus le chiffre des suites qui est de 20 pour une trentaine de nouvelles franchises.

 Support original Nouveautés & Suites 

SakamotoComme toujours, la plupart des studios ont un ou deux projets à nous présenter mais certains en ont davantage comme pour Bones, Deen et Oriental Light and Magic qui en comptent trois chacun.

En ce qui concerne les genres les plus présents cette saison, les tendances ne changent pas vraiment puisque nous retrouvons une nouvelle fois des séries d’action ou d’aventure dont les événements se déroulent dans des univers de fantasy ou de science-fiction, même si cette dernière thématique se fait un peu plus rare. Pour les mois à venir, les titres les plus représentatifs et qui possèdent le plus gros potentiel de popularité dans ce genre semblent être Bungô Stray Dogs, Kôtetsujô no Kabaneri, My Hero Academia et Twins Star Exorcists. Pour la tranche de vie et l’humour, toujours présent en grand nombre, il ne fait aucun doute que l’ambassadeur de la catégorie est Sakamoto, pour vous servir. Le mecha sera lui principalement représenté par Macross Delta et Mobile Suit Gundam Unicorn : RE:0096. Notons enfin que la présence de thrillers dramatiques avec Joker Game et Mayoiga. Nous observons donc que malgré l’omniprésence des genres les plus populaires, quelques titres sortent des sentiers battus afin de satisfaire plus de personnes, en espérant que le succès soit au rendez-vous.

Genres représentés

Printemps 2016 : la sélection de JDJ !

Bungo Stray DogsPaul : Bungô Stray Dogs, une série dont les héros sont des figures littéraires japonaises et internationales comme Osamu Dazai, Edogawa Ranpo ou Dan Brown et Agatha Christie ? Voilà un premier bon point. Douze épisodes (et une saison 2 à prévoir pour octobre) où un héros seul et affamé est sauvé par un membre d’une agence de détective aux pouvoirs surnaturels  ? Deuxième bon point. Une série adaptée d’un seinen (de Kafka ASAGIRI, un inconnu au bataillon) qui nous vient du Young Ace, le magazine d’où sortent Fate Zero, Blood Lad, Neon Genesis Evangelion et j’en passe : troiiiisième bon point !
Une adaptation signée Bones pourrait bien être le quatrième bon point, surtout si on décortique rapidement le staff. Nobuhiro ARAI n’est pas très connu mais avait fait du bon travail sur Chaika et opte ici pour quelque chose d’assez fin et bien ciselé. Mais c’est surtout le réalisateur Takuya IGARASHI, à qui l’on doit Star Driver, l’anime de Soul Eater ou encore celui de Ouran Host Club, qui aurait vraiment tendance à me faire faire des petits cœurs avec mes doigts. D’autant qu’il a avec lui son collègue scénariste Yoji ENOKIDO de Star Driver et Utena
Franchement, la seule ombre au tableau eut été qu’il ne soit pas diffusé en France, ce à quoi Crunchyroll nous a fait le plaisir de remédier… Donc il n’y a plus d’excuse !

Joker GameFabien : Après plusieurs mois consacrés aux séries sportives, le studio Production I.G nous revient ce printemps avec un projet assez original, Joker Game. Il s’agit de l’adaptation d’un roman de Kôji YANAGI qui a déjà été adapté en un film live en 2015. Nous sommes à l’aube de la Seconde Guerre Mondiale, en 1937. Nous y suivons les missions de l’Agence D qui est menée par le lieutenant colonel Yûki. Cette unité ne se compose pas de simples soldats puisqu’elle forme des espions qui sont souvent diplômés d’une université. Une fois les difficiles tests d’entrée passés, ils seront chargés de conduire des véhicules, de manier des explosifs ou encore de recueillir des informations importantes pour le Japon. L’Agence D, qui n’a que peu de points communs avec l’armée impériale japonaise, est en quelque sorte l’élite du pays. 

Outre ce synopsis intéressant, nous avons le droit à une équipe de production qui a déjà fait ses preuves avec Kazuya NOMURA (Sengoku Basara) à la réalisation, Kenji KAWAI (Higurashi, Mobile Suit Gundam 00 ou encore Eden of the East) à la composition musicale et surtout grâce à la présence d’un scénariste doté d’un historique de qualité, Taku KISHIMOTO (Silver Spoon, Haikyû!! ou plus récemment Erased).  Nous voici donc avec une série plus que prometteuse qui aborde des thèmes rares en animation. Joker Game est à découvrir à partir du 5 avril dans notre langue chez Crunchyroll !

Kabaneri of the Iron FortressRomain : Nouvelle (super) production originale de Wit Studio (Shingeki no Kyojin, Owari no Seraph), Kôtetsujô no Kabaneri nous plonge au cœur de l’île Hinomoto. Une île sur laquelle les humains vivent reclus dans des forteresses appelées « stations » afin de faire face à la menace de zombies au cœur d’acier connus sous le nom de « Kabane ». Pour se déplacer entre les stations, l’humanité doit utiliser des locomotives blindées nommées « Hayajiro ».
Derrière cet étrange résumé se cache une série à fort potentiel qui sera diffusé dans la célèbre case horaire noitaminA de Fuji Television à partir du 8 avril prochain. Avec une équipe technique de haut vol composée entre autre du réalisateur de Death Note et Shingeki no Kyojin, Tetsuro ARAKI, ainsi que du scénariste de Code Geass, Ichiro OKOUCHI, cette série rebaptisée Kabaneri of the Iron Fortress a su attiser la curiosité des adeptes de scénarios alambiqués. Mais comme l’a bien compris la production, un bon scénario ne suffit pas forcément à faire un bon anime. C’est pourquoi la série s’est également offert les services des talentueux Hiroyuki SAWANO et Haruhiko MIKIMOTO, respectivement compositeur et character-designer.
Personnellement, une équipe pareille me fait rêver. Néanmoins elle me rappelle aussi amèrement la déception que fut Guilty Crown, qui n’avait d’ailleurs pas fait l’unanimité à l’époque. Par conséquent, je croise les doigts en espérant ne pas être déçu.

Uchu Patrol LulucoOlivier : Cette saison le studio Trigger met les bouchées doubles, puisqu’il sera à l’origine de 2 séries : Kiznaiver et Uchu Patrol Luluco. Pour ce faire il semble s’être divisé en deux équipes, donnant deux œuvres au teneurs fort différentes. Si Kiznaiver a tout l’air d’être la série « gros budget », plus à même de devenir populaire auprès du grand public, Uchu Patrol Luluco promet un peu plus de délire et de légèreté.
C’est étonnamment sur cette dernière, pourtant moins bankable et au format court (8 minutes par épisode), que nous retrouvons un des fondateurs du studio : Hiroyuki IMAISHI. Connu pour avoir réalisé le mythique Tengen Toppa Gurren Lagann chez GAINAX, c’est son univers souvent trash, sexué (Dead Leaves, Panty & Stocking, Kill la Kill, Sex & Violence with Machspeed) et extrêmement dynamique qui le rendront célèbre parmi les fans d’animation. Mais si graphiquement la patte d’IMAISHI saute aux yeux, on sent qu’il a un peu levé le pied scénaristiquement. Finis les délires scatophiles, il semblerait qu’il s’autorise moins de choses irrévérencieuses en nous proposant, à priori, une tranche de vie plutôt kawai sur fond de romance.
Mise en production pour fêter les 5 ans d’existence du studio, Space Patrol Luluco, de son nom international, sera disponible en simulcast sur Crunchyroll dès le 1er avril.

KiznaiverJulien : Quant à moi, c’est donc l’autre Trigger du printemps qui attise mon intérêt et ma curiosité cette saison, à savoir le sus-nommé Kiznaiver. Mon intérêt d’abord, parce que son chara-design est l’œuvre de Shirow MIWA, artiste complet à la fois mangaka (Dogs Bullet & Carnage), illustrateur (Supercell) et chara designer (7th Dragon 2020) que j’apprécie particulièrement. Et contrairement à Joker Game, pour lequel son chara design original a été largement modifié pour l’animation, son style reste ici parfaitement reconnaissable.
Cependant, il faut savoir raison garder, et ses instincts de fanboy réprimer. C’est alors la curiosité qui prend le dessus. Car Kiznaiver semble se présenter comme la nouvelle grosse production originale « made-in Trigger » depuis Kill la Kill. Sauf que de prime abord, la série n’en porte pas les caractéristiques attendues : IMAISHI et ses délires sakuga-esques animeront donc Luluco, la réalisation étant alors confiée à Hiroshi KOBAYASHI qui fait quasiment ses débuts à ce poste, et le scénario de Mari OKADA (AnoHana, Hanasaku Iroha…) ne semble à priori pas propice à partir en live tel un Gurren Lagann ou un Kill la Kill
Alors que nous réserve Trigger avec cette nouvelle production ? Aurons nous droit à un anime techniquement très propre mais un peu classique comme le fut Inô-Battle ? Portera-il finalement bel et bien la patte déjantée du studio ? Ou bien celui-ci nous dévoilera-t-il une nouvelle corde à son arc ? Réponse très bientôt grâce à Wakanim.

