Nunaya : embarquement pour la Corée du Sud et le Japon

Son sourire et son énergie ont rejoint la grande communauté des Youtubers français installés à l’étranger. Pour ceux qui l’a connaissent, Nunaya c’est d’abord un séjour au Japon, avant de plonger dans la débrouillardise au pays du matin calme. Sur sa chaîne « Nunaya World » l’internaute a découvert avec elle des paysages, des rues, un mode de vie, des états d’âmes, des coups de cœur aux coups de gueules, des rencontres (avec des stars coréennes parfois) et un choc culturel dans tous les sens du terme.
On aime rire et avoir des doutes avec Nunaya, on aime aussi prendre ses conseils pour envisager de s’installer dans le pays des BTS ou simplement pour voyager.
Cette rédactrice spécialisée a une seconde passion : le Japon, un pays qui l’a fascine et l’attire et qu’elle a dû quitter par la force des choses, lors de la catastrophe de la centrale de Fukushima.

Aujourd’hui , Nunaya est rentrée en France et de son expérience est né un livre « Découvre le Japon et la Corée avec Nunaya », aux éditions Fleurus, où la jeune femme partage ses coups de cœurs, nous plonge dans les cultures japonaise et coréenne et compare parfois les deux pays. Un face à face de deux nations qui fascinent et intriguent.

Pour Journal du Japon, Nunaya raconte son parcours et nous présente son livre, un must have en ce début d’année 2021. À défaut de pouvoir prendre l’avion, échappons-nous le temps d’une lecture, au cœur de l’Asie.

Entre les deux pays, (Japon et Corée du Sud) le cœur de Nunaya balance. ©Nunaya

Journal du Japon : Bonjour Nunaya, vous avez grandi en France, comment est venue votre passion pour le Japon et la Corée du Sud ? 

Nunaya : J’ai vécu dans les Hauts-de-France jusqu’à mes 11 ans, puis je suis partie une dizaine d’années en Suisse. Est-ce que ça a conditionné mon amour du voyage et mon ouverture sur le monde ? Je pense qu’indirectement oui, car j’ai assez rapidement perdu mes repères.

Comme beaucoup, j’ai découvert le Japon à la télévision avec les dessins animés du Club Dorothé (Sailor Moon, Ranma ½), puis à l’adolescence, sont venus les mangas (Love Hina, Fruit Basket). Mais à cette époque, je ne savais pas encore que tout cela venait du Japon… Je me suis mise à acheter des posters de Final Fantasy et de l’artiste Masamune Shirow car je trouvais l’esthétique des personnages sublimes et j’aimais les reproduire. Puis, internet se démocratisant, j’ai pu commencer à fouiner davantage, j’ai alors découvert la J-pop (Ayumi Amazaki, Kat-tun, Arashi) et le visual kei (Malice Mizer, The Gazette). C’est à ce moment-là que j’ai vraiment pris conscience qu’il existait toute une culture derrière tout ça, une langue, un pays, des traditions. Un nouveau monde s’ouvrait à moi !

Concernant la Corée, c’est venu beaucoup plus tard, un peu par hasard, via la K-pop (DBSK, Super Junior) et le cinéma coréen (Old Boy, 2 sœurs).




Vous aviez déjà voyagé avant ?

Pas vraiment. Avec ma mère, nous n’avions pas les moyens de partir en vacances, on se contentait de visiter la famille en France et en Suisse. On peut donc dire que mon tout premier « vrai » voyage a été celui à Tokyo en 2008, j’avais 23 ans.

Nunaya dans les rues de Tokyo lors de son premier voyage en 2008. ©Nunaya

Vous avez effectué votre premier PVT au Japon, avez-vous eu un choc culturel en arrivant sur place ?

Je suis partie à Tokyo avec le PVT en 2010. Je ne me rappelle pas avoir ressenti un si grand choc culturel car à ce moment-là, c’était un pays que j’avais longuement « étudié » et sur lequel j’avais beaucoup écrit pour des magazines spécialisés. J’étais donc une voyageuse avertie pour ce qui est de l’essentiel. D’ailleurs, je me suis rapidement sentie à l’aise.

Néanmoins, la communication a souvent été un problème. Je n’avais que quelques bases en japonais et il était clair qu’il fallait apprendre la langue si je voulais m’installer pour de bon dans ce pays.

En 2010, lors de son PVT au Japon, Nunaya adopte le style de Shibuya, le quartier branché de Tokyo. ©Nunaya

Un autre aspect qu’on pourrait qualifier de choc culturel, ce sont les relations, amicales notamment. Je me souviens de cette soirée très festive pendant laquelle mon copain de l’époque et moi-même avions fait la connaissance d’un Japonais. Il ne nous lâchait plus, voulait prendre des photos. Il nous a demandé nos coordonnés pour qu’on se revoit, et finalement, nous n’avons plus jamais eu de nouvelles de lui. Pire encore, nous l’avons recroisé à une soirée et il nous a délibérément évité… J’imagine que lors de cette fameuse soirée il avait bu et qu’il n’avait pas réellement envie de créer des liens.

Quelle a été votre première impression ?

Ma toute première impression quand j’ai découvert Tokyo a été : « C’est encore mieux que ce que j’imaginais ! » (et pourtant, mes attentes étaient particulièrement élevées). Chaque fois que j’y retourne, je suis toujours émerveillée, je découvre de nouvelles choses, je prends des centaines de photos. Le Japon est un pays qui continue de m’inspirer jour après jour.

Pouvez-vous nous raconter cette expérience au Japon ?

Lors de mon PVT en 2010-2011, mon copain et moi avions trouvé un petit appartement dans le quartier de Otsuka sur la JR Line, à deux pas de Ikebukuro. Nous sommes passés par l’agence TOKYO STAY qui offre des services en français.

J’ai rapidement commencé à travailler car j’avais déjà tout organisé avant mon départ. Je donnais des cours privés de français dans une petite école de musique non loin de Roppongi Hills. Mes élèves étaient aussi bien des enfants japonais que des professeurs de musique curieux d’apprendre le français. J’étais totalement libre pour préparer mes cours et il y avait donc du travail à préparer en amont.

Pour financer sa vie au Japon, Nunaya donne des cours de français aux enfants japonais. ©Nunaya

J’ai également animé des ateliers d’initiation au français auprès de jeunes japonais de 6 à 8 ans. Durant la période de Noël, j’ai aussi été assistante fleuriste chez Monceau Fleurs à Jiyugaoka. Par chance, l’un des managers était français !

En parallèle de ces activités, je faisais aussi du babysitting, du tutorat et de l’aide aux devoirs. En gros : je courrais sans cesse dans tous les coins pour m’assurer un salaire mensuel viable. Mes réserves avant de partir s’élevaient à 3 500 euros, donc pas de quoi me reposer longtemps sur mes lauriers !

Finalement, pendant mon PVT, je n’ai pas eu beaucoup de temps pour faire du tourisme !

Pourquoi en êtes-vous partie ?

J’ai quitté le Japon, à contrecœur, après qu’ait eu lieu le terrible accident nucléaire de Fukushima. Ça s’est fait dans la précipitation, j’ai laissé la moitié de mes affaires sur place. Je suis partie en direction d’Osaka pour prendre le premier avion disponible en y laissant toutes mes économies. J’étais prête à rester, surtout que j’avais une très bonne amie japonaise à Tokyo, mais ma famille était extrêmement inquiète. Je suis avant tout rentrée pour rassurer mes proches. Mais ça a été très dur à accepter pour moi les mois suivants. Je voyais littéralement mon rêve partir en fumée…




Comment avez-vous eu l’idée et l’envie de vous rendre en Corée du Sud ?

J’ai d’abord voulu repartir au Japon, mais la situation était trop incertaine et, quelque part, j’avais un peu honte de revenir après avoir fui le pays. Mais mon aventure n’était pas finie, j’avais encore besoin d’explorer le monde, de découvrir une autre facette de l’Asie.

J’ai découvert la Corée un peu « accidentellement » via la K-pop, qui est très présente au Japon. Puis via le cinéma coréen car je suis une grande fan de thriller et mon copain de l’époque aussi. Quand j’ai réalisé que la Corée avait une culture si riche, notamment en terme de divertissement, j’ai voulu en savoir plus. Il y avait des similitudes avec le Japon et en même temps, c’était différent. Ma curiosité avait été piquée !

Quel est votre parcours sur place ?

J’ai commencé avec un PVT à Séoul en 2012. Durant cette première année, j’ai d’abord travaillé comme graphiste dans une agence de voyage, puis assistante marketing dans une entreprise de dispositifs Bluetooth. En parallèle, j’étudiais le coréen à l’institut d’Ewha.

L’année d’après, j’ai intégré les cours de coréen à Sogang avec un visa étudiant spécifique, puis j’ai continué mon apprentissage dans différents instituts privés. J’avais fait un prêt étudiant pour réaliser ce projet d’études linguistiques.

Cérémonie de remise de son diplôme de langue coréenne. © Nunaya

Enfin, la dernière année, j’ai repris mes études à distance avec le CNED (BTS Communication) et j’ai effectué mon stage sur place, à Séoul. C’était un stage rémunéré et je gagnais aussi des sous en participant à des tournages comme figurante, modèle ou comédienne.

Je fais l’impasse sur les problèmes de visa, mais ces trois années n’ont pas été un long fleuve tranquille !

Là-bas vous avez créé une chaîne Youtube, comment avez-vous eu l’idée ? Quel est son contenu ?

J’ai créé ma chaîne YouTube « Nunaya World » en janvier 2014, un peu sur le tard. J’avais déjà eu l’occasion d’expérimenter la vie en Corée depuis fin 2012. Au départ, je partageais mon expérience sur un blog, mais j’ai eu envie de quelque chose de plus spontané. J’ai remarqué qu’il y avait très peu de contenu francophone dédié à la Corée à l’époque et j’ai eu envie de partager mes découvertes.

Même si aujourd’hui ma chaîne parle de plein d’autres choses, son contenu reste majoritairement dédié à mon expérience en Corée du Sud (un peu au Japon). J’y parle des différences culturelles, j’y poste des vlogs, mais aussi des réflexions plus personnelles. Allez y jeter un œil !




Vous attendiez-vous à autant de succès ?

Absolument pas ! A l’époque où j’ai créé ma chaîne, j’ai rapidement retenu l’intérêt des amoureux de culture coréenne jusqu’à atteindre les 20 000 abonnés en 2016 (ce qui était relativement élevé pour une chaîne de ce type à ce moment-là). Il faut dire que nous n’étions que trois Françaises à parler de notre expérience de façon aussi ouverte et spontanée : Amelie Nari, Ohlala Seoul et moi.

Aujourd’hui, la relève est assurée ! Mais mon contenu reste disponible et utile à ceux qui veulent tenter l’aventure coréenne.

Comment expliquez-vous cet engouement pour le Japon et la Corée du Sud ?

Je pense que nous sommes naturellement attirés par ce qui est différent et nous semble « exotique ». Le Japon et la Corée ont en commun ce goût prononcé pour le divertissement et l’innovation. Ce sont des pays qui aiment expérimenter, prendre des risques, tenter de nouvelles choses, là où la France est un peu plus frileuse. Il y a aussi cet aspect « lisse » et « mignon » dans cette culture du divertissement, quelque chose d’enfantin, de léger, qui vous déconnecte du quotidien. D’ailleurs, c’est aussi un « problème » dans le sens où les jeunes ne vont parfois voir que cet aspect-là, alors que le Japon et la Corée ont aussi leurs défauts !

Conférence sur la Corée et le Japon au Festival Mang’Azur 2018. ©Nunaya

Vous êtes revenue en France et cette année un livre est né de ces expériences, pourquoi ce projet ?

Je suis rentrée en France fin 2015 et il m’a fallu prendre un peu de recul, recréer des repères, renouer avec mes racines françaises. J’ai continué à parler de la Corée et du Japon à travers mon métier de rédactrice web, notamment pour le site dédié au PVT (pvtistes.net).

En 2019, j’ai été contactée par Fleurus Editions qui m’a offert une occasion incroyable de partager ma passion à plus grande échelle. Ce livre, c’est une consécration pour moi, un véritable rêve d’ado qui se réalise. D’autant plus que j’ai eu carte blanche en ce qui concerne son contenu. Une chance ! J’espère qu’il donnera envie à toute la famille de découvrir ces deux pays fascinants !

Le livre de Nunaya « Découvre le Japon et la Corée avec Nunaya », édition Fleurus.

Dans ce livre, il vous arrive de comparer le Japon et la Corée du Sud, quelles sont les plus grandes oppositions, selon vous ?

Pour moi la plus grande opposition se trouve dans la personnalité des Coréens et des Japonais et bien évidement leur histoire (qui a forcément influencé leur personnalité).  De manière général, j’ai trouvé les Coréens plus accessibles et moins réservés que les Japonais. Il est relativement facile de se faire des amis en Corée et aussi de communiquer grâce à l’anglais. Je dirais que les Coréens osent plus et ont une réelle curiosité de l’étranger, ce qui est peut-être moins le cas du Japonais aujourd’hui. Néanmoins, créer des liens durables reste complexe et peut prendre du temps dans ces deux pays.

Et ce qui se rapproche le plus ?

Je pense immédiatement à l’ultra modernité et aux nouvelles technologies. Le Japon et la Corée sont deux pays très avancés sur le plan technologique, mais aussi dans l’univers du divertissement par lequel ils se sont tous deux fait connaître. Il y a un « style » et une amour du « cute » que l’on retrouve dans les deux cultures.

Le Dongdaemun Design Plaza à Seoul. Crédits : LuquePark-Pixabay

Les gastronomies coréenne et japonaise ont aussi des points communs, souvent des plats initialement chinois que chaque pays a repris à sa sauce (ex : les gyoza/mandu ou les ramen/ramyeon).

Vous proposez toute une découverte sur la culture, avez-vous fait des recherches pour compléter vos connaissances ? Comment avez-vous choisi les chapitres ?

Bien sûr ! Je suis loin de connaître ces deux pays par cœur. D’autant plus que les choses bougent vite, particulièrement en Corée, un pays qui se développe à une vitesse vertigineuse !

J’ai choisi les thématiques qui me paraissaient les plus pertinentes en gardant à l’esprit qu’il s’agit d’initier les lecteurs et les inviter à faire leurs propres recherches ensuite. Certains chapitres comme la vie quotidienne, la culture traditionnelle ou encore la gastronomie me paraissaient incontournables. Je voulais aussi qu’il y ait un chapitre sur les nouvelles technologies car ça me parait indispensable d’en parler en 2020 (et je suis moi-même une grande fan de robots et de jeux vidéo !). J’ai également voulu y mettre un maximum d’infos surprenantes et insolites que même les initiés ne connaissent pas forcément. Enfin, j’ai adoré créer les quiz, les tests, les recettes et les différentes activités du livre car c’est ce qui le rend vraiment unique !

Dans son livre, Nunaya propose un zoom sur les geishas, figures incontournables du Japon. Crédits : UniBay-Pixabay

Avez-vous une préférence pour un chapitre dans ce livre ? Pourquoi ?

Oui ! Il y en a un, un peu bonus, qui n’était pas indispensable et que j’ai vraiment ajouté pour le plaisir : le chapitre « Frissons ». Étant une grande amatrice d’horreur, c’était trop tentant…

Vous proposez également un itinéraire, à Séoul, mais aussi à Tokyo. Quel est votre endroit préféré au Japon ? Et en Corée du Sud ?

A Tokyo, j’aime me perdre dans les petites rues d’Harajuku, j’y déniche toujours plein de trésors ; notamment dans les fripes. J’adore aussi aller m’amuser à Odaiba ou faire la tournée des gashapon à Akihabara.

A Séoul, j’aime aller voir des expositions dans l’immense Dongdaemun Design Plaza en forme de soucoupe volante. En dehors de la ville, j’aime aussi me balader sur les plages de Gangneung. On y trouve le plus incroyable des musées avec son parc de sculptures : le Haslla Art Museum. Sans oublier les ruines de l’hôpital psychiatrique de Gonjiam que j’ai explorées lors d’un urbex en 2014.




Pouvez-vous nous parler de la personne qui a réalisé les dessins ? Comment s’est passée votre collaboration ?

Il s’agit de Saul (@jisaoru), une illustratrice de BD humoristique très talentueuse. J’avais passé une annonce sur les réseaux sociaux et nous avons immédiatement accroché. Par chance, elle habitait aussi à Lille. La collaboration s’est fait très naturellement et nous sommes même devenues amies. Allez vite découvrir son travail !

Quels sont vos projets aujourd’hui ? Avez-vous envie d’écrire un autre livre sur ces destinations ?

Je suis toujours partante pour parler du Japon ou de la Corée ! Actuellement, j’ai un projet de livre, mais pas sur ces destinations. J’aimerais beaucoup faire un recueil d’anecdotes de mon voyage en Asie du sud-est en 2017. Ça a été une si grande aventure que j’ai envie de la partager dans un livre. Peut-être illustré par Saul ?  A suivre…




Envisagez-vous de retourner vivre au Japon ou en Corée du Sud un jour ?

Rien n’est impossible ! Je vis et me déplace au grès des envies et des opportunités. Je devais partir pour un PVT Canada en juin 2020… le projet étant tombé à l’eau, je reste pour le moment en France, mais mon envie de voyager n’est jamais loin. Dans tous les cas, il est certain que je retournerai un jour visiter mes amis en Corée et au Japon. Tokyo, en particulier, me manque énormément !

Aujourd’hui, beaucoup de personnes rêvent d’aller vivre dans ces deux destinations, quel serait votre conseil pour eux ?

Je n’ai qu’un seul conseil : suivez vos envies ! Écoutez-vous ! Il est intéressant de s’inspirer des expériences des autres, mais la vôtre sera de toute façon totalement différente, alors laissez-vous tenter par de nouvelles aventures !

Retrouvez Nunaya sur les réseaux sociaux : Instagram, Facebook, Youtube

Pour aller plus loin, retrouvez le témoignage de Madeline sur son PVT à Kyoto.

[Interview] Un an à Kyoto : comment ça marche ?

Madeline Chollet

@mad_ctravel

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *