Les aventures de Yuka SHIMADA, Bam et Kéro !

La semaine dernière nous vous présentions Yoaké, nouvel éditeur jeunesse qui se nourrit d’histoires nippones. Cette semaine, nous vous présentons leur premier auteure, Yuka SHIMADA, qui est venue en France au Salon du Livre de Jeunesse de Montreuil, fin 2014.

Yuka SHIMADA est la créatrice du duo Bam et Kéro, le chien et la grenouille, deux amis qui fêtaient l’an dernier leur 20 ans d’existence au Japon. Comme elle est totalement inconnue chez nous nous sommes allées, curieux, à sa rencontre, pour savoir comment sont nés ces deux personnages et leurs aventures, puis quelle est la vision de l’enfance – et des enfants – de cette auteure nippone. C’est avec le sourire, sincérité et beaucoup de gentillesse qu’on nous a répondu, voyez par vous-même !

Yuka Shimada -photo Paul Ozouf pour ©journaldujapon

Yuka Shimada -photo Paul OZOUF pour ©journaldujapon

Bam et Kéro : naissance et inspirations…

Journal du Japon : Pour commencer, comment sont nés Bam et Kéro ?

Yuka SHIMADA : En ce qui concerne Kéro, la grenouille, tout a commencé à l’époque où je travaillais dans une librairie. Un jour j’ai vu une petite fille qui avait une peluche en forme de grenouille mais qui la tenait par les pieds, elle la traînait partout mais à l’envers. J’ai trouvé ça plutôt mignon et j’ai commencé à dessiner cette grenouille de temps en temps, pendant mon travail.

Pour Bam, le chien, il est arrivé plus tard. Je n’avais encore trouvé mon propre style et pour m’y aider j’ai voyagé et je suis allée en Angleterre. Pendant ce voyage je suis passée dans une brocante et je suis tombé sur un petit personnage, un chien du nom de Bonjo, créé dans les années 20 là bas, qui était vieux, avec plein de rides et qui était presque grotesque mais moi je l’ai trouvé mignon car il avait un charme fou. C’est là que j’ai compris qu’on pouvait créer un personnage attachant même s’il semblait moche à première vue. C’est comme ça que j’ai créé Bam avec toutes ses rides.

dimanche-chez-bam-et-Kéro-yoake

Un dimanche chez Bam et Kéro, les premières aventures !

Vous vivez au Canada et vous citez dans vos références Julia Vuori, une auteure pour enfant finlandaise… Mais, dites-nous, est-ce que ces deux héros ont quelque chose de japonais ?

Aaaah, c’est une question difficile ! Réfléchit…

Bam et Kéro ne sont pas typiquement japonais mais ils évoluent dans un univers qui l’est, en partie, car on y retrouve par exemple les teru-bozu, des éléments classiques du quotidien japonais. Après on peut retrouver des habitudes et des façons de faire qui ont quelque chose de Japonais : lorsqu’ils se préparent à faire un gouter par exemple, ils vont d’eux même ranger leurs jouets puis vont bien se nettoyer les mains avant de passer à table. Ce désir de bien faire les choses et de les faire de manière ordonnée à quelque chose de japonais.

Après je n’ai pas cherché à en faire des personnages nippons. Pour ce qui est de se laver les mains c’est quelque chose qu’on me disait toujours quand j’étais petite, donc c’est ressorti tout naturellement ! (Rires)

Vous nous présentez aujourd’hui votre premier ouvrage de Bam et Kéro, paru en 1994, quels souvenirs gardez-vous de ce premier livre ?

Hésitante…  Des souvenirs positifs ou négatifs ?

Comme vous voulez ! (Rires)

Si on commence par le mauvais souvenir : au Japon il y a un intermédiaire entre l’éditeur et les libraires qui donnent un avis et des indications pour déterminer le nombre d’exemplaires à tirer. Au moment de la publication de cet album un intermédiaire bien connu dans le métier a décrété que les personnages n’étaient pas mignons et on réduit le nombre d’exemplaires. Mais heureusement le public en a décidé autrement !

Bam & Kéro se prélassent au SDL Jeunesse de Montreuil ! Photo Paul OZOUF ©journaldujapon.com

D’où tirez-vous votre inspiration pour leurs aventures ?

Ma vie quotidienne m’inspire beaucoup, ce que je vois ou ce qu’on me raconte. Par exemple quand j’étais petite j’avais une habitude, celle de tremper tout ce que je mangeais dans des boissons… C’est une habitude que j’ai perdu avec le temps mais en m’installant au Canada j’ai vu plein d’adultes le faire, et ce souvenir d’enfance m’est revenu. C’est typiquement le genre de chose que j’aime raconter dans Bam et Kéro.

Si vous vous inspirez du quotidien, peut-on imaginer Bam et Kero à Paris ?

Et oui, voilà, toutes les personnes présentes sur ce salon et à cette table peuvent apparaître dans un prochain livre ! (Rires)

Enfants d’ici et d’ailleurs

Puisque l’on parlait de l’enfance… Dans ce salon vous avez pu croiser plein d’enfants français, quels sont vos impressions par rapport aux enfants japonais ?

Madame Shimada échange un regard amusé avec son interprète

Nous nous faisions justement la remarque, en montant dans les étages du salon, que les escaliers étaient assez sales, avec plein de détritus dans les marches. C’est quelque chose qui aurait sans doute choqué des enfants japonais, qui se seraient probablement mis à faire le ménage ! (Rires)

Plus globalement c’est difficile de comparer car ici les enfants ne font que passer sur le stand, mais j’ai pu remarquer qu’ils ne sont pas absolument pas timides et n’hésitent pas à s’adresser à nous. Les enfants japonais manquent beaucoup plus d’assurance… Par exemple, régulièrement, les enfants nippons qui sont fans de Bam et Kéro préparent ce qu’ils veulent me dire et répètent leur texte, mais ils sont tétanisés lorsqu’ils arrivent devant moi et c’est souvent la maman qui nous explique ce qu’ils voulaient nous dire ! (Rires) 

Bam & Kéro noël

Les fêtes de Noël arrivent d’ici peu… Comment cela se déroule-t-il pour les tous petits au Japon ?

Les enfants japonais aiment beaucoup noël mais ça c’est surtout pour manger des gâteaux et ouvrir des cadeaux !

C’est assez similaire chez nous…

Seulement chez nous ils ne savent absolument pas ce que cette fête signifie, c’est un peu dommage. Et du coup quand on me propose de faire un titre spécial consacré à Noël je ne suis pas trop partante car je n’aime pas trop cette façon un peu trop commerciale de résumer cette fête.

Au Japon Bam & Kero a du succès auprès des enfants, bien sûr, mais aussi auprès des parents… Pourquoi selon-vous ?

Je n’écris pas mes histoires en pensant à un public ou à un autre mais il parait que les enfants s’identifient souvent à Kéro, qui fait plein de bêtises, et que les mamans aimeraient souvent être comme Bam, qui arrive à ne jamais se fâcher après Kéro, quelque soit ses mauvais tours ! (Rires)

 Dernière question pour la personne qui vous accompagne, c’est votre éditeur c’est ça ?

Ah non, pas du tout, c’est mon mari ! (Rire général)

Aaah ! Et bien peu importe, posons lui la question tout de même : qu’est-ce que votre femme a en plus par rapport aux autres auteurs jeunesse selon-vous ?

Madame Shimada scrute la réponse de son mari, ce qui fait rire tout le monde à nouveau…

Monsieur Shimada : je ne suis pas un spécialiste des autres auteurs jeunesse mais ce dont je suis sûr, c’est qu’elle a une très grande affection pour ses personnages, elle y tient beaucoup.

C’est ce que l’on ressent en effet. Merci à vous deux et bonne chance à Bam et Kéro pour leurs débuts français !

Le voyage de Bam et Kéro

Le voyage de Bam et Kéro

Retrouvez les deux premiers tomes de Bam et Kéro aux éditions Yoaké. Toutes les informations sur les ouvrages vous attendent sur le site internet de l’éditeur, que vous pouvez aussi retrouver sur leur page Facebook ou leur compte Twitter.

Remerciements à Yuka Shimada pour son temps et ses réponses malgré la fatigue, ainsi qu’à son mari et à notre interprète du jour. Remerciements également à Jérome Chelim et aux éditions Yoaké pour la mise en place de cette interview.

 

 

Paul OZOUF

Rédacteur en chef de Journal du Japon depuis fin 2012 et fondateur de Paoru.fr, je m'intéresse au Japon depuis toujours et en plus de deux décennies je suis très loin d'en avoir fait le tour, bien au contraire. Avec la passion pour ce pays, sa culture mais aussi pour l'exercice journalistique en bandoulière, je continue mon chemin... Qui est aussi une aventure humaine avec la plus chouette des équipes !

Vous aimerez aussi...

2 réponses

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *