YS VIII : Lacrimosa of Dana – Le Robinson Crusoé de Falcom sur Switch

C’est en 1987 que Nihon Falcom, célèbre éditeur japonais de jeux vidéo présente le premier opus de la saga YS : Ys I: Ancient Ys Vanished, disponible à l’époque sur PC, Famicom, PC-88 et MSX 2 notamment. Ce sera alors le début de l’histoire de la cité d’YS, joyau d’Europe, une civilisation avancée. Sorti en 2016 sur PS Vita puis en 2017 sur PS4, le dernier opus, YS VIII : Lacrimosa of Dana, est disponible, avec tous ces DLC inclus, depuis le 29 juillet dernier sur la dernière console signée Nintendo, la Switch.

En bon aventurier téméraire, Journal du Japon s’est aventuré sur l’île de Seiren et revient vous compter les histoires de son odyssée.

The ultimate action RPG of 2017 joins the Nintendo Switch line-up in 2018! Join Adol, Dogi and the rest of the crew of the shipwrecked Lombardia as they work together to survive the mysterious isle of Seiren.

YS VIII : Lacrimosa of Dana, un scénario à la Robinson Crusoé

YS VIII : Lacrimosa of Dana est l’histoire d’Adol Christin, jeune aventurier, qui, au cours d’un voyage en bateau, se retrouve sur une île mystérieuse, l’île de Serein. Lieu nébuleux à l’origine de nombreuses rumeurs, il paraîtrait qu’aucune personne ayant accosté sur l’île par le passé, n’ait réussi à en repartir vivant. 

Suite au naufrage, équipage et passagers se retrouvent séparés et dispersés sur toute l’île. Votre mission : faire face à un environnement hostile et réunir tous les personnages. Cela dans le seul but de réussir à quitter cette île maudite. Au fur et à mesure que le jeu avance et que vous réunirez tous les rescapés, un véritable petit village basé sur les connaissances de chacun prendra forme.

Basée sur la coopération des personnages, la création de cette communauté vous permettra d’avancer plus facilement dans le jeu. En effet, certaines actions nécessitent de faire intervenir un certain nombre de personnes en même temps, comme par exemple déplacer un tronc d’arbre géant.

Dana et Adol, une relation qui nous rappelle Inception

YS VIII : Lacrimosa of Dana n’est pas seulement l’histoire de l’aventurier Adol Christin et de ses compagnons. C’est également celle de Dana, jeune fille ayant vécu sur l’île de Seiren et ayant des dons de voyance. 

Une double narration est alors créée par le studio Falcom afin de faire coïncider les deux protagonistes malgré l’espace temps qui les sépare. Lors de certaines phases de repos, Adol fera régulièrement des rêves en noir et blanc contant la vie passée de Dana. Celle-ci n’est pourtant pas un simple personnage secondaire. 

En effet, grâce à ces dons de voyance, Dana sera capable de voir les aventures de nos naufragés et de les aider depuis son époque, créant ainsi des solutions pour permettre à Adol et ses compagnons de poursuivre leur avancée sur l’île. 

Dana - YS VIII : Lacrimosa of Dana - ®NIS America

Dana – YS VIII : Lacrimosa of Dana – ®NIS America

Un gameplay qui demande une certaine dextérité 

Alors que la plupart des J-RPG peuvent être axés sur un jeu au tour par tour (comme par exemple Lost Sphear de Square Enix), YS VIII : Lacrimosa of Dana nous propose un système de combat extrêmement dynamique. En effet, non seulement vous jouerez avec deux personnages supplémentaires en plus d’Adol Christin, mais en plus, en fonction des forces et faiblesses de ces personnages, vous devrez concevoir une véritable stratégie.

Tout comme Xenoblade Chronicles 2 de Monolith Software, vous avez la possibilité de changer de personnage en cours de combat et ainsi d’utiliser les techniques propres à chacun. De plus, ne comptez pas trop sur l’assistance de l’intelligence artificielle de la console qui est réduite ici au minimum. Vous devrez faire preuve de ruse et d’anticipation afin de pouvoir esquiver ou parer les attaques des monstres que vous combattrez. Vous aurez également la possibilité de sauter en direction de l’ennemi afin de le surprendre avec une attaque aérienne. 

 

Ajoutez à cela le fait que le personnage que vous contrôlerez sera totalement « libre des ses mouvements » : vous pourrez facilement choisir et essayer de nombreux angles d’attaques différents, vous permettant ainsi d’alimenter une véritable stratégie de combat. Néanmoins, vous remarquerez très vite que la console vous appuie énormément lors de vos différents combats. En effet, les protagonistes que l’intelligence artificielle contrôle prendra moins bien l’aggro (centraliser l’attention de l’adversaire sur lui, NDLR) et seront donc moins blessés. Cela ne les empêchera pas d’utiliser leur savoir-faire. 

Enfin, chacun des héros est doté, comme dit précédemment, de compétences uniques et personnelles. Ces techniques sont activables en accumulant de l’énergie que vous pouvez récolter soit durant le jeu en détruisant des lampions soit en attaquant vos adversaires. Attention toutefois, cette jauge d’énergie est collective et non individuelle. C’est-à-dire que si vous videz toute la jauge en l’utilisant avec Adol Christin, par exemple, vous devrez à nouveau la remplir si vous changez de personnage.

 

Un semblant d’open world retentissant, enrichis d’un bestiaire magnifique

Alors que certains J-RPG privilégient une linéarité immuable dans le scénario en laissant peu de possibilités au joueur de s’éloigner de la quête principale, YS VIII : Lacrimosa of Dana propose un aspect différent.

Bien que le joueur doive réunir les naufragés afin de réussir à avancer dans le jeu, rien ne l’empêche d’explorer la carte comme il l’entend. Vous pourrez alors naviguer à votre guise dans les donjons, affrontant ainsi les mobs (monstres) les uns après les autres. De plus, la carte mémorise les points d’intérêts, vous permettant ainsi de vous repérer plus facilement.

En plus de ces points d’intérêts, la carte vous mettra en avant les blocages demandant l’intervention des autres naufragés mais également les endroits impliquant un équipement particulier pour franchir certains obstacles. Les lierres impliqueront, par exemple, une paire de gants particuliers que vous ne trouverez pas avant un certain temps. Néanmoins, la possibilité d’un équipement simultané de plusieurs de ces objets devra être débloqué au cours de votre aventure, ce qui peut générer une petite frustration en occasionnant quelques allers-retours dans le menu afin de changer d’objet en fonction de l’action nécessaire.

Côté bestiaire, vous constaterez rapidement la variété des créatures à affronter dans YS VIII : Lacrimosa of Dana. Allant du loup au caméléon géant ailé que vous devrez affronter en tant que boss. Les graphismes de ces créatures feraient pâlir d’envie les meilleurs jeux RPG. 

 

 

Une aventure immersive et rafraichissante

Si enfant votre roman préféré était Robinson Crusoé et qu’en plus vous vous passionnez pour les récits histoiriques, YS VIII : Lacrimosa of Dana est fait pour vous. Enrichis de différents mythes et légendes dont certains issus de la culture grecque, on peut percevoir voir en ce jeu un certain clin d’œil à Ulysse ou peut-être même Jurassic Park tant les créatures qui peuplent l’île sont variées.

Mêlant habilement l’exploration et le combat, YS VIII : Lacrimosa of Dana réussit aussi le pari de plonger intégralement le joueur dans son univers. La volonté d’aller toujours plus loin et d’en découvrir toujours plus empêchera le joueur de se lasser et lui offrira une véritable immersion. Grâce à la bande son très bien travaillée, le gamer se retrouve totalement dans l’univers du jeu et n’a clairement pas l’envie de lâcher la manette avant d’avoir accompli quelques quêtes.

Enfin, grâce à un scénario qui sort des sentiers battus, YS VIII : Lacrimosa of Dana nous apporte un vent de fraîcheur parmi tous les jeux actuellement proposés sur la Nintendo Switch… c’est toujours bon de varier les plaisirs ! 

Ys VIII : Lacrimosa of Dana - Bande annonce (Nintendo Switch)

 

Juliet Faure

Tombée dans la culture japonaise avec le célèbre "Princesse Mononoké" de Miyazaki, je n'ai depuis jamais cessé de m'intéresser à ce pays. Rédactrice chez Journal du Japon depuis 2017 et Responsable de la section Jeux Vidéo depuis peu, je suis devenue la yakuza de l'équipe. Plutôt orientée RPG et Seinen, je cherche à aiguiser de nouvelles connaissances aussi bien journalistiques que nippones.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *