ONE OK ROCK : Une carrière OK, qui rocks !

ONE OK ROCK. Ce nom vous est sans doute familier, si ce n’est incontournable selon votre degré d’intimité avec la scène rock japonaise. Quoi qu’il en soit, en constatant la vitesse à laquelle partent les places pour les voir en concert en France, il semblerait que ce groupe soit très apprécié. Mais à quel point les connaissons nous vraiment ?
À quelques jours de leur date française, Journal du Japon avait envie de revenir sur cette carrière vieille de presque une décennie…

one_ok_rock_2711
Le nom One Ok Rock vient de l’heure à laquelle le groupe se réunissait les week-ends pour répéter : one o’clock qui, assimilé au langage japonais et l’indifférenciation entre le r et le l, transforma o’clock en « ok rock ».

Le groupe naît durant l’été 2005, lorsque Toru YAMASHITA, alors au lycée, a voulu débuter un projet musical. Fréquentant Ryota KOHAMA avec lequel il faisait du hip-hop au sein de HEADS, il demande à ce dernier d’apprendre la basse, ainsi qu’à Alex ONIZAWA, un senior, de les rejoindre. Peu après, il recrute un camarade de classe, Tomo, afin d’assurer le rôle de batteur.
A cette époque, le jeune Taka MORUICHI, fils du célèbre chanteur d’enka Shinichi MORUICHI ne fait pas encore partie de l’aventure. Il appartient encore au groupe NewS, de la Johnny’s. Ce n’est que trois mois plus tard qu’il quitte l’agence pour se consacrer à ses études. Il joue avec un autre groupe, mais n’appréciant pas sa situation et le confiant à Toru, il est recruté au sein de ONE OK ROCK, un groupe qui lui correspondrait davantage.

Seulement Tomo est contraint de quitter la formation au moment de leur signature avec le label Amuse, et il est remplacé deux ans plus tard par Tomoya KANKI, alors enseignant dans une académie de musique. Alex lui, quitta le groupe en 2009 suite à un scandale médiatique.
Aujourd’hui, le groupe est composé de Taka (chant), Toru (guitare), Ryota (basse), et Tomoya (batteur).

Dès ses débuts, ONE OK ROCK connait un succès immédiat. En décembre, l’année de leur formation, l’un de leurs concerts est sold-out. Leur premier single Naihi Shinsho se plaça 48e du top Oricon, alors que leur second, intitulé Yume Yume, se niche directement à la 43e place. Cette sortie leur offre des passages radio à l’échelle nationale et la signature du contrat avec AMUSE records, et donc un passage en major.

Kanjou_EffectLeur premier album, Zeitabukyo, sort en 2007 et fut suivi d’une première tournée, cependant le second, Beam of Light, conduit le groupe à se remettre en question, considérant qu’ils devraient en faire davantage pour réussir. Après quoi naquit Kanjou Effect, le 12 novembre 2008, qui conquiert le public occidental par un son accessible et typé. Ils commencent à recevoir beaucoup d’attention, mais également à vendre leurs créations à l’étranger, y compris en boutique.

Peu après le départ d’Alex dû à un scandale dans un train avec une femme, leur participation au générique du drama God Hand Teru (avec leur single Around the World Shônen) et leur tournée furent toutes deux annulées.

Mais le groupe ne se laisse pas abattre pour autant et revient avec un nouveau single le 3 février 2010 : Kanzen Kankaku Dreamer, puis Jibun Rock en avril de cette même année, et enfin leur quatrième album Niche Syndrome, lequel mènera la formation pour la première fois sur la scène du célébrissime Nippon Budokan, sold-out pour l’occasion. L’événement sera immortalisé via le DVD This is my Budokan?!, sorti le même jour que leur single Answer is Near.

Avec Kanjou Effect, le groupe avait connu une division, des différents quant à la façon de créer un album, composer, notamment entre Taka et Alex. Avec ce nouveau line-up, les garçons surprennent leurs fans avec un son plus pur, sans doute dû à la réduction du groupe à une guitare unique, celle de Toru maintenant devenu guitariste principal.

ONE OK ROCK ne cesse de produire et d’augmenter leur popularité, par exemple en participant au thème du jeu PSP Black Rock Shooter: The Game, ou encore d’enregistrer Smells Like Teen Spirit pour un hommage à Nirvana en 2012. Ils enchaînent les demandes de theme song, ainsi que les collaborations.

ONE OK ROCK fait la tête d’affiche du Rock in Japan Festival, mais également du Summer Sonic Festival, puis du Rising Sun Rock Festival, Monster Bash, Treasure05X, Mad Ollie, Countdown Japan 2010/2011, et Radio Crazy. La formation a eu l’honneur de supporter PAY MONEY TO MY PAIN dans leur 2010 STAY REAL tour, le groupe The Hiatus pour leur ANOMALY 2010 tour, mais aussi TOTALFAT à l’occasion du OVERDRIVE tour.
Peu après, ils sortent Zankyo Reference, leur cinquième opus, lequel impose un style plus classique au groupe. Cette fois, ils jouent deux dates dans la salle du Yokohama Arena devant 17 000 personnes.

Après cette victoire, les garçons entament leur première tournée asiatique, sur les scènes de Taiwan, Singapour et Corée du Sud, avec en guests 9mm Parabellum Bullet, Mao Abe, Hello Sleepwalkers, et Crossfaith pour les quatre dates japonaises.
Le groupe a fait la tête d’affiche du Japan Festival sur la scène principale, de même pour le Summer Sonic 2012, aux côtés de Green Day, Franz Ferdinand et Rihanna.
A leur retour, The Beginning, le septième single, voit le jour. Son clip sera élu « Meilleure vidéo rock » des MTV Video Music Awards Japan 2013 et reçut le « Best Your Choice » à l’occasion du Space Shower Music Video Awards. La chanson titre de cette nouvelle sortie servira d’ailleurs de générique au film Rurouni Kenshin, tandis que que le single the same as… du même album sera lui utilisé pour  Good Morning Everyone. Enfin, Nothing Helps sera une production utilisée pour le jeu Devil May Cry sur PS3, lorsque Deeper Deeper sera utilisé dans une publicité pour Suzuki Swift Sport au Japon.

Leur sixième album, Jinsei X Boku offre une perspective plus mature et plus accessible à l’Occident de par des paroles majoritairement en l’anglais.
Suite à la catastrophe de Fukushima, le 11 mars 2011, le groupe enregistre Be The Light pour soutenir la population japonaise dans cette dure épreuve. La vidéo sort le jour de la commémoration de l’événement. et servira de thème au film Space Pirate Captain Harlock.
Taka chante ensuite aux côtés de Simple Plan sur la chanson Summer Paradise, lors d’une ré-édition de leur album Get Your Hearts On au Japon. Puis, plus tragiquement, il collabore à l’album en hommage à K, chanteur de PAY MONEY TO MY PAIN, décédé en décembre 2012. Et, toujours sensible aux tragédies, le groupe donna leur Tohoku Live House Daisakusen ACOUSTIC TOUR, à l’occasion d’un projet de restauration de la région sinistrée de Tohoku et en hommage aux victimes du tremblement de terre.

ONE OK ROCK 2013S’ensuit alors une nouvelle tournée, dont cinq concerts en Europe qui furent sold-out immédiatement pour quatre d’entre eux. Le groupe traversa le continent par Paris, Bonn, Londres, Amsterdam, puis un retour en Asie, à Hong Kong, Séoul, Bangkok, Kuala Lumpur, Singapour, Jakarta et Taipei pour terminer l’année.

En février 2014, ONE OK ROCK complète son tour du monde en passant par les États-Unis où ils donneront deux concerts, à New York et Los Angeles, avant d’en ajouter deux à Philadelphie et Toronto en mai. Également, ils ont participé au Rock on the Range de Columbus, qui fut leur premier festival en dehors de l’Asie. En juin et juillet dernier, le groupe participa au VANS WARPED TOUR 2014 avant de retourner en Amérique du Nord pour y tenir 18 concerts.

Leur single Mighty Long Fall/Decision, sorti le 30 juillet dernier, fut utilisé comme chanson thème du film sequel Rurouni Kenshin. Quant à Decision, elle sera utilisée pour leur prochain documentaire.
Ils ont participé au knotfest aux Etats Unis et Japon, et le 27 novembre joueront comme guest au concert du groupe Hoobastank, à l’occasion de leur tournée japonaise.

Récemment, le groupe a annoncé une tournée aux Etats-Unis, Amérique du Sud et Europe, en se rendant au Chili, Argentine, Brésil, Préru, Mexique, France, Italie, Suisse, Allemagne, Danemark, Suède, Pays Bas, Belgique, Royaume Uni et Russie.
Ils joueront avec Ghost Town aux Etats-Unis et Royaume-Uni, ainsi qu’avec Tonight Alive et Mallory Knox pour la plupart des dates Européennes … nous espérons vous y voir !

1525772_10153379238227907_2571197965104491009_n
Visuels :  Copyright © ONE OK ROCK All Rights Reserved & Amuse Records.

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Ariane dit :

    L’article est sympa, mais contient quelques erreurs, notamment le fait que The Beginning soit cité comme étant à la fois le générique de Rurouni Kenshin et de Good Morning Everyone, alors que c’est « the same as… », figurant sur le même album, qui sert de theme song à ce dernier.
    L’orthographe des titres mériterait d’être un peu plus rigoureux aussi: leur 2e single est intitulé « Yume Yume » et pas juste « Yume », « Kanjou Effect » ne prend pas de « s », tandis que le « smell » de « Smells like teen spirit » en prend un. Et sinon un détail, God Hand Teru n’est pas un anime mais un drama.
    Bon et comme je suis partie pour chipoter, je préciserai que quand on parle d’un groupe on utiliserait plutôt la 3e personne du singulier: « ONE OK ROCK connut le succès dès SES débuts; l’année de SA formation, l’un de SES concerts est sold-out »… Je sais, ça sonne bizarre au début, mais concrètement on utiliserait le pluriel seulement si on parlait des « membres de ONE OK ROCK », ou quelque chose comme ça. Preuve en est, vous écrivez vous-même « Dès leurs débuts, ONE OK ROCK connut un succès immédiat. »: pourquoi mettre le pluriel au début de la phrase et pas après? Il semble évident qu’écrire « ONE OK ROCK connurent » sonne bizarre, donc logiquement on mettrait aussi le singulier au début de la phrase 😉
    …Voilà, mes excuses car on dirait que je râle juste pour le plaisir, mais c’est juste que je trouve dommage qu’un article de bonne qualité contienne des coquilles pareilles 😉 Il contient aussi des détails intéressants sur le parcours du groupe, c’est pour ça que je prends la peine de faire ces quelques remarques 🙂

    • Paul Ozouf dit :

      Bonjour Ariane,

      Paul OZOUF, rédacteur en chef. Merci de nous avoir lu. Pas de soucis pour les critiques et corrections, nos rédacteurs sont humains et peuvent faire des erreurs ^^

      Tes remarques étaient l’occasion de relire le papier qui contenait encore quelques coquilles. La rédactrice n’étant plus dans nos rangs, j’ai juste procédé à quelques corrections mineures : factuelles sur ce que as noté dans ton commentaire (merci, donc), et pour un peu homogénéiser la conjugaison. Pour les accords avec ONE OK ROCK, la rédactrice a sans doute décidé de parler parfois du groupe, parfois des membres, l’article date un peu et je ne sais plus. Donc je laisse tel quel, sauf quand y a une faute de singulier pluriel évidente (comme cette histoire de « leurs débuts »).

      A bientôt dans nos colonnes en tout cas !

  1. 12 février 2015

    […] * ONE OK ROCK : Une carrière OK, qui rocks ! A lire ici […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *