[Interview] avec Man With A Mission : Mission acceptée

Man With A Mission à Paris

Après un passage remarqué à Japan Expo 2012, Man With A Mission, affectueusement surnommé MWAM, sera de retour en France pour deux dates événements. Le 2 mars en showcase à Japan Expo Sud, et le 3 mars en concert à la salle de la Machine du Moulin Rouge. Mi-hommes, mi-bêtes, ils nous ont accordé pour l’occasion une interview rock’n’roll et velue, par la voix du leader et guitariste Jean-Ken Johnny.

 

Journal du Japon : Pour commencer, quand avez-vous choisi la voie de la musique ? Quel a été le déclic ?

Jean-Ken Johnny : Au début nous avons été créés pour faire le mal et nous ne sommes pas fiers de ce que nous avons fait. Finalement nous avons été cryogénisés en Antarctique, mais pendant cette période, nous avons écouté toutes les musiques du monde. Elles ont vraiment résonné dans nos cœurs, nous ont inspirés et nous nous sommes dit que si un jour nous sortions de la glace, nous ferions quelque chose de bien avec de la musique.

Kamikaze Boy, Spear Rib, Tokyo Tanaka, Jean-Ken Johnny, DJ Santa Monica… Comment avez-vous choisi vos noms ? Que signifient-ils ?

Nous ne savons pas, nous nous sommes toujours appelés ainsi. Je crois que c’est un peu comme des noms de codes.

Pouvez-vous nous en dire plus sur vos influences musicales et visuelles ?

Personnellement j’ai été surtout influencé par la scène alternative du rock des années 90 : Nirvana, Smashing Pumpkins, The Pixies, Dinosaur Jr., Foo Fighters, Incubus…
Nous adorons tous le heavy metal, le punk rock, le hip hop, l’electro, tout en fait. La musique est fabuleuse.

Dans le groupe, qui compose et écrit les chansons ? D’où vous vient l’inspiration ?

Principalement moi et le bassiste Kamikaze Boy. L’inspiration vient de partout. La musique bien sûr, les films, l’animation, les romans et même la vie quotidienne.

Pouvez-vous nous en dire plus sur votre reprise de Nirvana (vidéo ci-dessous, à Japan Expo) et ce que représente ce groupe pour vous ?

Nous savions que ce serait un défi et que certaines personnes n’aimeraient pas. Nirvana est un groupe important pour énormément de passionnés et ils ont quelque chose de sacré pour bien des personnes. Mais avec tout le respect et notre passion pour ce groupe, cette reprise est devenue comme un grand challenge pour nous. Aujourd’hui encore je continue d’écouter la musique de Nirvana et l’inspiration et l’émotion qu’elle me transmetne change pas, et ne changera jamais.

 

Pourquoi avez-vous choisi de chanter en anglais ? À cause de vos influences ou parce que vous espérez une carrière internationale ?

Je pense que c’est pour les deux. Nous adorons la musique du monde entier que nous écoutons, et nous savons que l’anglais est le langage le plus utilisé. Pour partager au mieux notre message et notre musique, utiliser l’anglais était un choix évident pour nous.

Est-ce que chanter en anglais est un handicap pour percer au Japon ?

Je pense que ça n’a plus vraiment d’importance de nos jours, mais la plupart des Japonais veulent entendre chanter directement dans leur langue.

Que pensez-vous de la J-music de maintenant au Japon ? Et spécialement du J-rock ?

Bien que les ventes de CDs aient diminués au Japon et à l’international, je pense que le rock japonais est maintenant en pleine expansion, plein de vitalité, avec un grand potentiel. Il y a un grand nombre d’excellents groupes au Japon et nous espérons que le reste du monde pourra les connaître.

En France, le J-rock et le visual kei sont tous les deux populaires. Par exemple, juste après votre show à Paris, un groupe de visual kei devait se produire… Que pensez-vous de ce mélange ?

Nous pensons que la musique ne doit avoir ni limites, ni frontières. Tant que c’est de la « musique », ce sera toujours de la « musique » et c’est tout ce qui importe.

Showcase Man With A Mission à JE 2012

À propos de vos concerts… Quelles sont les chansons que vous préférez jouer sur scène et pourquoi ?

Si c’est un show court, nous préférons jouer nos morceaux agressifs comme Fly again, Get off of my way, Distance, Welcome to the new world, etc. Mais si la performance est plus longue, on choisira aussi des ballades. Nous voulons vraiment que notre public s’amuse mais nous voulons aussi qu’il connaisse tout notre univers musical.

Vous donnez beaucoup de vous-même pendant le concert. Que voulez-vous faire passer avec votre musique ?

Le message le plus fondamental de notre musique pourrait être que tout doit être vécu dans ce monde. Parfois la vie craint, parfois elle est belle, mais rien n’est vide de sens car chaque jour et chaque instant ont un sens. Et **tout ce que nous pouvons faire c’est choisir et avoir foi en ces choix.

Quel souvenir gardez-vous de votre showcase à Japan Expo ?

C’était génial. De nombreuses personnes ont partagé notre musique là-bas et nous espérons qu’elles se sont amusées. « Je t’aime » (en français, NDLR)

Est-ce que les publics japonais et français sont différents pendant les concerts ?

Les gens qui aiment la musique sont les mêmes tout autour de la Terre. Vous êtes tous géniaux les gars.

Man With A Japan Expo

Est-ce que ce concert a changé quelque chose pour votre carrière au Japon ?

C’est une grande opportunité pour nous et aussi un énorme défi. Nous sommes sûrs que cela voudra dire beaucoup pour notre carrière. Quoi qu’il en soit, tout ce que je veux c’est prendre du plaisir et m’amuser avec tout le monde et en musique.

À propos de vos concerts au Japon, vous allez jouer au Budokan. C’est assez impressionnant pour un jeune groupe ! Qu’est-ce que cela signifie pour vous ?

C’est encore une grande opportunité pour nous et c’est un honneur de jouer au Budokan qui est une salle très symbolique au Japon. Nous espérons que tout le monde, nous y compris, passera un bon moment. Nous espérons que ce sera le fruit de tous nos efforts jusqu’à présent.

Est-ce que ce deuxième concert en France sera différent ? Pouvez-vous nous donner des indices sur la setlist ?

Tout ce que nous pouvons dire c’est que nous sommes prêts à faire bouger la salle.

Quels sont vos prochains projets ? Voulez-vous vous concentrer sur l’Europe ou bien vous développer au Japon ?

Les deux seraient le mieux. Le Japon est un endroit important pour nous mais nous voulons aussi partager toujours plus, au-delà des frontières. Nous avons des projets pour le monde entier cette année.

Merci Jean-Ken Johnny !

Je vous remercie aussi. « Je t’aime » (en français, NDLR)

Questions par Clémence Postis

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *