Japan Connection Festival 2022 : l’electro japonaise enfin de retour à la Gaîté Lyrique !

Le Japan Connection Festival revient avec une deuxième édition les 26 et 27 mars 2022… et on vous dévoile son programme musical alléchant. 

Le festival, organisé par le groupe de musique Make it Deep, propose plusieurs activités, notamment des concerts de musique électronique, mais aussi des conférences sur le Japon, une exposition photographique, des projections de films et documentaires. Différents stands avec ateliers et activités autour de la spiritualité et du savoir-faire seront en outre présents.

Avec une première édition en 2019, à l’occasion de laquelle nous avions rencontré le co-fondateur de Make it Deep, le Japan Connection Festival est finalement de retour à la Gaîté Lyrique. En tant que première manifestation dédiée à la musique électronique japonaise dans le monde, plusieurs artistes étaient venus du Japon pour animer le festival qui s’était tenu du 9 au 11 mai. Plus de 3600 spectateurs s’étaient réunis au sein de la Gaîté Lyrique pour l’événement. Nous vous avions aussi fait part de nos retours de la soirée et des différents musiciens qui étaient montés sur scène ici.

Pour cette retour, des vétérans mais aussi de nouveaux artistes se joignent à la scène. Voici dans le détail les artistes japonais qui seront présents pendant ces deux jours.

 

Midori Aoyama

DJ tokyoïte depuis une dizaine d’années ainsi que fondateur du label Eureka Records, Midori Aoyama est celui qui a ouvert la porte à de nombreux artistes de la scène musicale électronique au Japon. Il alterne entre DJ de house music et producteur, dont moult collaborations avec d’autres musiciens tels que Crackazat, Bobby Masalo, Jamie Tiller ou encore S3A.

NONOTAK

Collaboration entre Noémie Schipfer (illustratrice) et Takami Nakamoto (architecte musicien). Le projet NONOTAK, créé en 2011, repose sur des installations sons et lumières de façon abstraite et se focalise sur l’immersion du spectateur dans les environnements ainsi créés.
L’une s’occupant des créations visuelles et le deuxième de la création sonore, le duo promet au spectateur une expérience visuelle et auditive unique.
Leur esthétique est particulièrement très inspirée par l’architecture minimale et l’art optique.

eclipse2

Intercity-Express

Projet audio-visuel du musicien Tetsuji Ohno basé à Tokyo, il y incorpore plusieurs influences comme la house, la techno, le noise ou encore l’electronica. Tous ces genres ont façonné son parcours dans la musique, ainsi que le projet Intercity-Express. Ohno est aujourd’hui invité dans le monde entier à travers différents festivals.
Sa carrière musicale commence à la fin des années 90 en tant que producteur, après avoir été lui-même DJ durant quelques temps. Aujourd’hui, en parallèle de son projet musical, il travaille aussi dans la production de publicités.


Miraikan

Daisuke Tanabe

Daisuke Tanabe est un producteur originaire de Chiba et qui vit désormais à Tokyo. Il est introduit à la scène locale electro et à la jungle pendant ses études d’arts à Londres, des genres qui n’ont eu de cesse d’influencer ses productions musicales. Véritable révélation artistique pour lui, Tanabe les additionne à des inspirations jazz, folk, hip-hop, electronica ou encore breakbeats dans son propre univers sonore.

daisuke-tanabe (1)

DJ Masda

Fondateur du label Cabaret Recordings., DJ Masda s’est forgée une réputation dans la scène underground japonaise des clubs des années 90. Vivant aujourd’hui à Berlin, il mélange house et techno pour ses prestations, et est désormais un monument reconnu à travers le Japon et l’Europe.

Masda

DJ Nobu

Originaire de Chiba, il est fondateur du label Bitta. Après avoir exploré le punk, la pop, le dub et le hardcore, il se lance dans la house puis évolue vers la techno. Avec un style inconsistant issu de différentes influences, DJ Nobu est un représentant réputé de la scène techno underground japonaise et fait désormais vibrer le monde entier.
Il sera accompagné du musicien Wata Igarashi sur scène pour le festival.

Wata Igarashi

Wata Igarashi a su développer un style de techno qui lui est propre. Sa vision de cette dernière peut-être entendue dans ses EPs sur Midgar et The Bunker NY, ainsi que sur Semantica, Time to Express et Bitta, et dans des remixes d’Aurora Halal, Volte-Face et Prins Thomas. Qu’il joue en live ou fasse le DJ, cette mentalité se retrouve aussi dans ses performances, durant lesquelles il explore les dimensions psychédéliques de la techno. L’approche d’Igarashi, à travers son contrôle minutieux des fréquences et intensités audios, est de toucher à la fois le corps et l’esprit du spectateur.

Satoshi Tomiie

Vétéran de la dance music japonaise, Satoshi Tomiie participe activement à l’émergence de la club culture tokyoïte dans les années 80. Depuis son premier maxi, Tears, composé en duo avec le parrain de la house music Frankie Knuckles, il s’est affirmé comme l’un des grands noms du genre à l’international. Il combine la techno et la house à des sonorités proches du sound design.
Après avoir présenté son dernier live en exclusivité lors du Japan Connection Festival 2019, il performera en mars 2022 pour un live inédit aux côtés de son ami et confrère Kuniyuki Takahashi.

TOMIIE

Kuniyuki Takahashi

DJ et producteur de musique, ainsi qu’ingénieur du son, il est originaire de Sapporo. Parrain de la première édition du Japan Connection Festival, Kuniyuki Takahashi encadre également la deuxième, tant sa connaissance de la scène japonaise et internationale est précieuse. Il est connu pour composer directement en live, en improvisation totale. Ses performances sont des voyages dans lesquels il embarque son public vers des univers sonores d’une grande richesse, peignant les paysages monumentaux d’Hokkaido. Il est aujourd’hui considéré comme une légende vivante de la musique électronique japonaise, admiré par ses pairs pour son inépuisable créativité. Privilégiant la collaboration comme mode de création, il a travaillé avec de nombreux et nombreuses artistes, comme Floating Points, Anne Clark, Soichi Terada et Joe Claussell.
Cette année, il présentera un premier live accompagné par les peintures vivantes d’Akiko Aoyama, et un deuxième plus minimal et épuré, aux côtés de Satoshi Tomiie.

Manami Sakamoto

Habituée des clubs à Tokyo depuis dix ans, Manami Sakamoto y déploie sa vision de video-jockey interchangeable.Tantôt organique, tantôt électronique, elle tend vers l’abstrait, comme on peut le remarquer dans ses accompagnements musicaux en live. Intégrée au circuit des festivals de musique et d’arts numériques japonais (elle a performé pour le Fujirock Festival, le Summer Sonic, l’Ultra Japan, et le Mutek.JP), elle est également identifiée à l’international grâce à des participations au ZOUK OUT (Singapour), l’Awakenings Festival (Amsterdam), et le New Forms Festival (Vancouver).

DJ Nori

Clé de voûte de la scène club japonaise, Nori commence sa carrière à Sapporo avant de s’installer à New York en 1986, où il rencontre Larry Levan qui lui confie une résidence au Paradise Garage, le mythique club à qui l’on doit la naissance de la house music. Il se trouve alors au centre de la scène foisonnante de l’époque, aux côtés de David Mancuso, Little Louie Vegas et Walter Gibbons. De retour à Tokyo à la fin des 80’s, il officie au légendaire Gold, tout en développant sa carrière à l’international. C’est en 2001 qu’il sort son premier EP remarqué, Flower, suivi d’une multitudes de sorties sur de prestigieux labels de house et disco. Maestro au timing et à l’intuition infaillibles, son aura est aujourd’hui acclamée dans le monde entier.

dj-nori-studio

Akiko Nakayama

Peintre sensible aux vibrations de la matière, Akiko Nakayama s’attache à dépendre ses fluctuations. Ses performances d’«alive painting» comme elle les nomme, reviennent aux sources du mouvement, qu’elle sublime avec poésie. Akiko Nakayama travaille à partir de l’endroit où elle se trouve et de sa nature, à laquelle elle rend hommage à chaque coup de pinceau. Artiste incontournable de la première édition du Japan Connection Festival, qu’elle a transporté dans une dimension merveilleuse avec ses tableaux vivants, elle performera deux fois cette année : en solo, puis aux côtés de Kuniyuki Takahashi. Une expérience immersive dans l’infini dialogue entre le son et la lumière.

Akiko

 

Yuri Urano

Née à Osaka, Yuri Urano fascine pour sa voix et son approche du son. Lauréate du prix Interlude from TDME, dédié à la nouvelle génération de créateurs et créatrices de musiques électroniques, elle a ensuite collaboré avec le célèbre artiste visuel Ryoji Ikeda, et signé sur les labels CPU et YL, parfois sous le nom de Yullippe. Lors du MUTEK.JP 2020, elle a su captiver la foule avec sa performance de live audio-visuel en collaboration avec Manami Sakamoto, dans laquelle l’ambient et la techno se mêlent aux bruits des vagues.

Voila donc pour ce panorama musical du premier grand évènement musical japonais depuis bien longtemps. Nous vous en dirons prochainement plus sur toute la partie hors musique, mais nous pouvons déjà dire que le RDV est pris : Japan Connection Festival 2022 se tiendra sur deux jours, les samedi 26 mars et dimanche 27 mars, à la Gaîté Lyrique, 3 bis rue Papin, 75003 Paris.

Pour plus d’informations, vous pouvez suivre le festival sur le site web de la Gaîté Lyrique, ainsi que sur la page Facebook de l’événement. Pour les réservations, c’est par ici !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Recrutement : en 2022, rejoignez-nous!

Vous aimerez aussi...