Interview de Tom Smith, fondateur du label JPU Records

En 2012, le Londonien Tom Smith se lançait dans la création d’un nouveau label de musique japonaise, JPU Records. Profitant de son cinquième anniversaire, nous avons interviewé son fondateur.

Il a partagé avec nous sa carrière professionnelle, la naissance de JPU records, il nous a expliqué ses choix et donné un aperçu des caractéristiques du marché de la J-Music en dehors du Japon.

Création et évolution

Journal du Japon : Bonjour Tom. JPU Records fête ses 5 ans cette année. Félicitations !

Tom Smith : Merci beaucoup ! Je n’ai pas l’impression que cela fait cinq ans. En fait, c’est comme un rêve long, constant et brumeux.

D’où vous est venue l’idée de créer ce label ?

C’est en quelque sorte juste arrivé ! Je n’avais pas l’intention de créer un label au début. Mais vous savez, si vous travaillez dans un secteur suffisamment longtemps, vous pouvez y voir des opportunités. C’est ainsi que cela s’est passé pour JPU : plusieurs événements apparemment aléatoires se sont suivis les uns après les autres à un moment opportun, alors j’ai eu le choix entre prendre un risque et de le faire, ou ne pas le prendre.

Était-ce facile de monter votre propre label au Royaume Uni ? Votre parcours professionnel vous y-a-t-il aidé ?

Réponse courte : oui mon parcours professionnel m’a aidé.

théRéponse longue : allez chercher une boisson chaude et un fauteuil confortable, cela va prendre du temps à expliquer, mais je pense que c’est important pour comprendre le développement de JPU et la manière de gérer votre propre entreprise.

J’ai commencé à travailler dans ce secteur avant même d’avoir quitté l’école, il y a à peu près 15 ans de cela à présent. J’avais l’habitude de finir les cours et ensuite de me diriger vers un bureau pour travailler au service comptable, malgré mes 15 ans à cette époque (je suis d’une famille pauvre, vivant dans un quartier vraiment merdique de Londres, alors j’ai dû bosser très jeune). Cette entreprise était l’un des plus grands labels de musique et distributeurs de film indie au Royaume Uni, mais je haïssais totalement travailler dans la comptabilité. J’avais pris l’habitude d’aller tout le temps dans les zones fumeurs, même si je n’ai jamais fumé, juste pour échapper au bureau et pour parler de musique et de jeux vidéo avec d’autres personnes.

LondresAprès avoir quitté l’école j’y ai travaillé à plein temps et peu après j’ai appris comment toute l’entreprise fonctionnait, mais être dans les comptes me conduisait lentement à la folie, qu’importe le nombre de pauses non-fumeurs prises. Alors j’ai commencé à chercher un nouveau travail, et les fumeurs m’ont parlés d’un nouveau poste à l’étage dans le marketing et la production, mais la deadline pour postuler était déjà passée… Mais je m’en fichais, j’ai tout de même postulé. Qu’est ce que j’avais à perdre, hein ?

Je n’espérais rien… La semaine suivante j’étais en congé alors que mes parents étaient absents, ce qui signifiait fête à la maison (et par fête à la maison, je veux dire Gamecube et bières). Le matin suivant j’ai eu un appel à 9h (j’avais la gueule de bois et des gens jouaient encore à Mario Kart) me disant que je devais venir au bureau pour un entretien à 10h. Je ne pouvais pas le croire. Il a fallu que ce soit ce jour-là ! Alors j’ai essayé de me réveiller rapidement, mis tout le monde dehors, douche et direction le bureau. Ce jour-là, j’avais des billets pour aller voir un de mes groupes anglais préférés, My Vitriol, et tout ce dont je me souviens à propos de l’entretien est d’essayer de mon mieux de ne pas roter, et à la fin le gars me demande “qu’est ce que vous allez faire plus tard aujourd’hui ?”, alors je lui ai expliqué pour le concert et lui ai dit à quel point j’étais excité. Soudain, l’intervieweur a semblé très heureux d’entendre cette réponse et nous avons commencé à parler de musique. Je pense que j’ai eu le job grâce à My Vitriol, parce que je n’avais assurément aucune expérience, mais il est devenu peu après mon nouveau patron et mon mentor dans le secteur.

Je travaillais sur toutes les sorties de films, développais les ventes et les stratégies marketings et j’écrivais des communiqués de presse, les présentations aux dos des boites de DVD, je faisais des reportings sur les ventes en cours de tous les titres chaque mois, je m’occupais du site web destiné aux consommateurs et je repérais les tendances que nous pouvions exploiter pour augmenter la visibilité des marques et des sorties. Bref, c’était génial et en ayant vu précédemment comment fonctionnait l’aspect financier du business, je connaissais à présent le parcours des produits de l’étape de la négociation à la production et à la vente au détail, et comment faire pour que les gens les achètent. C’était aussi mon job de lire les magazines de cinéma et de musique, de projeter où dépenser l’argent de la pub et de créer des présentations aux rédacteurs afin qu’ils puissent écrire à propos de nos productions.

NEO #107Un des magazines que j’avais l’habitude de ramener à la maison avec moi s’appelait NEO. C’est le magazine de pop culture asiatique le plus ancien du Royaume Uni, et c’était intéressant de lire des articles sur les animes, les mangas et les films. Je me souviens d’être aller voir Dir en Grey à Londres pour leur tout premier concert et d’écouter les fans raconter qu’ils avaient fait la queue à l’extérieur pendant des jours avant le concert ! Bref, le concert était génial et j’attendais de tout lire sur Dir en Grey dans NEO, sauf que rien…

Alors j’ai écrit à la rédactrice en chef et lui ai expliqué à quel point le concert était super et que les gens au Royaume Uni semblaient vraiment adorer ce groupe et que je serais heureux de commencer à faire des recherches sur les groupes venant au Royaume Uni et de les interviewer pour le magazine. Le groupe venant ensuite était An Cafe, alors j’ai envoyé un email à l’adresse sur leur site et Sony m’a répondu ! Alors je suis allé au concert, ai interviewé le groupe et puis ai écrit un papier dans le magazine (durant ma pause déjeuner au travail !).

Je n’en espérais rien, mais la rédactrice en chef a été soudain noyée sous les courriers de fans exprimant à quel point ils étaient heureux de découvrir An Cafe et le visual kei. Alors elle m’a invité à écrire sur la musique pour chaque numéro. Alors je l’ai fait, j’ai écris 100 interviews pour le magazine, incluant celles avec SCANDAL, the GazettE, Miyavi, X Japan, à peu près tous les grands groupes japonais ayant fait d’une manière ou d’une autre quelque chose concernant le Royaume Uni. À partir de là, j’ai toujours eu des contacts avec les labels japonais, tout en travaillant encore à temps complet en parallèle.

L’industrie du film changeait rapidement, et notre entreprise a écarté les propriétaires Ferraris (au pluriel ! ), l’obligeant à tout vendre en l’espace de quelques années. Nous avons eu un nouveau directeur qui pour diverses raisons pensaient que Bollywood serait le prochain hit (bien que nous lui ayons tous dit le contraire), et quelques mois plus tard, avec nombre de flops Bollywood, l’entreprise a fait faillitte et a fermé. Nous savions tous ce qui allait arriver, alors j’ai mis de coté tous mes centimes afin de pouvoir aller visiter le Japon une fois que l’entreprise aurait coulée. Et me voilà parti… et je suis tombé amoureux du pays.

Japan Underground Night ClubJe voulais devenir professeur d’anglais et enseigner l’anglais au Japon, mais il est nécessaire d’aller à l’université pour cela et d’obtenir un diplôme, alors je me suis enrôlé à l’Open University afin de pouvoir étudier à la maison, et je suis devenu un rédacteur freelance pour payer les factures, j’ai écris pour nombre de magazines renommés de jeux vidéo au Royaume Uni tout en écrivant encore sur la musique pour NEO. J’aimais vraiment aller à ces concerts de groupes japonais et d’y parler avec les fans. Tout le monde était si cool et intéressant, et ils venaient de tout le pays pour assister à un concert. Je me suis demandé ce que ces personnes faisaient quand elles n’étaient pas à un concert. Alors j’ai décidé de lancer un night club pour les fans de musique japonaise afin que nous ayons tous une excuse pour nous voir et nous amuser ensemble.

Le premier événement m’a soufflé, la réaction du public a été considérable et nous avons tout vendu, l’intégralité des 300 billets. Je n’avais aucune idée de ce que je faisais, et j’ai réussi à avoir en DJ invité un DJ de radio et des acteurs télé renommé. J’écoutais son émission en rentrant du travail et je me suis souvenu qu’il apprenait le japonais durant son temps libre, alors je me suis dis qu’il aimerait peut-être se joindre à moi. Et il l’a fait ! Et il m’a reçu comme invité dans son émission et ça m’a vraiment aidé à faire connaitre l’événement dès le début.

Ça ne veut pas dire qu’il est à 100% la raison pour laquelle l’événement a été populaire. Je me suis bougé le cul pour le promouvoir, mettant des flyers et posters partout dans Londres, dans les restaurants, les bars, les karaokés, partout où je pensais que les fans de la scène japonaise pourraient être. J’emportais les flyers avec moi et je les donnais aux personnes qui me semblaient cool et je leur ai dit de les lire. J’attendais à la sortie des concerts et des clubs, distribuant des flyers. Toute sorte de choses. Ce fut un travail difficile et quelque fois je n’étais pas sûr de pouvoir le faire, mais je savais que je le devais si je voulais que ce soit un succès, alors j’y suis juste allé et je l’ai fait encore et encore. Pour chaque show, je me suis fait un nom dans ce pays et peu après j’ai été ciblé par des groupes comme FACT, [Alexandros] (alors nommé [Champagne]), PASSEPIED et même le staff de Kyary Pamyu Pamyu m’a demandé de gérer pour lui de ses concerts au Royaume Uni.

Au moment où j’ai eu mon diplôme universitaire, j’ai postulé pour être professeur au Japon grâce au programme JET, mais ma candidature a été refusée… Mais je m’en fichais, je m’amusais trop à programmer des concerts et à écrire sur les groupes ! J’ai aussi commencé à importer des CDs du Japon et à les vendre ici, et j’ai eu à construire une base d’acheteurs réguliers de CDs avant même que le label ne soit lancé. Pendant les premières années, j’ai continué à vendre des CDs importés en parallèle à JPU.

Dir en Grey

Dir en Grey

J’ai beaucoup attiré l’attention des gens du secteur chez moi et au Japon. Peu après avoir été refusé pour le JET, une agence gouvernementale japonaise m’a contacté pour mener des recherches pour eux sur la musique japonaise au Royaume Uni. Je devais rendre visite à des labels, des distributeurs, des salles et des tourneurs pour parler avec eux de leurs expériences avec les artistes japonais et ce dont ils auraient besoin pour travailler plus facilement avec le Japon.

Bref, une de ces entreprises avait travaillé sur la sortie CD de Dir en Grey ici et c’était un de leurs plus gros vendeurs, alors ils étaient heureux de travailler encore plus avec le Japon ! Après l’entretien, nous avons pris l’ascenseur vers la sortie et le gars de la boîte m’a demandé comment j’avais fini par être impliqué dans cette recherche, alors je lui ai expliqué tout ce que j’ai dit au dessus, et combien mes nuits de musique japonaise avait un gros public ici. Et il était comme “Mec ! Tu as déjà un public. Pourquoi tu ne crées pas un label et nous nous occuperions de la distribution et des ventes ?”. Alors je l’ai fait, et ils l’ont fait, et JPU est né !

Avez-vous commencé seul ou aviez-vous une petite équipe pour vous aider ?

Miki Satoshi and Eri Fuse Q&A

A gauche, Adam Torel de Third Window Films (©keatl | Flickr).

Par moi-même, mais mon ancien patron m’a aidé avec tout ce que j’avais besoin de savoir. Je lui suis si reconnaissant de m’avoir donné la confiance de le faire sans avoir le sentiment d’être complètement seul et de m’expliquer ce que certaines choses dans le contrat voulaient dire, et il me confirmait si ça semblait un bon deal ou si je devait changer des choses. Je suis aussi ami avec toutes les principales entreprises travaillant dans le divertissement japonais au Royaume Uni (Manga Entertainment, Anime Ltd., Third Windows Films, Terracotta Films), tout le monde est génial et quand je suis perdu, quelqu’un est toujours là pour veiller sur moi. Je suis très reconnaissant.

Et aujourd’hui combien de personnes font partie de votre équipe ?

C’est juste moi. J’ai grandi en admirant (et maintenant je suis ami avec) Third Window Films et son propriétaire, Adam. Il est aussi tout seul, et son entreprise est probablement la n°1 au Royaume Uni pour les films japonais. Quand je me sens dépassé, je pense à lui et à tout ce qu’il fait par lui-même, et je ne me sens plus paniqué. Je viens juste de revenir de Tokyo, il y a deux jours, où nous avons bu ensemble (avec LADYBEARD, en passant, c’est vraiment cool de trainer avec lui !), et Adam me disait que quand il se sentait dépassé, il pensait à moi m’occupant de JPU seul, et ça lui donnait l’énergie de persévérer. Je n’ai jamais autant manqué de mots qu’en entendant que quelqu’un que je respectais me respectait aussi !

Pendant le même voyage, je suis aussi allé boire un verre avec Yohio, qui ne savait pas que j’écrivais pour NEO. Quand il l’a découvert, son expression s’est changé en incrédulité. Il a grandi en lisant mes anciennes interviews ! Ce voyage m’a vraiment donné une nouvelle énergie, il semblerait que mon travail au travers des ans a touché beaucoup de personnes que je respecte à travers le monde. Certains des autres groupes et gros labels m’ont dit à quel point JPU avait été important pour la musique japonaise à l’Étranger. Quand vous travaillez seul, vous ne le remarquez pas vraiment et quelque fois vous vous sentez vraiment seul et isolé de tout, alors j’ai vraiment été heureux d’entendre ces choses et de nous sentir si connectés.

À une époque où il est facile d’accéder à de la musique piratée, JPU Records a-t-il tout de suite trouvé son public ou cela a-t-il demandé du temps ?

J’ai découvert la musique japonaise à travers la musique piratée (haut les mains team KaZaA !), mais j’ai aussi importé BEAUCOUP de CDs officiels grâce à ça. Je me suis construit toute une collection de CDs de GLAY et de The GazettE, et j’ai acheté beaucoup de sorties de CLJ et de Gan Shin. Je pense que je connais plutôt bien le public pour les avoir rencontré à mes événements et aux concerts, et je les ai écouté. Un des problèmes avec les CDs est le prix, les CDs japonais sont particulièrement chers, et j’ai remarqué que beaucoup de personnes aimaient les groupes mais ne pouvait pas s’offrir les CDs. Alors j’ai fait en sorte que les CDs de JPU soient autour de 10£, le même prix que n’importe quel CD. Soudain les gens qui avant pirataient la musique se mettaient à acheter les CDs parce qu’ils étaient dans leurs fourchettes de prix, et nous en avons vendu des tonnes !

Cela a un mauvais coté aussi. Quelques fans étaient en colère de voir que le CD de leur groupe préféré étaient à présent disponibles à 10£ et non 30£ ou plus, et ils ont essayé de répandre la rumeur selon laquelle JPU serait une société fictive et ils ont essayé de faire fermer le site web et l’ont signalé comme malveillant. J’ai rapidement appris la leçon ; vous ne pouvez pas plaire à tout le monde ! Même quand vous essayez de faire de votre mieux pour rendre les gens heureux. De plus, les personnes sur le net peuvent être vraiment stupides et croire n’importe quoi quand ils sont en groupe, malgré les preuves démontrant le contraire.

Actuellement, JPU Records apporte la J-music sur le sol européen, comment se répartit votre public au sein de l’Europe, est-ce que les profils d’amateurs de J-music sont très proches d’un pays à l’autre ?

En fait, JPU fait des sorties internationales pour beaucoup de choses, hormis quelques pays que nous ne couvrons pas. Mais c’est compliqué de dire “Yo ! Ce nouveau CD sort maintenant à l’international* chez JPU! * sauf dans les pays XX, XY et XZ”. Il n’y a pas beaucoup de différences de pays en pays pour les groupes, mais c’est intéressant de voir les habitudes numériques de chaque pays. Par exemple, l’Allemagne semble vraiment aimer acheter sur Amazon Music (alors que les autres pays l’utilisent à peine !), la France semble aimer Napster et Deezer plus que les autres pays, et la Pologne semble être le principal pays supportant Tidal en Europe. Du moins, c’est ce qu’il en ressort pour les clients de JPU.

Comme on le sait le Royaume Uni a voté le Brexit. Quels impacts cela aura-t-il sur votre label ? Envisagez-vous d’ouvrir une filiale dans un autre pays européen ?

Qui sait ! Personne ne semble savoir ce qui va se passer. Attendons de voir, j’imagine ?

 

Les Artistes de JPU Records

Au début de JPU Records, cela a-t-il été compliqué de convaincre des artistes japonais et leur labels de signer avec vous ? Pourriez-vous nous raconter plus précisément comme cela s’est passé avec le tout premier artiste que vous ayez signé ?

Babymetal

Babymetal

Après avoir fait des recherches et rencontré des boîtes de distribution qui voulaient travailler avec moi, je me suis envolé pour le Japon presque immédiatement et j’ai préparé une présentation de mon projet de label à toutes les grandes maisons de disque japonaises d’emblée. Je travaillais encore sur le PowerPoint dans l’avion et n’avais ni nom d’entreprise ni de logo à ce moment-là. Tout est arrivé très vite, alors j’en ai rapidement fait un dans l’avion et ai choisi un nom. J’ai été présenté à de nombreux groupes et personnes après la présentation (incluant BABYMETAL avant qu’elles sortent leur première chanson, en fait KOBAMETAL s’est véritablement occupé de moi à Tokyo et nous sommes allés à un festival de métal ensemble. J’ai vraiment été touché par sa gentillesse et sa passion), et Sony m’a montré quelques groupes mais je ne les sentais pas vraiment pour l’Europe, et puis alors que nous allions terminer, ils m’ont dit “connaissez-vous the GazettE ? Que diriez-vous de the GazettE ? »- PUTAIN OUI, S’IL VOUS PLAÎT. Cela a pris un bon moment pour convaincre d’autres boîtes de travailler avec moi, mais je pense que la relation à long terme que j’ai avec Sony signifie qu’ils me faisaient confiance. Pour tous les autres, j’ai l’impression qu’ils pensaient “oh, encore un gars étranger qui pense qu’il peut travailler avec des groupes au Japon. Il ne durera pas longtemps”.

De cinq artistes à vos débuts, votre roaster en compte à présent une vingtaine. Avec ce poids, quelles sont actuellement vos critères de sélection ?

Doit être cool, avoir un son incroyable et je me fie à mon instinct. Je peux dire en quelques secondes si un groupe va fonctionner à l’Étranger. Mais ça m’a pris quelques années pour gagner cette capacité. Avant je ne me faisais pas confiance et j’en ai choisi certains parce que des gens m’ont dit “ ce groupe est à la mode ! “ ou ils avaient une chanson dans un anime qui était populaire, mais ce genre de disques n’est jamais aussi populaire que le pense les gens. Maintenant je ne fais confiance qu’à moi-même et ça semble fonctionner. Pour quelques unes des plus grosses sorties de JPU, des gens m’ont dit “putain tu fais quoi, personne ne va acheter ça”, et nous en avons vendu des milliers d’exemplaires. De plus, je dois être sûr de vendre au moins 1000 CDs, autrement ça ne vaut pas le coup. Ça coûte beaucoup d’argent à produire, à sortir et à promouvoir. J’ai besoin de me faire confiance et d’avoir confiance dans le potentiel du groupe à faire de tels chiffres. C’est une bonne motivation pour être sur de travailler à mon maximum pour atteindre au minimum ce chiffre.

Quelles libertés avez-vous vis à vis des productions de ces artistes ? Avez-vous un droit de regard sur le design et le contenu des cd et sur le merchandising vendus en Europe ou êtes-vous soumis aux demandes du staff japonais ?

AUCUNE ! C’est comme cela que fonctionne un label qui licenciera un master d’un ayant-droit (le groupe peut être l’ayant-droit, le label peut l’être, ça peut aussi être le management), et puis tout ce que je fais à partir de là doit être approuvé par l’ayant-droit. Habituellement, ils veulent que rien ne change à part la localisation. Ce qui fait sens, le CD est déjà exactement comme le groupe le veut, pourquoi je voudrais changer cela ? Pour le merch cependant, c’est différent, et ils sont toujours ouverts aux idées et aux nouveaux designs. Mais tout doit toujours être approuvé par le coté japonais avant que quoique ce soit ne se passe. Même choisir quelle image JPU peut poster sur les réseaux sociaux et autres. C’est ennuyant quelques fois quand je veux poster aussi vite que possible, mais je dois attendre l’autorisation, toujours.

Au fait, qui se charge des traductions des paroles accompagnant les albums ?

Je travaille avec plusieurs entreprises de traduction en qui j’ai confiance. Je choisis la compagnie la plus adaptée au projet. Certaines sont plus adaptées à the GazettE, d’autres sont plus adaptées à SCANDAL, etc. Pour Division de the GazettE, j’ai fait appel à un musicien et parolier japonais renommé ayant grandi en Angleterre, donc cela faisait sens. Peut-être qu’ils peuvent plus facilement se connecter aux concepts de RUKI qu’une boîte de traduction banale. C’est encore un challenge pourtant car les paroles peuvent être si vagues, et ce n’est pas leur travail de présumer ou d’attacher une signification à une phrase. De plus, une fois que la traduction est faite, je dois alors avoir l’accord du groupe et de leur management avant que nous l’imprimions. Ils vérifient si cela correspond et puis demandent des corrections si cela est nécessaire.

Les différences culturelles dans la manière de travailler vous ont-t-elles déjà posé problème ou cela vous a-t-il apporté des facilités ?

Nope. Je ne dors jamais. Ils ne dorment jamais. Nous ne dormons jamais. Ça fonctionne parfaitement !

Avez-vous un truc en plus qui font que les artistes japonais veulent travailler avec vous plutôt qu’avec un autre label européen ?

C’est une question à poser aux groupes !

 

Les Ventes

Vous proposez les albums et singles aussi bien en format physique (CD, vinyle) qu’en format numérique. Qu’est-ce qui fonctionne le mieux chez JPU Records ?

Les CDs se vendent mieux que le numérique de beaucoup ! N’écoutez pas les rapports qui disent que le physique est mort.

Vous avez dit lors d’une interview que vous ne vous arrêtiez pas à un genre musical. Est-ce la même chose pour vos acheteurs ou observez-vous un genre musical ou un type d’artiste qui se vend mieux que les autres ?

J’ai remarqué que les “groupes d’anime”, les groupes qui sont connus pour avoir de nombreuses chansons pour les animes (et qui sont très populaires sur le net) ne se vendent juste pas bien sur CD. Je pense que SCANDAL est la grosse exception à cela, elles vendent extrêmement bien (et je crois que c’est parce que leur musique est suffisamment puissante pour atteindre un public plus large que juste les fans d’anime). Ma théorie est que c’est parce que certains fans d’anime sont exactement ça : d’abord des fans d’anime. Pas de musique. Ils pourraient aimer une chanson d’un anime, mais de mon expérience, ils ne l’aiment pas assez pour payer pour l’avoir. Ou ils achèteront juste cette chanson sur iTunes et rien d’autre.

D’un autre coté, le genre métal se vend très bien. Je pense que les fans de métal vont encore dans les magasins et passent régulièrement en revue la section métal. Tellement de personnes m’ont dit qu’ils ont découverts the GazettE simplement en farfouillant dans un magasin, ont vu la cover et l’ont acheté, et maintenant ils en sont de grands fans. Je n’ai jamais entendu ça à propos de la pop ou des disques dans les autres genres musicaux, à moins que ce ne soit quand ils visitent le stand de JPU lors d’événement.

Nous avons appris récemment que certains artistes surfant sur la vague du vinyle n’utilisaient pas de master spécialement fabriqué pour un pressage de vinyle mais le même master que pour les CD (un fichier numérique au lieu d’une bande analogique). Le vinyle ainsi fabriqué n’a pas la précision sonore des vinyles d’autrefois. Qu’en est-il des vinyles que vous vendez et que recherchez-vous dans le vinyle ?

Vinyle de Charan-Po-Rantan

Le vinyle de l’album Rose Balkan des Charan-Po-Ratan, édité par Specific Records.

En fait, nous se sortons pas de vinyles ! Je suis ami avec le propriétaire du label français Specific recordings. Les vinyles répertoriés sur le site de JPU sont leurs sorties (en échange, il a des sorties de JPU dans son magasin de Metz). Je ne peux pas parler à propos du master qu’il utilise, mais c’est facile d’obtenir un master en haute définition de l’ingénieur du son qui a fait le mastering l’album. Par exemple, avec the GazettE pour les singles les plus récents, on m’a donné le master du CD et de la sortie numérique normale, et aussi un master haute définition qui est, je suppose, similaire à celui qui serait pour un vinyle (ces singles sont aussi disponibles en dématérialisé avec une qualité supérieure à celle du CD). Mais de mon expérience, mes clients n’achètent pas de vinyles. Alors Specific Recordings m’intéresse beaucoup parce qu’il vendent leurs disques si vite ! Nous avons clairement des clients différents.

Le vinyle n’est pas le seul support à faire son retour. La cassette prend aussi le chemin du revival. Depuis les Gardiens de la Galaxie, des albums de Prince ou d’Eminem ont été réédités en cassette. En parallèle, des labels indies sortent leurs artistes sur cassettes, certains portant même une attention particulière au design comme Orange Milk Records. Est-ce un type de support que vous pourriez proposer aux fans de j-music ?

Je vend quelques cassettes de groupes indies. Personne ne les achètent. Ils les regardent et les montrent à leur amis en disant des trucs comme “regarde ! Une cassette!” et puis la remettent et partent.

Revenons aux CDs. Acheter des albums en provenance du Japon peut s’avérer très coûteux (prix fixé par les maisons de disques, frais de transport, douanes), comment maîtrisez-vous les coûts ? Vous les pressez sur place, au Royaume Uni ?

Tout est fait au Royaume Uni. C’est plus cher de cette façon. Beaucoup de labels font faire leurs CDs en Europe de l’Est à bon marché, mais j’aime contribuer au soutien de l’industrie au Royaume Uni. Je comprends que chaque centime compte, mais si tu veux que quelque chose continue, tu dois le soutenir. Grâce à cela je me suis fait quelques bons amis dans les entreprises de production anglaises, et nous sortons souvent boire ensemble et je les amène aux concerts des groupes JPU à Londres. C’est très difficile de faire de l’argent, c’est pourquoi je vise les 1000 ventes sinon il est impossible de faire des bénéfices.

T-shirt de LadybabyL’accès aux goodies des artistes est encore plus compliqué que l’accès à leurs albums. Ponctuellement, il vous arrive de mettre en vente des goodies des artistes. Pensez-vous proposer durablement le merchandising des artistes ?

C’est difficile parce qu’habituellement la maison de disque possède le master du CD, mais ils n’ont pas la propriété sur le merchandising. Généralement c’est le management ou même les groupes eux-mêmes. C’est quelque chose que les maisons de disque au Japon ne touchent pas et donc ils ne peuvent pas m’aider à arranger des contrats pour le merch. C’est dur mais je pense que le merch aussi est important, et j’essaie d’en sortir quand je peux.

Les Concerts

JPU Records n’est certes pas un tourneur mais à l’ère des réseaux sociaux, avez-vous déjà envisagé d’organiser un showcase en Facebook live pour des sorties d’album ou en parallèle à une tournée ?

C’est une idée intéressante. Je me demande si c’est quelque chose que les gens voudraient ? Généralement les plus grands groupes sont si occupés au Japon, qu’ils n’auraient pas le temps.

Concert de Scandal à MarseillesEn parlant concert, tous les groupes de JPU Records ont-ils pour vocation de venir en concert en Europe ?

Certains groupes veulent VRAIMENT venir en Europe ! En fait, j’ai dîné avec un des groupes de JPU pendant que j’étais au Japon et ils parlaient de toute la nourriture qu’ils voulaient manger, et des endroits qu’ils voulaient visiter durant une tournée en Europe. Ça ressemblait à un projet de vacances ! À présent, je sens comme si c’est de ma responsabilité de les faire venir.

Savez-vous sur quels critères, les staffs japonais de vos artistes se basent pour mettre en place concerts et tournées européens ? Vos ventes entrent-elles en compte ?

Leur planning au Japon doit être libre, et ils doivent être capable d’obtenir des conditions comme des garanties (frais de représentation), vols, hôtels, et voyage couverts. Le staff au Japon ne décide pas où le groupe joue, c’est le travail du tourneur. Le travail du tourneur est de trouver des promoteurs qui prendront en charge chaque concert. Donc une tournée de 8 villes aura 8 promoteurs différents. Le travail du tourneur est de passer un contrat avec le promoteur, et de faire en sorte que le promoteur accepte les conditions du groupe, que j’ai mentionnées ci-dessus, soient effectives. Quelques fois, un promoteur ne fera pas un concert parce que les contraintes pourraient être trop grandes, le faire serait même un trop gros risque de se briser les dents. Si c’est un contrat plutôt standard, ça n’a pas d’importance pour le groupe que 100 ou 1000 personnes viennent, le promoteur a accepté de les payer XXXXX£ pour le concert, peut-être avec des bonus s’ils atteignent un certain nombre de ventes. Donc ils obtiennent la même somme d’argent de toute façon (avec peut-être un petit extra si ça se passe bien). Surprenamment, les promoteurs me demandent rarement les données des ventes.

Les attentats ont-ils eu un véritable impact ou servent-ils juste d’excuse pour masquer une difficulté à vendre les billets ? Peut-être les deux ?

Je ne peux pas faire de commentaire là-dessus. Mais je dirai que j’étais à un concert au Brixton Academy le jour après les terribles événements du Bataclan. Le concert était sold-out (Crossfaith vs Skindred ! ), et la salle était absolument pleine, et c’est une grosse salle ici à Londres. Je pense que mal évaluer le prix des billets est une plus grande menace sur les ventes qu’une tête de nœud de terroriste.

Pour finir, pouvez-vous nous nous faire le point sur les prochaines actualités de chez JPU Records et nous dire quel sera le prochain artiste à rejoindre votre roaster ?

Vous devrez attendre pour savoir. Tout ce que je peux dire est que je garantis qu’ils seront géniaux.

Bonus : 5 façons de fêter les 5 ans de JPU

Pour fêter les 5 ans de JPU Records ayant 5 ans, Tom, pourriez-vous nous donner :

5 artistes à voir en live  ?

Crossfaith : ils savent comment contrôler une foule !
Mowmow Lulu Gyaban : une attaque en règle des sens !
The Gazette : toujours géniaux.
Scandal : je les ai vu au Japon la semaine dernière au Rock In Japan, leurs chansons sonnent siiii bien dans les festivals.
Aldious : regarder Toki jouer de la guitare est une des expériences les plus jouissives !

5 artistes à découvrir en CD ?

Lovebites : c’est un nouveau groupe, je n’allais pas les signer parce que je n’aimais pas leur image, mais quand j’ai entendu leur démo, j’ai été époustouflé. Un groupe si excitant !!!
Crystal Lake : des héros du metalcore hurlant from Tokyo.
Boom Boom Satellites : des légendes absolues, leurs cds sont un voyage intégral.
the GazettE : chaque CD est différent, et j’aime chacun pour une raison différente.
Crossfaith : l’EP Zion est une perfection absolue.

5 clips à voir absolument ?

The GazettE – Filth in the beauty : cette vidéo a un impact immense sur moi devenant adulte.
Kyary Pamyu Pamyu – PonPonPon
: COULEURS.
SCANDAL – Take me out : ce single était immense pour JPU et n’a aucun lien avec les animes. J’étais si fier du groupe pour ce morceau. Même maintenant, je ne peux pas arrêter de le jouer encore et encore et il sonne si génialement en live.
RADWIMPS – EDP (イーディーピー~飛んで火に入る夏の君~)
: une petite fille courant en éclatant des choses avec une batte de Baseball.
KEMURI – PMA (Positive Mental Attitude)
: il me rappelle que j’étais en tourné avec eux l’année dernière !

Les 5 plus belles pochettes ?

*Lovebites : il doit encore être annoncé et pourtant ça m’a déjà soufflé quand j’ai vu l’esquisse.

5 morceaux pour une fête d’anniversaire ?

Vous savez à présent quel morceau diffuser pour un anniversaire !

Merci à Tom Smith de nous avoir accordé du temps pour cette interview ! N’hésitez pas à vous rendre sur le site de JPU Records  pour découvrir leurs artistes.

Pour suivre le label sur les réseaux sociaux, c’est :
Facebook
Twitter
Instagram.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *