Tezya : the futur glamour rock’n roll à Paris

C’est le 27 avril 2013 que tezya, représentant du glamour rock’n’ roll, faisait ses premiers pas sur la scène française. L’interprète de Sway (qui tourne depuis mars 2013 dans le J-top de la chaîne « Nolife »:http://www.nolife-tv.com/) a tenté de conquérir la capitale française par sa voix de basse envoûtante, son jeu de scène hypnotique et sa mise en scène. 

Tezya

Le spectacle prend place au sentier des halles de Paris et le coup d’envoi est lancé à 22h. Malgré cette heure insolite une masse hétéroclite de curieux, de fans et d’habitués de la scène J-music sont présents.
Cette diversité du public est le signe d’une hétérogénéité qui marquera ce concert. Néanmoins, tous ont en commun la passion du rock et c’est dans cette esprit d’unité que va se dérouler la soirée.

Les racines du glam rock d’où l’artiste puise son inspiration résonnent fortement dans sa musique et dans ses interprétations : lumières aux couleurs chatoyantes ou flash stroboscopique. Mêlant passé et futur, tezya embarque le public dans un voyage psychédélique.

 

Tezya

Il est 22h20 et le spectacle débute sur les accords de Master Faders Boogie. Le maître de cérémonie arrive coiffé d’un haut de forme et ganté de rouge, et sa voix résonne avec puissance sur ce rock catchy, plongeant le spectateur dans son univers énergique et glamour. Bien que seul en scène, sa musique vibre puissamment.

Le premier contact est établi, le public appâté oscille sur le rythme soutenu du morceau, avant de passer au second où tezya se raconte dans Just love is a comma. Il plonge l’audience dans une autre dimension : un rythme électro-rock digne du générique de tonnerre mécanique – la série TV des années 80 – qui se mêle ensuite à des accents de bossa nova avec l’élégant Luvhal, un morceau soulignant le velours et la puissance de la voix du chanteur.

Viens le premier MC. Tezya salue le public et le gratifie de son plus beau sourire avant de lancer un « merci, merci Paris. Comment allez-vous ? Bien ? C’est la première fois que je viens à Paris ». Le public tout aussi chaleureux lui répond avec enthousiasme.

« J’ai visité Paris et j’ai adoré. Est ce que vous m’acceptez ? » Une fois encore les « oui » vibrants fusent. Encourageant le public, tezya poursuit en lui faisant scander son nom. Rassuré sur l’audience, l’artiste poursuit sa narration, sur Adolescence of the boy’s life qui s’accompagne des premiers head bang. L’esprit rock s’est emparé de la salle et continue crescendo jusqu’à atteindre son paroxysme. Les paroles s’insinuent dans les esprits et les rythmes prennent possession des corps. Nous arrivons à B-A-B-Y-L-O-N, la chanson éponyme de son album et leader du mouvement qu’il nomme future glamour rock’n’roll.
Le temps d’une respiration et le voilà susurrant les premières paroles du sway et c’est avec une discipline martial que le public oscille au rythme de ce boléro.

La marche achevée, vient le quart d’heure des ballades. Les lumières s’adoucissent tandis que le velours sensuel de la voix de tezya délivrent les notes d’amour de where is my place who am I, chanson maintenant bien connue du public puisqu’interprétée durant sa promotion française, à l’occasion d’émission télévisuelle (JJDA IDF1) et du fan meeting de la veille au Kawaï Café de Paris. Ce qu’il ne manque pas de rappeler lors du second M.C avant de déclarer son amour au public français par un « Je t’aime Paris ».

Tezya

Vient l’heure de la dernière reprise : l’artiste est en transe et se donne jusqu’à la dernière note de crazy. Les stroboscopes clignotent sur le tempo électro juste avant que tezya ne quitte la scène, s’évanouissant dans la lumière, avant de réapparaître 10 minutes plus tard après les « encore » scandés par la foule.

Scintillant dans une chemise argent, le chanteur déclame son bien être dans une interprétation touchante et sexy de I feel alright avant de saluer son public dans le vibrato de Good mornig alien.
Le temps de serrer quelques mains du premier rang aux regards brillants et aux sourires radieux puis un ultime remerciement au public et tezya quitte définitivement la scène.

La salle se vide peu à peu, mais tous repartent heureux de ce moment passé avec ce performer charismatique, les sceptiques ont été convaincus et les fans conquis par le futur glamour rock’n roll !

SET LIST
Master Faders Boogie
Just Love is a coma
Luvhal
MC
Adolescence of the boy’s life
B-A-B-Y-L-O-N
Sway
Cosmo of love
Where’s my place Who am I
MC
No vision
Lion
The World
Crazy
Rappel
I feel Alright
Good Morning Alien

 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *