Totoro : 30 ans de magie, de Ghibli à Glénat

À l’occasion des 30 ans du film d’animation des studios Ghibli, Mon voisin Totoro, Journal du Japon vous invite à découvrir ou redécouvrir ce grand classique. Il ressort en salle pour l’occasion, et fait l’objet de trois beaux ouvrages aux éditions Glénat.

 

L’Art de Mon Voisin Totoro : de l’autre côté du film

L'art de Mon Voisin Totoro« Devenu célèbre en 1984 avec Nausicaä, Hayao Miyazaki s’est définitivement installé dans le cœur du public en 1986, après la sortie du Château dans le ciel. Dès lors, son opus suivant est attendu avec ferveur par les fans. Malgré la pression, il propose sans hésiter Mon Voisin Totoro, un projet qu’il porte en lui depuis 10 ans.

L’histoire se déroule à la fin des années 1950, dans un coin de campagne du Japon. Cette fois, les personnages principaux sont deux fillettes de dix et quatre ans, pleines de vie…« 

Ainsi commence donc cet ouvrage qui va, petit à petit, nous plonger dans la réalisation de Mon Voisin Totoro avec une profusion d’images (croquis, cellulo, storyboard) mais aussi de notes et de témoignages de toute l’équipe du film… De MIYAZAKI donc mais aussi de Kazuo OGA, directeur artistique et homme derrière les décors, si importants, du film. Il ne s’agit donc pas d’un simple recueil d’illustrations, qui eut été fort agréable à regarder cela dit, grâce à leur grande douceur et une mise en page aérée et agréable, mais une vraie plongée dans l’histoire du film et les choix fait par les créateurs de Mon Voisin Totoro.

On apprend donc plein de choses, tout en se régalent des visuels. La première partie est d’ailleurs dédiée aux croquis préparatoires qui remontent en fait à 1976 – 12 ans avant la sortie du film ! – quand MIYAZAKI réalise un livre pour enfant qui sera la genèse du long-métrage des studios Ghibli. On découvre alors qu’une seule petite fille existait, que le premier projet de version animée durait seulement une heure et était un simple one-shot pour la télévision… Et aussi toute la genèse de la scène mythique entre la jeune fille et le grand Totoro à la station de bus, sous la pluie.

Totoro sous la pluie

Puis vient la seconde partie, le segment majeur du livre, L’Art du film d’animation, qui plonge alors plus en profondeur dans les détails du film. On revoit chronologiquement les parties clés : le générique, la scène d’introduction avec l’arrivée de la famille à la campagne (scène qui a beaucoup changée !), le plan du village et de ses environs, la maison elle-même…

« Au départ, nous avons imaginé une maison que nous aimerions habiter, et l’équipe a concrétisé cette idée. Quand on a regardé les rushes, au lieu de commenter l’animation de Satsuki ou de Mei, on s’est tous exclamés : « C’est là que je voudrais vivre ! » Personne n’a envie de voir son confort diminuer mais si c’est pour habiter dans ce genre de maison, on veut bien. » (Hayao MIYAZAKI).

Maison Totoro

Pour autant tout n’a pas vocation a être expliqué, pour garder la magie intacte :

« Expliquer comment naissent et vive les Noiraudes, ça n’a aucun sens.On les présente telles quelles. D’un instant à l’autre, elles disparaissent, et voilà… Ça ne sert à rien d’en savoir plus. » (Hayao MIYAZAKI).

Ça et là, les mots et commentaires disparaissent parfois : 2,4 ou 6 pages de storyboard déroulent certaines des scènes mémorables du film, comme la balade de nuit et la danse pour faire pousser les légumes…

Mon voisin Totoro croquis

Au bout d’une grosse centaine de pages, le livre propose deux dernières parties assez complémentaires des précédentes : Techniques d’animation, où l’on nous explique en détail le choix des couleurs carbones pour tracer les traits : noir pour plus de contrastes, marron pour plus de douceur, blanc pour faire tomber la pluie. On comprend aussi l’intérêt de l’aérographe pour la transparence, le gouachage et le tapotage pour les noiraudes… Passionnant et aisément compréhensible pour le néophyte.

Le recueil se conclut sur une dernière partie de quelques pages, un témoignage d’un journaliste japonais qui a eu la chance de partir en reportage, à l’époque de la création de Mon Voisin Totoro, dans les studios Ghibli. Le rédacteur y dépeint l’ambiance qui règne dans les studios, échange avec MIYAZAKI et tout le staf, dresse un parallèle avec le second studio où est train de naître une oeuvre aussi différente que marquante : Le Tombeau des lucioles. Une parfaite conclusion pour un parfait ouvrage :

« En ce 28 mars, Mon Voisin Totoro n’est pas encore terminé. Je connais l’histoire, j’ai lu le script et j’ai vu une partie des rushes… Et pourtant mon attente à l’égard du film ne fait que grandir. François Truffaut, le créateur de La Nuit américaine et des Quatre Cents Coups, a observé : « Les plus grands films sont ceux qui vous donnent l’impression qu’une porte s’est ouverte, que le cinéma commence avec eux, qu’il vient de renaître. » J’ai la conviction que Mon Voisin Totoro sera l’un des films.« 

Difficile de le contredire.

totoro-une-seule-fillette

Plus d’infos sur le site de l’éditeur.

 

 

L’album du film : pour prolonger la magie après la séance de cinéma

Mon voisin Totoro : l'album du film / couvertureRien de mieux qu’un gros album racontant en images toute l’histoire du film pour replonger avec bonheur dans les moments magiques que parents et enfants ont pu vivre ensemble. Ce très beau livre reprend, page après page, l’histoire de Totoro, Mei, Satsuki et tous les autres personnages qui sont présentés sur une double page d’introduction. Puis le lecteur plonge tout de suite sur une double page de paysage typique de la campagne japonaise, avec ses rizières qui brillent sous le soleil. Il est ensuite possible de lire l’histoire par grands chapitres. Quatre chapitres au total : la maison hantée, la rencontre, le présent de Totoro, la disparition de Mei. Une taille idéale pour une histoire du soir.

Les textes sont à la fois simples mais riches en vocabulaire, ils sont répartis agréablement au fil des pages et laissent la part belle aux images. Ils alternent descriptions et dialogues. Ils permettent de comprendre les événements et de décrire ce qui n’apparaît pas sur les images. L’équilibre est donc parfait pour la compréhension des plus jeunes.

Les images sont de tailles différentes en fonction du sujet. Elles s’étalent en grand format sur deux pages lorsque Totoro, Mei et Satsuki attendent ensemble le bus sous la pluie ou lorsqu’ils volent ensemble dans le ciel (Totoro sur une toupie magique). Une grande poésie imprègne alors ces pages magnifiques. D’autres fois, il y a une succession de petites images lorsque plusieurs scènes se succèdent rapidement (par exemple lorsque les filles courent de pièce en pièce pour découvrir leur nouvelle maison). Cela crée une dynamique intéressante pour le jeune lecteur qui peut à la fois se replonger doucement dans la nature, puis retrouver ensuite les personnages dans leur quotidien.

En annexe, une carte du pays de Totoro permet aux plus jeunes de se repérer : le camphrier, l’entrée du passage pour aller voir Totoro, l’étang, les maisons des différents personnages, l’arrêt de bus … C’est un petit plus qui ravira les enfants !

En toute fin d’ouvrage, les petites images sur fond orange du générique sont reprises et permettent de voir le retour de la maman à la maison et les scènes de bonheur partagé. 

Tout y est, il n’y a plus qu’à se replonger dans cette aventure merveilleuse !

Plus d’informations sur le site de l’éditeur.

 

En anime comics : toutes les images du film montées en BD !

Mon voisin Totoro, anime comics : couvertureVoici une autre version pour les plus grands, qui se lit dans le sens manga et reprend toutes les images du film pour en faire une BD dynamique avec de nombreuses cases, bulles de dialogues et onomatopées.

Cela donne un livre format manga très épais (plus de cinq cents pages), qui se dévore avec jubilation.

On retrouve tous les dialogues, toutes les mimiques des fillettes, par exemple leurs grandes bouches ouvertes en un grand Waaah !! pour faire fuir les noiraudes présentes dans le grenier de la maison.

On se régale aussi en suivant étape par étape le périple de la petite Mei qui poursuit Totoro et ses compagnons.

Elle entre dans un tunnel végétal, glisse puis tombe dans la grotte verdoyante, découvre une grosse boule grise, la touche, la fait bouger, monte sur le ventre de Totoro, lui touche le museau et rugit de plaisir avec lui. Un passage magique qui occupe de nombreuses pages et qui permet au lecteur de littéralement replonger dans le film.

Les sons, les bruits s’écrivent en lettres japonaises et en lettres françaises de différentes tailles, de différentes couleurs. Cela donne un effet très dynamique, une impression de mouvement comme on les trouve dans les mangas. 

Anime comics : pages intérieures

Un challenge difficile mais réussi, qui ravira les enfants, les ados et les adultes !

Plus d’informations sur le site de l’éditeur.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *