Cuisinez avec vos mangas

C’est un constat : depuis quelques années, la cuisine envahit les univers geek et otaku. Entre les livres de recettes inspirées d’un univers comme Ghilbi et Dragon Ball ou les licences qui font leurs propres livres comme Les recettes pirates de Sanji pour One Piece, il y a déjà de nombreux livres de recettes, mais il existe aussi des formats plus proches du manga. S’il y a bien sûr des précurseurs comme Yakitate Japan et Food Wars, d’autres mangas à vocations moins shonen voient le jour, et c’est de ceux-là que nous allons parler aujourd’hui. Et comme la tentation est trop grande, nous allons également en profiter pour réaliser certaines des recettes issues de ces livres pour juger de leur fiabilité.

 

Chacun ses goûts de Machita, 3 tomes en cours chez Kana

Chacun ses gouts 3
Résumé : Haru, une jeune fille otaku qui n’a aucun intérêt pour la nourriture, rencontre un jour Ao, qui semble bien dans sa peau, et qui se révèle être, contre tout attente, un homme. Ils s’entendent à merveille et décident d’opter pour la colocation dans la foulée. Cependant, parmi les règles de leur colocation, chacun doit préparer un bento pour l’autre à tour de rôle. Cuisiner et faire à manger… Une nouvelle vie commence pour tous les deux.

 

Les plats présents dans ce manga sont de vrais plats de famille. Pas de choses très élaborées, parfois de la cuisine des restes, souvent les mêmes ingrédients, mais des choses simples, savoureuses, et faciles à cuisiner pour ses proches. Cette cuisine du cœur est vraiment raccord avec le thème du manga. Comme le double sens de son nom l’indique, Chacun ses goûts parle de l’orientation de genre, et ce sujet n’est pas occulté par le propos de la nourriture : il y a même un très bon dosage entre les deux. Même si le regard de l’auteure (et des personnages) est bienveillant, on nous fait quand même comprendre la pression que peuvent subir certaines personnes comme Ao. Ce dernier est très bien tombé avec Haru qui fait preuve d’une très belle mentalité et amène le lecteur à réfléchir sur la notion de genre. Le tome 3 est plus axé sur la situation de Ao, mais sur les trois tomes sortis à ce jour, l’équilibre entre les personnes est très correcte et la nourriture omniprésente.

Chacun ses goûts est un très bon manga, que ce soit pour se mettre en appétit avec de jolies idées de plats réconfortants ou pour ses questionnements sociétaux.

Parmi les recettes d’omelettes roulées au bouillon, au saumon, et au shiso, de poêlée de thon aux poivrons et au fromage, ou encore de salade de céleri et seiche séchée, nous avons choisi de tester le saumon grillé à la mayonnaise et aux amandes du tome 1.

 

Recette : Saumon grillé à la mayonnaise et aux amandes

Découpez le saumon cru en portions individuelles. Saupoudrez de sel, mettez un peu de mayonnaise et passez un coup de moulin à poivre. Déposez des amandes grossièrement concassées et grillez le saumon sous le grill d’un four à 160°C. C’est cuit lorsque la mayonnaise est dorée.

Chacun ses gouts

Le saumon comme la mayonnaise vont cuire très vite au four, les amandes n’auront donc pas beaucoup le temps de torréfier. Nous vous conseillons donc de mettre des amandes déjà torréfiées. Pour cela, rien de plus simple : enfournez sur une plaque des amandes entières (avec la peau) à 180°C pour 10 minutes. Conservez la peau, elle apporte beaucoup de goût. Pour accompagner ce saumon, nous avons préparé les œufs durs macérés d’Ao et les onigiri aux prunes séchées croquantes karikari ume également présents dans le tome 1.

 

La cuisine des sorciers par Hiromi Sato (œuvre originale : Kamome Shirahama), 1 tome en cours chez Pika

la cuisine des sorciersRésumé : Quand vient la nuit, c’est l’heure pour Olugio et Kieffrey de laisser leurs talents culinaires s’exprimer ! Mais à l’Atelier, savoir marier les goûts ne suffit pas. Il faut aussi connaître les sortilèges pour extraire la chair délicieuse des pommes de terre à coquille, capturer les curieuses méduses-parapluies ou sublimer les saveurs des citrons arc-en-ciel ! Or, les deux chefs ont fort à faire afin d’initier leurs apprenties à cet art ancestral qui n’a plus de secret pour eux… ou presque !

La première chose qui interpelle dans ce spin-off de l’Atelier des sorciers, c’est que ce n’est pas Kamome Shirahama au dessin, car on s’y tromperait ! Le trait de Hiromi Sato est tellement proche de celui de l’autrice originale que beaucoup risquent de ne pas s’en rendre compte sans s’attarder sur la couverture. Publié dans le Monthly Morning Two, le même magazine que son aîné, ce faux jumeau a tout pour plaire aux fans du manga. La cuisine a de tout temps été le miroir de l’alchimie et des potions magiques, un miroir déformant, certes, mais dont les réactions chimiques sont semblables. Ici, pas de problème pour décortiquer le magique du réel : ce sont simplement des recettes existantes, saupoudrées de terme farfelus (pomme de terre à coquille, champignon cornu), il est donc facile de convertir les ingrédients pour retrouver des produits propres à notre monde.

 

Dix recettes dans ce tome, allant du simple croque-monsieur, aux raviolis farcis, en passant par du sucré, il y a de tout. Les sorciers-cuisiniers sont de fins experts aux fourneaux, mais les recettes peuvent s’adresser à différents niveaux de maitrise. Comprenez par là que le novice pourra se limiter au principe de base d’une recette, là où le cuisinier aguerri s’inspirera de la présentation et du type d’assaisonnement proposé par le livre pour réaliser un plat très abouti. Comme nous l’avons dit, les personnages ont ici un bon niveau culinaire, et contrairement à Chacun ses goûts, la technique aura plus sa place, comme lorsqu’ils réalisent un ragoût en singeant le fond de leur casserole avec de la farine avant d’ajouter du lait. Il n’y a à priori pas de supervisions d’un professionnel de la cuisine sur ce livre, le niveau des auteurs n’en est que plus remarquable !

Pour ce titre nous avons choisi de faire les Beignets de pomme de terre à coquille au lard à la mode de l’Atelier, qui ne sont ni plus ni moins que des Korokke au lard et aux champignons.

Recette : Korokke au lard et aux champignons et chou rouge

Faites cuire des pommes de terre à l’eau jusqu’à ce qu’elles soient très tendre à cœur, suffisamment pour les réduire en purée. Pendant que les pommes de terre cuisent, faites revenir le lard coupé en petit dés dans une poêle. Une fois coloré, réservez-le et faites cuire les champignons coupés en fines lamelles dans la même poêle. Réunissez tous les éléments ensemble dans un saladier, salez et poivrez, et mélangez bien. Formez des palets, des boudins, la forme que vous souhaitez en fait, roulez-les dans la farine, dans de l’œuf battu, puis dans de la chapelure panko. Un bain dans une huile à 170°C jusqu’à ce qu’ils soient bien dorés, et vos korokke sont prêts ! Nous avons accompagné les nôtres de chou rouge émincé et d’un quartier de citron. Le petit plus, c’est que l’acidité du jus de citron va faire passer le violet du chou au rouge, de quoi rajouter un peu de magie dans votre plat.

la cuisine des sorciers JDJ

 

D’autres mangas proposant des recettes continuent de voir le jour chez nous, nous vous donnons donc rendez-vous prochainement pour un autre article de ce calibre. En attendant, n’hésitez-pas à tenter les recettes proposées dans ces ouvrages et à nous faire part de vos résultats culinaire !

Olivier Benoit

Présent sur Journal du Japon depuis 2013, je suis un trentenaire depuis longtemps passionné par l'animation traditionnelle, les mangas et les J-RPG. J'écris dans ces différentes catégories, entretiens également la rubrique hentai, et gère le pôle gastronomie. J'essaie de faire découvrir au plus grand nombre les choses qui me passionnent. @oly_taka

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.