Mino Monogatari ou l’histoire des Trois Sabres de Sho UENO

Bien que disparus de nos jours, les samouraïs vivent toujours dans la culture japonaise et ils continuent d’être une source d’inspiration. Aujourd’hui, nous vous présentons Mino Monogatari (Les Récits de Mino), conte romancé sous la période Edo mêlant légendes et poésies du Japon ancien. Nous reviendrons avec l’auteur, Sho UENO, sur son parcours, ses lectures et sources d’inspirations, ses motivations à écrire, l’auto-édition et ses nombreux projets.

Mino monogatari Une

©UENO Sho

Les Récits des Trois Sabres

« En l’an 1305 de l’ère Kagen, dans la province de Mino au cœur du Japon, un artisan du nom d’Arada Hirohito forgea trois lames. Il destina ses œuvres à un sanctuaire shintô comme offrandes, honorant les dieux de sa maîtrise à forger les armes. Il offrit une lame de tsurugi au kami forgeron Ishikori Dome [qui fabriqua le miroir Yata no Kagami utilisé pour faire sortir Amaterasu de sa caverne]. Elle était droite à double tranchant. Le fer forgé était mat, sans aucun reflet. La seconde lame fut destinée au kami guerrier Hachiman, souverain des Kenzoku. Elle était incurvée, affûtée sur un seul côté. La troisième lame, la plus longue et la plus courbe fut offerte à Amaterasu, l’Auguste Divinité qui Illumine le Ciel. »

Tentative d'oshigata pour le sabre d'Hachiman

Tentative d’oshigata pour le sabre d’Hachiman ©UENO Sho

La confection des armes prit une année entière au forgeron. Sur le chemin pour le sanctuaire, Arada se fait attaquer et les lames sont volées avec le coffre les contenant. L’artisan, frappé d’un coup de lame, est laissé pour mort sur le sentier dans les bois. On ne vole pas ainsi les dieux ! Le butin ne profita pas au gredin qui mourra un peu plus loin dans la montagne en chutant dans un éboulis de pierre au bas d’un coteau rocheux. Un ermite des montagnes, Shan Li connu sous le nom d’Hikei, récupéra les sabres destinés aux temples la saison suivante.

Pendant ce temps, un pêcheur du nom de Higen qui habitait dans le petit hameau de Shikage dans la province de Mino devait bientôt quitter les lieux sur ordre des seigneurs pour se rendre dans les plaines de Nomura au sud-ouest. Higen refusait d’abandonner le fleuve et l’ombre de la montagne où se situait la maison construite par ses parents. Avec deux amis d’enfance, Eissei et Hojo, il quitta sa vie de servitude. Des soldats s’apercevant de leur absence les prirent en poursuite et s’enfoncèrent dans les bois.

« Quelqu’un jouait de la flûte en contrehaut. […] « Je suis Taikan du mont Hinan. Ces terres sont sous ma protection. Chacun peut tenter de les traverser, mais aucun de ceux dont les intentions ne sont pas louables n’y trouveront ce qu’ils cherchent. » Ils furent autorisés à continuer à la seule condition de pouvoir battre l’étrange créature [un tengu au service d’Hachiman] en combat singulier. Mais nul ne put surpasser Taikan et aucun des soldats ne put continuer sa route. »

Taikan connaissait Shan Li et avait de la sympathie pour lui et lui conseilla de ne pas conserver les trois lames frappées de malédiction par les kami. L’ermite en retraite spirituelle sur les sommets du mont Hinan convint que la place des lames étaient dans les sanctuaires dédiés à leurs dieux. Ne voulant quitter sa montagne et côtoyer à nouveau le monde des hommes, il promit alors de former les hommes qui lui seraient envoyés et qui auraient pour mission de mettre en sécurité les armes divines. Taikan laissa ainsi passer les paysans en fuite… Shan Li teint parole et enseigna les arts martiaux mais aussi la médecine, la stratégie et l’astronomie aux trois hommes de Shikage, Higen, Eissei et Hojo.

kageuchi

Lame secondaire appelée kageuchi ©UENO Sho

Taikan était allé chercher au fond des ateliers, dans la vieille maison du forgeron Arada trois répliques des lames (des kageuchi). L’auteur explique sur la page Facebook que pour produire des lames de qualité, il n’était pas rare que les artisans forgent plusieurs lames afin de choisir à la fin celle qui était la meilleure. Celles qui avaient des défauts étaient conservées mais restaient sans signature. Ces 3 trois « lames demeurant dans l’ombre » furent remises aux disciples de l’ermite Hikei. Les trois hommes quittèrent leur maître et confièrent à 3 sanctuaires les lames principales appelées shinuchi. Ils conservèrent leurs répliques et ainsi commence l’histoire du clan de la Montagne Cachée.

L’enquête du meurtre d’Enryô Rinji et du vol du sabre





De la fabrication des sabres en l’an 1305 (période Kamakura), grâce à une ellipse temporelle, le lecteur est transporté directement à l’époque d’Edo où plusieurs générations de guerriers se sont succédé et se sont transmises les trois répliques des lames. Un nombre impressionnant de personnages interviennent dans les Récits de Mino et le lecteur francophone qui ne serait pas habitué à lire des noms japonais pourrait se perdre par moment. Il est vivement conseillé une lecture attentive, seul et dans le silence, pour apprécier au mieux l’histoire. D’ailleurs, pour aider le lectorat, Sho UENO a partagé des diagrammes (ci-dessous) sur sa page Facebook pour résumer les liens entre les personnages. Une dizaine de générations plus tard, on retrouve le clan de la Montagne Cachée, possesseurs des lames de l’ombre autour d’une affaire de crime et de vol…

A la mort de son ancien maître d’armes Enryô Rinji, le rônin Sojirô revient dans la capitale d’Edo, lieu de sa naissance et bastion du shogunat en l’année 1642. Il y retrouve un ancien compagnon d’Enryô pour qui la mort de ce dernier est des plus mystérieuse. Des biens de valeur légués à l’ancien samuraï ont été dérobés dans le sang. Seul témoin du crime, le jeune Tagawa Junichiro, pupille d’Enryô Rinji. Alors que Sojirô tente d’éclaircir les faits, ses pas le mènent sur le chemin des guerriers du clan Satsumi auquel il a autrefois appartenu. Une question de succession secoue à cette période l’ancien fief d’Owari, menacé par un chef rebelle connu du rônin et des autorités. Les deux affaires vont se retrouver étrangement liées.

 

Si l’histoire peut sembler compliquée de prime abord, bien concentré, les Récits de Mino (Mino monogatari) s’avèrent une lecture intéressante pour tout amateur d’histoire japonaise grâce à son contexte dans l’époque charnière d’Edo, dans une société en pleine mutation. Le conte romancé est enrichi de poèmes japonais, de calligraphie et d’illustrations réalisées par l’auteur. On pourra regretter le découpage en petits chapitres qui condense à certains endroits la narration qui aurait mérité d’être plus développée pour une meilleure compréhension à des passages plus délicats à comprendre.

Interview de Sho UENO, un auteur plein de projets

Journal du Japon : Bonjour et merci d’avoir accepté de nous donner un peu de votre temps. Comment vous présenteriez-vous à nos lecteurs ? Quel parcours vous conduisant à écrire avez-vous ?

Sho UENO : Bonjour, David. Je n’ai pas un parcours typiquement littéraire (quelques études de cinéma, puis études de droit), mais j’écris depuis environ l’âge de neuf ou dix ans. J’ai toujours eu autour de moi de grands lecteurs, parents, grands-parents. Je pense que j’ai juste imité mes aînés en lisant assez tôt. Mes grands-parents avaient d’énormes étagères remplies de livres. En fouillant dans ces bibliothèques, je suis un jour tombé sur le titre bizarre de Croc-Blanc de Jack London. Il n’y avait aucun résumé sur la quatrième de couverture, je n’avais aucune idée de ce dont parlait le livre, donc je l’ai emprunté. J’ai tellement aimé que j’ai lu ensuite L’Appel de la Forêt [NDLR : du même auteur, Jack London]; ce sont deux récits qui m’ont vraiment marqué. La beauté de l’écriture et la puissance des histoires m’ont laissé une sensation étrange, je m’en souviens bien. J’étais un peu bouleversé par le message derrière les mots, l’idée que la nature reprend toujours ses droits. C’est quelque chose qu’on a du mal à percevoir lorsqu’on est un peu jeune. Et bien sûr, j’étais triste d’avoir terminé les livres. J’avais sûrement d’autres choses à lire, mais j’étais resté avec un sentiment de dépouillement, si je peux dire. L’idée m’est venue d’écrire une suite aux aventures de Buck, pour combler ce vide. J’aimais beaucoup le rapport de J. London à la nature, et je pense que c’est un bon support quand on débute. Tous les enfants ont quelque chose à dire à ce sujet, que ce soit sur les animaux, la terre, et l’humain.

Croc-Blanc et L'appel de la forêt deux classiques de littérature jeunesse de Jack London

Croc-Blanc et L’appel de la forêt, deux classiques de littérature jeunesse de Jack London ©Gallimard Jeunesse

Ensuite, ma mère m’achetait régulièrement une série jeunesse animalière de Walter Farley, et de la même façon, j’avais pris l’habitude d’inventer des dérivés à ces livres. Je n’ai plus arrêté d’écrire ensuite, parfois simplement de petites histoires, ou bien des suites à des œuvres qui m’avaient profondément inspiré. Mais je n’ai vraiment commencé à construire des récits propres qu’à partir du lycée, avec un peu plus de maturité.

L’histoire des Trois Sabres ou plutôt l’enquête autour du vol se déroule à l’époque d’Edo. Dans le mot de l’auteur, vous dites qu’elle ne pouvait se situer pour vous dans aucun autre contexte historique. Pourquoi ce choix plutôt que le Sengoku jidai ou le shogunat de Kamakura ou avant par exemple ?

Je tenais à ce que le roman soit situé dans une période de transformation marquée du Japon, où le devenir de la classe guerrière était sérieusement remis en question. L’intérêt était de placer les personnages entre deux mondes, ancien et nouveau, où ils seraient amenés à se questionner, voire à remettre en cause leur propre existence. Selon moi, cela revenait à cibler essentiellement deux époques déterminantes : le début et la fin de l’époque Edo. La prise du pouvoir par les Tokugawa et le renversement du shogunat sont des événements qui ont radicalement changé la face du pays. L’évolution de la classe guerrière à ces tournants de l’histoire est tout à fait intéressante et avant le bakumatsu [NDLR : fin du shogunat Tokugawa couvrant 1853 à 1868, période charnière entre le Japon féodal et le Japon moderne de Meiji], l’ensemble de l’époque Edo témoigne de réformes notables qui laissent présager du devenir du système hiérarchique en place.

J’avais hésité à situer le récit à la toute fin de l’ère Keiô, entre le changement d’époque de 1868 et 1869, et la bataille d’Hakodate. Les contextes de la guerre de Boshin et de la Restauration sont très riches politiquement, on y trouve de très nombreux personnages influents qui font basculer l’état, l’économie, les relations diplomatiques… Ce sont aussi des périodes où l’esprit du bushidô commence à prendre forme de façon écrite. C’était donc intéressant de confronter cette vision aux fantômes des guerriers passés qui ont construit et déconstruit le pays sur des valeurs variables.

J’ai préféré situer le contexte un peu plus tôt, dans lequel certains personnages seraient encore issus de l’ancien système féodal, qui n’allait pas tarder à mourir. Les samouraïs par la suite deviennent davantage des fonctionnaires que des bushi en armes ; c’est la mort de ce statut que je souhaitais inclure en trame de fond pour soutenir les notions de sacrifice et de vérité qui guident le récit.

Quelles sont vos sources d’inspiration, les auteurs que vous aimez lire ?

Ce n’est pas très original, mais je lis beaucoup de littérature et de poésie asiatiques. Yasushi INOUE, Kenji MIYAZAWA, Seio NAGAO, Luo Guanzhong… J’aime aussi les ouvrages se rapportant aux arts martiaux comme le kyūdō [NDLR : tir à l’arc japonais] ou l’iaidō [NDLR : art martial japonais basé sur l’action de dégainer le sabre et de frapper en un seul geste]. J’ai également dans ma bibliothèque beaucoup de livres traitant du sabre japonais, sur sa fabrication ou les moyens d’expertise.

Exemples de littérature et de poésie asiatiques

Exemples de littérature et de poésie asiatiques de Yasushi INOUE, Kenji MIYAZAWA, Seio NAGAO, Luo Guanzhong.

A l’université, je lisais beaucoup de mangas, moins maintenant. Là aussi, ça va être cliché mais j’ai été marqué à vie par Akira de Katsuhiro ŌTOMO. J’avais même créé un site internet, parce que j’étais super fan !

Sinon, je suis un grand lecteur de science-fiction, notamment Dan Simmons. J’adore la littérature anglaise en général et le théâtre élisabéthain.

La bibliographie est diversifiée, allant de classiques chinois (Les Entretiens de Confucius notamment) à des livres sur l’histoire du Japon et les samouraïs, en passant par de la poésie et Le Dit des Heike. Quelle partie vous a demandé le plus de travail ou de difficulté ?

Ideals of the Samurai de William Scott Wilson

Ideals of the Samurai de William Scott Wilson

Honnêtement, le récit entier m’a causé beaucoup de difficultés. Je suis ce qu’on appelle un éternel insatisfait, et chaque jour, je reprends ce qui a pu être écrit la veille. Je peux retravailler des chapitres entiers, si bien que l’écriture ne me prend pas des mois mais des années. Il m’est même arrivé, presque aux trois quarts du récit, de tout jeter et tout recommencer. Je trouvais le style mauvais, je n’arrivais pas à restituer la bonne ambiance, le message derrière le texte. Je ne suis même pas sûr d’y avoir réussi aujourd’hui. Mais à l’époque, j’ai tout pris et fait un reset total – un peu la mort dans l’âme. Si je dois cibler un passage particulier qui fut difficile à écrire, je dirais que le chapitre « Shimizu Aoi » a nécessité davantage de recherches. J’ai notamment pris contact avec Markus Sesko concernant la lignée des Kanesada. Je le remercie pour les précisions qu’il m’a apportées.

Tout le reste s’appuie sur des recherches essentiellement littéraires (historiques, techniques, philosophiques) et un peu de cartographie. Deux références constituent vraiment le socle du récit : les classiques chinois et l’œuvre de William Scott Wilson, Ideals of the Samurai. Les deux se rejoignent : à la lecture de Wilson, on se rend bien compte que les préceptes de nombreux clans, la philosophie de vie et de mort de nombreux guerriers, sont issus de principes confucéens par exemple. J’ai trouvé le travail de Wilson inspirant et bien plus fondamental que le Bushidô de Nitobe. Car les textes qu’il présente dans sa compilation sont écrits par de vrais guerriers, plus ou moins connus, pour qui la perpétuation des clans et de leurs valeurs était un principe en lui-même. Par ailleurs, l’analyse historique et étymologique faite par Wilson du guerrier japonais est une des meilleures qui soit.

Les Récits de Mino sont le fruit d’un travail de plus de 7 ans. Quel a été le point de départ à l’écriture ? De la poésie, un dessin… ?

Je dirais une combinaison de plusieurs choses. Les lectures de Rurôni Kenshin [NDLR : plus connu en France sous le nom de Kenshin le Vagabond] et Musashi ont déblayé le chemin vers les Récits de Mino. Je dessinais beaucoup à l’université, et j’avais commencé un manga qui allait plus tard devenir Mino Monogatari en forme romancée sous l’impulsion de Eiji YOSHIKAWA. L’œuvre épique de ce dernier m’a vraiment donné l’élan pour passer du dessin à l’écriture pure.

Je pratiquais aussi l’iaidô à Londres après l’université et j’étais passionné par les recherches sur la fabrication du sabre japonais, l’évolution des lames au cours de l’histoire ainsi que les mentalités guerrières. Je vivais dans un prisme déformé, je pense. Comme les enfants à l’imagination débordante, je voyais des hommes en armes et des bannières un peu partout, effaçant la réalité au profit d’une vision à la fois romantique et brutale. Mais c’est grâce à ce point de vue un peu exalté que j’ai amorcé le récit.

Kenshin le Vagabond et les romans Musashide Eiji Yoshikawa

Kenshin le Vagabond de Nobuhiro Watsuki (Glénat) et les romans Musashi de Eiji Yoshikawa (J’ai Lu)

Quelles sont vos motivations et qu’est-ce que vous a apporté et apporte l’écriture ?

Je n’ai pas toujours de motivation à proprement parler. Parfois, il m’arrive de vouloir écrire parce que j’en ai besoin. Dans ces moments, ne pas le faire en deviendrait presque douloureux. C’est peut-être ma façon de m’exprimer le mieux. Je suis quelqu’un de timide, je n’aime pas du tout parler en public par exemple.

Dans d’autres cas moins névrosés (rires), j’écris parce que j’ai quelque chose à dire. Que ce soit intéressant ou pas. Ou parce que je suis dans un état émotionnel en particulier, que j’ai envie de communiquer. Les émotions et les mots arrivent à lier les hommes, à les connecter à l’essentiel, à leur faire oublier ou apprécier certains moments. J’échange souvent avec mon meilleur ami par lettre, plus que par téléphone. C’est une forme de purge, qui nous libère et nous rapproche.

L’écriture est pour moi une simple extension de qui je suis. Comme nous avons tous une façon de parler, quelque chose d’inhérent qui nous définit. Ecrire me soulage, me rend heureux, ou parfois très malheureux, au même sens que la lecture. J’aime ressentir ces émotions, et j’arrive à mieux communiquer avec les gens de cette façon. Je ne peux pas ne pas communiquer, alors je continue d’écrire !

Vous avez choisi l’auto-édition. Quels en sont, selon vous, les atouts et les contraintes ?

Colorisation de Enryo Rinji

Colorisation de Enryo RINJI postée sur la page Facebook des Récits de Mino ©UENO Sho

Il faut le dire, j’ai choisi l’auto-édition parce que j’ai été refusé chez une bonne quinzaine d’éditeurs ! Ça fait partie du jeu, même si l’ego en prend un coup. On apprend à passer outre et rebondir. L’auto-édition est un bon moyen de contourner le problème des lignes éditoriales trop impersonnelles, trop conformistes, ou qui n’aiment pas prendre de risques.

Ce qui est rendu via l’auto-édition reflète l’auteur, qui a la presque totale maîtrise de son projet. Je dis presque car il y a quand même de très gros désavantages dans ce système. Bien qu’on arrive à mettre son livre sur le marché, l’exemplaire n’est pas toujours de qualité professionnelle. Ne serait-ce qu’au niveau de la couverture, il faut s’y connaître un minimum en design ou montage photo si on veut que l’ouvrage présente bien. Il faut bidouiller un peu, comme on dit.

Ensuite, on ne bénéficie pas forcément de conseils de professionnels. Il faut souvent faire appel à des bêta-lecteurs sur des groupes ou des forums pour évaluer le contenu, ou bien payer de sa poche un correcteur. Ce n’est pas un inconvénient majeur : simplement une charge en plus pour l’auteur qui s’ajoute à un manque de conseil plus expert.

Quant à l’aspect marketing, après l’écriture, je dirais que c’est le plus gros du travail. Assurer soi-même la promotion est chronophage à la puissance 10. Il faut parfois créer un site web, ou au moins une landing-page [NDLR : page d’atterrissage d’un site internet], s’inscrire sur des réseaux sociaux et poster régulièrement pour ne pas tomber dans les abysses de l’oubli. Croyez-moi, il est difficile de trouver quotidiennement des posts accrocheurs, du contenu varié et des visuels sympas. D’ailleurs, je me limite à deux posts par semaine car je n’ai même plus le temps d’écrire.

A côté de ça, il faut également démarcher certaines enseignes, médiathèques, voire librairies. Il faut savoir se vendre, et ce n’est pas toujours facile de troquer la casquette d’auteur pour celle de « négociant ». Sans oublier que lorsqu’on arrive à vendre un minimum, il faut commencer à gérer la merveilleuse paperasse fiscale !

Un auto-édité est armé de résilience ! Dans l’ensemble, l’auto-édition est une bonne expérience, voire une expérience nécessaire qui nous en apprend beaucoup sur le milieu et le marché littéraire. Ne serait-ce que pour tenir entre ses mains son œuvre, née de toutes ces épreuves et du long processus d’écriture, je pense qu’il est très satisfaisant de passer par ce chemin. Il ne faut pas en avoir honte, mais en être fier. Cela ne signifie absolument pas que l’œuvre est mauvaise ! Et l’auteur peut continuer à la porter à bout de bras en lui donnant plus de personnalité, au-travers de sa propre vision « marketing ».

Prévoyez-vous, quand cela sera possible, des salons du livre ou des conventions autour du Japon pour faire parler de votre roman ? Ou réservez-vous l’achat sur votre site internet ou plateforme en ligne ?

Je ne suis pas très à l’aise en public, mais il ne faut jamais dire jamais. Je ferai peut-être des salons quand la crise sanitaire le permettra, même si ce n’est pas prévu pour l’instant. C’est un moyen de faire connaître ses œuvres, rencontrer les lecteurs et échanger.

Quel(s) projet(s) avez-vous ? D’autres histoires à raconter par exemple ?

The Samurai de Anthony J. Bryant

The Samurai de Anthony J. Bryant

Je travaille sur plusieurs projets.

J’essaye depuis 2012 de faire publier la traduction en français de l’œuvre de William Scott Wilson, Ideals of the Samurai, dont j’ai parlé un peu avant. J’avais contacté des éditeurs gérant les droits d’auteurs, le projet s’était presque concrétisé en 2012, puis avait été finalement écarté en 2013. M. Wilson avait été directement contacté pour savoir comment était géré son copyright, afin d’auto-éditer la traduction. Mais c’était trop de tracas et l’option avait été abandonnée. Les démarches ont été relancées fin 2020, car c’est une des meilleurs œuvres de Wilson et il est dommage qu’elle soit peu connue en France.

La traduction en anglais des Récits de Mino a été achevée courant 2020 et le manuscrit est pour l’instant à la correction. Il sera peut-être envoyé à un éditeur étranger cette année.

La traduction du livre The Samurai d’Anthony J. Bryant, non terminée, avait aussi été entamée il y a quelques années. Je reprendrai peut-être le fil un jour.

J’ai écrit entre-temps dans d’autres domaines, comme la poésie, la science-fiction ou le théâtre, mais sans publication.

J’ai entamé des recherches pour écrire un roman court dans le contexte du bakumatsu. La promotion de Mino Monogatari m’accapare beaucoup, donc c’est un projet qui avance lentement.

Un dernier mot à nos lecteurs qui vous découvrent ?

Je souhaite à chacun de trouver sa voie en 2021. Si vous avez une passion, n’abandonnez pas, croyez en vous et ne vous dévaluez jamais. Nous avons tous la capacité de créer, d’embellir le monde. Alors lisez, écrivez, créez, partagez et soyez heureux.

Merci pour cette interview et ces derniers mots pleins de sagesse et d’espoir ! Bonne continuation pour les Récits de Mino et vos nombreux projets.

 

Sho UENO signe avec Mino Monogatari un conte romancé personnel que l’auteur améliore avec ses illustrations et calligraphies. Les Récits de Mino permettent au lecteur de visiter la période Edo, à un moment charnière de l’histoire japonaise : la fin des samouraïs et le basculement vers un Japon unifié et en paix, l’étape historique qui précède le Japon moderne de Meiji. Les nombreux personnages avec des noms japonais pourront perdre le lecteur peu habitué à lire des romans japonais. Une présentation des personnages principaux à la fin du livre aurait été appréciable pour faire une piqûre de rappel. En passionné d’histoire, il s’agit d’une belle découverte !

Pour savoir où acheter le livre papier ou ebook, rendez-vous sur le site mino-monogatari. Pour en apprendre plus sur l’œuvre et son contexte, n’hésitez pas à suivre l’auteur sur les réseaux sociaux : Facebook et Twitter.

David Maingot

Responsable Culture à JDJ et passionné de la culture et d l'histoire du Japon, je rédige des articles en lien avec ces thèmes principalement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *