Le drama politique par Netflix : Japan Sinks et The Journalist

Bien que le catalogue japonais de Netflix Europe se concentre majoritairement sur les anime et les films Ghibli, la plateforme n’oublie pas pour autant les autres formats.  Les dramas ne sont pas en reste même si plus discrets. A Journal du Japon, nous apprécions ces séries télévisées japonaises qui évoluent avec leur époque. A l’occasion d’un week-end spécial dramas, nous vous proposons quatre dramas. Le premier article d’hier abordait les relations de couple au Japon. Ici, nous nous focalisons sur le thème du drama politique. Retour sur Japan Sinks : People of Hope et The Journalist, inspirés de romans et de faits réels.

Japan Sinks : People of Hope : un drame ancré dans l’actualité

Affiche Japan Sinks

© Netflix

Un scénario apocalyptique classique

L’histoire se déroule en 2023, autour d’un projet environnemental nommé COMS. Il s’agit d’une méthode permettant de liquéfier les polluants pour les stocker dans les fonds marins. Ce projet, soutenu par le Premier Ministre, est accompagné de la création d’un Conseil pour l’avenir du Japon. En parallèle, le sismologue Yûsuke Tadokoro publie un article alarmant concernant l’engloutissement du Japon. Face aux polémiques autour de COMS et aux manifestations, Keishi Amami, fonctionnaire au Conseil pour l’avenir du Japon, rend visite au scientifique pour tirer la situation au clair. Mais Tadokoro reste sur sa position et affirme que la submersion du Japon commencera par la péninsule d’Izu.

Inquiet, Amami tente de plaider la cause du sismologue. Cependant, ce dernier étant au cœur de nombreuses controverses, les autres fonctionnaires ont du mal à croire à sa théorie. Alors qu’Amami tente de convaincre le Conseil, la journaliste Minori Shiina l’accuse de corruption et il se retrouve temporairement suspendu. Il en profite pour faire de la plongée sous-marine avec son collègue et ami Kôichi Tokiwa. Les deux fonctionnaires font alors une découverte significative concernant l’éventuel engloutissement du Japon.

Des opinions divergentes et des décisions drastiques

L'oeuvre originale en roman

© Editions Picquier

Ce drama politique se déroule en 10 épisodes, qui ont été diffusés hebdomadairement fin 2021 sur Netflix. De quoi alimenter le suspense dans cette série apocalyptique. On découvre au fil des épisodes un gouvernement fragilisé par les divergences d’opinions de ses membres. Au fur et à mesure que l’ambiance bascule dans le drame lié au risque imminent de submersion, les points de vue se confrontent. Certains personnages comme Amami veulent être transparents et honnêtes envers les habitants pour les aider à anticiper leur évacuation. D’autres, comme Gen Satoshiro, le Vice-Premier Ministre, préfèrent miser sur la prudence et tout organiser minutieusement avant d’impliquer la population, pour éviter la panique.

Au milieu de tous ces esprits contradictoires, la catastrophe se rapproche rapidement. Une première réplique sismique frappe le Kantô et pousse le gouvernement et le Conseil pour l’avenir du Japon à prendre des décisions rapides et efficaces. Il faut gérer les victimes, la population paniquée et en colère face au manque de communication du gouvernement. La corruption est également présente à tous les étages, et personne n’est épargné. Certains choix sont contestables, d’autres inévitables. Il y aura forcément des sacrifices à faire et des mesures à prendre pour sauver les habitants du Japon avant qu’il ne sombre.

Un drama politique au suspense dosé

Extrait de la série

© Netflix

Chaque épisode durant entre 45 minutes et 1 heure, les actions sont nombreuses et les débats politiques s’enchaînent, dans un suspense relativement bien dosé. Mais le générique de fin sonne généralement la fin de l’épisode, un classique dans les dramas. Si par moments, on peut avoir l’impression que certaines intrigues s’éternisent, cela permet de mieux s’immerger dans la mentalité japonaise. Ce drama politique joue aussi sur l’implication des autres pays dans la gestion de l’évacuation des Japonais. Au final, le scénario catastrophe permet de mettre l’accent sur les émotions des personnages, leur éthique et l’impact de leurs décisions. Certaines réactions sont très prévisibles quand d’autres sont davantage inattendues du public.

Un bémol qui fait souvent défaut aux séries japonaises, c’est le jeu d’acteur. On considère souvent que les acteurs surjouent, en comparaison aux séries occidentales. Pourtant, dans Japan Sinks, certaines scènes semblent très justes et suscitent des émotions fortes. Qu’il s’agisse des scènes de victimes cherchant leurs proches ou des habitants préférant mourir que d’abandonner leur pays, les sujets sont bouleversants. Somme toute, c’est une série au scénario assez classique et prévisible, mais qui permet de comprendre le ressenti des habitants d’un pays face à sa disparition imminente. Au Japon, où se démarquer est toujours sujet à critiques, il devient pourtant primordial de défendre ses convictions pour prendre les décisions les plus justes. Nous vous recommandons donc de vous faire votre propre ressenti en visionnant Japan Sinks !

The Journalist : au cœur des scandales du gouvernement

Quand une journaliste dénonce la corruption politique

Affiche de The Journalist

© Netflix

Anna Matsuda est une journaliste très impliquée dans son travail. Elle a à cœur de toujours rédiger des articles honnêtes envers les citoyens. Cependant, son entêtement dans les interviews, notamment auprès du gouvernement, lui vaut une réputation d’anticonformiste et un peu trop persistante. Malgré les critiques dans les médias et sur les réseaux sociaux, elle continue de faire son travail, mue par une histoire familiale qui la pousse à toujours chercher la vérité.

D’un autre côté, le fonctionnaire Kazuya Suzuki vient d’être transféré au Ministère des Finances. S’il pense à une promotion, il se retrouve rapidement impliqué dans une affaire de fraude, couverte par l’Etat. Son rôle ? Falsifier des documents pour étouffer l’affaire de l’école Eishin, impliquant le Premier Ministre et la Première dame. Cette affaire va prendre des proportions considérables et changer la vie de nombreuses personnes liées de près ou de loin à l’affaire.

Un drama politique en plusieurs points de vue

Publication originale ayant inspiré la série

© Kadokawa.Co Ltd

L’intrigue, plutôt classique dirons-nous, est rythmée par l’abondance de points de vue de personnages différents. Elle est tirée d’une histoire vraie et le personnage de Matsuda s’inspire de la journaliste Mochizuki Isoko (voir photo). Tout au long des 6 épisodes d’une durée de 45 minutes à 1 heure, on suit l’évolution de plusieurs personnages-clés. Il y a d’abord la journaliste Matsuda, point commun à tous les autres personnages. Sa détermination à dénoncer la corruption gouvernementale va pousser les autres protagonistes à prendre des décisions importantes. Ensuite, le fonctionnaire Suzuki qui voit rapidement son histoire au centre du scénario. On suit également Shinichi Murakami, ancien assistant personnel de la Première dame et transféré au service des renseignements du gouvernement. Enfin, Ryo Kinoshita, livreur de journaux à temps partiel mais désintéressé par les actualités, s’impliquant fortement dans le scandale de l’école Eishin à son niveau. Ces quatre personnages vont voir leurs destins s’entrecroiser tout au long de ce drama politique, permettant d’aborder le scénarios sous des angles complètement inédits.

Étant donné que chaque personnage est issu d’un milieu différent, cela multiplie les possibilités pour l’intrigue. La présence notamment d’un étudiant de l’université, extérieur au monde impitoyable de la politique et du journalisme, permet d’apporter un point de vue neuf et innocent. On oscille en permanence entre les politiciens sans scrupules et les employés dont la conscience les rend hésitants. Les personnages de Suzuki et de Murakami sont particulièrement torturés par leurs rôles respectifs. On suit ainsi leur descente aux enfers en retenant son souffle. Toutes ces personnalités sont étroitement liées, notamment grâce à Matsuda qui enquête sans relâche, malgré les enjeux et le danger. Enfin, le jeu des acteurs est poignant et juste, véhiculant des émotions fortes. Cela renforce notre empathie et l’envie de comprendre tous ces points de vue.

Le rôle des journalistes face à la corruption

The Journalist met en avant un sujet assez récurrent dans les séries en général : la corruption. C’est un sujet délicat, surtout lorsqu’on fait des parallèles avec la réalité. Si la série a été précédée d’un film et s’inspire d’un roman, elle fait aussi écho à un scandale impliquant l’ancien Premier Ministre Shinzo ABE. On critique souvent l’acharnement des journalistes, proche du harcèlement moral. Pourtant, la frontière entre ce côté intrusif et le devoir de vérité est très mince. Avec ce drama, force est de constater que sans l’entêtement de Matsuda, le gouvernement aurait étouffé sans souci ses sombres secrets.

Extrait de The Journalist

© Netflix

Face à un monde où l’honnêteté est une vertu de plus en plus rare, des personnes comme Matsuda ou Suzuki représentent un certain espoir. On peut facilement se laisser tenter par la corruption grâce à une récompense souvent alléchante. Malgré tout, certaines personnes au sens moral solide restent attachées à leurs convictions. Et ce sont ces personnes qui peuvent impacter certaines situations, à leur échelle. Les choix menés par les personnages tout au long du drama ont des conséquences significatives sur le déroulement de l’enquête. La série joue aussi beaucoup sur le suspense, notre sens éthique et moral. On se laisse porter par le rythme soutenu, façon thriller, en se demandant quel complot va encore émerger. The Journalist est un drama dynamique, sombre et intrigant. Il met la pression au gouvernement nippon en mettant le doigt sur des soucis d’actualité inquiétants. A voir sans hésitation !

Le drama politique, un genre qui pousse à la réflexion

Avec Japan Sinks et The Journalist, Netflix nous propose deux œuvres basées sur une critique du gouvernement japonais. La corruption politique est un sujet actuel et global. On lit souvent des cas avérés concernant l’Europe ou les États-Unis, mais à l’échelle mondiale, le Japon se fait plus discret. En effet, le pays cherche à garder ses scandales entre ses frontières. Ainsi, ces séries mettent le doigt sur ces petits secrets bien gardés à travers des intrigues haletantes.

Ces dramas attirent la sympathie du spectateur grâce à la présence systématique de personnages empathique et foncièrement honnêtes. Dans Japan Sinks, Amami a ce rôle de fédérateur qui réussit à convaincre tout le monde par sa persévérance. Dans The Journalist, Matsuda est un peu l’antagoniste des journalistes détestés du grand public. Son côté humain rend sa cause légitime et ses pratiques plus acceptables. Il en va de même pour Suzuki, donc la droiture typiquement japonaise est louable. Avec notre regard occidental, il peut d’ailleurs être difficile de comprendre ses choix personnels. Chaque personnage a son importance et permet d’humaniser un tant soit peu ces complots politiques.

L’élément principal de ces séries est la réflexion personnelle, voire la remise en question. En effet, tout au long des épisodes, les personnages vont questionner leurs décisions, et le spectateur suit ces bouleversements. Ce dernier fait également face à une différence culturelle majeure, car il est assez évident que les crises abordées dans ces dramas seraient traitées différemment chez nous. Dans une série occidentale, on pourrait noter la présence de violence assez récurrente dans ces thématique. Cependant, au Japon, tout se règle discrètement, dans l’ombre. On fait porter le chapeau aux boucs émissaires et on se protège derrière la hiérarchie. Mais il suffit d’une décision radicale pour que tout bascule.

Le catalogue japonais de Netflix Europe évolue petit à petit. Les dramas nippons commencent à se faire une place timide mais solide sur la plateforme. Si certains titres passent inaperçus car pas assez ouverts au public occidental, d’autres sortent du lot. Japan Sinks : people of hope et The Journalist en font partie. Tous deux évoquent la corruption politique, l’impact des médias et notamment des journaux, et nous met face à des choix difficiles, même en tant que spectateur. Ce sont des séries qui font réfléchir, remettent en doute nos convictions et donnent envie de mieux comprendre la politique japonaise. Si le thème du drama politique vous parle et que vous appréciez les intrigues poussant à la réflexion, foncez voir ces deux séries, vous ne serez pas déçus. Les plus nostalgiques reconnaîtront quelques têtes connues dans le casting !

Liens vers les deux séries : Japan Sinks : People of HopeThe Journalist

Marine Mellet

Je suis Marine, alias Rin sur le web. Passionnée par la culture japonaise depuis de nombreuses années, je l'enseigne aujourd'hui aux débutants en plus du français. J'adore rédiger des articles sur mes expériences au Japon et la pop-culture en général. Retrouvez-moi dans de multiples domaines !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Concours Rentrée littéraire 2022 : des romans, mangas et light novel pour votre PAL !