KuromukuroAdam : Ce printemps devrait une fois encore nous apporter son lot de belles séries. L’une d’entre elles m’a tapé dans l’œil dès notre rencontre : Kuromukuro. Œuvre originale, cette série est animée par le studio P.A.Works, reconnaissable à ses chara-designs très mignons et ses couleurs chatoyantes, qui s’est imposé parmi mes favoris depuis que j’ai vibré devant l’incroyable Angel Beats!. Malgré une grosse déception avec Glasslip et une baisse de popularité pour leur dernière série HaruChika, le studio avait brillamment mené Shirobako, Charlotte ou bien Nagi no Asukara.
Pour mettre toutes les cartes de son coté, le studio a confié la réalisation à un vétéran de l’animation : Tensai OKAMURA. Créateur de Darker Than Black, il a aussi réalisé Blue Exorcist, The Seven Deadly Sins ainsi que Wolf’s Rain, en plus d’avoir travaillé sur les storyboards de Ghost in the Shell et Cowboy Bebop. Cela ne vous suffit pas ? Alors si comme moi vous aimez les génériques, vous serez ravi d’apprendre que l’opening et l’ending seront respectivement l’œuvre de GLAY (Diamond no Ace) et de MICHI (Rokka no Yuusha, Dagashi Kashi). Un dernier argument pour la route : Kuromukuro sera le tout premier anime de mecha que réalise P.A.Works. Tout cela n’est- il pas excitant ? Alors tous à vos écrans le 7 avril !


Super LoversCharlène :
Je suis peu d’anime en ce moment, mais j’étais quand même curieuse de découvrir les nouveautés à venir pour la saison. Et là, surprise : du boy’s love ! Et pas n’importe lequel en plus : Super Lovers de Abe MIYUKI. Certes la série papier n’est toujours pas finie, mais quel plaisir d’apprendre cette nouvelle. D’autant que c’est le studio qui a déjà réalisé Junjô Romantica, Studio DEEN qui s’y colle… On peut donc présager de bons moments.
Je suis assez friande d’animes adaptés de mangas directement, et la série est tellement dynamique et décalé par rapport aux boy’s love classiques que je suis vraiment curieuse de voir ce qu’un anime pourra donner. Comment vont-ils réussir à montrer le côté sauvage de Ren, jeune adolescent qui part vivre au Japon avec un frère d’adoption, Haru, un peu « papa poule », et qui va avoir un trop plein de sentiments pour ce nouveau petit frère ? Ajoutez la différence d’âge, le fait que Ren est très intelligent, qu’ils vont devoir apprendre à vivre ensemble, et la vie quotidienne mouvementée de ces personnages devrait vous enchanter. Du boy’s love soft, touchant et drôle en anime, on a hâte de retrouver ça chez Crunchyroll !

Vous l’avez certainement compris en lisant cet article mais beaucoup de séries seront présentes ce printemps, et ce dans plusieurs genres. Nous aurons également le plaisir de découvrir quelques œuvres adaptées de mangas que nous pouvons retrouver depuis quelques années chez nos libraires ainsi que des suites ou gros projets assez attendus.

Pour en savoir plus sur toutes les séries évoquées dans cet article, n’hésitez pas à vous rendre sur le site de notre partenaire Icotaku. En ce qui concerne les diffusions en simulcast de ces titres, suivez notre compte Twitter et vous serez ainsi informés de toutes les annonces faites par les éditeurs.

Clôturons cet article avec une question qui vous est destinée… Et vous, quelles séries comptez-vous regarder cet hiver ?

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Djidji dit :

    Vous devriez présenter la répartition des genres avec une courbe ou un histogramme plutôt qu’avec un camembert étant donné qu’une série peut contenir plusieurs genres. 😮

  1. 23 avril 2016

    […] tourmenté, un navire fête aujourd’hui ses deux ans d’existence  : Crunchyroll. Reprenant des couleurs à l’occasion de la saison printanière 2016, la société rappelle qu’elle n’est pas là pour faire figure de frêle […]

  2. 4 juillet 2016

    […] saison estivale est arrivée, et avec elle ses nouvelles séries d’animation. Si le printemps 2016 comptait une cinquantaine de nouveautés, on dénombre une bonne quarantaine de série pour les […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *