Cérémonie de thé : l’instant zen du Japon

Consommateur de thé depuis des milliers d’année, le Japon a développé autour de cette boisson une véritable cérémonie, qui se compose de codes et de rituels plutôt complexes au premier abord. Journal du Japon les décrypte pour vous et vous donne, en bonus, quelques lieux pour tenter l’expérience au Japon.

Cérémonie Thé

 

Une boisson très appréciée…

Le thé le plus utilisé lors de la cérémonie est le thé matcha, un thé vert unique. Apparu au XIIe siècle, il s’obtient grâce au broyage des feuilles de la plante à thé, qui donne une poudre verte qui ne s’infuse pas.
Ce breuvage connu pour purifier le corps, mais aussi l’esprit, est d’abord consommé dans le cadre de la médecine traditionnelle japonaise. Aujourd’hui le thé est présent dans tous les foyers, bu par les enfants, pendant ou hors des repas, chaud ou froid. Il apporte des vitamines, une belle peau, de la vitalité pour la journée. Son goût s’apparente à une poignée d’herbes fraîches.

Estampe de Mizuno Toshikata

Estampe de Mizuno Toshikata

Le thé matcha le plus réputé est cultivé dans la province d’Uji, située dans la préfecture de Kyoto. Il existe différente culture du thé matcha, du plus commun au plus luxueux.
L’eau a également son importance dans la préparation, selon les sources elle n’apportera pas les mêmes arômes au thé.
Enfin les étapes de la cérémonie de thé sont très codifiées afin de réussir sa préparation, au Japon il existe des écoles pour former les maîtres de cérémonie.

Regardons ça, justement, de plus près.

ombre1

 

Un art exigent

La description ci-dessous est celle d’une cérémonie de thé la plus couramment réalisé, mais il existe bien des façons de l’exécuter avec des codes différents ou quelques petites variantes, selon les écoles.

Avant de commencer, le maître de cérémonie s’incline devant ses ustensiles. La cérémonie de thé vient du bouddhisme zen, il émane donc une spiritualité dans sa préparation et un grand respect pour tous les objets qui servent à le préparer.
À l’aide du Fukusa, un petit carré de tissus en soie plié de façon précise, il essuie symboliquement le contenant du thé matcha (natsume, en bois laqué le plus souvent), mais aussi le chashaku (une écope à thé en bambou).

Le petit carré de soie sert également à ouvrir la bouilloire. C’est la seconde étape. Une fois le couvercle retiré, le maître prélève de l’eau chaude à l’aide d’une louche en bambou (hishaku), le verse dans le bol, plonge le fouet de bambou (chasen) dedans et fouette énergiquement.
L’eau est jetée dans une jarre et le bol essuyé à l’aide d’un carré de tissus en lin ( chakin).

Crédits: Cure-detox

Le thé matcha se présente sous la forme d’une poudre verte. Crédits: Cure-detox

Viens ensuite la préparation du thé matcha, le maître salut une seconde fois le thé. Il saisit le chashaku et prélève deux doses de thé matcha qu’il met dans le bol (environ 4 grammes en tout). Il verse ensuite de l’eau chaude sur le matcha. La température de l’eau est très importante pour ne pas dénaturer le thé, elle doit être à 80 degrés Celsius.
Pour lier la préparation le maître utilise le fouet en bambou. Il faut fouetter énergiquement et rapidement pour obtenir une émulsion. La texture est parfaite après avoir effectué un cercle à la surface du thé avec le fouet.
Le breuvage est prêt. Le maître présente la partie la plus esthétique du bol face à l’hôte en tournant le bol deux fois en se servant de sa main gauche comme support.

Crédits: La voix du Nord

Crédits: La voix du Nord

L’invité peut déguster son thé en n’omettant surtout pas d’émettre un bruit d’aspiration lors de la dernière gorgée pour signifier au maître qu’il a apprécié son thé. Si en Europe ce bruit est considéré comme grossier, au Japon c’est un signe de politesse.
Le bol est nettoyé de la même façon qu’au début de la cérémonie et tous les objets sont essuyés par la suite avec le carré de soie.
Lorsque que tous les ustensiles sont rangés, le maître salut une dernière fois le thé.

Les plus grandes valeurs des japonais sont inscrites dans cette cérémonie : le respect de part le fait que tout le monde est égale à partir du moment où les invités rentrent dans la salle – la hiérarchie n’a plus lieu. La tranquillité : aucun bruit. La pureté : tous les ustensiles sont nettoyés minutieusement. L’harmonie : la salle est entourée par la nature.

[arve url= »https://www.youtube.com/watch?v=fmukjUoevf4″/]

 

Bonus : Où assister à une cérémonie ?

Kyoto est très célèbre pour ses cérémonies, elle se compose de belles maisons de thé traditionnelles et parfaitement conservées.

Camellia tea ceremony : Située dans une maison de thé récente, prés du Kiyomizu-dera, cette cérémonie d’initiation s’adresse à tous ceux qui parlent anglais. Pendant 45 minutes on découvre cet art ancestrale. Vous aurez l’occasion de réaliser vous-même votre bol de thé après avoir mangé une pâtisserie japonaise. Attention réservation à l’avance conseillée.

En tea ceremony : Toujours en anglais, cette maison est cette fois située dans le vieux quartier touristique de Gion. La réservation est donc de mise. 

À Tokyo :

Isui Tokyo : En plus de l’initiation au port du kimono ou celle du maniement d’un sabre, Isui propose de découvrir la cérémonie de thé. Ce centre est loin d’être une maison de thé traditionnelle, mais a le mérite d’accueillir agréablement les touriste dans la bonne humeur. 

Chazen : Dans le quartier de Ginza, le thé matcha est ici délicieux. Le décors est magnifique et vous pouvez combiner la cérémonie de thé avec un circuit sur mesure comprenant au choix une expérience ninja, du shopping ou les illuminations des jardins japonais.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 24 mars 2017

    […] Le thé étant le roi de cette ville, les intéressés pourront s’initier à la cérémonie de thé dans la maison Taihoan. Réservation conseillée sur leur site. Ils proposent plusieurs prestations aux prix variés. On vous dit plus sur la cérémonie elle-même dans notre article qui lui est consacré. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *