Tendances J-beauty #1 : le layering, mode d’emploi.

Les japonaises prennent soin de leur peau comme à la prunelle de leurs yeux. La peau est la carte d’identité par excellence et il est socialement inacceptable de la négliger. Dans une société où le patriarcat est encore à l’honneur et le mythe de la jeune fille à la peau de porcelaine rebondie toujours la quête ultime, la femme japonaise prend soin d’elle avec discipline. La J-beauty est encrée dans leur quotidien tout autant que le rituel du bain. Le temps consacré à ces rites de self-care est totalement intégré à leur emploi du temps. Elles ne s’y dérogent jamais. Au Japon, les critères de beauté se distinguent de l’occident sous le principe du bihaku. Bi signifiant beau et Haku blanc.

En partant de ce principe, Journal Du Japon décode pour vous les secrets de beauté nippons dans cette nouvelle rubrique dédiée à la J-beauty. Nous vous présenterons dans une toute première partie les origines et les critères de beauté des japonaises, puis vous guiderons à travers le rituel du layering, étape incontournable à la base de toute technique et qui s’est répandue à travers l’Asie puis l’Occident. Ce tour d’horizon vous permettra de décrypter les soins quotidiens, leur utilisation ainsi que leurs effets sur la peau. Vous découvrirez en même temps les marques les plus communément utilisées et les sites où les commander. Cette rubrique vous permettra trimestriellement de suivre l’actualité J-beauty en temps réel avec les dernières tendances venues du Japon décryptées pour vous via les sorties de produits, les rituels et les machines high-tech en vogue.

Découvrez dans cette première partie les principes de bases, qui seront complétés prochainement d’une seconde partie où nous vous guiderons à la découverte des machines high-tech et des compléments alimentaires beauté, et pousserons le sujet vers des techniques encore inconnues en Europe.

Principe de base : le bihaku (美白) ou l’exaltation de la peau blanche.

Le Japon est un pays de rituels ancestraux et la beauté n’y déroge pas. Connue de nos jours sous le terme de « layering » ou « technique du millefeuille » en français, ce principe découle de l’art du Saho qui consiste à superposer par étape les soins du visage, du plus liquide au plus onctueux, sur une peau préalablement nettoyée en profondeur. Cependant, avant que cette tendance ne revienne sur le devant de la scène et ne s’internationalise, le Japon a également connu une période où le bronzage était à l’honneur.

Au XXe siècle, après la 2nde guerre mondiale le mythe de la blancheur perd en effet en popularité à la faveur des tendances bronzées venues d’occident et soutenues par des marques telles que Shiseido sur l’archipel. A la fin des années 90, cette tendance atteint son paroxysme avec le mouvement des Gyaru peroxydées aux teints californiens et cheveux blonds platine envahissant Shibuya. Aujourd’hui encore, il reste des traces de ce mouvement chez les plus jeunes, au travers de maquillages prononcés. C’est à partir de l’entrée dans la vie professionnelle que la peau blanche est privilégiée. Le bihaku est donc revenu sur le devant de la scène et trône désormais sur les étagères des librairies et dans les magazines de beauté tels que Maquia ou Biteki.

Il est fondamental de souligner les principes du bihaku, diamétralement opposé à nos habitudes occidentales. En Europe comme aux États-Unis, les femmes cachent les imperfections sous les fonds de teints, les crèmes teintées et autres anticernes alors qu’au Japon, bien que les fonds de teints et blush soient également utilisés, ils ne servent pas à camoufler mais plutôt exalter la peau. La femme japonaise soigne sa peau de telle manière que même sans maquillage (suppin すっぴん) elle soit uniforme et éclatante.

Une fois le culte du bronzage éclipsé, ce sont à présent les filtres solaires et autres accessoires pour se protéger du soleil qui triomphent. À grands renforts d’ombrelles et de vêtements anti-UV, les japonaises plus matures affrontent l’été en manches longues, visière et gants pour éviter de développer des tâches brunes et un teint halé. Les tâches de rousseur, mignon ? Pas pour le moment au pays du soleil levant. Le teint doit être pâle, pur et immaculé. Victoire de Taillac (historienne de la beauté) écrivait déjà en 2013 « à l’équilibre entre technologie et tradition, les marques et routines de beauté japonaises pourraient bien révolutionner toute notre conception de la beauté ». Elle avait raison…

Les soins et les étapes du layering

Pour se familiariser ou perfectionner ses connaissances en matière de soins japonais, la technique du layering est l’étape de base à maîtriser. Ce n’est cependant qu’une infime partie des soins que les Japonaises prodiguent à leur peau. Le principe consiste à superposer des couches de soins, de la texture la plus fluide et liquide à la plus dense, afin d’apporter tous les nutriments dont la peau a besoin en respectant l’ordre suivant : double nettoyage, lotion, sérum, contour des yeux, crème et protection anti-UV. Le type de soins change en fonction du moment où il est appliqué dans la journée. Le solaire s’applique le matin et en journée. Le soir s’ajoutent les masques, le double nettoyage à l’huile et au savon, ainsi que les produits photo sensibilisants tels que la Vitamine C qui risquent de faire apparaître des tâches au soleil. Elodie-Joy Jaubert a publié un livre en français sur le sujet en 2013 intitulé « Layering, secret de beauté des japonaises » qui traite en détail chaque étape, avec une approche centrée sur l’utilisation de produits naturels. C’est une lecture très aboutie pour comprendre les bases de cette routine de soin.

layering Elodie joy jaubert

©Editions La Plage

La multitude de marques et produits existants au Japon donne le tournis. S’il est de plus en plus facile de se les procurer en ligne via des sites tels que Dokodemo, Stylevana ou encore Harajuku Culture Japan, il n’est pas forcément facile de décrypter les étiquettes ni leur utilisation. Il est d’autant plus difficile de conseiller une routine standard ou des ingrédients must-have vu la spécificité de chaque type de peau et des problèmes visés. En regardant les sites japonais de vente en ligne locaux pour chacune des étapes de soins, il existe environ 300 propositions de produits sur le marché.

Voici un guide non exhaustif des marques et soins les plus répandus au Japon, classés selon les étapes du Layering.

Le double nettoyage du soir : les huiles

L’huile permet un nettoyage profond des pores de la peau en retirant aussi bien le maquillage que les particules fines accumulées avec la pollution de la ville. Avant de nettoyer la peau au savon, l’huile permet par sa texture de se mélanger au sébum de la peau et pénétrer efficacement dans les pores. Ce nettoyage supplémentaire s’effectue donc le soir uniquement. Dans les huiles les plus utilisées et les marques les plus abordables on retrouve Bioré, Kosé, DHC, Muji (que l’on trouve directement dans les boutiques Muji), vendues dans les department stores comme Tokyu Hands, Aeon, ou encore les drug stores tels que Matsumoto Kiyoshi ou Kirindo à titre d’exemples.

Layering Huiles

Pour les marques plus onéreuses réputées que l’on trouve plutôt chez Daimaru, Takashimaya, Matsuzakaya on retrouve des gammes plus chères de Kosé comme par exemple Sekkisei, d’autres marques réputées comme RMK, IPSA, Attenir, Three, Fancl, Dr.Ci-Labo, Chifure, ou encore SK-II, qui malgré son prix reste le grand favori des pays asiatiques alentours.   

Layering Huiles

Les savons et poudres

Tout de suite après le nettoyage à l’huile, une fois les pores désobstrués, le nettoyage au savon (ou à la poudre moussante) vient nettoyer en profondeur. Dans les produits les plus courants et abordables, les marques citées dans les huiles ont bien sûr toutes le savon correspondant. On peut ajouter à la liste les marques Ishizawa Keana Nadeshiko (imbattable contre les points noirs) qui propose aussi bien savons que poudres moussantes, Shiseido avec sa ligne Senka, Kracié, Hadalabo, Curél, LuLuLun ou Momo Puri pour un teint de pêche. À la phase du lavage, on retrouve déjà des ingrédients adaptés à chaque besoin : collagène, acide hyaluronique, isoflavone, etc…

Layering Savon

Si vous n’êtes pas familières des poudres moussantes, elles représentent également une alternative aux savons, car moins agressives. Elles ont une texture douce et agréable et doivent être mélangées à l’eau afin de mousser. Elles sont très pratiques également en voyage car elles peuvent s’emporter en avion.

Poudre

Les masques en tissu

Si en Europe les masques en tissu se vendent très souvent à l’unité, au Japon ils se trouvent par paquets, variants généralement de 30 à 50. Mais il est tout de même possible d’en trouver également à l’unité et en paquets de 7. Les Japonaises les utilisent après avoir fait le double nettoyage, juste avant la lotion, et ce tous les jours. Les packs prévoient une utilisation quotidienne pour environ un mois. Une autre méthode populaire est d’en mettre un pendant le bain du soir car les pores de la peau sont ouverts sous l’effet de la vapeur, ce qui permet aux actifs de pénétrer plus en profondeur. Détente garantie !

Il en existe également pour le contour de l’œil uniquement et « tout-en-un » rassemblant les bénéfices combinés de la lotion, du sérum et de la crème.

Masque

Les lotions

Le rôle de la lotion (plutôt appelée tonique en France) est celui de préparer la peau aux soins. Elle va humecter la peau et retenir le sérum à la surface afin qu’il pénètre plus profondément sans s’évaporer. Elle permet également de dissoudre le calcaire qui bouche les pores. Dans les rituels japonais, le riz est un ingrédient souvent utilisé pour ce type de produit. L’amidon de riz est riche en vitamine B3, il apaise la peau tout en retirant les impuretés. Il ne faut pas attendre que la lotion sèche pour appliquer le sérum. Il est important que les deux produits interagissent.

Parmi les marques les plus communément utilisées, on trouve Aqualabel (une ligne de Shiseido), Muji est également réputé dans cette catégorie, Naturie (qui utilise des ingrédients tel que la graine de Coix), Hadalabo, Nameraka HonpoSuhada Shizuku ou Momopuri pour les plus abordables. Dans la catégorie luxe, mention spéciale pour SK-II qui est très prisé en Asie pour l’emblématique SK-II Japan Facial Treatment Clear Lotion.

Layering Lotion

Les sérums

L’étape du Sérum vient une fois la peau préparée par la lotion. Le choix porté sur le ou les sérums est important (il est possible selon les besoins d’en appliquer plusieurs). C’est l’étape qui va stimuler la régénération cellulaire. Selon les besoins spécifiques de chacune, on peut en combiner une multitude de variantes : anti-âge, anti-acné, anti tâches…

Un point est à noter : la plupart des sérums anti-âge peuvent également s’appliquer sur le contour des yeux sans forcément devoir appliquer une crème spécifiquement pour cette partie du visage. C’est pour cette raison que nous ne développerons pas cette étape de soin ici.

Parmi les sérums préférés des japonaises on trouve la marque Takami, reconnue pour son pouvoir clarifiant et exfoliant, Mélano CC et Obagi, riches en vitamine C, Transino et Sekkisei référents anti-tâches, ou encore Acseine et Shiseido d-program spécialistes de l’acné.

Layering Serum

Les crèmes

Dernière étape de la routine du soir, la crème vient sceller les bienfaits des autres produits et retient les actifs pour une meilleure pénétration et absorption durant la nuit. Le matin par contre, c’est l’étape qui précède la protection solaire et qui va permettre l’hydratation de la peau et une protection contre les agressions externes et l’oxydation cellulaire.

Une option très pratique lorsque l’on n’a pas le temps le matin est la crème dite « tout-en-un ». Elle contient une protection solaire incorporée pour les plus pressées car elle combine les effets des différentes étapes du layering. Il est cependant évident que le respect méthodique du rituel par étapes ne peut être remplacé par une crème fourre tout. Elle n’en reste pas moins riche en humectants pour une hydratation extrême. A titre d’exemple, l’une des plus utilisées et appréciées des femmes mûres pour ses propriétés éclaircissantes et ultra-hydratantes est la crème Perfect One.

perfect one

Toutes les marques citées précédemment se déclinent en crèmes correspondant à leur routine par étape. Vous n’êtes cependant pas tenues d’utiliser la même marque tout au long du rituel. La meilleure manière de trouver sa combinaison préférée est de se lancer et tester !

Layering cremes

Les protections solaires

L’anti-UV, c’est une institution au Japon. Garder sa peau blanche immaculée toute l’année requiert une utilisation quotidienne, même l’hiver. Les Japonais sont passés maîtres dans l’art des textures fluides, non brillantes ni collantes. Toutes incorporent une protection UVA avec des indices généralement de 50 ++++. Contrairement à la France où la protection solaire est réservée à la plage, au Japon, outre les crèmes, les femmes portent également des vêtements anti-UV à manches longues même en été. Vous l’aurez compris, pour une peau préservée et jeune longtemps, la base de l’anti-âge réside dans l’application de solaires.

Dans les marques les plus utilisées et réputées, on retrouve Bioré UV, Skin Aqua, Anessa, Allie ou encore OrbiUV.

Layering Anti UV

Connaissiez-vous le layering et ses origines ? Allez-vous vous lancer ? vous retrouverez une offre plus étendue des produits cités dans l’article sur les sites de ventes en ligne Dokodemo et Harajuku Culture Japan en provenance directe du Japon, ou encore sur Stylevana qui expédie de Hong Kong.

Si vous souhaitez en savoir plus, n’hésitez pas à nous laisser un commentaire, ou nous dire quels autres sujets vous souhaiteriez voir développés dans cette rubrique !

Enfin ne manquez surtout pas la 2ème partie de ce dossier qui sortira prochainement, et sera consacrée aux machines high-tech et aux compléments alimentaires beauté.

Marques présentes en photo : ©Bioré, ©Hadalabo, ©Kosé, ©Obagi, ©Takami, ©Curél, ©Shiseido Senka, ©Shiseido d-Program, ©Shiseido Aqualabel, ©Mélano CC, ©Sekkisei, ©RMK, ©IPSA, ©Attenir, ©Three, ©Fancl, ©Dr.Ci-Labo, ©Chifure, ©DHC, ©Muji, ©Kracié, ©Anessa, ©Allie, ©Skin Aqua, ©OrbiUV, ©Perfect One, ©Transino, ©Ishizawa Keana Nadeshiko, ©LuLuLun, ©Momo Puri, ©Acseine, ©Naturie, ©SK-II.

Cristina Thaïs

Je suis passionnée de culture japonaise. J'aime étudier, comprendre les différences et les complexités de ce magnifique pays, non sans mille contradictions. Je voyage une fois par an au Japon pour le parcourir de long en large. J'ai un point faible pour les expositions, la mode, les cosmétiques japonais, le J-rap et la bonne cuisine locale. J'adore échanger sur ces sujets, alors n'hésitez à me laisser un commentaire! @tinakrys

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *