L’Etranger de la Plage, le film : un chef d’œuvre du BL.

Demain marque la sortie en France, sur Wakanim, de L’Étranger De La Plage le film, produit par le Studio Hibari et Blue Lynx. Nous vous avons déjà parlé plusieurs fois de Kana KII lors d’attentes mangas et sommes plus que ravis de pouvoir vous parler et de vous donner notre avis sur ce film adapté du manga éponyme, et première œuvre de l’auteure !

Kii Kanna, une auteure aux multiples talents.

© Kanna KII / Studio Hibari

C’est en 2013/2014 que Kanna KII démarre sa carrière de mangaka et a immédiatement du succès avec sa première œuvre : L’Étranger de la plage. D’abord publié chapitre par chapitre dans le magazine bimensuel On BLUE spécialisé dans le Boy’s Love, il sort un peu plus tard en tome relié. Puis, en 2015 sort sa suite, L’étranger du Zephyr, série toujours en cours au Japon.

Elle a également écrit Yuki no Shita no Qualia, sorti en 2014 au Japon (en 2017, pour nous en France), sous le titre Qualia under the snow, Hoshi wo Taguru. La mangaka a aussi illustré le Light Novel Paradise ! sorti en 2017 au Japon puis, Mahou ga Tsukaenakutemo sorti en 2018 au Japon qui est sorti en France cette année sous le titre de Nos meilleures vies.

Entre nominations et succès, ses dessins précis et détaillés plaisent autant que ses histoires et personnages travaillés. Scénariste et dessinatrice de ses mangas, Kanna Kii fait partie de cette génération d’auteures qui touchent grâce à la simplicité de leurs histoires qui reflètent tout simplement une réalité que leurs lecteurs peuvent croiser dans leur vie de tous les jours.

La joie de contempler.

Shun est un jeune auteur gay, au syndrome de la page blanche. La journée, il aide dans un gîte, et la nuit, son regard finit toujours empli d’intérêt pour Mio, un lycéen mystérieux et triste, qui vient s’asseoir sur un banc tous les soirs, face à la mer… Alors qu’ils vont apprendre à s’apprivoiser, Mio doit quitter l’île d’Okinawa où ils vivent pour le continent. En effet, le jeune homme est un orphelin et, n’ayant pas la majorité, ne peut décider de son avenir. Il laisse donc Shun sur l’île, seul. Les deux garçons finissent par se retrouver des années plus tard, mais la rancune de Shun est grande et il ne rend que plus difficile cette nouvelle cohabitation…

© Kanna KII / Studio Hibari

Pour ce qui est de l’adaptation en elle-même, on ne peut rien reprocher au film. Il faut dire qu’il suit très scrupuleusement le scénario du manga, ce qui n’est pas très étonnant ! Il faut savoir que Kanna  Kii, l’auteure, supervise l’animation, et qu’elle a l’habitude ! Avant d’être dessinatrice de manga, Kanna Kii travaillait dans le domaine. C’est pourtant Ohashi AKIYO qui se retrouve au scénario et à la réalisation du film, lui qui a déjà travaillé sur du Boy’s Love avec un épisode bonus du manga Given.

Ne se contentant pas de seulement adapter L’Étranger de la Plage, des informations sur le passé des personnages ont même été glanées dans la suite du manga, L’Étranger du Zéphyr, voire même parfois créées pour le film, dans le but de donner plus de textures à chaque personnage. On les voit quelques fois enfants, quelques fois adolescents, et ce sont des passages utiles pour la compréhension de la psychologie de notre duo. On peut dire que tout est fait dans le respect de l’œuvre originale. Les passages montrant la souffrance de Shun face à son homosexualité et les moments de bonheur que Mio partageait avec sa mère sont au final des souvenirs qui caractérisent les personnages, des souvenirs qui ajoutent à la souffrance et la solitude qu’ils pouvaient ressentir avant d’enfin se rencontrer l’un l’autre.

Bien qu’Okinawa ne soit pas mentionnée dans le film, nous apprenons dans le manga qu’il s’agit du lieu de l’action. Le film préfère nous le montrer, à l’aide des toits traditionnels japonais de l’île, avec sur leur sommet, un Shisa.

Tout en douceur, dans le contemplatif, on s’attarde sur les décors, la plage, la mer, les montagnes de l’île ou encore la nourriture. Tout en langueur, et dans le respect du manga original, nous pouvons voir et entendre un nombre incroyable de chats, en quelque sorte la marque de fabrique de Kanna Kii.

© Kanna KII / Studio Hibari

L’art d’écouter.

Côté production, il s’agit donc de Blue Lynx, un label de Fuji TV, spécialisé dans les Boy’s Love et du Studio Hibari. D’abord spécialisé dans les finitions d’animes, Studio Hibari s’est agrandi au fil des années et signe avec L’Étranger de la Plage, son troisième film.

Il faut savoir qu’il existe un Drama CD de L’Étranger de la Plage. Il s’agit d’un CD divisé en chapitre et sur lequel des comédiens de doublage ont été embauchés pour jouer les personnages du manga avec seulement l’audio, sans image. Ce sont les mêmes comédiens qui ont été récupérés pour les rôles de Shun et Mio dans le film, à savoir MURATA Taishi et MATSUOKA Yoshitsugu. Les deux n’en sont pas à leur coup d’essai et ont déjà travaillé sur Demon Slayer, Food Wars ou encore Sword Art Online. Ils ont fait un très beau travail notamment sur une scène en particulier, sur laquelle nous vous laissons bien sûr la surprise.
Le manga comporte quelques passages «crus», avec des scènes de sexe entre Shun et Mio. Dans L’Étranger de la plage, il n’y en a qu’une seule et non des moindres : la première fois entre les deux personnages principaux. Cette dernière a été subtilement retransmise dans le film. Là où le manga nous montre tout, le film laisse les comédiens de doublage faire tout le travail, à l’aide de cadrages non intrusifs. On respecte ainsi davantage l’intimité physique du couple, tout en fouillant dans l’intimité psychologique de Shun.

La musique prend également une place importante. Composée par KUBOTA Mina, c’est tout en piano et douceur que nous apprécierons la bande originale du film. Tout comme la grosse partie de l’équipe du film, Kubota Mina est une professionnelle qui a fait ses débuts avec Aria The Animation et qui s’est également fait les mains sur Final Fantasy XIII. Nous vous laissons écouter ça !

© Kanna KII / Studio Hibari

Si vous aimez le travail de Kanna Kii sur ses différents mangas, vous allez sans doute adorer L’Étranger de la Plage, le film d’animation. L’auteure doit elle-même être amoureuse de ses personnages, puisqu’elle n’a pas pu les laisser entièrement entre les mains d’inconnus. Elle n’a même pas pu les laisser tout court puisqu’elle leur a également «dédié» un artbook, Queue, dont nous attendons encore impatiemment la sortie en France.

Il est dommage que certaines scènes nous présentent des personnages que nous ne voyons qu’une seule fois dans le film mais nous espérons qu’il s’agit ici d’une tentative de préparer une potentielle suite et adaptation de L’Étranger du Zephyr. Même si, bien sûr, la fin de L’étranger de la Plage est déjà parfaite telle qu’elle est.

Vous pouvez plonger les yeux fermés dans cette adaptation de 58 minutes, et ce dans l’attente des sorties prochaines de l’artbook et du tome 4 de L’Étranger du Zéphyr, prévues pour le 27 juillet.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Anonymes dit :

    Moi je m’en contre fiche de cette soit-disant chef d’œuvre du BL, La seul chose que j’attend de la part de ses bon à rien des studios japanais c’est les  » Yaoi  » avec des scénes de cul! ça fait des lustre et des lustre que je nai pas vue un ou plus animes Yaoi avec des scènes HOT! Dakaretai Otoko 1-i ni Odosarete Imasu,Saezuru Tori wa Habatakanai : The Clouds Gather, Marudase Kintarou et Yarichin☆Bitch-bu en Oav/ anime sont pourrie comme hab. Quand aux studios GRIZZLY et Blue Lynx son des nullité ils aurais pu faire une sort Gayhentai ou chez pas quoi. Franchement ça me décoit beaucoup que le japon ne font toujour qu’a leurs tête les histoire de sensibilité, tabou et choque pour les Yaoi et Bara, j’appelle ça des exscuse. Je trouve ça dégueulasse que ses crétin studio font beaucoup d’animés des lolicon et shota pour des porc dégoutant, c’est plutôt ses horreur qui sont sensible et choquant pas les Yaoi. Et quand aux autres studios et aux producteurs qui soit hétéros ou pas ça me completement égal il n’ont cas faire des efforts pour faire plaisire aux fans des Yaoi et Bara, au lieu d’attendre les autres stupidement. Vivement que le japon bouge leur fesse pour mettre un terme a cette maudite censure sinon rien!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *