Kinotayo 2017, partie 1 : LEE Sang-Il, l’oublié du cinéma japonais

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 13 janvier 2018

    […] de cette douzième édition que le festival perd de sa superbe d’année en année. Lors de notre premier retour sur la sélection 2017 et de notre critique de Perfect Revolution – film en compétition cette année – nous […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *