Haikyuu !! : Jeu, set et match pour le manga de Haruichi FURUDATE !

Après 8 ans de publication et 402 chapitres, Haikyuu !!, le manga de volley à succès, vient de tirer sa révérence dans le Weekly Shônen Jump. L’anime, quant à lui, en est à sa 4e saison et permettra aux fans les plus chevronnés de continuer à (re)vivre les aventures de Shôyô Hinata un peu plus longtemps. Retour sur un phénomène qui a poussé plus d’une personne à jouer au volley-ball.

ATTENTION SPOILER !

© 2014 FURUDATE Haruichi

Haikyuu !! : un manga de sport, porté par un duo

Tout commence comme un shônen de sport assez classique.

L’histoire débute avec l’apparition de Shôyô Hinata, un élève du collège Yukigaoka qui se passionne pour le volley-ball, après avoir vu en action un joueur lycéen légendaire, surnommé « Le petit géant« . Tout comme lui, Hinata est de petite taille et se résout à prouver qu’elle ne l’empêchera ni de pratiquer ni de briller dans son nouveau sport favori. Lors de sa dernière année au collège, il crée un club de volley-ball constitué principalement de joueurs amateurs. Ensemble, ils participent à un tournoi mais, malheureusement pour notre héros, son équipe se fait éliminer au premier tour par celle de Tobio Kageyama, un passeur de génie appartenant au collège Kitagawa Daiichi. Hinata jure de surpasser Kageyama et intègre alors le lycée Karasuno, celui où jouait « Le petit géant« . Quelle n’est pas sa surprise lorsqu’il y retrouve Kageyama qui rejoint également le club de volley. Les deux jeunes hommes vont devoir apprendre à jouer ensemble s’ils veulent mener leur équipe au sommet du championnat national.

Haikyuu !! raconte ensuite, et principalement, l’histoire de deux protagonistes, à savoir Hinata et Kageyama. On retrouve d’une part Hinata, un joueur qui veut prouver avant tout que sa taille ne constituera pas un handicap pour devenir l’une des plus grandes stars de son sport. De l’autre, Kageyama, un joueur prodige qui souffre du fait d’être, à ses yeux, entouré de joueurs moyens qu’il s’efforce de vouloir faire évoluer à son propre niveau. C’est d’ailleurs pour cela qu’il sera surnommé « Le Roi des Courts », un surnom plus péjoratif qu’autre chose.

Karasuno, fight !

Il est impossible de parler d’Hinata et de Kageyama sans parler de leur équipe, Karasuno. Elle est composée de personnages plus ou moins atypiques : Asahi Azumane (ailier) et Kôshi Sugawara (passeur) qui sont avec Daichi Sawamura (ailier), le capitaine de l’équipe, en terminale. Ryūnosuke Tanaka (ailier) et Yū Nishinoya (libéro) sont des élèves de première. Shôyô Hinata (central), Tobio Kageyama (passeur), Kei Tsukishima (central) et Tadashi Yamaguchi (serveur de secours) sont tous en seconde. Enfin, Chikara Enoshita (ailier), Hisashi Kinoshita (serveur de secours) et Kazuhito Narita (ailier) complètent l’équipe.

Comme dans beaucoup d’autres mangas de sport, le but de Karasuno est d’atteindre le championnat national. Sous la guidance du coach Ukai, l’équipe était à l’époque l’une des plus fortes du circuit. Mais depuis, les échecs successifs pour accéder au championnat national leur ont valu l’étiquette de « Champions déchus » ou encore celle de « Corbeaux sans aile » (Karasu signifiant corbeau en japonais). Due à l’hospitalisation du coach Ukai l’année précédente, le club a passé quelques mois sans coach, jusqu’à ce que son petit-fils, Keishin Ukai, en reprenne les rennes.

© 2014 FURUDATE Haruichi / Production I.G

Des personnages secondaires au profil de protagonistes principaux

L’une des forces du manga est qu’il a introduit un nombre plutôt impressionnant de personnages secondaires qui s’avèrent beaucoup plus importants qu’au premier abord. Il conduisent leurs coéquipiers, adversaires ou amis de l’équipe de Karasuno à se surpasser à un moment de l’histoire. Asahi Azumane, un troisième année et considéré comme le meilleur joueur de  Karasuno (le pointu), a quitté momentanément l’équipe à cause d’un « traumatisme » causé par le lycée Date Kôgyo et son mur de fer. Tobio Kageyama s’est tourné pendant une remise en question vers Toru Oikawa, passeur du lycée Aoba Jôsai, après que Karasuno ait perdu un match contre eux les menant vers le championnat national. Tetsurô Kuroo du lycée Nekoma et Kôtarô Bokuto de l’académie Fukurôdani se révéleront être de précieux professeurs pour Kei Tsukishima, central de Karasuno.

Ce ne sont que quelques exemples parmi une liste beaucoup plus longue. Ces personnages contribuent notamment à l’évolution du manga qui s’inscrit dans les codes classiques des mangas sportifs. Les protagonistes enchaînent victoires sur victoires avant de subir une défaite qui les contraints à se remettre profondément en question, et à mettre en doute leurs rêves. Haikyuu !! prendra cependant un tournant décisif qui cassera le schéma narratif habituel de ce genre de récit. En effet, l’auteur a décidé d’aller à l’encontre des modèles classiques des mangas de sport avec la défaite de Karasuno en quart de finale lors du championnat de volley national. Jusqu’ici, rien d’extraordinaire sur le papier mais, dans la façon de faire, qu’on vous ne spoilera pas ici, le lecteur sent que quelque chose se brise, ce qui sera confirmé par une ellipse temporelle pendant laquelle on apprend, en creux, que l’équipe n’arrivera jamais au bout du tournoi. Ils réussiront juste à accrocher une demi-finale lors de la troisième année de Kageyama et Hinata au lycée Karasuno. Cela apporte beaucoup de réalisme comparé à d’autres mangas tels que Eyeshield 21, Olive et Tom ou encore L’école des champions.

Un match all-star pour conclure

Après cette ellipse, on retrouve brièvement Hinata qui a décidé de partir au Brésil pendant deux ans afin de se perfectionner à travers la pratique du beach-volley. Pendant ce temps, Kageyama, lui participe aux Jeux Olympiques avec le Japon. Au Brésil, Hinata croisera notamment la route de Torū Oikawa, l’ex-passeur du lycée Aoba Jôsai. Et c’est alors qu’intervient le dernier arc de la série. Hinata est de retour au Japon et a intégré l’équipe de volley de division 1 japonaise, les Black Jackals. Parmi ses nouveaux coéquipiers se trouvent des anciennes figures bien connues telles que l’ex-pointu du lycée Fukurodani, Kôtarô Bokuto, ainsi que l’ex-passeur du lycée Inarizaki, Atsumu Miya.

Hinata vs Kageyama – Black Jackals vs Adlers © 2012 by Haruichi Furudate / SHUEISHA Inc. All rights reserved

Pour le premier match de la saison, les Black Jackals font face aux Adlers. Et là encore, on retrouve un casting de choix : Kageyama, Hoshiumi ou encore Ushijima font partie de l’équipe. Dans le stade, la quasi-intégralité des personnages de la série sont présents et l’on nous dévoile ce qu’ils sont devenus. Le match commence à une allure folle : Kageyama envoie un service canon sur Hinata qui parvient à le réceptionner. Les actions s’enchaînent, ainsi que les sets. Le premier se termine à l’avantage des Black Jackals. Le deuxième voit les Adlers égaliser. Les Black Jackals repassent ensuite devant au score. Quatrième set et balle de match pour les Black Jackals. Hinata spike la balle face à Kageyama qui parvient à la bloquer et à la renvoyer de l’autre côté du filet. Hinata la reprend du pied et l’envoie vers son passeur Miya Osamu. Notre héros aux cheveux oranges s’élance de l’autre côté du court pour attaquer mais c’était une feinte : en faisant un bel écho au début de la série, Hinata sert d’appât et c’est Bokuto qui met fin aux espoirs des Adlers de remporter le match. Finalement, voilà le véritable objectif de cette série accompli : Hinata a surpassé Kageyama en battant son équipe.

La boucle est bouclée.

Une fin conditionnée par les JO de Tokyo ?

Comme mentionné plus tôt, Haikyuu !! est avant tout un manga centré autour d’Hinata et de Kageyama. Au début de celui-ci, ils se retrouvent pendant un match de championnat des collèges pendant lequel l’équipe d’Hinata se fera massacrer. À la fin, ils se retrouvent à nouveau pour une confrontation censée marquer l’apogée de l’évolution qu’ils ont tous les deux traversée depuis leur première rencontre. Une belle conclusion…

Dans le dernier chapitre, nous les voyons également représenter le Japon en 2021 aux Jeux Olympiques censés se dérouler dans la réalité à … Tokyo.  Haruichi FURUDATE a bien pris en compte la pandémie de Covid-19 pour adapter la fin de son manga mais a également voulu mettre en avant l’organisation de la compétition par son pays. On sentirait presque le coup de pouce du comité olympique derrière ce choix, mais nous n’irons pas jusque là…

 

Balle de match - Adlers vs Black Jackals

Balle de match – Adlers vs Black Jackals © 2012 by Haruichi Furudate / SHUEISHA Inc. All rights reserved

Quel Bilan pour Haikyuu ?

Si on l’on retrouve la passion pour un sport ou encore qu’il faut travailler dur pour accomplir ses rêves dans les thèmes abordés, Haikyuu !! nous montre que le travail acharné ne paie pas toujours, une vérité rarement évoquée dans les mangas sportifs où la victoire finale à tous les trophées majeurs semble presque une obligation. La note reste tout de même très positive car l’on voit que même si l’on n’est pas disposé à faire quelque chose, comme Hinata avec sa petite taille, la persévérance est le chemin à suivre.  On retiendra également une expérience de lecture très agréable, ponctuée par un découpage des cases et une écriture très dynamique. « Haikyuu » (volley-ball en japonais) aura réussi le pari d’inculquer à nombre de ses lecteurs (également par le biais de l’anime) l’envie de pratiquer ce sport et de montrer que par-dessus tout, il s’agit d’un activité vraiment très fun !

Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. Aurélie dit :

    Un manga qui arrive à nous faire aimer absolument tous les personnages même les rivaux. Le nombre de fois où je me suis retrouvée à encourager Tohru je les compte plus
    Par contre c’est Miya Atsumu qui est le coéquipier de Hinata chez les Black Jackals pas son frère

  2. Sora dit :

    Honnêtement, je n’avais pas ressenti ça depuis Slam Dunk. Chaque personnage a ses défauts, qualités et motivations. On n’a pas des balles enflammées ou les habituelles exagérations des shonens (bon ok, il y a en un match ce qui se voit dans 50 matchs irl), et je reconnais que la défaite reste quelques choses de couillus dans le choix scénaristique. Dans Kuroko ou Eyeshield, il y a cette notion très vite eclipsée par un « Au fait! Y a un match de repêchage donc ce n’est pas grave…lol »
    Dans le genre émouvant, « réaliste » (ca reste un shonen), au design clair et epuré, Haikyuu est sans conteste la pépite sportive et digne successeur de Slam Dunk !

    • Mick Akutu dit :

      Le choix scénaristique est l’une des choses qui ont rendu le manga vraiment mémorable. Comme tu le dis si bien, dans d’autres séries du genre il y a toujours un match de repêchage et on se rend compte que même si les protagonistes vont galérer, ils vont aller jusqu’au bout de leur rêve. Je te rejoins bien sûr sur tout ce que tu as dis, bien que je n’aie jamais regardé Slam Dunk personnellement !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *