[Interview & Live Report] NoGod ? Don’t messe with them

Le 15e Impact de Japan Expo fut l’occasion pour Journal du Japon de recueillir les confessions du groupe NoGod, composé de Danchou au chant, Kyrie et Shinno à la guitare, Karin à la basse, et K à la batterie.

NoGod -- Photo Natacha Parent

La Genèse

NoGod n’est pas un groupe récent. Fêtant leurs dix ans de carrière en mars prochain, le groupe a déjà parcouru un long chemin.
Revenons sur la Genèse de ce groupe. Comme dans toutes les religions, il y a des façons différente de se convertir, et les témoignages des membres de NoGod en sont l’exemple même.
« J’ai pensé à faire de la musique lorsque j’étais étudiant. A l’époque, je n’avais pas d’envie particulière quant à mon avenir, et je ne voulais pas me professionnaliser. J’ai choisi de continuer quelque chose que j’aimais beaucoup, à savoir la musique. » déclare Shinno.

Karin -- Photo Natacha ParentComme parlant d’une apparition, Karin déclare  « Pour moi, c’est vraiment venu comme ça. D’un coup, je voulais faire de la musique, donc voilà. »

K répond avec pudeur « J’ai commencé la batterie à 12 ans, j’ai apprécié au point de continuer dans cette voie. Pour ce qui est de mon sentiment de devenir professionnel, je ne sais pas encore. »
Ayant vécu une expérience similaire, Kyrie témoigne :  « J’ai commencé la guitare à 14ans. A la fin du lycée, quand j’allais passer à l’université, j’ai cherché ce que je voulais faire plus tard et il s’est avéré que c’était la guitare. »

Le chanteur Danchou, lui, a reçu un appel : « Je commençais déjà à murmurer des phrases de heavy metal donc je pense que c’était mon destin de chanter du heavy metal. (rires) ».

 Danchou -- Photo Natacha Parent

La musique semble toujours avoir fait partie de la vie du chanteur. Comme touché par la grâce très jeune, il a été en mesure d’écrire des paroles très profondes pour les chansons SAKURA et SAIHAKU. Cependant, ce dernier a déclaré qu’il ne serait plus en mesure aujourd’hui d’écrire de telles paroles. L’expérience aurait-elle bridé sa sensibilité, ou bien la popularité aurait-elle engendré une certaine pudeur ? Ce dernier nous explique « C’est vrai que j’étais jeune, j’avais une dizaine d’années. Je pense que c’est un peu pareil pour tout le monde, quand on relit un ancien journal intime, on a un peu honte de relire des lignes un peu jeunes. C’est la naïveté de mon âge qui m’a permis d’écrire ça à l’époque. Maintenant, j’ai 30 ans, c’est vrai que j’ai acquis une certaine maturité, et c’est pour ça que je ne serais plus capable d’écrire cela, mais plutôt écrire des chansons plus adultes. »

La création

Danchou -- Photo Natacha ParentLe groupe vient de sortir un nouveau mini-album intitulé SHIKISAI. Celui-ci est un remake. Un retour aux origines qui soulève des questions. Danchou prend la parole « Le concept est donc les quatre saisons de l’année (printemps, automne et hiver existaient déjà), celle basée sur l’été venait d’être écrite, donc j’ai pensé que c’était vraiment une bonne occasion pour ressortir un nouveau mini-album et mettre ces quatre chansons dans cet album. »

Le groupe semble pris entre l’Ancien et le Nouveau, puisque leur récentes collaborations aux animes semblaient marquer par cette scission. « A la base, les principaux organisateur de ce projet sont venus nous voir parce qu’ils aimaient notre style de musique et se sont dits que ça correspondrait peut-être aux musique d’animes. Nous avons eu droit à deux chansons : la première d’un anime assez récent, et l’autre d’un vieil anime dont le nom est Versailles no Bara. C’était une bonne expérience. »

Pour le nouvel album qui sortira en septembre, le chanteur nous met en garde : « C’est un peu particulier car il n’y a pas vraiment concept. On a pris ce qui est tombé dessus, on a écouté tout ce qui nous était proposé, et au final toutes les chansons ont été sélectionnées au hasard. ».

Quant aux Écritures, même si celles-là ne sont pas Saintes, ou le sont à leur façon, elles correspondent au même schéma de rédaction. Danchou nous explique « Pour ce qui est de la création des chansons, c’est en général la même personne qui commence et termine une chanson. Une fois fait, nous mettons toutes les chansons bout à bout une fois que cela a été accepté par les autres. Dans mon cas, par exemple, je commence à écrire, j’arrange la chanson seul, et je propose une fois que je suis satisfait. C’est comme ça que nous procédons. »

La bonne parole

Kyrie -- Photo Natacha ParentNoGod semble avoir commencé à évangéliser le monde à sa façon. Leur concert de la veille leur a valu de nombreux fidèles, et créé un réel engouement. Le prêcheur nous raconte cette expérience mystique « Il y avait trois cosplayeurs, mais parmi eux il y en avait deux japonais et un italien… (rires) mais c’est vrai qu’on est un groupe qui n’a pas encore sorti beaucoup de disques, et le fait de voir que la salle se remplissait peu à peu, les gens s’accumulaient, pour fini à la fin avec tous le poing en l’air, et voir un tel engouement… Là le public français nous a vraiment prouvé que ce que nous essayons de faire n’était pas complètement faux, mais quelque chose de bien ».
 
Heureux de voir son Eglise comble, il affirme avec joie « Nos plus fortes expériences changent chaque fois, mais la plus récente est celle du concert d’hier à Japan Expo, parce que le public était vraiment formidable. Ça nous a vraiment touchés. Probablement avec le concert d’aujourd’hui, le sentiment changera encore à nouveau. Et j’ai enfin compris que notre musique avait traversé le temps. Faire une tournée européenne est l’un de mes plus grands rêves pour le futur. On aime beaucoup la musique européenne, donc ce serait vraiment un grand rêve. Après avoir acquis cette expérience, j’aimerais vraiment retourner au Japon avec ce que j’ai appris, et devenir un petit peu plus célèbre ».

Afin d’aider le monde à les connaître, nous leur demandons de choisir une seule chanson pour faire découvrir le groupe aux païens. Mais voilà qu’intervient une guerre de religion. Alors que Shinno déclare que ce serait Kakusei, Karin rétorque kamikaze, soutenu par K et Kyrie. Karin proteste. « QUOI ?! Kakusei toi aussi ? Je suis le seul à avoir choisi Kamikaze ?! ». Heureusement, Dancho sauve le groupe du schisme le rassurant : « Non, non, moi aussi, Kamikaze ! », avant de tous esclaffer.

Sans foi ni loi ?

K -- Photo Natacha ParentNoGod est avant tout un groupe qui cherche à se démarquer des autres. Ayant opté pour un genre musical qui, en quelques sortes, prône la liberté par l’extravagance du look, des musiques, de la voix, des paroles, osant ce que la pop n’oserait sans doute pas, ce groupe est bien décidé à ne pas passer inaperçu. Il y a quelques temps, Danchou déclarait : « Si quelqu’un croit à une chose fondamentale dans sa vie, alors cela devient en quelque sorte son Dieu. Notre groupe se défonce pour devenir cette chose fondamentale pour quelqu’un » .
 

Sans se faire prier, le chanteur nous confie comment ils procèdent : « Pour faire simple, nous n’écoutons pas vraiment de musique visual kei. Nous optons plus souvent pour des musique étrangères, et c’est sûrement cette influence là qui fait cette originalité. » avant de continuer « Nous n’avons pas forcément de modèle précis pour notre style ou notre musique, puisque notre but premier était de faire quelque chose que les autres ne feraient pas. Pour ce qui est de notre inspiration musicale, cela dépend vraiment des albums et des chansons. Par exemple, pour l’album FIVE qui est sorti l’année dernière, nous avons pensé à un style, nous voulions faire un certain genre d’album, et nous avons commencé à écouter des artistes qui travaillaient dans ce genre précis pour faire cet album là. C’est avec cette approche là que nous avons nos inspirations. »

 

Danchou -- Photo Natacha ParentNous insistons ensuite sur la musique japonaises, qu’ils semblent éviter comme un péché. Est-ce à ce point l’apocalypse, dans l’industrie musicale japonaise ? « Je pense que le Japon est encore, quand même en meilleure posture que d’autres pays malgré le manque de popularité des groupes. C’est vrai que c’est quelque chose qui se ressent vraiment, on peut voir même que les ventes de CD n’arrêtent pas de diminuer au Japon. Cependant, pour ce qui est des concerts, je pense que l’engouement est toujours là, et nous avons un très bon public au Japon » confesse Danchou avant de s’avouer fan du groupe B’z, et d’ajouter « Je pense que c’est peut-être le meilleur moment pour eux, parce que sont au plus haut de leur carrière actuellement. Mais j’ai de la chance car après Japan Expo, je rentrerai au Japon… vers le 8 juillet, juste à temps pour leur dernier concert, que je pense aller voir ».
 

 

No future ?

Karin -- Photo Natacha ParentQuel serait alors le petit péché mignon pour lequel le groupe pourrait se damner?

Kyrie avoue que le groupe aime beaucoup les mangas, anime, mais aussi les jeux vidéos.. Sur ce dernier sujet, il confesse « Pour moi, ce serait Battlefied par exemple. J’ai hâte de rentrer vite chez moi pour jouer au quatrième volet de ce jeu. ». K, à son tour, déclare « Pour moi, ce serait les Vocaloid », lorsque Shinno joue la carte de la sobriété avec les jeux sur smartphone.

Danchou nous confie « Pour moi, c’est Gundam, vraiment. Gundam Unicorn notamment. Puis au Japon, il y a une nouvelle série qui va commencer, et je suis très impatient de la découvrir. »
De façon plus capitale, Karin rougit et nous annonce « Pour moi, ce sont les choses où il y a des hommes qui…font l’amour ! (éclat de rire) Non, c’est une blague, c’est une blague ! »

Lorsque vient l’heure du jugement sur leur propre carrière, après 10 ans d’existence, Danchou constate : «Tout cela m’a paru plutôt court malgré la lenteur des évolutions dans notre carrière. Bien sûr, nous ne souhaitons pas nous arrêter à 10ans, et je pense que ces dix premières années ont permis d’acquérir l’expérience pour pouvoir continuer encore 10, 20, 30 ou 40 ans ».
Mais ils ne comptent pas être seuls tout ce temps. C’est pourquoi ils incitent les fans à les rejoindre :
« Nous aimerions vraiment encourager les fans français à écouter NoGod, quelque soit le support, que ce soit web, ou disque, ou encore télévision car nous souhaiterions vraiment revenir en France. Donc s’il vous plaît continuez vraiment à nous encourager. », vous prie Danchou, avant que Karin se mette à crier les noms de la famille des membres du groupe comme un dément, et danser puis aille se cacher dans un coin de la salle en rigolant.
Ce qui est sûr, c’est qu’avec eux, l’éternité ne sera pas ennuyeuse.

Shinno et Kyrie -- Photo Natacha Parent

Le coup de grâce

Un livre de prières faisant office de micro à la main, Danchou entre sur la (s)cène, afin d’ouvrir le rite.
A peine le concert commencé, et les fans en transe, qu’un premier évanouissement survient. Par miracle, la fraternité des fidèles lui permet d’être prise en charge à temps.
Cette communion des fans se retrouve dans les poings levés au ciel, et les chants repris avec ferveur par les fans, en chœur : ils annoncent leur crédo.

Leur vénération pour le groupe, en vertu de laquelle ils étaient présents à Japan Expo, pardonne la justesse qui pèche parfois. Afin de les remercier de leur indulgence, le groupe ne lésine pas sur le fanservice, en signe de repentance. Après des riffs joués front contre front, le guitariste à sept cordes, Kyrie, se jette corps et âme dans la fosse. Rappelant La création d’Adam de Michel-Ange, il prend appuis sur la barrière, et touche les mains de ses adorateurs.

Le public n’est pas resté cloué sur place lors de leurs prestations. Mais sont-ils sont sauvés quant à une future tournée européenne ? Espérons pour eux qu’ils ne soient pas contraints de faire une croix dessus. Une chose est sûre, les convertis sont priés de continuer de chanter leurs louanges jusqu’à ce qu’ils puissent crier « NoGod revient ! ».

Danchou --Photo Natacha Parent--

Pour plus d’informations sur le groupe, vous pouvez consulter leur page officielle , ou les suivre sur Twitter.

Merci au groupe, aux autres médias participants, ainsi qu’à leur interprète et à Japan Expo pour la mise en place de l’entrevue.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *