[Interview] Dotama – le salaryman du rap japonais

Dotama est actuellement un des rappeurs les plus en vue de la scène hip-hop japonaise. Repérable à des kilomètres grâce à sa coupe au bol, ses lunettes, sa moustache et surtout ses costumes de salaryman toujours impeccables, il s’est imposé au fil des années 2010 comme un freestyler talentueux, trustant de nombreuses fois les phases finales de l’Ultimate MC Battle, rendez-vous incontournable du rap freestyle au Japon. Hyperactif, on le retrouve évidemment sur scène, en solo ou en compagnie du projet Final Frash, mais aussi à la télé, voire au cinéma… Et il sort en ce 21 juin son nouvel album, Shazai Kaiken !

Dotama

Pour ses premiers concerts en Europe lors de la Magnifique Society, il est accompagné de DJ YU-TA. Avant de commencer l’interview, il consulte l’interprète pour s’assurer que « Merci » est bien la traduction française de « Arigato ». Il répète le mot une dizaine de fois avant de se poser…

Journal du Japon : Pour commencer, parlons de votre collaboration avec les nouilles Nissin, pour qui vous avez rappé avec d’autres pointures du hip-hop japonais. Comment est-ce que ce partenariat a vu le jour ?

Dotama : Au Japon, il y a une émission autour des battles de MC à laquelle je participe souvent : deux rappeurs s’affrontent en rappant en freestyle. Cette émission a super bien fonctionné au Japon, le public met beaucoup d’ambiance. C’est certainement dû au fait que, bien que le hip-hop existe depuis 30 ans au Japon, il est toujours considéré comme une scène un peu underground, alternative. Le public est donc constitué de passionnés.

En ce moment, c’est peut-être la 3e ou 4e fois que cette tendance underground touche un public un peu plus large. Sentant que cette vague est porteuse, de grosses sociétés commencent à se servir de la culture et de la musique hip-hop qui sont considérées comme classe. Les marques en ont donc fait un levier marketing pour promouvoir leurs produits.

De mon côté, avec les autres artistes impliqués (notamment Ken the 390, Erone ou Koperu), nous avons insisté pour que la qualité soit au rendez-vous, que nous puissions mettre en avant nos compétences tout en représentant nos régions.

DOTAMA, Kuma the Sureshot, 『北関東BLUES feat.NAIKA MC』

Vous parlez de vagues du hip-hop japonais. Comment en êtes-vous arrivé à cette culture, et surtout à quel moment avez-vous décidé de vous spécialiser dans les battles et le freestyle ?

C’est sûrement générationnel. Avant d’être rappeur professionnel, j’ai été salaryman pendant 10 ans. Aujourd’hui, je consacre toute ma carrière à la musique. Et donc avant, j’étais un B-Boy comme il y en a tant d’autres. Quand j’étais jeune, la tendance était à la fusion entre rap et rock, avec des groupes comme Dragon Ash ou Yamaarashi. C’est comme ça que je suis arrivé au hip-hop. J’étais juste un garçon fasciné par ces groupes.

La culture hip-hop, c’est aussi une culture de la vantardise : on met en avant son nom et ses compétences en rap, mais ça ne marche pas toujours – le film 8 Mile le montre bien. Comme dans la vie, en général, les gens adorent l’esprit de compétition. Dans la musique en général, la notion de confrontation comme ça n’est pas aussi évidente. On peut évidemment jouer sur les ventes de disques, par exemple. Mais c’est pas toujours évident de déterminer un vainqueur dans les faits (beaucoup de ventes n’est pas toujours synonyme de qualité).

Dans le rap, on a trouvé une parade. Juste un soir, tu viens, tu poses tes phases, tu te confrontes à un adversaire, et l’issue est simple : soit tu gagnes, soit tu perds. C’est très simple et cruel, mais c’est aussi une manière de percer et d’avancer. L’attente du public en battle est importante. Quand j’étais jeune, je vivais à Tochigi, qui est un peu perdu dans la campagne, comme ça doit exister aussi en France. Comme il n’y avait pas beaucoup d’activités, je faisais souvent le voyage à Tokyo pour participer à des battles le week-end, pour pouvoir percer. Au fur et à mesure, j’ai aussi commencé à prendre du plaisir dans l’écriture et à travailler mon style, notamment le freestyle. J’ai adopté les contraintes de ce type de rap dans mon expression artistique.

Dotama à La Magnifique Society - Photo © Thomas Hajdukowicz pour Journal du Japon

Dotama à La Magnifique Society – Photo © Thomas Hajdukowicz pour Journal du Japon

Pour poursuivre sur le freestyle, je sais que chaque semaine vous intervenez dans une émission d’actualité sur AbemaTV, où vous rappez l’actualité. Comment parvenez-vous à écrire ces raps hedbomadairement ?

Je résume effectivement les informations de la semaine en rap. En fait, dès lors qu’on est skillé en rap, ça n’est pas très compliqué à faire ! La seule chose à faire, c’est d’inclure toutes les informations. C’est juste un exercice d’écriture avec, à la rigueur, un thème (l’actualité) imposé.

De mon côté, je veux aller plus loin, en rendant cela drôle. J’y prête une attention particulière. Par ailleurs, ayant longtemps travaillé dans le monde de l’entreprise et ayant vécu la vie de salaryman comme rouage des grandes sociétés, j’ai un point de vue critique du milieu économique japonais. L’idée, c’est vraiment de travailler la présentation, plus que l’écriture du rap qui, je le répète, est finalement assez simple.

Le processus a été le même lorsque vous avez eu ce petit rôle de MC Clover dans le film Tokyo Tribe de Sono Sion ?

En fait, j’ai auditionné, un peu comme tout le monde. Je crois que c’est une des premières fois qu’une audition se faisait via Youtube au Japon. Ils cherchaient des gens qui sachent rapper pour plus d’authenticité (le film est une comédie musicale hip-hop ayant lieu dans un Tokyo dystopique où différents gangs s’affrontent, NDLR). J’ai donc fait une vidéo de freestyle, et c’est comme ça que j’ai été pris.

Dotama à La Magnifique Society - Photo © Thomas Hajdukowicz pour Journal du Japon

Dotama à La Magnifique Society – Photo © Thomas Hajdukowicz pour Journal du Japon

Les concerts que vous allez donner en France vont être vos premier en Europe. Est-ce que vous appréhendez ?

Je ne m’en fais pas trop pour la barrière de la langue. J’attends de voir si le public va être curieux. On sait que les français aiment le rap. Le rap français a d’ailleurs un peu percé au Japon. Mais c’est assez ancien… J’ai pas mal écouté MC Solaar et TTC pour ma part.

Parlons de votre musique. Vous écrivez vos textes, mais qui sont vos beatmakers ?

Je fais partie d’un label qui s’appelle Subenoana (qui produit également Izumi Makura, entre autres, NDLR). À la base, il s’agit d’un label de producteurs et de beatmakers. Donc en fait, je travaille directement avec différents DJs et producteurs du label.

En parallèle de votre carrière solo, vous êtes également le frontman du groupe Final Frash, composé de membres des groupes plutôt rock the telephones et The Suzan. Comment avez-vous mis sur pieds ce projet ?

Les membres du groupe sont des amis de longue date. Comme the telephones s’est mis en hiatus, on s’est dit qu’on pouvait en profiter pour faire quelque chose ensemble ! C’est aussi simple que cela.

En début d’interview, vous avez parlé de vagues de la réception du hip-hop par le public japonais. Est-ce que cette vague va durer d’après vous, et quelle direction prend-t-elle ?

L’histoire de la 3e ou 4e vague du rap au Japon est un avis très personnel. Peut-être qu’il n’y a simplement pas de vague. Ou peut-être au contraire qu’il y en a eu beaucoup plus… Mais dans tous les cas, toute vague va monter, puis descendre à un moment. Donc je ne pense pas que la tendance actuelle va se poursuivre dans sa forme actuelle.

En 1996, au Japon, il y a eu un gros événement consacré au hip-hop, Thumpin’ Camp, avec un public de 3000 personnes. C’était une grosse tendance pour l’époque. Mais dans les années 2000, ça s’est calmé. C’est pas parce qu’il n’y avait pas de bons artistes. C’est juste que le grand public n’a plus été au rendez-vous. Le rap est redevenu underground.

Ça n’a rien à voir avec la qualité et les compétences des artistes. Aujourd’hui, on est plutôt dans une période faste pour le rap japonais. Aussi, en tant qu’artiste, je dois continuer à créer et innover pour faire des choses qui vont me plaire et plaire au public.

On continuera de suivre ça alors. Merci !

Dotama à La Magnifique Society - Photo © Thomas Hajdukowicz pour Journal du Japon

Dotama à La Magnifique Society – Photo © Thomas Hajdukowicz pour Journal du Japon

Pour en savoir plus sur Dotama, vous pouvez vous rendre sur son site officiel mais aussi les suivre sur Facebook, Twitter ou retrouver ses clips sur la chaîne You Tube de son label.

Remerciements à Yoko Yamada, de Creativeman, qui a assuré la traduction, à l’équipe de la Magnifique Society, et à Mutsuki no Mu pour ses précieuses informations.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *