[Sortie BR/DVD] On-Gaku : Notre Rock ! : au diable les règles !

Si vous l’avez raté au cinéma cet été, le retour de On-Gaku : Notre Rock ! en édition Blu-ray est l’occasion pour vous de voir cette œuvre si différente de la production mainstream. Expérience visuelle et narrative atypique dans le paysage de l’animation japonaise, pourquoi faut-il voir On-Gaku : Notre Rock ! ? Et lisez bien tout l’article pour tenter votre chance et participer à notre concours pour gagner un Blu-ray du film en partenariat avec le distributeur du film, Eurozoom.

on gaku notre rock

©Eurozoom

 

On-Gaku : Notre Projet !

On-Gaku : Notre Rock ! tourne autour de la vie quotidienne morne de 3 lycéens loubards qui se retrouvent, sous l’impulsion de Kenji, leur leader au crâne dégarni et terreur des lycées de la ville, a commencer la musique. Avec leur trio nommé (à l’improviste) Kobujutsu, ils créeront leur propre musique en faisant fi des conventions et rencontreront d’autres passionnés de musique : les Kobijutsu (attention à ne pas les confondre !), qui, impressionnés par leur énergie, les inviteront à participer à un festival de musique. Avec leurs deux basses, leurs quelques tambours, et sans expérience, de quoi seront capables les Kobujutsu ?

A la base, il s’agit d’un manga indépendant de Hiroyuki ÔHASHI. On-Gaku : Notre Rock ! est un film qui repose sur les épaules d’un seul homme : Kenji IWAISAWA qui joue à la fois le rôle de réalisateur, chara-designer, monteur, directeur artistique, scénariste, storyboarder, directeur de l’animation… Bref, un projet d’auteur qui, s’il n’est évidemment pas l’œuvre d’une seule personne, se voit porter et diriger en grande partie par la personnalité et le style de ce jeune réalisateur. Si les premières années de production, à partir de 2012, se déroulent plutôt tranquillement, l’histoire se complique à partir de 2018 où un crowdfunding est lancé pour pouvoir mettre à bien le projet dans son entièreté. Heureusement pour nous et pour le film, la campagne sera un succès et récoltera 4,1 millions de yens soit un peu plus de 30 000 € pour un objectif de base fixé à 3,5 millions. De part son originalité, le film a rencontré un succès critique au Japon, puis à l’international, remportant ainsi plusieurs prix comme celui du meilleur long métrage au festival international d’animation d’Ottawa au Canada, ainsi qu’un prix équivalent au festival Anima en Belgique.

On-Gaku : Notre style !

On-Gaku : Notre Rock ! est un film d’animation réalisé à l’aide de la rotoscopie. Cette technique consiste à filmer les scènes à l’aide d’acteurs en amont du dessin, puis d’animer selon les mouvement et expressions propres à chaque comédiens. Pour résumer, le film est une première fois filmée entièrement en prise de vue directe avec les comédiens, puis les animateurs dessinent les scènes en prenant pour références ce qui a été filmé. Mais là où On-Gaku : Notre Rock ! s’écarte d’autres films d’animation japonais en rotoscopie, technique qu’on associe souvent au rendu 3D comme dans Hana & Alice mènent l’enquête par exemple, c’est dans l’apparence des personnages bien éloignée du photoréalisme normalement induit par la rotoscopie. En effet, les chara designs simples mais singuliers du manga original, bien que réadapté pour l’animation, tranchent avec toute notion de réalisme, que cela soit dans les visages ou dans les corps. Cependant, la rotoscopie, grâce aux jeux des acteurs et au travail a posteriori des animateurs donnent à chaque personnage une démarche et une attitude propres, et ce, même pour les personnages secondaires. En bref, un cocktail singulier qui donne au film une identité visuelle unique !

on gaku notre rock !

©Eurozoom

En dehors de l’apparence graphique, On-Gaku : Notre Rock ! exprime également sa singularité dans son rythme et sa construction scénaristique. Si le début du film ainsi que la plupart des moments de vie quotidienne sont « filmés » par de (très) longs plans fixes, servant d’ailleurs parfois à un timing comique maîtrisé, l’arrivée de la musique dans la vie des personnages libère d’un seul coup la caméra qui se met à tourner librement autour de nos tous jeunes musiciens. Cette double libération transmet à merveille l’effet qu’a la musique sur les protagonistes et nous gratifie de très beaux moments d’animation. Le style s’en retrouve en effet totalement transformé : les traits simples et maladroits du chara design original laissent place à une multitude de styles, parfois dessiné en crayonné, d’autres fois peint à aquarelle, au feutre, ou bien se rapprochant d’un dessin photo-réaliste des musiciens en mouvement. La forme rejoint au final le fond, les personnages s’efforçant à créer leur propre rock (si l’on reprend les termes du titre « Notre Rock ») tout autant que Kenji IWAISAWA de son côté tente de faire son propre film en dehors de toute convention. Un rythme particulier qui pourra sûrement ennuyer plus d’un spectateur lors du premier visionnage (même si le film reste très court, 1h10min seulement), mais qui prend sens dans son exécution et son propos.

La musique suit ce mouvement de libération : il est évident que, sans expérience dans la musique et avec leur deux basses et quelques tambours, Kobujutsu ne peut pas jouer du Mozart. En découle alors des morceaux improvisés et rythmés par des tambours presque tribaux et des basses sans repères. Ils en reviendraient presque, selon certains personnages bouleversés par leur performance, à l’origine du rock. Plus posé et classique, le groupe Kobijutsu nous sert un morceau folk entêtant qui, peut-être, au court du récit connaîtra un second souffle bien plus sauvage.

On gaku kobijutsu

©Eurozoom

On-Gaku : Nos coulisses !

En plus du film, le Blu-ray de On-Gaku : Notre Rock ! propose un des premiers court métrage du réalisateur ainsi que le making of du long métrage. Ce dernier permet de mieux comprendre les enjeux de la création de ce film singulier. Et finalement, on apprécie encore plus le produit final. On assiste au fil du récit de la création, aux différents tournages et astuces du réalisateur mais aussi aux nombreux problèmes rencontrés par l’équipe du film dans un projet qui paraît, à certains moments, irréalisable. Comme évoqué plus tôt, On-Gaku : Notre Rock ! a eu besoin de plus de 7 ans pour être finalisé. Il a, entre autres, donné lieu à un concert organisé pour les besoins de la scène finale. Rien que ça pour une production indépendante ! Il est aussi intéressant de voir que le making of ne se focalise pas uniquement sur la figure de Kenji IWAISAWA. Il fait également la part belle aux acteurs, aux musiciens, ainsi qu’au différentes personnes ayant participé à l’animation du film, notamment sur sa scène finale entièrement peinte à la main qui n’aurait jamais pu voir le jour sans l’aide de toutes ces artistes. Avec sa durée de plus d’une heure (quasiment aussi long que le film), il satisfera les plus curieux des spectateurs.

on gaku notre rock !

©Eurozoom

L’autre bonus de l’édition Blu-ray est le premier court-métrage du réalisateur : Montagne. Tout comme On-Gaku : notre Rock !, il s’agit à l’origine d’un manga de Hiroyuki ÔHASHI qui raconte l’histoire d’amitié entre deux jeunes hommes, dont l’un s’en va mystérieusement vivre à la montagne. Entièrement réalisé seul et dessiné à la main en noir et blanc, si le résultat est évidemment moins impressionnant visuellement que On-Gaku : Notre Rock !, le travail fourni reste impressionnant sur certaines scènes, comme le plan final d’un dézoom sur la montagne réalisé sans assistance numérique évoqué dans le making of de On-Gaku : notre Rock !.

On-Gaku, en Blu-ray : le concours

En partenariat avec le distributeur du film, Eurozoom, Journal du Japon vous propose un jeu concours pour tenter de gagner 5 exemplaires de l’édition Blu-ray de On-Gaku : Notre Rock ! dès le 24 août. Pour participer au concours, il faudra surveiller nos réseaux sociaux (Facebook, Twitter et Instagram) et répondre aux questions posés.  Attention : pour qu’un maximum de personnes aient leur chance, le nombre de lots est limité à un par personne et par adresse postale. Les lots ne pourront être expédiés qu’en France métropolitaine.

Un film particulier et libre qui, par son côté sans concession, ne plaira pas à tout le monde mais qui, au milieu de productions d’animations grand public réussies mais parfois trop formatées, ne peut que faire du bien aux spectateurs curieux et à la recherche de nouvelles expériences. En somme, un long métrage qui, à l’image de ses personnages principaux, crée son propre rock ! A très vite sur les réseaux sociaux pour tenter de gagner votre Blu-ray !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Recrutement : en 2022, rejoignez-nous!