[Portrait du Japon] Rencontre avec Asami, une amoureuse de la France

Journal du Japon continue de vous proposer de nouvelles découvertes et rencontres : notre mascotte You-kun, le félin qui gère notre actuellement notre compte tumblr, est parti à la rencontre de plusieurs Japonais pour en apprendre plus sur leur vie quotidienne et leur vision de leur pays… Ou du nôtre !

Portrait du Japon, épisode 1 : c’est parti !

Portrait du Japon 01

Portrait d’Asami, une amoureuse de la culture française.

Petite présentation…

Asami & Oka

Représentant les couleurs de la France lors de la remise de diplôme.

  • Asami, 24 ans, originaire du Kansai (à Okoyama), travaille actuellement à Tokyo pour une organisation internationale.
  • Elle a étudié le Français à l’Université d’Osaka. En 2010-2011, elle a fait un échange d’une année avec l’Université d’Aix-en-Provence.
  • Elle en a profité pour apprendre le coréen et faire un séjour linguistique en Angleterre.
  • Elle adore la France et sa cuisine.
  • Elle essaye de continuer de pratiquer la langue avec des sorties entre camarades où tout le monde parle français, en allant voir des films dans notre langue,etc.
  • Elle aime sortir dans Tokyo dans des bars à vin et faire des restaurants “français”.
  • Elle désire montrer à ses amis francophones que le Japon ne se résume pas seulement aux animes et aux mangas.

Pourquoi une Japonaise apprendrait le français ?

You-kun:Comment as-tu découvert la France ?

Université d'Osaka

Université d’Osaka

Asami : Je ne sais plus trop… C’était ma majeure (parcours principal pour son parcours universitaire, NDLR) à l’université et honnêtement, c’est vraiment par hasard que j’ai choisi d’apprendre le français. Il fallait que je choisisse quelque chose, alors c’est sans trop réfléchir que j’ai pris cette décision. Finalement cela m’a beaucoup plu, autant la langue que la culture. Celle-ci me paraissait et me parait toujours une culture “libre”. Au Japon, il faut toujours suivre les règles, c’est une culture stricte et cela a toujours était ainsi, alors qu’en France, tout semble plus décontracté, plus “libre” donc.

 

Était-ce difficile d’apprendre le français ?

Pas tant que ça. Il est vrai que la conjugaison est vraiment difficile mais pour le vocabulaire, il suffit de l’apprendre. À ce niveau, c’est comme l’anglais. Pour ce qui est de la prononciation, ce n’est pas que c’est difficile, mais il a fallu beaucoup d’effort au début, après c’est devenu facile. Je trouve vraiment que le français est une belle langue. Je trouve que l’élocution  française est très belle. Elle sonne même un peu comme un chant.

Tu as donc appris l’anglais aussi et tu as fait un séjour en Angleterre, qu’est ce qui t’attire dans la culture étrangère ?

Oh l’anglais faisait aussi partie de mon programme universitaire, et je trouve qu’il est très utile de parler anglais. J’aime voir le Monde, j’aime le fait que ce soit différent du Japon. J’aime les paysages étrangers, mais aussi la culture étrangère. C’est super intéressant. C’est ce qui m’attire, c’est peut-être pour cela que l’Occident est vraiment séduisant, c’est vraiment différent.  J’aime mon pays mais je ne suis pas vraiment passionnée par le Japon.

Quels sont les œuvres qui t’ont marqué ?

Notre-Dame de Paris

Notre-Dame de Paris

Les œuvres ? Il n’y a pas d’objet ou de bâtiment spécifique qui m’ont marqué, même si j’adore la cathédrale de Notre-Dame. Je trouve que les Français vivent avec l’art. Ils sont tous des artistes, que ce soit au niveau culinaire ou au niveau du dessin.
Par exemple, quand j’étais à Paris et que je visitais des musées comme celui du Louvre, je n’ai jamais autant vu de personne s’asseoir et dessiner pour eux-mêmes ou pour les autres. Ça a été comme un choc, car au Japon tout ce que l’on peut voir ce sont des gens qui regardent vite fait les œuvres, prennent des photos et c’est fini. L’art est en dehors du quotidien alors que j’ai l’impression qu’en France, on vit avec. Ici, il y a très peu de personnes qui se baladent avec un carnet de croquis dans la ville pour dessiner tout ce qui s’y passe. On pense toujours que ce sont les autres qui font de l’art, que c’est seulement pour les artistes et non pour les amateurs. Il y en a peut-être mais beaucoup moins que ce que j’ai vu en France. Les Français sont vraiment fascinants.

Les stéréotypes japonais et français 

Comment les Japonais voient la France et les Français en général ? Et vice-versa ?

C’est simple, la France est belle et magnifique, tout est bien fait. Le pays incarne l’élégance, on croit que tout le monde porte un béret ainsi que des vêtements à la mode, que les filles sont toujours très bien maquillées. Les Français mangent des baguettes et du fromage tous les jours. Mais quand je suis arrivée en France, j’ai bien vu que tout n’était pas vrai… Je n’ai jamais rencontré de filles élégantes et bien maquillées comme on le décrit au Japon. Certains Français portent le béret, mais je pense que c’est juste pour rigoler ou alors ce sont seulement les personnes âgées. Mise à part le pain, le fromage et le vin qui restent pour moi meilleur que tout ce que j’ai pu goûter, tout n’avait été qu’illusion. Cela ne m’a pas empêché d’apprécier la gastronomie française, c’est peut-être pour cela qu’en France j’ai pris du poids…

Et pour l’inverse… En fait je n’y ai jamais vraiment réfléchi sérieusement, mais je crois que les Français pensent qu’au Japon il y a encore des samouraïs et des ninjas, que tout est bien structuré et tout est vraiment propre. Et pour dire la vérité, ce n’est pas très vrai, sur certain points si on compare avec l’administration française on est peut-être bien organisé  mais ce n’est pas toujours le cas. Et puis cela fait bien longtemps qu’il n’y a plus de samouraï et de ninja !

Quel est le genre d’idées reçues des Français envers le Japon qui t’ennuie ?

Sincèrement, ce qui m’ennuie, c’est les Français qui ne parlent que de manga et d’anime. Quand j’étais en échange, tous les gens que je rencontrais et à qui je disais que j’étais Japonaise ne me parlaient que de manga comme si c’était normal que je connaisse tout et que j’adore ça. Ou alors lorsque l’on me parlait des idoles japonaises, c’était pareil. Ce n’est pas parce que je suis Japonaise que je regarde et lis des animes tous les jours en écoutant seulement de la J-pop. Je comprend l’engouement, mais puisque cela ne m’intéresse pas et que je ne m’y connais pas, c’était très gênant d’entendre toujours parler de ça. Il y a beaucoup de gens qui pensent qu’il n’y a que ça au Japon et que tous les Japonais sont pareils.

Tu as fait un séjour en France et en Angleterre, qu’est-ce qui t’a le plus marqué ? Quel est ton meilleur souvenir ?

Mon meilleur souvenir… [Réfléchit].

Je dirai que c’est juste les Français, mes amis français. En France, ce que j’ai remarqué, c’est que lorsque l’on parle français et qu’on est étranger, tout le monde est gentil avec vous, vous invite à boire et à manger pour vous faire découvrir pleins de choses. J’ai eu la chance de rencontrer beaucoup de Français qui m’ont invité et m’ont fait découvrir la cuisine française, les soirées françaises. C’était vraiment très amusant, j’ai rencontré plein de monde super intéressant.  Mais je pense que si je n’avais pas su pas parler français, ç’aurait été  beaucoup plus dur et compliqué. Ensuite, ce que je n’oublierai pas c’est le goût du bon vin français et du fameux vin chaud. J’ai toujours envie de boire un bon vin chaud, comme quand j’étais en France.

Japon-CoreeMais ce qui m’a vraiment marqué, c’est ma rencontre avec mon amie coréenne, Chohye. En échange, on rencontre beaucoup de Français mais surtout on partage les cours avec d’autres étudiants du monde qui font aussi leur échange en France. C’est ainsi que j’ai fait la connaissance de Chohye. Avant de la connaître, je ne m’intéressais pas trop à l’histoire entre le Japon et la Corée. Elle m’a confié qu’avant de me connaître, elle détestait le Japon, mais maintenant elle a une autre image, plus positive, et pourrait même venir visiter le pays pour me voir. Cela m’a vraiment choqué au départ, mais m’a aussi énormément fait plaisir ensuite. Je n’avais pas compris pourquoi les Coréens pouvaient nous détester, comment ils voyaient le Japon et cela m’a intéressé. Cela m’a donné l’occasion de montrer que le Japon est aussi un beau pays.

Si tu devais montrer à un touriste français la culture japonaise, qu’est ce que tu lui ferais découvrir ? Et la cuisine ?

[Réfléchit]… Je pense qu’il faut aller à Kyoto.
C’est vraiment le meilleur endroit pour connaître la culture japonaise. On ne peut pas bien voir ce qu’est le Japon si on reste seulement a Tokyo. L’histoire, l’essence de notre culture se trouve dans l’ancienne capitale, c’est là qu’il faut aller. On peut y admirer les vieux bâtiments japonais, se promener dans la ville qui a gardé des allures d’époque et les parcs.
Et puis la cuisine du Kansai est vraiment bonne, on peut goûter de tout. Cela dit, il faut avant tout manger les sushis du Japon pour comprendre de quoi ont l’air les « vrais ». Quand j’étais en France, j’avais l’impression que la plupart des sushis étaient seulement composés de riz, de saumon ou de thon avec de la sauce sucrée. C’est peut-être que je ne suis pas allée dans les bons restaurants, mais le peu qu’on m’a fait goûter…ce n’était vraiment pas ça. Après, pour moi, le meilleur plat japonais reste la soupe miso. Celle-ci n’est jamais pareille, tout dépend de qui la prépare et avec quels ingrédients. Puis si elle est bonne, alors tout le reste de la cuisine ne sera que meilleure. C’est un plat familial. C’est vraiment la base du repas japonais.

Kyoto - Quartier Gion

Le quartier Gion de Kyoto où l’on trouve encore des Geisha et Maiko en activité

Pourquoi la culture nippone est autant appréciée en France et inversement selon toi ?

Je ne sais vraiment pas pourquoi. Je pense que la plus grande raison reste quand même les mangas et les animes… Et si on réfléchit bien, l’Europe et l’Asie sont vraiment différents aux niveaux des paysages et de la culture. C’est pour cela que la plupart des Français trouvent l’Asie plus intéressante que les autres de pays d’Europe. Parmi les pays asiatiques, le Japon semble le plus exotique mais aussi le plus accessible pour les Européens. Puisque c’est le plus développé il est donc beaucoup plus facile d’accéder aux informations sur notre culture.

La rose de Versailles

La rose de Versailles, de Ikeda Riyoko, chez Kana – VERSAILLES NO BARA © 1972 IKEDA RIYOKO PRODUCTION

Je pense que c’est la même chose pour la France. C’est une culture très différente de la nôtre, et ironiquement c’est aussi grâce aux mangas qu’on aime la France. Par exemple, il y a eu beaucoup de mangas comme La rose de Versailles (Lady Oscar) où on parlait de l’Histoire de la France, qu’on montrait les monuments, les habits… Cela a peut-être été l’élément par lequel les Japonais ont commencé à s’intéresser à  la France, mais cela ne reste que mon avis…

Merci Asami !

Retrouvez You-kun et sa vie de tous les jours au Japon sur notre page tumblr et prochainement dans ces colonnes pour une seconde interview !

 Remerciements à Asami pour avoir pris le temps de répondre à nos questions. 

Vous aimerez aussi...

20 réponses

  1. 31 juillet 2016

    […] l’inverse de notre premier portrait, Asami amoureuse de la France, Julia est plus que passionnée par le Japon et sa langue, son histoire, sa culture. Diplômée de […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *